Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Bien commun, questions actuelles et implications politico-juridiques

IMPRIMER

Le nouveau département Hora Decima des éditions de l'Homme Nouveau est fier de vous présenter son premier livre : "le Bien commun, questions actuelles et implications politico-juridiques".

Ce livre comble un manque. Il s’avère, en effet, que la conception classique du bien commun a été déformée et sa compréhension obscurcie. Sa nature est devenue extrêmement floue, le terme vidé de tout sens précis. C’est donc à l’impérieuse nécessité d’un travail de définition, d’exhumation historique et philosophique, que les textes réunis dans ce volume cherchent à répondre en s’attachant à retrouver la conception traditionnelle du bien commun, à mettre en évidence les idéologies qui l’ont dénaturée et, enfin, à expliquer les conditions de sa mise en œuvre. Avec une préface exceptionnelle de Guillaume Bernard

Il est en précommande jusqu'au 15 août sur le site de l'Homme Nouveau. https://hommenouveau.aboshop.fr/commo...

Les 100 premiers exemplaires seront numérotés !

Hora Decima est un département des Editions de l'Homme Nouveau conçu pour un public exigeant, soucieux de découvrir des essais, des livres d'histoire, de théologie politique ou des productions universitaires accessibles, en écho aux problématiques d'aujourd'hui.

...

Commentaires

  • Je suis très curieux de voir ce livre et la définition qu'il donne du "bien commun". C'est pareil avec la "justice sociale", l'"intérêt général" et l'"antiracisme". Ces notions sont indéfinissables en quelques mots (demandez à 100 personnes ce qu'elles en pensent et vous aurez 100 avis différents) et signifient exactement le contraire des intentions que certains voudraient nous convaincre qu'elles portent. Prenons la "justice sociale". En quoi prendre à Pierre pour donner à Paul par l'intermédiaire de Jean sous l'autorité de Jacques ou directement est-ce juste et donc moral si Pierre ne le désire pas? Le Christ a demandé aux hommes de partager afin d'aider son prochain mais n'a jamais dit que l'aide devait être éternelle et toujours à sens unique et n'a jamais non plus demandé que des institutions coercitives genre camisole de force socialo-étatiste soient créées à cet effet afin de contraindre. Quant au "bien commun", il est invoqué comme argument de dernier recours, quand il n'y a plus rien à dire pour justifier l'injustifiable. Idem pour l'"intérêt général" et l"anti-racisme". Critiquer la politique d'Obama, c'est du racisme. Et apprécier Thomas Sowell ou Walter Williams aussi. Le problème est qu'ils sont tous Afro-Américains. Et donc, ces notions sont des références pseudo-morales à géométrie étrangement très variable. J'attends le livre pour la fin de l'été mais je peux dire à ce stade que s'il faut un livre pour définir le "bien commun", c'est déjà pas bon, ce qui excite ma curiosité. On verra bien. Merci pour cette référence.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel