Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Zélés, généreux, virils : ce que le cardinal Sarah veut dire aux prêtres

IMPRIMER

D'Andrea Zambrano sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Zélés, généreux, virils : ce que Sarah veut dire aux prêtres

10-06-2021

Il ne délègue pas sa formation aux réseaux sociaux, il ne paresse pas au lit jusqu'à 11 heures du matin, il fait de bonnes lectures, il augmente sa foi, il s'intéresse au destin éternel de ses enfants, il défend avec virilité son épouse, l'Église, contre les attaques, il ne se laisse pas utiliser comme une marionnette dans les talk-shows, il conserve la liturgie et ne l'invente pas parce qu'il sait que sa tâche est de reproduire la liturgie qui existe au Ciel et il s'appelle "don" parce qu'il exerce une responsabilité. Et de temps en temps, il vide son compte en banque pour faire l'expérience de la Providence, aider les pauvres et se sentir en famille tous les 27 du mois. L'identikit du vrai prêtre selon le Cardinal Sarah. Son dernier livre, "Au service de la vérité", sort aujourd'hui. 

Que doit avoir un prêtre pour être vraiment un homme de Dieu ? La question n'est pas anodine, car nous vivons des temps de crise profonde du sacerdoce, pris entre le risque du fonctionnalisme et les tentations du monde. Selon le cardinal Robert Sarah, le zèle pour les âmes ne peut faire défaut à une personne consacrée. Qu'est-ce que le zèle ? C'est le préfet émérite du culte divin lui-même qui l'a expliqué lors des exercices spirituels de la fraternité sacerdotale Summorum Pontificum qui se sont tenus en février 2020, peu avant que le verrouillage ne perturbe la vie des prêtres : " Le zèle, c'est l'intérêt. Une personne est aussi zélée que quelqu'un ou quelque chose l'intéresse vraiment. Le zèle pour les âmes est donc l'intérêt que le pasteur doit porter au salut éternel des brebis confiées à ses soins."

Avec un tel critère, il suffirait d'esquisser son pasteur ou son confesseur : cet homme s'intéresse-t-il vraiment à moi et à mon salut éternel ?

Les mots de Sarah aux prêtres de l'amitié SP sont devenus un livre qui sort aujourd'hui chez Fede & Cultura. Au service de la vérité. Sacerdoce et vie ascétique, tel est le titre du livre qui recueille les méditations réalisées par l'ancien préfet à la sodalité sacerdotale qui a édité, par l'intermédiaire du Père Vincenzo Nuara, l'introduction. (ICI pour commander)

C'est un livre sur le sacerdoce, ou plutôt, un guide sur le sacerdoce. Destiné aux prêtres, mais convenant également aux laïcs, afin qu'ils sachent reconnaître si quelque chose manque à leurs prêtres, ou quel aspect ils aimeraient voir mieux développé chez eux. Ou même les aider à se frayer un chemin à travers ce qui pourrait être les tentations modernes des curés.

Sarah en énumère quelques-uns avec perspicacité et connaissance du sujet : il y a tout d'abord l'éducation reçue car "souvent les prêtres n'ont pas reçu une solide éducation humaine, affective et religieuse dans la famille, ils n'ont pas été éduqués dans la foi ou dans la valeur du renoncement et du sacrifice et cela se répercute souvent dans de nombreux aspects du ministère".

La deuxième tentation est l'organisation : "Il y a des prêtres qui se lèvent à 11 heures et ferment l'église le matin, d'autres qui restent debout tard le soir et d'autres encore qui gaspillent leur temps. La troisième est l'utilisation désordonnée d'internet : "Si nous permettons à internet de remplacer notre réflexion et notre responsabilité de discernement, alors nous devenons des automates aux mains des autres." Le danger, selon Sarah, "est que le net détruise nos cerveaux et fasse de nous les marionnettes de quelqu'un d'autre".

Une quatrième tentation de péché pour le prêtre est sa préparation théologique et doctrinale insuffisante ou malsaine : "Une saine doctrine est nécessaire et aide grandement le prêtre à éviter les occasions de péché. Le prêtre a le devoir de lire et d'étudier, mais de lire et d'étudier de bons livres, des livres qui l'aident."

Cela conduit au zèle, qui est précisément cet intérêt pour l'âme qui lui est confiée. Sarah a demandé aux participants au cours d'exercices spirituels : "Avons-nous du zèle pour les âmes ? Sommes-nous intéressés par leur destin éternel ? Quelle tristesse de voir que tant d'âmes sont peut-être perdues à cause de la froideur, de l'indifférence de ceux qui ont été mandatés pour coopérer avec Dieu à leur salut ! Nous ne nous soucions peut-être pas des âmes, mais le Christ, lui, s'en soucie ! Pour nous, en fait, les âmes n'ont rien coûté, mais le Christ a payé cher pour elles !"

Le prêtre zélé doit se mettre en première ligne pour défendre son troupeau, et il "s'inquiète de savoir si les courants culturels et idéologiques de notre époque ne risquent pas de polluer l'âme de ses brebis : surtout l'âme des plus jeunes".

Mais le zèle ne naît pas spontanément, mais seulement de la foi. Il y est ramené. Le livre traite pendant de nombreuses pages de l'aspect de la foi et de ce qui se passe lorsque le prêtre en manque.

Il y a un passage qui rend bien l'idée de foi et de Providence qu'un prêtre, selon Sarah, doit avoir. C'est une foi d'abandon total, que nous prenons souvent pour acquis chez un homme d'Église mais qui ne l'est pas. Pour les secouer, Sarah va même jusqu'à utiliser une hyperbole significative, qui n'a rien à voir avec le paupérisme, mais qui est en réalité un exercice de confiance, empruntant les mots entendus d'un évêque à ses prêtres : "De temps en temps, remettez votre compte bancaire à zéro. Prenez tout ce qu'il y a et donnez-le aux pauvres ou pour réparer l'église ou pour acheter des vêtements et des vases sacrés dignes. Réinitialisez votre compte bancaire. Vous ferez ainsi l'expérience de tant de personnes qui vivent dans l'espoir que le 27 du mois arrive bientôt, lorsque leur salaire ou leur pension sera versé. Des milliers de familles vivent ainsi et ont peut-être un sens plus vif de la Providence que de nombreux prêtres qui se taisent parce qu'ils ont beaucoup d'argent à dépenser.

Sarah dénonce la "spiritualité protestante qui a pénétré de nombreux prêtres" et "l'émotivité" dont beaucoup ont besoin pour "ressentir quelque chose", ce qui les conduit à déformer et à s'approprier la liturgie. "C'est une dérive sentimentale, alors qu'au contraire la sainteté n'est pas un état d'esprit, mais un fait objectif" car "la liturgie, c'est ça : redonner à Dieu la primauté et à genoux l'adorer. Une liturgie anthropocentrique serait une liturgie décentralisée, la tâche du culte divin est de reproduire sur terre la liturgie céleste des anges et des saints".

Il rappelle ensuite qu'un prêtre doit avoir la "virilité". "La psychologie virile, dit-il en citant l'exemple de saint Joseph, consiste à prendre en charge une famille et à y subvenir.

Le prêtre "doit être un père pour ses fidèles, jamais un ami. Une familiarité excessive du prêtre avec les fidèles est toujours nuisible", et en plus de défendre ses enfants, les fidèles, il doit aussi défendre son épouse, l'Église, "des attaques qu'elle reçoit", ajoute-t-il, mettant en garde les prêtres invités à des talk-shows qui "sont des marionnettes utiles dans les mains de ceux qui dirigent le show-business".

Avec autorité, mais jamais autoritariste.  En commençant par le nom. Sarah condamne l'habitude de nombreux prêtres de ne pas s'appeler "don" ou "père" mais seulement par leur nom de baptême : "Au milieu du troupeau du Christ, une fois ordonnés, nous ne nous représentons plus nous-mêmes, mais Lui. Accoler "père" ou "don" au nom n'est pas un honneur mondain, mais vise à indiquer concrètement cet aspect fondamental. Ainsi, les fidèles se souviendront implicitement de qui nous sommes : les ministres de Dieu et de l'Église. Mais pas seulement eux : nous aussi, nous nous souviendrons ! S'entendre appeler "père" ou "don", voire demander poliment qu'on nous appelle ainsi, ne relève pas de la vanité ou de la recherche des honneurs mondains. Au contraire, c'est un appel à la responsabilité.

Il en va de même pour l'habitude de se dépouiller des vêtements sacerdotaux pour revêtir des habits bourgeois plus confortables : "Le prêtre qui ne porte pas l'habit, que propose-t-il pour approcher les gens ? Pour les évangéliser afin de les amener au Christ, ou pour se fondre dans la foule ? Au-delà des cas particuliers, nous devrions toujours être reconnus comme des pères pour nos enfants et comme des ministres de Dieu et de l'Église catholique pour les non-catholiques. Ce n'est pas du formalisme, c'est une question de fond."

Commentaires

  • Très profond et très pertinent ! Ce livre doit être considéré comme un petit tableau de bord pour tout jeune prêtre ! Nous devons les offrir en cadeaux à nos prêtres et évêques pourquoi pas ! Bien qu'il prenne à contre pied la vision du monde en grand combat contre la vision patriarcale !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel