Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam

  • Du Niger au Pakistan, la dure vie des chrétiens sous l'Islam

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la NBQ :

    Du Niger au Pakistan, la dure vie des chrétiens sous l'Islam

    Aujourd'hui, Isis se targue d'avoir plusieurs "provinces" en Afrique, dont le Niger. Les djihadistes obligent les chrétiens à se convertir ou à vivre comme des dhimmis. La persécution est à l'ordre du jour. Au Pakistan, la situation n'est pas meilleure : des chrétiens sont tués et des fillettes sont enlevées, converties à l'islam et mariées de force.

    14_06_2024

    Le 29 juin 2014, Abou Bakr al-Baghdadi, chef d'Isis, l'État islamique, proclame califat les territoires conquis par ses djihadistes en Irak et en Syrie. Leur avancée dans les semaines suivantes a conduit des dizaines de milliers de chrétiens à se réfugier en fuyant. Dans la nuit du 6 au 7 août en Irak, près de 150 000 chrétiens ont quitté Mossoul, devenue la capitale du califat, et la plaine de Ninive. La quasi-totalité d'entre eux n'avaient que peu d'effets personnels sur eux et ce peu leur a été arraché par les djihadistes. S'ils étaient restés, ils auraient dû se convertir à l'islam ou vivre en dhimmi, c'est-à-dire avoir la vie sauve et être autorisés à rester chrétiens, mais en échange du paiement d'une sorte d'impôt, dans un statut d'infériorité, discriminés, soumis aux lois islamiques, constamment menacés de mort et d'esclavage s'ils transgressaient les obligations comportementales qui leur étaient imposées.

    En 2017, Isis a été vaincu au Moyen-Orient, mais entre-temps, il s'est enraciné en Afrique, disputant des territoires et s'affiliant à Al-Qaïda. Il compte désormais plusieurs "provinces" : parmi les plus établies et redoutées figurent la province d'Afrique centrale (Iscap), active principalement au Mali, au Burkina Faso et au Niger, la province d'Afrique de l'Ouest (Iswap), au Nigéria et dans la région du lac Tchad, et la province du Grand Sahara (Isgs), en Ouganda, en République démocratique du Congo et au Mozambique.

    Dans les territoires qu'elle contrôle, l'Isis africaine impose ses règles. Les autres chrétiens sont contraints d'accepter le statut de dhimmi ou de fuir. C'est le cas, par exemple, au Niger. Non loin de la capitale Niamey, dans la zone dite des "trois frontières", la région du Liptako Gourma qui relie le Mali, le Burkina Faso et le Niger, le gouvernement, même après l'arrivée au pouvoir d'une junte militaire promettant la sécurité et l'ordre, laisse les trafiquants, les bandes armées et surtout les groupes djihadistes opérer pratiquement sans entrave. Les habitants de la région sont pour la plupart des agriculteurs pauvres. Les djihadistes s'attaquent à leurs cultures et à leur bétail, et ils ont de la chance si leur vie est épargnée. Ils s'en prennent surtout à la minorité chrétienne (plus de 90 % de la population est musulmane). Lorsqu'ils arrivent dans un village, ils l'encerclent en tirant dessus et rassemblent les habitants dans une clairière. Ils identifient ensuite les chrétiens et leur proposent de choisir entre deux options : soit payer un impôt annuel de 50 000 francs Cfa (76 euros) par homme adulte, à partir de l'âge de 15 ans, soit se convertir à l'islam. Ceux qui refusent l'une ou l'autre option doivent quitter le village et tous leurs biens, maison, terre, bétail. Les djihadistes donnent généralement une semaine pour répondre. S'ils refusent de se convertir à l'islam, ils n'ont pas d'autre choix que de partir. En effet, 50 000 Cfa est une somme énorme dans un pays qui est l'un des plus pauvres du monde, où le salaire mensuel moyen se situe entre 55 000 et 75 000 Cfa. De plus, on sait que si l'on paie l'impôt exigé, il sera doublé l'année suivante.

    Au Niger, c'est l'islam du jihad, de la "guerre sainte", qui rend la vie des chrétiens dangereuse et douloureuse. Mais dans le dar al-Islam, comme les musulmans appellent les terres conquises à l'islam, des siècles de persécution, de discrimination et d'hostilité ont habitué de nombreux musulmans à considérer les chrétiens comme inférieurs, privés de leurs droits, comme des citoyens de seconde zone.

    Ces dernières semaines, deux chrétiens ont été tués au Pakistan. Shahid Masih travaillait dans une ferme à Ghang Sheikhupura, un village de la province du Pendjab. Son propriétaire était convaincu qu'il était responsable du vol de quelques chèvres. Le 8 mai, lui et certains de ses amis l'ont kidnappé, ligoté, matraqué et finalement forcé à boire de l'acide. Il est décédé des suites des blessures infligées par l'acide à ses organes internes. Le 25 mai, Nazir Masih, 72 ans, a été attaqué à Sargodha, également dans le Pendjab, par des centaines de personnes furieuses qui s'étaient précipitées sur lui après avoir appris, ce qui s'est avéré infondé, qu'il avait déchiré et jeté dans la rue quelques pages d'un exemplaire du Coran. Il est sauvagement battu et meurt le 3 juin. Effrayés et craignant de nouvelles violences, de nombreux chrétiens du quartier ont fui.

    Saad Hussain Rizvi, chef du parti islamiste Tehreek-e-Labbaik Pakistan, a commenté avec mépris, dans un discours diffusé sur les réseaux sociaux, que l'on ne devrait pas se soucier de la mort d'un "choorha", un terme offensant par lequel les chrétiens sont appelés au Pakistan. En ce qui concerne l'assassinat de Nazir Masih, Rizvi maintient que les responsables sont innocents parce qu'ils ont agi par amour de leur foi. Son parti a organisé une manifestation pour obtenir la libération des auteurs du lynchage. Ils prononcent ouvertement des discours de haine contre les minorités religieuses, incitant les gens à la violence", explique Samson Salamat, président du mouvement civil interreligieux Rwadari Tehreek, dans une interview accordée à l'agence de presse AsiaNews. Ce qui est grave, c'est que l'appareil d'État n'intervient pas, il reste silencieux.

    Il n'intervient pas non plus dans les cas fréquents de filles chrétiennes enlevées qui sont forcées de se convertir à l'islam et d'épouser leurs ravisseurs. Le dernier cas connu concerne Laiba Masih, une petite fille de Faisalabad âgée de 10 ans seulement. Elle a été enlevée en février. Selon la loi, un mineur ne peut pas se marier, ni changer de religion sans le consentement de son père. Or, dans le certificat de mariage, il était écrit qu'elle avait 17 ans. Les parents ont prouvé l'âge réel de Laiba, mais personne, ni la police ni les juges, n'a accepté de libérer la petite fille. Comme tant d'autres avant elle, elle ne rentrera probablement jamais chez elle. Qui se soucie de la vie d'une petite fille qui est, après tout, une infidèle ?

  • La Cour Européenne des Droits de l'Homme valide l’interdiction des signes religieux visibles faite aux élèves belges

    IMPRIMER

    Du site de l'ECLJ :

    La CEDH valide l’interdiction des signes religieux visibles faite aux élèves belges

    11 juin 2024

    Saisie par trois jeunes Belges musulmanes qui souhaitaient conserver leur voile islamique dans leur établissement scolaire malgré l’interdiction du port de signes religieux visibles, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé le 9 avril 2024 que cette interdiction était légitime et proportionnée aux fins d’assurer la protection des droits et libertés d’autrui et de l’ordre public. Malgré les recommandations contraires des Comités onusiens, la jurisprudence de la Cour demeure constante. 

    Dans son arrêt Mikyas et autres contre la Belgique du 9 avril 2024 (n° 50681/20), la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a estimé que l’interdiction pour les élèves de porter des signes religieux visibles, au nom de la neutralité de l’enseignement, « ne heurte pas en soi » l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme (liberté de religion), et ce même s’il peut exister d’autres conceptions de cette neutralité. L’affaire concerne trois jeunes femmes musulmanes qui indiquent porter le voile islamique en accord avec leurs convictions religieuses.  

    En 2009, le Conseil de l’enseignement officiel organisé par la Communauté flamande décida d’étendre à l’ensemble de son réseau l’interdiction du port de signes convictionnels visibles, voulant ainsi lutter contre « une ségrégation, non seulement entre les écoles, mais aussi entre les élèves du même établissement ». En effet, le Conseil déplorait des pressions sur des jeunes filles pour leur faire porter certains symboles convictionnels. Il regrettait également le fait que le choix de l’école soit exclusivement déterminé par l’autorisation ou non de symboles convictionnels. En 2017, les parents des requérantes, scolarisées dans des établissements du réseau du Conseil, demandèrent à la justice belge que cette interdiction soit déclarée illégale car ils l’estimaient contraire à la liberté de religion. 

    Accusations d’islamophobie et misogynie : la mauvaise foi des requérantes encouragée par l’ONU mais condamnée par la CEDH 

    Devant la CEDH, les requérantes contestent le but légitime d’une telle interdiction. Selon elles, la mesure vise en réalité à « dissuader les jeunes filles musulmanes de s’inscrire dans les établissements scolaires concernés ». Dans leurs observations, le Centre des droits de l’homme de l’Université de Gand et l’Equality Law Clinic de l’Université libre de Bruxelles affirment que l’interdiction litigieuse témoigne « d’une hostilité croissante à l’égard des musulmans » et « invitent la Cour à adopter, pour appréhender la question de la vulnérabilité des jeunes filles musulmanes, une approche intersectionnelle, c’est-à-dire une approche qui prenne en compte non seulement leur religion, mais aussi leur genre, leur âge et leur race ».  

    Cette « approche intersectionnelle » trouve sa justification dans les observations des différents Comités de l’ONU. En 2014, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale avertissait que l’interdiction du « port de symboles religieux dans toutes les écoles » de la communauté flamande était « susceptible d’ouvrir la voie à des actes de discrimination contre les membres de certaines minorités ethniques ». Des positions similaires furent tenues par le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes, le Comité des droits de l’enfant, le Comité des droits de l’homme et le Comité des droits économiques, sociaux et culturels, ce dernier évoquant même en 2020 « le risque de décrochage scolaire causé » par cette interdiction. 

    La Cour écarte en bloc les positions des Comités de l’ONU. D’une part, la question porte sur la « compatibilité de l’interdiction litigieuse avec la Convention européenne des droits de l’homme dont elle assure le respect », et non pas sur la compatibilité avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), qui appartient au système onusien. D’autre part, et bien que les articles 18 du PIDCP et 9 de la Convention soient en substance très similaires, la Cour préfère naturellement se référer à sa propre « jurisprudence déjà fournie sur la question présentement en jeu ». À cet égard, elle note qu’il « n’a pas été établi que l’interdiction litigieuse ait été inspirée par une quelconque forme d’hostilité à l’égard des personnes de confession musulmane ». En effet, « l’interdiction litigieuse ne vise pas uniquement le voile islamique, mais s’applique sans distinction à tout signe convictionnel visible ». Enfin, la Cour met en avant que les requérantes avaient librement choisi leurs établissements scolaires, sans qu'elles puissent ignorer l’impératif du respect du principe de neutralité, et avaient accepté de se conformer aux règles applicables. 

    Lire la suite

  • Que manque-t-il au dialogue interreligieux avec les musulmans ?

    IMPRIMER

    Du Père Mario Alexis Portella* sur Crisis Magazine :

    Que manque-t-il au dialogue interreligieux avec les musulmans ?

    La charité envers les musulmans se manifeste surtout par le désir ardent de les voir devenir pleinement enfants de Dieu, ce qui ne peut se faire que par le baptême, ce que le dialogue interreligieux ne fait pas du tout.

    10 juin 2024

    Le mois dernier a marqué le cinquantième anniversaire de la création du dicastère pour le dialogue interreligieux. Anciennement appelé Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, il a créé la Commission pour les relations religieuses avec les musulmans dans le but non pas de convertir ceux qui professent l'islam aux enseignements du Christ, mais de « promouvoir la compréhension mutuelle, le respect et la collaboration entre les catholiques et les adeptes d'autres traditions religieuses, d'encourager l'étude des religions et de promouvoir la formation de personnes dédiées au dialogue ». 

    Le rapport public avec le monde islamique a été l'une des caractéristiques de la papauté du pape François, comme en témoignent ses nombreuses visites aux communautés islamiques et aux pays à majorité musulmane. Soutenant, comme le proclame la Déclaration de Vatican II sur les relations de l'Église avec les religions non chrétiennes, Nostra Aetate, que les musulmans « adorent avec nous le Dieu unique et miséricordieux », le pontife déclare : « Il n'est pas possible d'établir des liens véritables avec Dieu en ignorant d'autres personnes. Il est donc important d'intensifier le dialogue entre les différentes religions, et je pense en particulier au dialogue avec l'islam. »

    Les catholiques qui se sont engagés dans un tel dialogue, que ce soit dans le cadre d'une expérience ponctuelle ou d'un groupe permanent, ont tendance à s'abstenir de mentionner le nom de « Jésus » en tant que Fils divin de Dieu, de peur d'offenser les musulmans - bien que les musulmans acceptent Jésus comme prophète, ils nient qu'il soit le Fils de Dieu, tout comme ils nient la Sainte Trinité : 

    Ils [les chrétiens] ont certainement blasphémé ceux qui disent : « Allah est le Messie, le fils de Marie », alors que le Messie a dit : "Ô enfants d'Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur, car il n'y a pas d'autre Dieu que le seul Dieu Allah. Ils ont certes blasphémé, ceux qui disent : « Allah est le troisième de trois : « Allah est le troisième de trois ». (Sourate 5:72)

    Ces catholiques, dans leur mentalité utopique, se réfèrent à la rencontre de saint François d'Assise avec le sultan soufi Malik al-Kamil en 1219 dans la ville portuaire de Damiette, en Égypte.

    Les catholiques qui se sont engagés dans un tel dialogue, que ce soit dans le cadre d'une expérience ponctuelle ou d'un groupe permanent, ont tendance à s'abstenir de mentionner le nom de « Jésus » en tant que Fils divin de Dieu, de peur d'offenser les musulmans.
    Tweet This

    Pleinement conscient des dangers qui l'attendaient, saint François, accompagné de son confrère Illuminato da Rieti, était déterminé à partir en mission de paix auprès des nations musulmanes mécréantes. Cependant, comme l'explique Frank M. Rega dans son livre St. Francis of Assisi and the Conversion of the Muslims, la visite du saint avait un objectif sous-jacent. Il ne s'agissait pas simplement de discuter de valeurs communes, comme le prétendent à tort certains révisionnistes ou hommes d'Église modernes. Il s'agissait de prêcher l'Évangile de Jésus-Christ, en soulignant par la suite l'incongruité de l'islam avec le seul vrai Dieu : Père, Fils et Saint-Esprit.

    Lors de la rencontre, après avoir échangé des salutations de paix, le sultan, incertain des intentions de ses visiteurs, demanda si les frères étaient venus à lui en tant que représentants de l'armée du pape - la cinquième croisade était en cours.

    Saint François a répondu : « Nous sommes les ambassadeurs du Seigneur Jésus-Christ », affirmant ainsi qu'il était l'ambassadeur de Dieu, et non celui du pape. Bien que les conseillers religieux d'al-Kamil l'aient averti que les prêches des frères violeraient la charia, le sultan pensait qu'il agissait dans le respect de la loi en les écoutant. Lorsqu'il s'aperçut que saint François et les Illuminés commençaient à dénoncer les erreurs de l'islam, certains membres de la cour d'al-Kamil exigèrent l'exécution des frères. Conseillé par le soufi-persan Fakr al-Farisi, il s'en tient au verset coranique : « Et vous entendrez certainement beaucoup d'insultes de la part de ceux qui ont reçu l'Écriture avant vous... mais si vous persévérez avec patience et si vous vous prémunissez contre le mal, ce sera le meilleur moyen de régler vos affaires » (sourate 3:186).

    Lire la suite

  • L’antisémitisme en Belgique est à son plus haut niveau

    IMPRIMER

    D'Alain Destexhe sur Causeur via Artofuss :

    L’antisémitisme en Belgique à son plus haut niveau 

    « Certains chiffres donnent une image mitigée du « vivre ensemble » à la belge tant vantée par les médias et les acteurs politiques », observe l’institut Jonathas, créé après les massacres du 7 octobre 

    6 juin 2024

    Selon un sondage IPSOS pour l’Institut Jonathas, 14% des Belges expriment une aversion pour les Juifs, deux fois plus que les Français. Ce chiffre monte à 22% à Bruxelles où 11% de la population a de la sympathie pour le Hamas. Alarmant.


    On savait l’antisémitisme répandu en Belgique, ce sondage en apporte une nouvelle confirmation et montre que la perception des juifs s’est encore beaucoup dégradée depuis le 7 octobre avec l’augmentation d’actes antisémites, dénoncés par La Ligue Belge contre l’antisémitisme. Ce qui frappe dans le sondage, c’est qu’à chaque question, le préjugé antisémite est beaucoup plus important à Bruxelles qu’au niveau national : la capitale de la Belgique et de l’Europe compte 30 à 40% de musulmans.

    Affolant

    Ainsi, 16% des Bruxellois pensent qu’il y a trop de juifs en Belgique (contre 11% au niveau national), 29% qu’ils sont responsables des crises économiques (14%), 48% qu’ils se sentent supérieurs aux autres (34%), 47% qu’ils font subir aux Palestiniens ce que les Allemands ont fait subir aux juifs (35%).

    Sur l’ensemble du pays, 43% des musulmans pensent que «les Juifs belges ne sont pas vraiment des Belges comme les autres». 

    Ces chiffres sont affolants. Le constat n’est cependant pas sans défaut. Les conclusions de l’étude minimisent le facteur central de l’antisémitisme contemporain en Belgique qui est l’implantation, relativement récente, de l’islam.

    Elle met sur le même pied comme coresponsables de cette situation les musulmans, l’extrême droite et l’extrême gauche, ces deux dernières étant définies selon une méthode propre à l’Ipsos et représentant respectivement 4 et 2% de l’échantillon. Pourtant, l’extrême gauche et la gauche en Belgique, comme en France, ont pris massivement fait et cause pour les Palestiniens dans le conflit à Gaza, leurs actions s’accompagnant souvent de débordements antisémites.

    À l’inverse, le Vlaams Belang en Belgique et le Rassemblement national en France (...) qualifiés d’extrême-droite, ont plutôt montré de la sympathie envers Israël et n’ont été à l’origine d’aucun dérapage antisémite depuis le 7 octobre. Sans doute que ce nouvel Institut Jonathas, créé au début de l’année 2024, par des personnalités libérales de gauche, éprouve encore quelques difficultés à se débarrasser des anciens logiciels assimilant l’antisémitisme à la chrétienté ou à l’extrême droite.

    De nombreux autres signaux témoignent de cette triste réalité que les juifs ne sont plus en sécurité à Bruxelles. Les lieux communautaires juifs sont protégés par des plots de béton, des caméras et un sas d’entrée. Alors que le voile est omniprésent dans l’espace public bruxellois (porté par plus de la moitié des femmes dans certains quartiers), on ne voit plus de kippa dans les rues de Bruxelles. Une école juive située près de la Gare du Midi, quartier à dominante musulmane, a dû déménager après la multiplication d’incidents mettant en danger les adolescents juifs qui prenaient le métro. La Shoah n’est plus enseignée depuis belle lurette dans la majorité des écoles de Bruxelles. Sur le campus de la mal nommée Université Libre de Bruxelles, des étudiants juifs ont été harcelés et molestés après le 7 octobre.

    Lire la suite

  • Niger : le calvaire dans la savane

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/NIGER - Le calvaire dans la savane

    7 juin 2024

    par Mauro Armanino

    Niamey (Agence Fides) - C'était mercredi dernier, le 29 mai, dans la savane qui mène au Burkina Faso. Un groupe de militaires nigériens a incendié des granges dans le village de Nadouani, dans la paroisse de Bomoanga.

    Plus tard, dans le village de Tchinibai, d'autres militaires, après avoir découvert puis brûlé une moto cachée dans la case, ont tué sept paysans qui tissaient des nattes à l'abri d'un arbre. Des morts de paysans qui restent invisibles, tués par des groupes armés qui apparemment devraient les protéger. D'arme en arme et d'abus en abus, on vit dans la peur quotidienne que demain n'arrive pas trop tard, avec plus de questions et de menaces de la part des « djihadistes » ou des « autoproclamés.»

    Le calvaire du peuple Gourmanché, installé à la frontière entre le Burkina et le Niger, semble sans fin. Il s'agit d'un peuple qui a longtemps résisté aux pressions de l'imposition musulmane et qui a ensuite adhéré de manière surprenante au christianisme. Ce peuple se trouve depuis longtemps dans une situation de persécution ouverte et douloureuse de la part de groupes armés composés principalement de jeunes Peuls, traditionnellement éleveurs de bétail.

    Le conflit armé est teinté d'idéologie islamique « salafiste ». Mais cela n'explique pas tout ce qui se passe dans cette région située à une centaine de kilomètres de la capitale Niamey. Eleveurs, agriculteurs, chrétiens, musulmans principalement de l'ethnie peul dans un contexte militarisé où les paysans de la région comptent de moins en moins. Dans cette phase de transition politique, après le coup d'Etat de fin juillet (voir Fides 27/7/2023), les conditions de vie des pauvres se sont encore détériorées. Le mot « génocide », utilisé et galvaudé sur d'autres rivages, peut sembler excessif. Pourtant, ce à quoi nous assistons, avec les proportions et les différences qui s'imposent, ressemble à ce processus particulier de disparition. Ce n'est pas un hasard si, parfois dans la relative indifférence des forces de sécurité, un calvaire culturel, économique, religieux et ethnique se perpétue dans la savane.

    Un peuple longtemps « oublié » par l'Etat. L'élément chrétien, bien présent au sein de ce peuple, s'est progressivement transformé en facteur « aggravant » de la persécution. Il y a maintenant de nombreux villages dans cette zone frontalière que les paysans Gourmanché ont dû abandonner. Curieusement, mais pas vraiment, des membres de l'ethnie "peul" vivent tranquillement dans ces mêmes villages, protégés par des groupes armés et ignorés par les militaires. Par une ironie divine, c'est précisément de cette région que sont originaires les deux prochains presbytres de l'église de Niamey, dont l'ordination est prévue en septembre prochain. Du calvaire à la résurrection dans la savane, il s'écoule à peine trois jours.

    (Agence Fides 7/6/2024)

     
  • Les chrétiens araméens, Israël et Gaza : Entretien avec Shadi Khalloul

    IMPRIMER

    De Monica Seeley sur le Catholic World Report :

    Les chrétiens araméens, Israël et Gaza : Entretien avec Shadi Khalloul

    Après avoir entendu un professeur qualifier l'araméen de langue morte, Shadi Khalloul s'est donné pour mission de maintenir en vie son héritage araméen.

    4 juin 2024

    Shadi Khalloul se souvient parfaitement du moment où son « rêve américain » s'est éteint.

    C'est le moment où un professeur de l'université du Nevada à Las Vegas a qualifié l'araméen de langue morte. La classe étudiait la Bible en tant que littérature et avait rencontré les mots araméens prononcés par le Christ, Talitha kumi.

    Khalloul a levé la main pour expliquer que la langue n'est pas morte ; elle est en fait bien vivante au Moyen-Orient, où les chrétiens maronites prient encore en araméen et l'utilisent parfois dans la vie quotidienne.

    Il a quitté la classe avec une mission surprise : faire un exposé sur l'araméen.

    Israélien d'origine libanaise, Khalloul préparait un diplôme en commerce international et en finance. Il envisageait de quitter Israël pour faire carrière aux États-Unis.

    Une semaine plus tard, il a fait découvrir à la classe la langue araméenne, ses racines bibliques, sa signification pour lui en tant que chrétien syriaque maronite et la manière dont sa communauté a lutté pour maintenir son identité. Il a été étonné par l'attention soutenue de son auditoire américain.

    Il a terminé sa présentation en enseignant à la classe la prière du Seigneur en araméen. Ulo Tellan lanisyana Ello Fatzey lan min beesha... Amin. Lorsqu'il a terminé, il a été surpris de voir des étudiants les larmes aux yeux.

    Khalloul avait trouvé sa vocation. « La Bible a changé ma vie et m'a ramené chez moi », dit-il.

    Un chrétien araméen en Israël

    Au lieu de poursuivre sa carrière aux États-Unis, il est retourné en Israël, dans sa ville natale de Gush Halav, au nord de la Galilée. Depuis plus de vingt ans, il travaille sans relâche au nom de la communauté chrétienne araméenne en Israël.

    J'ai parlé à Khalloul de ce que signifie être un chrétien araméen, de son travail pour préserver son héritage et de ce qu'il pense du conflit entre Israël et le Hamas.

    Israël ne compte que 15 000 chrétiens araméens. Depuis des générations, ils sont considérés comme une minorité au sein d'une minorité : un sous-ensemble de la population arabe d'Israël, majoritairement musulmane.

    Khalloul, 48 ans, veut changer cela. Il a mis en place des programmes d'enseignement de l'araméen aux jeunes chrétiens et fait pression sur le gouvernement israélien pour défendre les droits des chrétiens araméens. Il s'est présenté cinq fois à la Knesset. Il a quitté son emploi dans le marketing de haute technologie pour se consacrer à plein temps au projet, en tant que président de l'Association chrétienne israélienne d'araméen (ICAA).

    Grâce aux efforts de Khalloul, les chrétiens araméens d'Israël n'ont plus à porter de carte d'identité les identifiant comme « chrétiens arabes ».

    Il s'agit d'une distinction extrêmement importante pour les 15 000 chrétiens araméens d'Israël, dont l'identité est ancrée dans une langue qui remonte au XIe siècle avant J.-C. et qui se considèrent comme liés au peuple juif par des liens culturels. La majorité d'entre eux sont des maronites, des catholiques orientaux en union avec Rome.

    Selon M. Khalloul, « chrétien arabe » est une appellation erronée pour un peuple qui n'est ni ethniquement ni historiquement arabe. Comme la plupart des chrétiens araméens d'Israël, ses ancêtres remontent au Croissant fertile, et non à la péninsule arabe - dans le cas de sa famille, au Mont-Liban et dans la région d'Alep en Syrie, qui était l'ancien État araméen d'Aram Soba.

    Les premiers chrétiens ont diffusé l'Évangile et la langue araméenne dans toutes les directions. Parcourez la carte géographique du peuple araméen et vous irez du nord d'Israël aux montagnes du Liban, et du nord de la Syrie à l'Irak et à une partie de la Turquie.

    L'Église araméenne de l'Est est devenue connue sous le nom de « syriaque » - « de Syrie », le mot grec pour « Aram ». Syriaque et araméen sont deux mots désignant la même langue, le syriaque étant généralement utilisé dans les contextes ecclésiastiques et l'araméen décrivant généralement la vie de tous les jours.

    La plupart des communautés syriaques se sont séparées de Rome au moment du Grand Schisme. Par la suite, certains syriaques, dont les maronites du Liban, sont revenus à l'union avec Rome.

    Au fur et à mesure que les vagues musulmanes successives conquéraient le Moyen-Orient, les chrétiens araméens ont adopté la langue arabe et se sont assimilés pour se protéger. L'arabe « était une langue imposée » sous la domination islamique, explique M. Khalloul. « Malheureusement, nous avons perdu une culture. Il s'agissait d'un génocide culturel et linguistique.

    Lire la suite

  • Un chrétien agressé à Sargodha (Pakistan) pour blasphème présumé succombe à ses graves blessures

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Un chrétien agressé à Sargodha pour blasphème présumé succombe à ses graves blessures

    3 juin 2024  
     
    Rawalpindi (Agence Fides) - Nazir Masih, le chrétien de 72 ans qui avait été attaqué et battu par une foule le 25 mai dernier à Sargodha, une ville du Pendjab pakistanais, est décédé ce matin, 3 juin, à l'hôpital de Rawalpindi. Il était accusé d'un prétendu « blasphème ». Selon les informations fournies par les autorités hospitalières, l'homme est décédé des suites des blessures qu'il avait subies, dont certaines à la tête. L'homme avait été injustement accusé d'avoir profané le Coran dans la colonie Mujahid de Sargodha (voir Fides 27/5/2024). Une foule armée de bâtons, de pierres et d'autres armes s'était rassemblée devant la maison de Masih, propriétaire d'une petite fabrique de chaussures dans la région, avec l'intention de le punir. L'intervention de la police lui avait évité d'être lynché, mais l'homme était néanmoins gravement blessé, et d'abord transporté à l'hôpital local, puis transféré à celui de Rawalpindi pour y être soigné et opéré, dans un pronostic critique. Aujourd'hui, il est décédé.

    L'avocat catholique Khali Tahir Sandhu, sénateur du Punjab et ministre des Droits de l'Homme du gouvernement de la province, commente à l'Agence Fides : « C'est le cœur lourd et avec une profonde tristesse que nous avons appris la nouvelle. Sa mort est une perte dévastatrice qui pèse lourdement sur nos cœurs et témoigne de la violence insensée qui a causé sa disparition. Il était un membre cher de notre communauté et sa mort prématurée laisse un vide. Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et à tous ceux qui le connaissaient et l'aimaient ».

    Le ministre Sandhu a ajouté : « La communauté chrétienne et les autres minorités religieuses se demandent quand cette brutalité cessera au Pakistan. Nous implorons la justice et la paix et restons unis dans la condamnation de toutes les formes de violence et de discrimination. Nous espérons que toutes les personnes de bonne volonté se joindront à nous et nous soutiendront pour demander justice pour les victimes et faire de ce cas un exemple pour punir les auteurs et arrêter les extrémistes ».

    Le grave épisode de Sargodha - que l'avocat Sandhu avait qualifié de « mobocratie », c'est-à-dire « le pouvoir violent de la foule qui s'impose à la loi » - avait provoqué des protestations et une vague d'indignation au Pakistan et dans le monde entier, notamment parce que les accusations de blasphème se sont révélées infondées, mettant en évidence l'utilisation abusive de la loi pour s'en prendre aux minorités religieuses et aux chrétiens en particulier.

    Au Pakistan, des manifestations ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs villes, comme Peshawar et Karachi. Les manifestants ont condamné l'incident, exigé une enquête gouvernementale transparente et demandé des poursuites judiciaires contre les auteurs de fausses accusations.

    Le Conseil de l'idéologie islamique, présidé par Raghib Hussain Naimi, a également demandé aux tribunaux spéciaux d'enquêter sur l'incident de Sargodha « pour punir ceux qui ont commis des crimes odieux », soulignant l'urgence de prévenir la violence collective. Il a qualifié les attaques d'« ignobles » et d'« anti-islamiques » et a demandé que les auteurs (la police a arrêté 44 personnes) soient traduits en justice.

    (PA) (Agence Fides  3/06/2024)

    Lire également : What’s behind the latest killing of a Christian in Pakistan?

  • "Ils ont été égorgés simplement parce qu'ils étaient chrétiens et ne voulaient pas se convertir à l'islam"

    IMPRIMER

    Dans son discours aux Directeurs nationaux des Oeuvres pontificales missionnaires (25 mai), le pape a rendu hommage à des catholiques au Congo assassinés car « ils ne voulaient pas passer à l’islam » :

    ...l'Église continuera à aller au-delà de toutes les frontières, à sortir sans cesse, sans se lasser ni se décourager devant les difficultés et les obstacles, pour accomplir fidèlement la mission reçue du Seigneur" (Message pour la Journée mondiale des missions 2024). Et cela jusqu'au martyre. Et à ce propos, je voudrais m'arrêter pour remercier Dieu pour le témoignage martyr qu'un groupe de catholiques du Congo, du Nord-Kivu, a donné ces derniers jours. Ils ont été égorgés simplement parce qu'ils étaient chrétiens et ne voulaient pas se convertir à l'islam. Il y a aujourd'hui cette grandeur de l'Église dans le martyre. Et revenons un peu en arrière, il y a cinq ans, sur la plage de Libye, ces coptes égorgés étaient à genoux et disaient "Jésus, Jésus". L'Église martyre, c'est l'Église de la ténacité du Seigneur.

  • Deux prêtres catholiques enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine

    IMPRIMER

    De Ngala Killian Chimtom sur le Catholic Herald :

    Deux prêtres catholiques enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine

    23 mai 2024

    YAOUNDÉ, Cameroun - Deux prêtres catholiques ont été enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine, soulignant la persécution continue à laquelle sont confrontés les chrétiens dans la nation la plus peuplée d'Afrique.

    Le père Oliver Buba, du diocèse de Yola, est le dernier prêtre enlevé au Nigeria. Il a été enlevé le 21 mai. Dans une déclaration publiée le même jour par l'évêque Stephen Mamza de Yola, le prêtre a été enlevé dans sa résidence de l'église catholique St Rita, dans la zone de gouvernement local de Numan.

    "C'est avec tristesse que nous informons le grand public de l'enlèvement de l'un de nos prêtres, le très révérend père Oliver Buba", indique le communiqué de l'évêque.

    "Nous invitons tous les fidèles du Christ et tous les hommes et femmes de bonne volonté à prier sincèrement pour que notre prêtre soit libéré rapidement et sain et sauf", a ajouté l'évêque, avant de confier la sécurité du prêtre aux soins affectueux de la Vierge Marie.

    Le porte-parole du commandement de la police de l'État d'Adamawa, Suleiman Nguroje, a confirmé l'incident mercredi, déclarant aux médias locaux que "nos agents de l'unité anti-kidnapping sont actuellement en train de ratisser partout pour sauver l'ecclésiastique et appréhender les malfaiteurs".

    L'enlèvement de mardi est survenu sept jours à peine après qu'un autre prêtre, le père Basil Gbuzuo du diocèse d'Onitsha, a été enlevé le 15 mai.

    Le père Prudentius Aroh, chancelier de l'archidiocèse d'Onitsha, a écrit que l'archevêque Valerian Maduka Okeke d'Onitsha invitait "tous les fidèles du Christ et tous les hommes et femmes de bonne volonté à prier sincèrement pour la libération rapide et sûre du prêtre, alors que nous intensifions nos efforts pour assurer sa liberté".

    "Nous recommandons notre frère à la puissante intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère des prêtres, pour qu'il soit rapidement libéré des mains de ses ravisseurs", précise le communiqué.

    Le directeur de la Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit - appelée Intersociety - a déclaré que les enlèvements étaient devenus une épidémie au Nigeria.

    "C'est très, très décourageant", a déclaré Emeka Umeagbalasi.

    "Si l'on parle du nombre de prêtres catholiques, de séminaristes, de révérendes sœurs et d'autres leaders chrétiens, y compris les leaders des églises pentecôtistes, les leaders des églises africaines instituées enlevés au cours des dix dernières années, nous devrions parler de centaines de personnes", a-t-il déclaré à Crux.

    "Rien que cette année, pas moins de dix prêtres catholiques ont été enlevés", a-t-il ajouté, précisant que les enlèvements reposaient sur deux facteurs : économique et religieux.

    "Il y a ceux qui enlèvent des prêtres catholiques dans le but de promouvoir le radicalisme religieux. Les auteurs de cette catégorie sont des djihadistes, des bergers peuls et d'autres djihadistes", a déclaré M. Umeagbalasi.

    "La deuxième catégorie est celle des personnes qui enlèvent des prêtres afin d'obtenir une rançon, et cette pratique est généralement le fait d'entités criminelles violentes", a-t-il ajouté.

    En 2022, l'évêque de Sokoto, dans le nord du Nigeria, Mathew Hassan Kukah, a révélé qu'il avait dû dépenser environ 20 000 dollars pour libérer certains prêtres de son diocèse des mains de leurs ravisseurs.

    "Je suis l'évêque du diocèse de Sokoto, j'ai dépensé [...] de l'argent que je n'ai pas parce que mes prêtres ont été kidnappés et que je n'ai nulle part où aller. Je n'ai pas honte de le dire parce que ce sont des réalités essentielles", avait déclaré M. Kukah à l'époque.

    Les récents enlèvements s'inscrivent dans le contexte plus large de la persécution des chrétiens au Nigeria, un pays de plus de 230 millions d'habitants, presque également divisé entre chrétiens et musulmans.

    Les chiffres d'un consortium d'organisations de la société civile connu sous le nom de Groupe d'action conjointe de la société civile révèlent que 17 469 Nigérians - pour la plupart des chrétiens - ont été enlevés depuis 2019.

    Le Nigeria se classe au sixième rang mondial sur la liste de surveillance mondiale 2024, qui identifie les pays où les chrétiens subissent une persécution sévère. Cette liste est compilée par Portes Ouvertes, une ONG qui se consacre au soutien des chrétiens dans le monde.

    L'année dernière, Intersociety a publié un rapport glaçant qui révélait qu'au moins 52 250 chrétiens avaient été tués au Nigéria depuis 2009, lorsque le groupe islamiste Boko Haram a commencé sa campagne meurtrière pour créer un califat. Ces chiffres ont considérablement augmenté depuis.

    M. Umeagbalasi a déclaré que la vague d'enlèvements et de meurtres était la preuve de l'échec systémique de l'appareil de sécurité du pays.

    "Les mécanismes d'enquête dans ce pays sont morts parmi les agences de sécurité ; les renseignements sont morts, la police préventive est morte et les agences de sécurité générale au Nigeria sont d'inspiration islamique", a-t-il déclaré à Crux.

  • La COMECE regrette la transformation de l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée : "Un nouveau coup dur pour le dialogue interreligieux"

    IMPRIMER

    shutterstock_1800218683-2

    logopress660

    La COMECE regrette la transformation de l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée : "Un nouveau coup dur pour le dialogue interreligieux

    La Commission des Épiscopats de l'Union européenne (COMECE) a commenté, jeudi 23 mai 2024, la récente mise en œuvre de la décision des autorités turques de transformer l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée. "Cette mesure dilue encore davantage les racines historiques de la présence chrétienne dans le pays. Toute initiative de dialogue interreligieux promue par les autorités turques perd de sa crédibilité".

    Quatre ans après la conversion de la basilique Sainte-Sophie en mosquée, la très symbolique église Saint-Sauveur de Chora, à Istanbul, suit le même chemin. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a officiellement ouvert l'église chrétienne orthodoxe byzantine au culte islamique au début du mois de mai 2024.

    "C'est un pas de plus dans la dilution des racines historiques de la présence chrétienne dans le pays, et c'est une décision regrettable qui rendra la coexistence religieuse plus difficile. Avec cette action, toute initiative de dialogue interreligieux promue par les autorités du pays perdra inévitablement de sa crédibilité", déclare le Père Manuel Barrios Prieto, Secrétaire général de la COMECE.

    L'église du IVe siècle est un emblème du christianisme oriental et une mémoire vivante de la présence historique des chrétiens dans le pays. Le temple fait partie du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO et a fonctionné comme musée pendant des décennies.

    En juillet 2020, la COMECE a commenté le changement de statut du monument du patrimoine mondial Sainte-Sophie, qui est passé de musée à temple musulman, estimant qu'il s'agissait d'un " coup porté au dialogue interreligieux ". À cette occasion, la COMECE a également souligné le "grave problème" de la Turquie en matière de discours de haine et de menaces à l'encontre des minorités nationales, ethniques et religieuses.

  • Niger : les chrétiens fuient après l’introduction de la charia

    IMPRIMER

    D'Open Doors via kath.net/news :

    Niger : les chrétiens fuient après l’introduction de la charia

    23 mai 2024

    Pasteur évangélique : « Quand les djihadistes sont arrivés, ils ont dit que tous les chrétiens devaient payer 50 000 francs ; Quiconque n’en a pas les moyens doit accepter l’Islam. »

    Kelkheim (kath.net/Open Doors) « Quand les djihadistes sont arrivés, ils ont dit que tous les chrétiens devaient payer 50 000 francs ; Quiconque n’en a pas les moyens doit accepter l’islam. » C’est ce que rapporte le pasteur Yandi de la région de Tillabéri, au sud-ouest du Niger. Des annonces similaires ont été faites dans au moins sept villages de la zone, obligeant 357 familles chrétiennes à fuir depuis le 2 mai.

    Quiconque paie la capitation est autorisé à rester - en tant qu'esclave

    Le pasteur Yandi est chez lui dans la commune de La Tapoa, où les jihadistes ont rassemblé tous les habitants sur la place du marché le 16 avril 2024. Ils ont dit aux personnes rassemblées qu'à partir de ce jour, tous les hommes âgés de 15 ans et plus devraient payer la taxe islamique (« Jizya ») à moins qu'ils n'acceptent de se convertir à l'islam. La jizya est perçue conformément à la loi islamique auprès des résidents non musulmans des États musulmans. Cela introduira au moins partiellement la charia dans les zones touchées. Dans leur annonce, les islamistes ont en outre déclaré que cette réglementation s'appliquait à tous les villages sous leur contrôle. Les 50 000 francs ouest-africains requis correspondent à environ 76 euros.

    Dans le même temps, selon les contacts locaux de Portes Ouvertes, il a été fortement conseillé à tous les villageois de se convertir à l’islam. Quiconque paie l'impôt requis est toujours autorisé à rester dans son village, mais aux conditions suivantes : Toutes les personnes concernées et leurs familles sont gardées comme esclaves. Tous vos biens deviennent automatiquement la propriété des djihadistes. Ceux qui ne veulent pas (ou ne peuvent pas) se convertir à l’islam ou payer la jizya sont autorisés à quitter le village, mais n’emportent rien avec eux à l’exception des vêtements qu’ils portent.

    Un avenir incertain nécessite une aide urgente

    Selon nos partenaires locaux, outre La Tapoa, les jihadistes se sont rendus dans six autres villages de la région de Tillabéri pour annoncer leur nouvelle loi. Résultat, 357 familles chrétiennes ont cherché refuge dans la ville de Makalondi. De nouveaux sont ajoutés chaque jour.

    « [À cause de cette annonce] nous avons fui et sommes venus ici sans rien. Nous ne pouvions même pas emporter nos provisions de nourriture avec nous. C'est très difficile pour nous de trouver une place ici, il n'y a pas de logement pour nous », a expliqué le pasteur Yalitchoi.

    En ce moment, les chrétiens se blottissent sous les arbres, cherchant un abri contre le soleil brûlant. Cependant, la saison des pluies ne tardera pas à commencer, ce qui rendra la vie encore plus difficile pour les chrétiens déplacés à Makalondi.

    La situation sécuritaire au Niger s'est détériorée ces dernières années, notamment dans les zones frontalières avec le Nigeria, le Burkina Faso et le Mali. Des groupes armés y ont installé des bases et mènent à plusieurs reprises des attaques contre les forces de sécurité et la population civile. En 2017, le gouvernement a déclaré l'état d'urgence dans les régions de Diffa, Tahoua et Tillabéri. Les jihadistes ciblent particulièrement les chrétiens et les animistes dans les villages, raison pour laquelle des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs villages depuis le début des troubles.

    Nos partenaires évaluent actuellement la manière dont ils peuvent aider au mieux les personnes déplacées. Cependant, comme la région est très rurale et difficile d’accès, les efforts de secours posent des défis majeurs.

  • « Dans 10 ou 15 ans, l’islam pourrait être la première religion de France »

    IMPRIMER