Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Religions

  • Inde : les chrétiens visés par les lois anti-conversion

    IMPRIMER

    De Sylvain Dorient sur aleteia.org :

    En Inde, les chrétiens dans le viseur des lois anti-conversion

    Ashwini Kumar Upadhyay adressait le 23 septembre 2022 une pétition à la Cour suprême l’avertissant du « danger national » que feraient peser sur le pays les conversions. Comprenez les conversions d’hindous, (80% de la population) à d’autres religions, l’islam (14%) et le christianisme (2%). Ces minorités menaceraient le peuple indien selon cet avocat et politicien, affilié au BJP (Bharatiya Janata Party), le parti hindouiste au pouvoir. 

    Il prône une extension des lois anticonversions à l’ensemble des 28 États que compte l’Inde. Depuis le mois de mai, 10 États disposent d’une telle loi condamnant les conversions obtenues par des moyens frauduleux comme la menace, la corruption, la séduction ou la superstition.

    Contre le Love Djihad

    Au Karnataka, le dernier État à s’être doté d’une telle loi au mois de mai 2022, des nationalistes hindous s’exprimant sur Indiafaith dénoncent une « augmentation anormale du nombre de convertis ». Ils visent la minorité musulmane, qui constitue 12% de la population de l’État et qui pratiquerait le « Love djihad ». Des musulmans séduiraient des jeunes filles pour les épouser et les convertir à l’islam. À l’inverse, constatent-ils, un hindou qui veut épouser une musulmane doit se convertir à l’islam. Par ailleurs, les chrétiens – 1,8% de la population – croîtraient, selon l’article, en nombre anormal en raison des conversions qu’ils obtiendraient auprès des populations « pauvres et peu éduquées » de l’État. Aux yeux des auteurs de l’article, la loi anti-conversion luttera contre ces « abus », et elle ne réprime « que les conversions frauduleuses ». Elle prévoit des peines d’emprisonnements de 3 à 5 ans, incompressibles, pour les fautifs. 

    La même année, en novembre 2021, deux religieuses indiennes étaient empoignées par une foule en furie pour avoir “converti des hindous”.

    Pourtant, l’expérience prouve que ces lois, loin de calmer les esprits, tendent la société indienne, qui est très sensible aux questions religieuses. Ainsi, le 11 février 2021, l’État de l’Uttar Pradesh au nord-est du pays, adoptait ce type de loi. La même année, en novembre 2021, deux religieuses indiennes étaient empoignées par une foule en furie pour avoir « converti des hindous ». Sœur Monteiro et sœur Roshi Minj, membres de la congrégation franciscaine des Ursulines, décrivent pour l’AED une foule hurlant des slogans anti-chrétiens, les traînant jusqu’à un poste de police afin qu’elles soient jugées. 

    L’Uttar Pradesh ne compte qu’une proportion infime de chrétien, 0,18%, mais les nationalistes hindous y sont très virulents, en particulier depuis l’élection du gouverneur de l’État Yogi Adityanath. Ascète hindou et membre du BJP, il a été élu en mars 2017. Depuis cette date, l’Uttar Pradesh a enregistré 384 cas d’attaques contre la minorité chrétienne. 

    L’agenda du BJP

    Le BJP, parti nationaliste indien, n’a cessé d’accroître sa mainmise sur le pouvoir depuis la première élection de Narendra Modi au poste de Premier ministre, le 26 mai 2014. Réélu, il a progressivement durci son discours à l’égard des minorités. Il a emporté les élections législatives de 2019 en se présentant comme le défenseur des Indiens face aux menaces du Pakistan et de la Chine. Les « influences étrangères » au sens large, même les plus bénignes, sont désormais suspectes, raison pour laquelle le gouvernement n’a pas renouvelé les licences de plus de 500 organisations humanitaires au début de l’année 2021. Sans cette licence, les organisations visées ne pouvaient plus recevoir de dons de pays étrangers. L’un des chefs d’accusations des nationalistes contre les minorités religieuses est en effet d’utiliser de l’argent étranger pour corrompre les citoyens indiens. 

    Parmi ces organisations se trouvaient les sœurs de la Charité, la Congrégation fondée par Mère Teresa. Au regard du soutien qu’elle fournit aux Indiens les plus pauvres, cette décision aurait pu provoquer une catastrophe humanitaire. Elles ont finalement pu obtenir leur licence devant le tollé suscité par cette mesure, mais rien ne garantit que l’État ne jouera pas à nouveau de ce puissant levier pour mettre sous pression la minorité chrétienne de son pays.

  • Pourquoi les évangéliques anglicans deviennent catholiques : Un entretien avec Mgr Nazir-Ali

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    Pourquoi les évangéliques anglicans deviennent catholiques : Un entretien avec Mgr Nazir-Ali

    L'ancien évêque anglican Michael Nazir-Ali a été reçu dans l'Église catholique en 2021 et ordonné prêtre de l'Ordinariat personnel de Notre-Dame de Walsingham.

    1er octobre 2022

    L'ancien évêque anglican Michael Nazir-Ali a été reçu dans l'Église catholique en 2021 et ordonné prêtre de l'Ordinariat personnel de Notre-Dame de Walsingham.

    Cette décision est remarquable non seulement parce que M. Nazir-Ali était autrefois l'un des principaux candidats au poste d'archevêque de Canterbury, le chef spirituel des anglicans du monde entier. Il était également significatif parce qu'il venait de l'aile évangélique de l'anglicanisme, plutôt que de la partie qui s'identifie fortement au catholicisme.

    Nazir-Ali est né à Karachi, la plus grande ville du Pakistan, le 19 août 1949. Il a été ordonné clerc anglican en 1976 et est devenu le plus jeune évêque de la Communion anglicane en 1984.

    Après avoir été contraint de quitter le Pakistan, il s'est installé en Angleterre et a été nommé 106e évêque de Rochester, un siège occupé par saint John Fisher avant la Réforme. Depuis 1999, il siège à la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement britannique.

    Il a pris sa retraite en tant qu'évêque de Rochester en 2009 et est maintenant président d'OXTRAD, qui prépare les chrétiens au ministère dans les régions où l'Église est persécutée. Il a reçu le titre de "monseigneur" en avril dernier.

    Les autres prêtres catholiques de Nazir-Ali ont dit tout le bien qu'ils pensaient de lui. L'un d'eux a déclaré au Pillar qu'il était "l'un des plus grands dons à l'Église depuis Newman". Un autre l'a décrit comme ayant "un cerveau étonnant".

    Alors pourquoi a-t-il décidé de traverser le Tibre ? Pourquoi d'autres anglicans évangéliques font-ils le même voyage ? Et que peut faire l'Église catholique pour les accueillir ?

    Nazir-Ali a répondu à ces questions, et a parlé de son histoire de vie inhabituelle, un soir avec The Pillar via Zoom.

    Monseigneur, qu'est-ce que le christianisme ?

    Pour moi, la foi chrétienne est bien sûr intensément personnelle. Elle implique un engagement personnel envers Dieu qui se révèle dans le Christ - ma réponse à cela dans la foi mais aussi dans la vie.

    Mais le christianisme a aussi des implications plus larges que cela, en étant une vision du monde sur la nature de l'univers et notre place dans celui-ci. Cette dimension rivalise avec d'autres visions du monde, bien sûr, y compris les autres religions, mais pas seulement. Je fais la distinction entre la foi à laquelle on croit et la foi par laquelle on croit. L'une est subjective et l'autre a un contenu objectif.

    L'anglicanisme est un phénomène complexe et il existe différents sous-groupes. L'un d'eux est l'anglicanisme évangélique. Qu'est-ce que c'est ?

    C'est très diversifié. Il y a des évangéliques très conservateurs qui sont vraiment réformés calvinistes et qui interprètent la tradition anglicane de cette manière. Puis il y a les anglicans évangéliques charismatiques qui voient les choses différemment, qui sont beaucoup plus souples sur la doctrine et même peut-être sur les questions de vie morale, mais qui mettent l'accent sur l'expérience de l'Esprit et l'expérience spirituelle en général. Et puis il y a tout un nombre de personnes - peut-être la majorité - qui se disent "évangéliques ouverts", qui sont engagés dans l'évangélisation. Il existe donc différents éléments parmi les anglicans évangéliques.

    Lire la suite

  • Lever le silence sur les dérives au sein des communautés bouddhistes

    IMPRIMER

    De France Inter :

    L'émission sur Arte :

    Abus sexuels, manipulations mentales et détournements de fonds : le bouddhisme tibétain est secoué par de graves scandales. Un récit fouillé qui lève le voile sur les dessous peu spirituels d’une religion vénérée en Europe.  

    Il s’appelle Ricardo Mendes et, très jeune, il a vécu l’enfer dans une communauté bouddhiste à Castellane, loin de l’idéal de sagesse prônée par son fondateur, Robert Spatz. Désormais en quête de justice et s’étant constitué partie civile dans un procès, Ricardo raconte comment le lama belge incitait ses disciples à lui abandonner leur progéniture, lui laissant le champ libre. Sévices corporels, privations de nourriture et de liberté ou viols subis par les filles furent le lot quotidien d’enfants sans protection. Ces abus ne relèvent pourtant pas de l’exception : depuis que le bouddhisme tibétain s'est imposé comme un phénomène de mode dans les années 1960, notamment en Europe, les scandales sexuels et financiers se multiplient, tandis que ses maîtres en exil prospèrent. Icône internationale, le dalaï-lama a lui-même longtemps couvert les agissements secrets de ceux qui servaient l’expansion de sa religion : avec une économie fondée sur la charité, celle-ci doit éviter les affaires trop tapageuses...

    Le lama Sogyal Rinpoché, à la tête d’un empire après la publication de son best-seller Le livre tibétain de la vie et de la mort, finit pourtant par être dénoncé par de nombreuses victimes pour son goût immodéré du luxe, son autoritarisme violent et ses dérives sexuelles. Il symbolise ainsi ce que le dalaï-lama nomme du bout des lèvres "les problèmes éthiques"... Dans les arrière-salles des monastères "Les gens prennent le charisme pour une qualité spirituelle."

    Grâce à ses révélations et à la qualité de ses intervenants, ce documentaire édifiant contribue à dessiller le regard occidental "fleur bleue" sur l’exotique bouddhisme tibétain. Il rappelle notamment que cette religion requiert une dévotion totale de l'élève, lequel doit certifier à son maître de garder le secret sur les initiations auxquelles il doit se soumettre : un terreau idéal pour couvrir d’une chape de silence les abus de toute nature.

    Les recherches menées par la journaliste Élodie Emery et le documentariste Wandrille Lanos affinent la perception de cette spiritualité qui se pare de tant de vertus, dont la pauvreté. Car le bouddhisme, véritable multinationale, se déploie avec ses têtes de gondole, ses produits dérivés (dont la méditation), ses filiales (les centres bouddhistes pour public aisé), ses stratégies de communication et agences spécialisées dans la gestion de crise. Fort de nombreux témoignages, dont des chercheurs et des adeptes abusé(e)s qui racontent l’envers du décor, ce récit fouillé lève le voile sur les impostures du bouddhisme, si prisé en Occident pour... sa quête de la paix intérieure.

    Documentaire d'Elodie Emery et Wandrille Lanos (France, 2022, 1h30mn) disponible jusqu'au 13/10/2022 

  • Aux funérailles étonnamment chrétiennes de la reine Elizabeth II : le Vatican a raté le coche

    IMPRIMER

    Lu sur le site « National Catholic Register » :

    « COMMENTAIRE : Incorporant des contributions remarquables de la part des catholiques, l'Église d'Angleterre a fourni un modèle à tous les chrétiens sur la façon dont les funérailles doivent être conduites.

    Le roi Charles III suit derrière le cercueil de la reine Elizabeth II, drapé de l'étendard royal avec la couronne d'État impériale et l'orbe et le sceptre du souverain, tel qu'il est réalisé depuis l'abbaye de Westminster. après les funérailles nationales de la reine Elizabeth II le 19 septembre à Londres, en Angleterre.

    Il s'agissait des funérailles d'État les plus grandioses de l'histoire pour le monarque le plus ancien de l'histoire. 

    Avant et après , c'était un enterrement chrétien. 

    L'Église d'Angleterre a rendu un service signalé à tous les chrétiens en fournissant un modèle sur la manière dont les funérailles doivent être conduites, à une époque où les liturgies funéraires tant sacrées que civiques sont devenues plutôt émaciées. 

    La priorité de la prière 

    La reine a été à juste titre et bien louée lors de diverses cérémonies au cours de la semaine dernière. Le jour de ses funérailles était un jour de prière. 

    A partir du moment où le cortège funèbre pénétra dans l'abbaye de Westminster jusqu'au chant de Je suis la Résurrection et la Vie , le mystère de la mort et de la vie éternelle prit le pas sur tous les autres. 

    "Nous ferons tous face au jugement miséricordieux de Dieu", a prêché l'archevêque de Cantorbéry, Justin Welby.  

    L'archevêque a prononcé une magnifique homélie funéraire, modèle pour toute la prédication funéraire chrétienne. Il a prêché des vérités sur le "leadership serviteur" de la reine, mais l'a présentée comme une disciple chrétienne d'abord et comme une monarque ensuite. La journée comprenait l'apogée de la pompe et de l'apparat britanniques, mais l'archevêque Welby a noté que "la mort est la porte de la gloire". 

    La durée de la vie et du règne de la reine a été soulignée lorsque ses restes terrestres sont passés sous les statues des martyrs du XXe siècle installées au-dessus de la grande porte ouest de l'abbaye pour le millénaire. La reine est née trois ans avant la naissance de Martin Luther King Jr., et lorsqu'elle est venue à l'abbaye pour son mariage en 1947, saint Maximilien Kolbe n'était même pas mort depuis une décennie. 

    Complètement absents étaient les discours des officiers laïcs de l'État. Et à ce silence bienvenu s'ajoutait le silence profond, voire palpable, des foules immenses autour de l'abbaye et le long du mail jusqu'au palais de Buckingham. C'était une manifestation de révérence, une vertu publique très requise pour une vie commune saine.  

    La richesse du rituel 

    Le rituel d'un monarque décédé est plus riche que pour tout autre, et les funérailles ont magistralement permis au rituel de parler. La congrégation de la chapelle Saint-Georges à Windsor s'est tenue en silence pendant que les instruments du pouvoir terrestre de la reine - l'orbe, le sceptre et la couronne d'État impériale - étaient retirés du cercueil et placés sur le maître-autel. Puis ils ont chanté Christ Is Made the Sure Foundation . Que dire de plus sur le fondement de toute autorité ? 

    Lire la suite

  • L'Église catholique est la mère de la science moderne

    IMPRIMER

    De Thomas Maino sur le National Catholic Register :

    L'Église catholique est la mère de la science moderne

    Dans toutes les civilisations, la science a été "mort-née", mais dans la chrétienté, elle a prospéré et a donné lieu à des réalisations telles que le télescope spatial James Webb.

    21 septembre 2022

    "Je te prie, mon enfant, de regarder le ciel et la terre et de voir tout ce qui s'y trouve, et de reconnaître que Dieu ne les a pas faits avec des choses qui existaient. Et c'est de la même manière que le genre humain est né."

    Ainsi parla la mère à son fils qui allait être martyrisé pour sa foi. Ce passage du deuxième livre des Maccabées exprime la fascination des Juifs de l'Antiquité pour l'œuvre de Dieu. La Creatio ex nihilo, ou création à partir de rien, a été introduite dans la conscience du monde par l'Écriture des Hébreux. Les Pères de l'Église ont suivi cette croyance, s'opposant aux néo-platoniciens, qui considéraient que le monde faisait partie de Dieu.

    Le télescope spatial James Webb, récemment lancé, a capturé des images de l'espace lointain encore plus impressionnantes que son prédécesseur, le télescope spatial Hubble. L'un des premiers concepts de télescope remonte à Roger Bacon, un franciscain du 13e siècle. Dans un article écrit en 1260, il décrit la possibilité d'un instrument grossissant : "Une petite armée peut paraître très grande", et il prophétise également que "l'homme sera capable d'étudier la lune et les étoiles dans les moindres détails". Ce concept étonnant ne sera réalisé que lorsque les brevets et la construction de télescopes commenceront au début du 17e siècle.

    Lorsque l'on étudie l'histoire des sciences, il devient immédiatement évident que quelque chose dans le monde occidental a donné naissance à la science moderne. Mais pourquoi cela ? C'est un sujet qui a profondément fasciné le père bénédictin Stanley Jaki. Influencé par les travaux pionniers du physicien et historien des sciences Pierre Duhem, Jaki a consacré sa vie académique à l'étude de la relation entre la foi et la science, et plus précisément à l'essor de la science et à l'implication du christianisme dans ce processus. En étudiant l'ensemble de l'histoire des sciences, Jaki a identifié ce qu'il a appelé des moments "mort-nés" de la science - des exemples de génie scientifique qui n'ont jamais abouti à l'établissement de la méthode scientifique en tant que discipline dans une culture donnée. Il a constaté que c'était le cas dans de nombreuses cultures anciennes : l'Égypte, Babylone, l'Inde, la Chine, la Grèce et le monde musulman. La découverte de Jaki est que c'est la vision du monde omniprésente dans ces cultures qui a étouffé tout développement de la science.

    L'Égypte ancienne était consumée par l'animisme, le panthéon des dieux régissant tous les aspects du monde. Un manque de signification était attribué au cosmos en raison de la perception de la nature immuable et cyclique de la réalité, ce qui empêchait toute discipline intellectuelle continue de prendre racine.

    Babylone, une culture imprégnée de mathématiques et d'astronomie, ne pouvait séparer ses dieux du monde. Leur cosmologie consistait à attribuer les événements célestes à des combats de dieux - une fantaisie qui rendait leur concept de "science" trop abstrait pour être durable. Les recherches dans un monde imaginé comme un conflit entre le chaos et l'ordre étaient vouées à l'échec.

    Lire la suite

  • Pas le temps de rencontrer le Pape François. La Chine a déjà son propre pape, Xi

    IMPRIMER

    Bergoglio f2de46e590.jpgMais qu’allait-il faire dans cette galère ? Lu sur « Diakonos » cet article de Sandro Magister, le vaticaniste de l’ « Espresso » :

    « Après l’annulation de la rencontre prévue au Kazakhstan avec le patriarche de Moscou Cyrille, le Pape François n’a pas non plus pu rencontrer, à Nour-Sultan, aujourd’hui de nouveau appelée Astana, le président chinois Xi Jinping, qui était pourtant en visite d’État dans la capitale kazakhe ce mercredi 14 septembre, le jour même où le Pape réaffirmait le droit « élémentaire et inaliénable » à la liberté religieuse, qui ne doit pas être seulement intérieure ou cultuelle mais surtout « le droit de chaque personne à témoigner publiquement de sa propre foi », tout l’opposé de ce qui se passe en Chine.

    Cette rencontre avec Xi avait été demandée plusieurs jours à l’avance par le Vatican – comme l’a révélé l’agence Reuters – mais côté chinois, on a répondu qu’on n’avait pas le temps de l’organiser. Et déjà sur le vol aller de Rome vers le Kazakhstan, le Pape François avait déclaré ne plus avoir aucune nouvelle.

    Mais ensuite, lors de la conférence de presse sur le vol de retour à Rome (photo), le Pape a reparlé abondamment de la Chine, en réponse à une question d’Elise Anna Allen de « Crux », qui lui rappelait qu’à Hong Kong, le procès contre le cardinal Zen Zekiun était sur le point de s’ouvrir et qui lui demandait s’il considérait que ce procès constituait « une violation de la liberté religieuse ».

    La transcription officielle de la réponse du Pape François vaut la peine d’être lue dans son intégralité, avec ses balbutiements, ses réticences et ses bizarreries, parce qu’elle constitue un condensé parfait de son approche sur la Chine :

    « Pour comprendre la Chine, il faut un siècle, et nous ne vivons pas un siècle. La mentalité chinoise est une mentalité riche et quand elle tombe malade, elle perd un peu de sa richesse, elle est capable de commettre des erreurs. Pour bien comprendre, nous avons fait le choix du dialogue, ouverts au dialogue. Il y a une commission bilatérale Vatican-Chine qui avance bien, lentement, parce que le rythme chinois est lent, eux ils ont une éternité pour aller de l’avant : c’est un peuple d’une patience infinie. Mais des expériences que j’ai eues auparavant – pensons aux missionnaires italiens qui sont allés là et qui ont été respectés comme scientifiques, pensons, aujourd’hui encore, à tant de prêtres et de croyants qui ont été appelés par l’université chinoise parce que cela met la culture en valeur -, ce n’est pas facile de comprendre la mentalité chinoise, il faut la respecter, moi je respecte toujours. Et ici, au Vatican, il y a une commission de dialogue qui fonctionne bien. C’est le cardinal Parolin qui la préside et en ce moment c’est l’homme qui connaît le mieux la Chine et le dialogue chinois. C’est quelque chose de lent, mais on fait des petits pas en avant. Qualifier la Chine d’antidémocratique, moi je ne le ferais pas, parce que c’est un pays si complexe, avec ses rythmes… Oui, c’est vrai qu’il y a des choses qui ne nous semblent pas démocratiques, ça c’est vrai. Le cardinal Zen, qui est âgé, sera jugé ces prochains jours, je crois. Lui, il dit ce qu’il entend, et on voit bien que là, il y a des limitations. Plus que de donner des qualificatifs, parce que c’est difficile, et je ne me sens pas en mesure de donner des qualifications, ce sont des impressions ; plus que de donner des qualifications, moi je cherche la voie du dialogue. Ensuite, dans le dialogue, on peut éclaircir tant de choses et pas seulement concernant l’Église, d’autres secteurs aussi. Par exemple, l’étendue de la Chine : les gouverneurs de province sont tous différents, il y a des cultures différentes au sein de la Chine. C’est un géant, comprendre la Chine, c’est quelque chose de géant. Il ne faut pas perdre patience, il en faut, il en faut beaucoup, mais nous ne devons pas mettre le dialogue en péril. Moi j’essaye d’éviter de donner des qualificatifs parce que oui, peut-être, mais allons de l’avant ».

    Lire la suite

  • Les dominicains d'Avrillé proposent des tracts d'apologétique

    IMPRIMER

    Tracts d’Apologétique

    Tract n°1 – Dieu      à télécharger ici

    Tract n°2 – Jésus-Christ prophétisé    à télécharger ici

    Tract n°3 – La Résurrection    à télécharger ici

    Tract n°4 – La Charité    à télécharger ici

    Tract n°5 – Témoins de Jéhovah    à télécharger ici

    Tract n°7 – Qui ?    à télécharger ici

    Tract n°8 – Laïcité – Islam    à télécharger ici

    Tract n°9 – Martin Luther – l’anti-saint    à télécharger ici

    consultez aussi le site : Oui, la vraie religion est facile à trouver

  • Un déprogrammeur chinois honoré par Xi Jinping

    IMPRIMER

    De sur Bitter Winter :

    Un déprogrammeur chinois honoré par Xi Jinping

    16/09/2022

    Liu Yanfu, l'architecte de l'un des plus grands réseaux de centres de déprogrammation en Chine, a reçu un prix lors de la Conférence nationale de félicitations.

    Les médias de Mongolie intérieure (que ses habitants non han préfèrent appeler Mongolie du Sud) et nationaux publient de somptueux éloges de Liu Yanfu, chef de section au Comité politique et juridique du Comité municipal de Wuhai du Parti communiste chinois. Liu a été récompensé par Xi Jinping le 30 août par l'un des prix décernés aux "fonctionnaires dont le peuple est satisfait" lors de la Conférence nationale de félicitations de la Chine.

    Wuhai est une ville de niveau préfecture en Mongolie intérieure, et la section que Liu dirige s'appelle la section de coordination anti-Xie-Jiao. Liu est également connu pour avoir contribué à la création, en Mongolie intérieure, de l'un des plus grands réseaux chinois de "maisons de soins" (关爱之家), c'est-à-dire de centres où les membres du xie jiao sont emmenés pour être déprogrammés. Comme les lecteurs de Bitter Winter le savent, "xie jiao" est souvent traduit par "sectes", mais cette traduction est à la fois anachronique et inexacte. Le "xie jiao" est utilisé en Chine depuis le Moyen Âge pour désigner des formes de religion "illégale" et des mouvements religieux considérés comme hostiles au gouvernement.

    Le Falun Gong, l'Église de Dieu Tout-Puissant et l'Association des Disciples sont considérés comme les principaux xie jiao en Chine aujourd'hui, et il existe une liste des xie jiao mise à jour périodiquement. Cependant, la sécurité publique et les tribunaux ont une grande latitude pour désigner comme xie jiao les groupes inclus ou non dans la liste.

    La machinerie anti-xie-jiao en Chine est énorme. Le prix décerné à Liu met en lumière sa taille et ses caractéristiques. Liu est un ancien militaire de haut rang, qui s'est reconverti à plein temps dans l'anti-xie-jiao en 2007. Les motivations de la récompense nous apprennent qu'il a appliqué la stratégie militaire à la lutte contre le xie jiao dans la région de Wuhai, et qu'il a organisé plus de 1 850 événements anti-xie-jiao. Il a également tiré parti du système de grille, qui a divisé toute la Chine en grilles de 100×100 mètres pour la surveillance, en installant un correspondant anti-xie-jiao dans chaque grille de Wuhai.

    Le principal succès de Liu réside toutefois dans la mise en place en Mongolie intérieure d'un réseau de 83 "maisons de soins", centrées à Wuhai, où les membres du xie jiao sont emmenés pour être déprogrammés, ce qui, en Chine, est parfois appelé "résoudre la confusion idéologique".

    Selon les motivations du prix, Liu a remporté un grand succès avec ses "Caring Homes", qui sont devenus un modèle national. Le fait qu'il y ait 83 établissements de ce type dans une région de Mongolie intérieure donne une idée de l'ampleur des opérations de lutte contre le xie-jiao et des efforts de déprogrammation des membres du xie-jiao en Chine aujourd'hui.

  • "Un supermarché des religions"

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    L'évêque du Kazakhstan met en garde contre la rencontre interreligieuse à laquelle le pape a participé

    L'évêque Athanasius Schneider a parlé avec EWTN du rassemblement dans son pays, qui s'est terminé aujourd'hui.

    15 septembre 2022

    NUR-SULTAN, Kazakhstan - Une grande conférence interreligieuse à laquelle le pape François a assisté au Kazakhstan cette semaine avait l'objectif bienvenu de promouvoir la paix et l'harmonie, mais risquait aussi de donner l'impression d'un "supermarché des religions" qui relativise la seule vraie religion de l'Église catholique, a déclaré Mgr Athanasius Schneider. 

    L'évêque auxiliaire d'Astana, au Kazakhstan, qui a participé à la visite du pape dans ce pays d'Asie centrale du 13 au 15 septembre, a déclaré que l'objectif de la rencontre, à savoir promouvoir l'harmonie et la paix, était "bon", mais a ajouté "qu'il y a aussi un danger que nous, l'Église catholique, n'apparaissions pas simplement comme une des nombreuses religions."

    "Nous ne sommes pas l'une des nombreuses religions, nous sommes la seule vraie religion que Dieu a ordonné à tous les peuples de croire", a déclaré l'évêque Schneider à Alexey Gotovskiy d'EWTN à Nur-Sultan, la capitale de la nation. "Il n'y a pas d'autre voie vers le salut". 

    Le pape s'est rendu à Nur-Sultan (anciennement Astana) principalement pour s'adresser au septième congrès des chefs des religions mondiales et traditionnelles. Cette rencontre, qui a lieu tous les trois ans, a rassemblé près de 100 délégations de 60 pays, et comprenait des représentants du christianisme, de l'islam, du judaïsme, du shintoïsme, du bouddhisme, du zoroastrisme et de l'hindouisme.

    Dans ses commentaires à M. Gotovskiy, Mgr Schneider s'est dit préoccupé par le fait que lorsque les responsables de l'Église participent à de tels événements, ils donnent l'impression que l'Église appartient à "un supermarché des religions - tout le monde est là et vous pouvez choisir ce que vous voulez. Mais Jésus-Christ n'est pas dans le supermarché des religions. Il est le seul [vrai Dieu]". 

    Il a préconisé de trouver des moyens d'améliorer ces réunions, et a recommandé qu'il serait préférable d'avoir des réunions locales à un "niveau humain", atténuant ainsi "le danger du relativisme, de l'indifférentisme et du syncrétisme." 

    L'évêque Schneider a exprimé des préoccupations similaires dans son livre à succès de 2019, Christus Vincit : Le triomphe du Christ sur les ténèbres de l'époque. Il a déclaré à la journaliste Diane Montagna qu'en ne prêchant pas clairement la vérité du Christ aux membres d'autres religions, il pense que les clercs d'aujourd'hui commettent un "grand péché par omission." 

    Depuis le Concile Vatican II, a-t-il poursuivi, le dialogue interreligieux a donné l'impression que tous les peuples "voyagent sur des voies parallèles vers le même Dieu et parviendront tous à la même fin", mais il a estimé que c'était une "trahison de l'Évangile". Si les Apôtres avaient utilisé cette méthode, a-t-il dit, "ils n'auraient pas converti tant de gens au Christ" et seraient morts "non pas en martyrs mais dans leur lit". 

    Au cours du congrès, le pape, qui était assis aux côtés d'autres chefs religieux comme un parmi tant d'autres, a partagé avec eux son espoir que la rencontre conduise à un chemin "fraternel" vers la paix construit sur "le respect, le dialogue sincère, le respect de la dignité inviolable de chaque être humain et la coopération mutuelle." 

    "Les religions nous rappellent que nous sommes des créatures, que nous ne sommes pas omnipotents, mais des hommes et des femmes qui cheminent vers le même but céleste", a-t-il déclaré aux participants lors d'un discours-programme mercredi. Le lendemain, dans ses commentaires de clôture du congrès, il a exhorté toutes les religions et sociétés à impliquer les femmes et les jeunes dans la quête de la paix mondiale.

    Remarques à Reuters

    Mgr Schneider a critiqué publiquement le pape par le passé, mais il a déclaré aux journalistes à Nur-Sultan le 15 septembre, alors qu'il attendait l'arrivée du pape François à la cathédrale Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours pour une réunion d'évêques, de membres du clergé, de religieux et de laïcs, que ces critiques étaient l'expression de la "collégialité" et qu'elles étaient utiles à l'Église. 

    "Nous ne sommes pas des employés du pape, des évêques. Nous sommes des frères", a-t-il déclaré, selon l'agence Reuters. "Quand en toute conscience je sens que quelque chose n'est pas correct ou ambigu, je dois le lui dire, avec respect, fraternellement". 

    Les évêques qui ne sont pas d'accord avec le pape doivent être francs, a-t-il poursuivi, et ne doivent pas se laisser prendre aux "adulations et à l'encens" ou "se comporter comme un employé envers un patron", selon Reuters. 

    Le pape François a déclaré par le passé qu'il accueillait favorablement ces "critiques constructives" et est connu pour apprécier la franchise et l'honnêteté de ses amis et associés, mais il a critiqué "ceux qui sourient tout en vous poignardant dans le dos".

    Edward Pentin a commencé à faire des reportages sur le pape et le Vatican à Radio Vatican avant de devenir le correspondant à Rome du National Catholic Register d'EWTN. Il a également réalisé des reportages sur le Saint-Siège et l'Église catholique pour un certain nombre d'autres publications, dont Newsweek, Newsmax, Zenit, The Catholic Herald et The Holy Land Review, une publication franciscaine spécialisée dans l'Église et le Moyen-Orient. Edward est l'auteur de The Next Pope : The Leading Cardinal Candidates (Sophia Institute Press, 2020) et The Rigging of a Vatican Synod ? Une enquête sur les allégations de manipulation lors du Synode extraordinaire sur la famille (Ignatius Press, 2015). 

  • Le congrès des leaders religieux mondiaux : un projet athée

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Congrès des leaders religieux mondiaux, un projet athée

    13-09-2022

    La participation du pape lui-même au Congrès des chefs religieux mondiaux et traditionnels, qui se déroule à partir d'aujourd'hui au Kazakhstan, ne peut manquer de susciter interrogations et perplexité. Le prétexte est d'œuvrer pour la paix mondiale, mais l'Église participe ainsi à la nouvelle morale civile syncrétiste, qui met nécessairement entre parenthèses la vérité ou la non-vérité des religions.

    Le congrès de l'année dernière

    Le voyage de François au Kazakhstan, d'aujourd'hui, 13 septembre, au 17 septembre, a été largement couvert par les médias. Le programme détaillé publié par le Saint-Siège est connu, on sait qu'il ne rencontrera pas le patriarche Kirill comme on l'avait précédemment spéculé, on sait en revanche qu'il y aura peut-être une place pour voir le président chinois Xi Jinping. Surtout, il a été expliqué que François participera au 7e congrès des chefs des religions mondiales et traditionnelles qui se tiendra à Astana, désormais Nur Sultan, "en tant que messager de la paix" à un moment où le monde en a grandement besoin.

    Les reportages ont beaucoup insisté sur l'importance de ces rencontres religieuses pour la paix et l'harmonie. Tout cela est connu, mais l'importance de la réunion des chefs religieux se prête également à d'autres évaluations, dont les médias officiels - presque tous maintenant - ne parlent pas. Voyons voir...

    Commençons par examiner ce qu'est ce Congrès des leaders des religions mondiales et traditionnelles. Elle a été créée en 2003 à l'initiative du président du Kazakhstan de l'époque et a pour objectifs de rechercher des "points de référence humains communs dans les religions mondiales et traditionnelles" et de gérer une "institution interreligieuse internationale permanente pour le dialogue des religions et l'adoption de décisions concertées". C'est ce qu'on appelle "l'ONU des religions".  

    Le Congrès fonctionne par l'intermédiaire d'un Secrétariat qui, comme nous l'apprenons sur le site officiel, met en œuvre les décisions, prépare les matériaux, rédige les documents, s'accorde sur les questions clés et, surtout, coordonne "l'interaction avec les structures internationales sur les questions de dialogue interreligieux et intercivilisationnel". À ce jour, 19 secrétariats ont fonctionné. Dans l'actuelle, siègent 10 représentants de l'islam, 5 du christianisme dont un catholique, 4 représentants du bouddhisme, 1 du taoïsme, 1 du shintoïsme, 1 de l'hindouisme, 3 des institutions internationales et 5 représentants de la République du Kazakhstan. Comme on peut le constater, la composition du Secrétariat n'offre pas une grande garantie d'équilibre, les catholiques en sont presque totalement absents, et il semble qu'il fonctionne davantage pour les contacts avec les institutions. L'ONU des religions ne peut certainement pas rester détachée des assemblées des organismes internationaux, avec lesquels elle doit s'accorder sur les problèmes de paix et d'harmonie.

    Lire la suite

  • Inde : l’héritage de Mère Teresa mis à mal par le nationalisme hindou

    IMPRIMER

    Vingt-cinq ans après sa mort, la religieuse reste une figure reconnue dans son pays d’adoption, où elle a fondé les Missionnaires de la Charité pour se mettre au service des plus démunis. Si la congrégation y est toujours bien implantée, les sœurs de Mère Teresa sont régulièrement visées par des accusations du parti au pouvoir.

    Dans les rues de Calcutta, les murs des bâtiments ont été repeints en bleu et blanc il y a quelques années. Un hommage simple, aux couleurs du sari que la religieuse a revêtu dès son arrivée dans le pays. « Ici, Mère Teresa fait partie du quotidien des habitants », résume le père Laurent Bissara, prêtre des Missions étrangères de Paris (MEP) dans la capitale de l’État du Bengale, où se trouve la maison mère des Missionnaires de la Charité, la congrégation qu’elle avait fondée en 1950.

    Vingt-cinq ans après sa mort, le 5 septembre 1997, son héritage reste ancré dans la société indienne. Les foyers des sœurs comptent plus de 20 000 salariés et personnes accueillies dans le pays, dont 1 902 religieuses ayant formulé le vœu – spécifique à la congrégation – de consacrer leur vie aux pauvres. « Mère Teresa a été la première à mener une œuvre missionnaire sans aucune discrimination de religion, de caste, de couleur », rappelle le père Vincent Kundukulangara, prêtre des MEP dans le Kerala, dans le sud de l’Inde, qui témoigne de la reconnaissance de la population envers l’œuvre des sœurs.

    Contexte politique de tensions

    L’héritage spirituel de Teresa de Calcutta, canonisée en 2016, s’inscrit toutefois dans un contexte politique tendu. Depuis 2014, le BJP, parti nationaliste hindou au pouvoir, mène une politique répressive envers les minorités religieuses, dont font partie les 28 millions de chrétiens du pays (2,3 % de la population). « Pour Narendra Modi (le leader du BJP et premier ministre de l’Inde), Mère Teresa est une figure à oublier », observe le père Yann Vagneux, également prêtre des MEP, installé à Bénarès.

    Les missionnaires ont été régulièrement visées par des accusations de baptêmes forcés ces dernières années, alors que le pouvoir traque toute tentative de prosélytisme par le vote de lois anti-conversions. Une suspicion de trafic d’enfants avait en outre ébranlé la congrégation en 2018, lorsqu’un couple avait affirmé avoir payé les sœurs d’un foyer de Ranchi, dans le nord-est de l’Inde, pour adopter un enfant. Cette déclaration avait mené à l’interpellation d’une religieuse, à l’ouverture d’une enquête dans toute la congrégation pour commerce de nourrissons et à la fermeture, l’année suivante, du foyer.

    Lire la suite

  • Inde (Punjab) : actes de vandalisme contre une église catholique

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/INDE - Actes de vandalisme contre une église catholique au Punjab

    31 août 2022 

    Patti (Agence Fides) - Des actes de vandalisme et d'intimidation ont pris place contre une communauté catholique dans l'état indien du Punjab, au nord de l'Inde. Une statue de la Vierge Marie a été endommagée et le véhicule d'un prêtre a été brûlé à Patti. Comme l'a expliqué à Fides le père Thomas Poochalil, curé de la paroisse, l'incident s'est produit dans les premières heures du 31 août 2022, peu après minuit, près de l'église catholique de l'Enfant Jésus, dans le diocèse de Jalandhar. Une foule de militants non identifiés a frappé la statue de la Pieta devant l'église, et a mis le feu à une voiture. La foule a lancé des slogans tels que : "Nous sommes Khalistanais". Le mouvement du Khalistan est un mouvement séparatiste sikh qui cherche à créer une patrie pour les sikhs en établissant un État souverain, appelé "Khalistan", dans la région du Pendjab.

    "Le personnel de la police a été informé et l'enquête est en cours. Nous demandons le soutien et la prière en ce moment choquant pour tous ceux d'entre nous qui resteront sur le campus", rapporte le père Poochalil. "Nous demandons l'intercession de notre patronne, Notre Dame Reine de la Paix, pour que la paix et la tranquillité règnent et que, dès que possible, les auteurs soient traduits en justice", ajoute-t-il.

    Ces dernières années, des violences ciblées contre les églises et leur personnel, tels que les prêtres, les religieuses, les pasteurs et les chrétiens, ont été signalées dans plusieurs États de l'Inde. Toutefois, le gouvernement fédéral nie l'existence d'"actes de violence ciblés" à l'encontre des chrétiens. Le United Christian Forum (UCF), un groupe de réflexion réunissant des chrétiens de diverses confessions, a recensé pas moins de 127 cas de violence contre des chrétiens au cours des 103 premiers jours de 2022 en Inde, alors que 486 cas d'attaques ont été documentés en 2021. En Inde, 2,3 % des quelque 1,4 milliard d'habitants sont chrétiens.

    (SD-PA) (Agence Fides 31/8/2022)