Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La grande victoire d'un petit état catholique sur l'épidémie du coronavirus

IMPRIMER

Une dépêche de l'Agence Fides :

ASIE/TIMOR EST - Le cas vertueux d'un petit Etat à majorité catholique dans le cadre de la pandémie de Covid-19

12 septembre 2020
 

Dili (Agence Fides) – Une grande victoire pour un petit Etat : c'est le cas de Timor Est qui, en date du 11 septembre peut encore exhiber l'un des bilans les plus positifs au monde en matière de lutte contre le Covid-19 avec 27 cas avérés et aucun mort. Le nombre des cas était de 26 au 21 août et alors que les pays technologiquement développés tels que la Corée du Sud ou Singapour ont récemment enregistré une nouvelle augmentation du nombre des cas, la situation à Timor Est est demeurée stable sans qu'il soit besoin d'imposer de nouvelles mesures anti-covid. L'Etat d'urgence – rigidement imposé en mars – avait été officiellement suspendu dès la fin juin. Le premier cas a été enregistré le 21 mars et le pic a été atteint en avril avec un maximum de 12 cas en une journée. Le pays le plus pauvre d'Asie, exclu jusqu'à présent d'associations régionales telles que l'ASEAN (Association des Nations du Sud-est asiatique) et considéré comme l'un des pays les moins développés du monde, se montre en revanche plus habile et vertueux que l'Australie ou la Nouvelle Zélande elles-mêmes pour ne pas parler de voisins plus proches tels que l'Indonésie ou les Philippines ou encore le Myanmar et le Vietnam. La deuxième vague de Covid-19 a modifié les certitudes qui, jusqu'à deux mois auparavant, faisaient de nombreux pays du sud-est asiatique des modèles à prendre en considération.

Les observateurs attribuent à la rapidité dans la prise de décision et à l'application stricte de la prévention le secret du petit pays : le 28 mars, l'Etat d'urgence a été proclamé par le Président, Francisco Guterres, et renouvelé le 24 avril. Aujourd'hui, à Timor Est, se respire un air de bataille remportée avec toute la prudence nécessaire cependant. Le pays est l'une des très rares zones du monde à pouvoir se vanter de ce primat.

Le secret réside peut-être également dans la capacité d'unité et de solidarité d'une réalité sociale petite et homogène dans laquelle l'Eglise joue un rôle fondamental, notamment parce que Timor Est compte une majorité de catholiques parmi ses habitants – 95% des quelques 1,3 millions d'habitants de l'Etat. « Célébrer Pâques au milieu de la pandémie de Covid-19 nous invite tous à mettre de coté nos intérêts personnels, de groupe ou de parti et de créer en revanche une unité pour combattre le corona virus » avait déclaré l'Archevêque de Dili, S.Exc. Mgr Virgilio do Carmo da Silva, au cours de la Messe de Pâques transmise à la télévision le 12 avril. L'Eglise locale a en effet immédiatement soutenu la proclamation de l'Etat d'urgence de la part du gouvernement en mars dernier et a ensuite transmis ses célébrations en utilisant tout type d'instrument disponible : télévision, stations radiophoniques, réseau sociaux. L'esprit de service et de solidarité ont caractérisé l'action d'associations religieuses et de l'Archidiocèse lui-même qui, afin de garantir une assistance matérielle, psychologique et spirituelle aux personnes en difficulté à cause du Covid-19, a même créé à partir des premiers mois de la pandémie une équipe pastorale spéciale composée de prêtres, de religieux et de laïcs disposant de compétences en psychologie et en médecine, en étroit contact avec la Caritas locale en vue de la distribution des aides. La décision de rouvrir les églises en vue de la célébration de Messe en présence de fidèles a ainsi été annoncée dès le 28 mai, deux mois après qu'ait été imposée leur fermeture suite à la découverte des premiers cas. A cependant été rendu obligatoire le port du masque de protection et le respect de la distanciation physique. Depuis l'indépendance de 1999, l'Eglise est pleinement engagée pour contribuer au développement de la société, oeuvrant dans les domaines de l'instruction, des services sociaux et en vue de l'amélioration des systèmes sanitaire, éducatif et politique. (MG-PA) (Agence Fides 12/09/2020)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel