Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pakistan : une chrétienne de 12 ans enlevée, convertie de force à l'islam, violée et réduite en esclavage

IMPRIMER

D'Agnès Pinard Legry sur Aleteia.org :

Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduite en esclavage

WEB2-Farah Shaheen-ACN

Farah Shaheen (Aid to the Church in Need)

20/01/21

Farah Shaheen, une fillette chrétienne de 12 ans, a été libérée fin décembre 2020 après avoir passé cinq mois d'une violence indicible. Enlevée, mariée et convertie de force à l’islam, elle a été violée à de nombreuses reprises et enchaînée dans un enclos à bétail.

C’est un effroyable témoignage qu’a livré le pakistanais Asif Masih à l’Aide à l’Église en Détresse (AED) sur le calvaire qu’a subi sa fille, Farah Shaheen, chrétienne âgée de 12 ans, pendant cinq mois. Cinq mois de souffrance, de torture et de désespoir auquel il a réussi à mettre un terme fin décembre après de nombreuses alertes auprès de la police.

Farah Shaheen a été enlevée le 12 juin 2020 par un homme âgé de 45 ans, Khizar Ahmed Ali. Ce dernier, après l’avoir forcé à se convertir à l’islam, l’a épousé. Commence alors une vie de terreur pour la fillette. « Elle a été agressée sexuellement par son ravisseur et violée à plusieurs reprises par d’autres hommes », rapporte son père. Tout au long de ces cinq mois, Farah Shaheen est enchaînée et forcée à travailler toute la journée dans un enclos à bétail.

Trois mois pour enregistrer sa disparition

Après une première alerte lors de son enlèvement en juin, Asif Masih n’a eu de cesse de se battre pour retrouver sa fille. L’affaire est finalement enregistrée après trois mois et il aura fallu attendre cinq mois pour que la police intervienne. « Quand j’ai signalé à la police que Farah avait été enlevée, on m’appelait ‘churrah’, ce qui signifie sale, un terme de réprimande souvent utilisé contre les chrétiens », a-t-il expliqué à l’AED. Il a également dénoncé un rapport médical réclamé par la justice pakistanaise affirmant que la jeune fille est âgée de 17 ou 18 ans… alors que son certificat de naissance délivré par l’état civil ne laisse aucun doute sur ses 12 ans.

D’après plusieurs ONG dont le Mouvement pour la Solidarité et la Paix, une organisation de défense des droits de l’Homme dans le pays, environ 1.000 femmes et filles chrétiennes et hindoues sont enlevées chaque année au Pakistan.

Commentaires

  • Abject!
    Je note son âge: 12 ans... Comme Agnès, la petit martyre romaine dont l'Eglise fait mémoire aujourd'hui.
    Comme Agnès, c'est une martyre! Pas juste une victime de la violence masculine, non!
    Elle est un exemple (de plus) de la façon dont l'Islam (vous avez bien lu! Je ne parle pas d'islamisme, d'Islam politique, ou d'extrémisme musulman! J'ai écrit "Islam") traite les chrétiens quand ceux-ci n'ont aucun moyen de défense, quand ils sont minoritaires, quand ils sont "dhimmis" (c'est-à-dire "protégés"... Un comble! Protégés de quoi? demandait Jacques Ellul dans son excellent "Islam et judéo-christianisme").
    Victime de l'Islam avec la complicité de l'Etat pakistanais, sa "Police", sa "Justice"!
    A la différence d'Agnès, Farah Shaheen est vivante...
    Vivante? Dans quel état?
    Je reste sidéré par le silence de nos églises sur les martyrs d'aujourd'hui...
    Comme nous le faisons pour sainte Agnes, faisons mémoire de
    Farah Shaheen et de tous celles et ceux qui sont aujourd'hui les victimes de l'Islam, les victimes de l'Antichrist.

  • Comme dit quelqu'un unanimement apprécié, religion de paix et d'amour.

    Supposition : mettons cela sur le compte de l'ignorance, de la brutalité de l'homme dominé par des instincts primitifs. Pourquoi alors de telles situations se présentent-elles particulièrement (ou uniquement) dans cette belle religion ?

    Une gommette à celui qui trouvera une telle fréquence de cas dans d'autres religions !

    Alors que nos évêques se sentent solidaires des musulmans après quelque acte de terrorisme (comme ce fut encore le cas à la cathédrale de Bruxelles après les derniers attentats en France (mais pourquoi de telles démonstrations si les terroristes ne sont pas l'Islam?), silence radio quand la situation que vous mentionnez se présente.

    "Il faut toujours dire ce que l'on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l'on voit." - Charles Péguy ; Notre jeunesse (1910)

  • Il est strictement interdit de parler de malfaisance ou de crime "islamique". Tout au plus peut-on parler, avec prudence, d'excès "islamiste" et encore, c'est risqué, le CCIB veille !.
    Qu'est-ce que vous dites, vous ? un "alcooliste" ou un "alcoolique" ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel