Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Etats-Unis : une campagne présidentielle sans programme ni idées

IMPRIMER

De Robert Chaouad en "Tribune" sur le site d'IRIS :

Élection américaine 2020 : une campagne sans programme ni idées

Pour des raisons différentes, aucun des candidats à l’élection présidentielle américaine n’ a décidé de faire campagne sur des propositions précises. Pour Joe Biden, la stratégie de campagne vise à faire de l’élection un référendum contre Donald Trump ; tandis que pour D. Trump, en l’absence de programme et de stratégie, différentes tactiques de diversion et de division adoptées au gré de l’actualité tiennent lieu de plan de campagne pour éviter le débat autour de son bilan à l’heure du Covid-19.

Attaques personnelles, débat inaudible, mensonges répétés, coups bas, comportement erratique – surtout de la part du président sortant –, la campagne présidentielle américaine, qui s’achèvera le 3 novembre, a été marquée jusque-là par à peu près tout ce qui peut rebuter des électeurs de voter et par l’absence de ce qui pourrait, au contraire, les inciter à se mobiliser et à se déterminer, des idées et des programmes électoraux. Il faut donner crédit à Joe Biden et au parti démocrate de disposer d’un certain nombre de propositions, plus ou moins précises (augmentation des impôts pour les plus riches, extension de l’offre du système de protection de santé avec l’instauration  d’une option publique, investissements dans les énergies vertes et renouvelables, etc.), qui, en comparaison au vide proposé par le parti républicain et la campagne de Donald Trump, font figure de véritable programme de gouvernement. Cependant, il convient de remarquer qu’à quelques exceptions, comme l’extension de la protection de santé, les propositions démocrates s’apparentent, bien souvent, à des propositions générales, des principes et des orientations, dont les modalités et le chiffrage budgétaire restent relativement vagues. Quand les montants des programmes envisagés sont mentionnés, leurs sommes apparaissent tellement faramineuses et sans réalité pour le commun des Américains – il est question pour Joe Biden d’investissements de 2 000 milliards de dollars dans la lutte contre le changement climatique, pour les énergies vertes et les infrastructures par exemple – que bien souvent celles-ci sont immédiatement traduites en nombre d’emplois qui seront potentiellement créés – 10 millions d’emplois bien payés espérés du fait des investissements dans les énergies vertes et renouvelables. La référence au nombre d’emplois escomptés sert souvent de baromètre à l’aune duquel juger les engagements économiques, les promesses et… les extravagances des candidats.

Depuis que la campagne est entrée dans sa phase active, durant l’été, aucun candidat ne fait véritablement campagne sur un programme précis de mesures et de politiques publiques à mettre en place. Même dans le camp de Joe Biden, qui a au moins le mérite de disposer d’une plateforme électorale, le programme n’occupe pas le centre de la stratégie de campagne. Les raisons pour lesquelles les idées et propositions ne sont pas au cœur de l’élection varient d’un candidat à l’autre et expliquent pour beaucoup les tournures prises par leur campagne respective.

Sans programme, sans stratégie, les tactiques désespérées de Trump

Les slogans de campagne 2016 de Donald Trump, qui lui avaient jusqu’à lors servi de programme politique (construire le mur de séparation avec Mexico, stopper l’immigration, démanteler le plan d’assurance santé d’Obama, réduire les impôts, etc.), ont été délaissés. Après quatre ans d’exercice du pouvoir, toute référence à ses mots d’ordre soumettrait immédiatement l’action du président Trump à évaluation. Ne pouvant plus se prévaloir d’être nouveau en politique et donc sans passé politique, le président sortant doit désormais faire face à son bilan, et au regard de ses promesses de 2016 et de l’état du pays en 2020, celui-ci n’est guère reluisant. Faire campagne sur les thèmes de 2016 ne ferait que mettre en lumière son échec à tenir ses engagements. Et si cela importe peu pour les supporters convaincus du président, qui voteront pour lui quoi qu’il puisse faire ou dire, il n’en est pas de même pour les citoyens indépendants qui entendaient bousculer l’ordre politique traditionnel en 2016 ou lancer un signal aux démocrates ou encore « essayer une offre politique nouvelle », et qui, exaspérés par le comportement et les politiques du président, ne revoteront pas pour lui. Enfin, quant à l’idée de faire campagne sur de nouvelles propositions, elle ouvre la voie à un commentaire auquel tout élu en campagne pour sa réélection fait face, « pourquoi ne pas l’avoir fait au cours des quatre ans de mandat ? ».

L’absence de programme du président Trump et l’absence d’idées nouvelles au parti républicain s’illustrent également par la décision du parti républicain de ne pas adopter de nouvelle plateforme électorale pour l’élection présidentielle 2020 et de s’en remettre à celle adoptée en 2016, dominée par l’agenda America First. Ces absences de programme et de vision à offrir au pays expliquent pour une large part l’absence de réelle stratégie de campagne du président Trump et le recours à des tactiques disparates et désordonnées, adoptées au gré de l’actualité, pour atteindre le seul but après lequel le président Trump court désormais, être réélu coûte que coûte. Dans l’incapacité de s’appuyer sur son bilan économique du fait de l’impact socio-économique de la crise sanitaire, le président multiplie, depuis l’été, des contre-feux pour échapper au bilan de sa gestion calamiteuse de la crise du Covid-19. Lorsqu’à l’été, le pays a fait face à de nombreuses manifestations, souvent pacifiques, parfois violentes, contre les violences policières envers la communauté afro-américaine, le président a pris le parti des forces de l’ordre et orienté sa campagne autour du slogan « la loi et l’ordre », n’hésitant pas à attiser les violences entre communautés. Une fois le cycle médiatique autour de ce sujet terminé, le président s’en est remis aux fraudes liées au vote par correspondance et au thème de l’élection truquée ; puis la nomination d’un nouveau juge à la Cour suprême pour satisfaire les attentes de l’électorat conservateur, puis le déni du Covid-19 à nouveau, sans compter les attaques personnelles contre Joe Biden et Kamala Harris, etc.

À moins de trois semaines de l’élection présidentielle, toutes ces tactiques désespérées pour rester dans la compétition se sont révélées sans effet si l’on en croit les enquêtes d’opinion, en particulier celles menées dans les États clés.

Référendum contre Donald Trump : la stratégie « gagnante » de Biden ?

La plateforme électorale adoptée par le parti démocrate lors de sa convention nationale, en août 2020, aborde un large éventail de sujets, offrant des propositions, des idées et des orientations, qui pourraient servir de base à de futurs projets législatifs si le parti démocrate remportait l’élection présidentielle et le Congrès. Les sujets couverts par les quatre-vingt-onze pages du document concernent l’économie (augmenter le salaire minimum, créer des millions d’emplois, protéger les travailleurs américains et leur famille, réformer le code fiscal, en terminer avec la pauvreté, etc.), la protection santé (instaurer une offre de santé publique, réduire les coûts des médicaments, etc.), la réforme du système pénal, la protection des droits des minorités, le combat contre le changement climatique, la réforme du système d’immigration, l’investissement dans l’éducation, etc. Toutefois, à l’exception de quelques mesures concrètes, particulièrement en matière de protection de santé et d’assurance-maladie, le reste du programme décrit les secteurs dans lesquels des politiques publiques ambitieuses devraient être adoptées sans fournir davantage de précisions ou sans formuler de plans détaillés.

Ces propositions générales, que l’on trouve dans la plateforme du parti démocrate, sont le produit d’un vaste compromis entre les différentes composantes du parti démocrate, et en particulier entre les démocrates modérés proches de Biden et l’aile plus progressiste, voire plus radicale, proche du sénateur indépendant Bernie Sanders. À la tête d’une large coalition politique, d’aucuns diront hétéroclite, composée d’organisations politiques représentant différentes franges de l’électorat démocrate, Joe Biden se doit, et la plateforme démocrate le reflète, de prendre en compte les demandes de nombreux groupes sociaux et professionnels, aux idées et aux intérêts parfois divergents.

Cette absence de référence au programme démocrate dans la campagne de Joe Biden s’explique donc en partie par la diversité des orientations prises par la plateforme électorale démocrate (pour satisfaire des exigences multiples), qui rend difficile la promotion d’une orientation particulière, car elle fait courir le risque de s’aliéner certains membres de la coalition. Toutefois, le non-recours systématique au programme électoral démocrate dans la campagne s’explique surtout par la stratégie de Joe Biden de faire de l’élection présidentielle du 3 novembre un référendum contre Donald Trump. L’enjeu n’est donc pas, pour les démocrates, de faire campagne sur des mesures programmatiques qui pourraient créer des débats et des divisions jusqu’au sein du parti démocrate – et ainsi fissurer la coalition Biden –, mais de soumettre à l’électorat le bilan de Donald Trump, en particulier dans sa gestion de la crise sanitaire. Dans la stratégie démocrate, rien ne doit divertir l’électorat de l’enjeu considéré comme central dans cette élection : battre Donald Trump. Pour ce faire, et pour éviter les divisions démocrates autant que pour éviter de rebuter l’électorat indépendant, la stratégie demeure de façonner la campagne sous la forme d’un référendum anti-Trump et d’en appeler à la grande histoire américaine en mobilisant un thème fédérateur comme la restauration de l’âme du pays, plutôt que de mettre en valeur un programme de politiques publiques concrètes, qui ouvrirait débats et discussions en focalisant l’enjeu sur le candidat démocrate lui-même, et non sur son opposant.

Robert Chaouad est également enseignant à la City University de New York (CUNY)

Commentaires

  • Trump n'est pas un ange. Il est très souvent brutal et grossier dans ses propos à l'égard de quiconque ne pense pas comme lui. Il parait qu'il est comparable aux mafieux et qu'il serait un menteur avéré. A chaque jour son mensonge ! Nous avons détesté sa brutalité diplomatique (?) à rompre tout accord multilatéral . Il le fit avec l'O.M.S. , l'Accord de Paris sur le climat etc.
    Bref, dans tous ces domaines, TRUMP nous laisse un arrière-goût amer, c'est lamentable.

    Et pourtant, nous ne pouvons pas négliger sa réactivité sans bornes à l'égard du P.CC. ( parti communiste chinois ).depuis qu'il a découvert à quel point la naïveté des présidents précédents a facilité une quasi-infiltration chinoise tous azimuts au sein des U.S.A.:.. Incroyable mais vrai : la collusion inimaginable de Wall-Street avec les investisseurs chinois affiliés et/ou dirigeants du Parti , Communiste et vice-versa d'investisseurs américains comme le neveu du candidat BIDEN !dans les sociétés chinoises où le Parti fait la loi !
    Même HOLLYWOOD s'est laissé corrompre par les autorités chinoises pour leur film MULAN tourné dans la région des Ougours !!! en pleine période génocidaire !. C'est fou, ce que l'argent peut corrompre les consciences même au plus haut niveau.

    Et, de plus, c'est TRUMP qui attira l'attention du monde sur le génocide organisé méthodiquement et efficacement contre les musulmans du N.O. de la Chine ( les "Ougours") ( plus d'un million de musulmans dans les camps de concentration souvent dirigés par des grands patrons de sociétés chinoises et, en plus, stérilisation programmée des femmes "ougours" et avortements forcés des jeunes mamans etc.). Et n'oublions pas les génocides culturels de cette minorité et de celle des Mongols ainsi que les prélèvements d'organes sur les prisonniers dits politiques d'un mouvement spirituel non-violent, objet d'une persécution systématique depuis 21 ans....

    Plus fort encore, les Universités ont accepté de beaux subsides sous condition d'accepter l'inscription d'une foule d'étudiants chinois- dont beaucoup étaient membres de ce parti honni des masses dans les sections de haute technologie, au point que l'on a pu parler d'un vol systématique des technologies sensibles au bénéfice de l'armée populaire chinoise....

    Autre point positif : le Président TRUMP n'a pas cessé de défendre "la vie" contre l'opinion des Démocrates, supprimant par exemple les subsides d'Etat à l'association anti-vie la plus puissante des U.S.A. impliquée, elle aussi, dans des trafics industriels d'embryons.

    Et, pour finir, la Justice américaine vient de conclure que la soi-disante implication de la Russie dans son élection précédente a été montée de toutes pièces par les Démocrates pour neutraliser TRUMP.

    Et l'on vient de découvrir que les émeutes suite à l'inacceptable assassinat d'un noir américain par un policier ont été organisées par un groupe financé par les communistes chinois..

    En conclusion, il est bien connu que l'Europe aimerait fermer les yeux sur ce qui pourrait entrainer des pertes financières considérables. Actuellement, grâce à TRUMP, l'Europe commence à prendre conscience que les droits de l'Homme ont priorité sur l'économie et les bénéfices à court terme ( au prix de la désindustrialisation du continent !!! )

    Dernier point essentiel : Si TRUMP n'était pas intervenu dès que le parti communiste chinois annonçait son intention d'envahir TAÏWAN, en envoyant la flotte du Pacifique dans la MER DE CHINE et en s'engageant aux cotés des états qui se sentaient eux aussi directement menacés par la politique agressive du Parti de Mr. XI, il est clair que TAÏWAN aurait subi le même sort que HON KONG ; ainsi, provisoirement la Paix a été sauvegardée dans cet enjeu géo-politique.

    Voilà un point de vue assez différent des médias occidentaux qui, nous n'en doutons pas, souhaitent le retour des Démocrates et l'annihilation de toutes les mesures prises à l'encontre des partisans de la "civilisation de la mort", d'un bon (?) compromis avec le parti communiste chinois et d'une relance d'une économie sans normes morales ou religieuses.

    Qui vivra verra !....

  • Trump n'est pas un ange. Il est très souvent brutal et grossier dans ses propos à l'égard de quiconque ne pense pas comme lui. Il parait qu'il est comparable aux mafieux et qu'il serait un menteur avéré. A chaque jour son mensonge ! Nous avons détesté sa brutalité diplomatique (?) à rompre tout accord multilatéral . Il le fit avec l'O.M.S. , l'Accord de Paris sur le climat etc.
    Bref, dans tous ces domaines, TRUMP nous laisse un arrière-goût amer, c'est lamentable.

    Et pourtant, nous ne pouvons pas négliger sa réactivité sans bornes à l'égard du P.CC. ( parti communiste chinois ).depuis qu'il a découvert à quel point la naïveté des présidents précédents a facilité une quasi-infiltration chinoise tous azimuts au sein des U.S.A.:.. Incroyable mais vrai : la collusion inimaginable de Wall-Street avec les investisseurs chinois affiliés et/ou dirigeants du Parti , Communiste et vice-versa d'investisseurs américains comme le neveu du candidat BIDEN !dans les sociétés chinoises où le Parti fait la loi !
    Même HOLLYWOOD s'est laissé corrompre par les autorités chinoises pour leur film MULAN tourné dans la région des Ougours !!! en pleine période génocidaire !. C'est fou, ce que l'argent peut corrompre les consciences même au plus haut niveau.

    Et, de plus, c'est TRUMP qui attira l'attention du monde sur le génocide organisé méthodiquement et efficacement contre les musulmans du N.O. de la Chine ( les "Ougours") ( plus d'un million de musulmans dans les camps de concentration souvent dirigés par des grands patrons de sociétés chinoises et, en plus, stérilisation programmée des femmes "ougours" et avortements forcés des jeunes mamans etc.). Et n'oublions pas les génocides culturels de cette minorité et de celle des Mongols ainsi que les prélèvements d'organes sur les prisonniers dits politiques d'un mouvement spirituel non-violent, objet d'une persécution systématique depuis 21 ans....

    Plus fort encore, les Universités ont accepté de beaux subsides sous condition d'accepter l'inscription d'une foule d'étudiants chinois- dont beaucoup étaient membres de ce parti honni des masses dans les sections de haute technologie, au point que l'on a pu parler d'un vol systématique des technologies sensibles au bénéfice de l'armée populaire chinoise....

    Autre point positif : le Président TRUMP n'a pas cessé de défendre "la vie" contre l'opinion des Démocrates, supprimant par exemple les subsides d'Etat à l'association anti-vie la plus puissante des U.S.A. impliquée, elle aussi, dans des trafics industriels d'embryons.

    Et, pour finir, la Justice américaine vient de conclure que la soi-disante implication de la Russie dans son élection précédente a été montée de toutes pièces par les Démocrates pour neutraliser TRUMP.

    Et l'on vient de découvrir que les émeutes suite à l'inacceptable assassinat d'un noir américain par un policier ont été organisées par un groupe financé par les communistes chinois..

    En conclusion, il est bien connu que l'Europe aimerait fermer les yeux sur ce qui pourrait entrainer des pertes financières considérables. Actuellement, grâce à TRUMP, l'Europe commence à prendre conscience que les droits de l'Homme ont priorité sur l'économie et les bénéfices à court terme ( au prix de la désindustrialisation du continent !!! )

    Dernier point essentiel : Si TRUMP n'était pas intervenu dès que le parti communiste chinois annonçait son intention d'envahir TAÏWAN, en envoyant la flotte du Pacifique dans la MER DE CHINE et en s'engageant aux cotés des états qui se sentaient eux aussi directement menacés par la politique agressive du Parti de Mr. XI, il est clair que TAÏWAN aurait subi le même sort que HON KONG ; ainsi, provisoirement la Paix a été sauvegardée dans cet enjeu géo-politique.

    Voilà un point de vue assez différent des médias occidentaux qui, nous n'en doutons pas, souhaitent le retour des Démocrates et l'annihilation de toutes les mesures prises à l'encontre des partisans de la "civilisation de la mort", d'un bon (?) compromis avec le parti communiste chinois et d'une relance d'une économie sans normes morales ou religieuses.

    Qui vivra verra !....

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel