Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Michael Nazir-Ali, ancien évêque anglican de renom et autorité en matière d'islam, reçu dans l'Église catholique

IMPRIMER

D'Edward pentin sur le National Catholic Register :

Michael Nazir-Ali, ancien évêque anglican de renom, reçu dans l'Église catholique

La décision de Lord Nazir-Ali est un geste d'une "proportion et d'une signification monumentales", déclare un autre ancien anglican et converti à l'Église catholique, Gavin Ashenden.

14 octobre 2021

Un éminent évêque retraité de l'Église d'Angleterre, autrefois pressenti pour devenir un futur archevêque de Canterbury, a été reçu dans l'Église catholique, devenant ainsi l'un des ecclésiastiques anglicans les plus en vue à faire le voyage à Rome, probablement depuis le père Ronald Knox en 1917. 

Michael Nazir-Ali a été reçu dans l'Église le 29 septembre, en la fête de saint Michel Archange et de tous les anges, et sera ordonné prêtre catholique "en temps voulu", selon une déclaration publiée par l'Ordinariat personnel de Notre-Dame de Walsingham et la Conférence des évêques d'Angleterre et du Pays de Galles. 

L'ancien évêque anglican a déclaré qu'il croyait que le "désir anglican d'adhérer à l'enseignement apostolique, patristique et conciliaire peut maintenant être mieux maintenu dans l'Ordinariat" et qu'il était "impatient de bénéficier des richesses d'autres parties de l'Église, tout en apportant peut-être une modeste contribution au maintien et à l'amélioration du patrimoine anglican au sein de la communauté élargie".

"Le ministère dans l'Église du Pakistan, au Moyen-Orient en général, dans l'Église d'Angleterre et dans la Communion anglicane au sens large reste précieux pour moi et je vois cela comme une étape supplémentaire dans le ministère de notre Seigneur commun et de son peuple", a déclaré Nazir-Ali. "En ce moment, je demande des prières comme je continue à prier pour toutes les parties de l'Église".

Benoît XVI a créé l'ordinariat personnel en 2010, une structure canonique par laquelle les anglicans souhaitant entrer en pleine communion avec l'Église catholique pouvaient le faire tout en conservant leur patrimoine anglican. 

Mgr Keith Newton, l'Ordinaire de l'Ordinariat, a déclaré que lui-même et les autres membres de la structure canonique "se réjouissent de sa réception dans la pleine communion et de son ordination prochaine". 

Il a ajouté que l'ancien évêque anglican "apporte une grande expérience de la communion anglicane et se trouve dans une position unique pour articuler ce patrimoine anglican, décrit par le pape Benoît XVI comme un trésor à partager, qui a maintenant une place honorée dans l'Église universelle".

Une autorité en matière d'islam

Marié et père de deux fils, possédant la double nationalité pakistanaise et britannique, Nazir-Ali a dirigé pendant 15 ans l'ancien diocèse de St John Fisher en tant qu'évêque anglican de Rochester en Angleterre, période pendant laquelle il s'est forgé une réputation de grand défenseur de la foi et de la culture chrétiennes et de défenseur des chrétiens persécutés. 

Ses commentaires parfois francs, étayés par ce que l'ancien archevêque de Canterbury, Rowan Williams, a appelé son "énorme compétence théologique", l'ont parfois amené à se heurter aux pouvoirs séculiers, en particulier sur l'islam, sujet sur lequel il faisait autorité au sein de la Communion anglicane. 

En 2008, un an avant son départ de Rochester, il a reçu des menaces de mort pour avoir déclaré à un journal dominical que les extrémistes islamiques créaient des "zones interdites" pour les non-musulmans en Grande-Bretagne. Il a également déclaré que l'Église ne faisait pas assez pour convertir les musulmans au christianisme et a mené des initiatives de dialogue entre la Communion anglicane et des institutions universitaires islamiques telles que l'université Al-Azhar au Caire et son équivalent chiite en Iran. 

En 2009, il a déclaré que le comportement homosexuel était un péché et a appelé les homosexuels à "se repentir et à être changés". Plus tôt cette année, il a écrit un article dans The Spectator appelant l'Église d'Angleterre à se concentrer sur "l'aide aux personnes en difficulté de notre nation, le soutien de la vie familiale et l'encouragement des gens à revenir à l'église" au lieu de se consacrer à la "théorie critique des races". Il a également accusé l'Église d'Angleterre de "sauter sur les vagues à la mode" telles que la "cancel culture" et le "wokisme". 

"L'abandon par Michael Nazir-Ali du projet anglican en faveur de la recherche de la pleine communion avec Rome par le biais de l'Ordinariat est un geste d'une proportion et d'une signification monumentales", a déclaré Gavin Ashenden, ancien vicaire anglican et aumônier honoraire de la reine, qui a lui-même été reçu dans l'Église catholique en 2019. 

Ashenden a également observé que la conversion de Nazir-Ali est différente de la plupart des convertis anglicans très médiatisés, car ils ont eu tendance à être des personnes qui s'identifient comme des catholiques anglophones. 

"Le fait que Nazir Ali soit issu d'un milieu évangélique et plus profondément ancré dans les hypothèses de la réforme protestante rend la trajectoire de son voyage plus significative et plus instructive", a déclaré Ashenden au Register. 

Un passé chrétien-musulman 

Né à Karachi, au Pakistan, en 1949, Nazir-Ali est d'origine anglicane, catholique et musulmane. Son père s'est converti de l'islam chiite et il a été éduqué dans des écoles catholiques à Karachi. Il a été reçu dans l'Église anglicane du Pakistan à l'âge de 20 ans, ordonné vicaire anglican en 1976 et consacré évêque de Raiwind, au Pakistan, en 1984. 

Il a ensuite excellé en tant qu'érudit, recevant de nombreux prix universitaires, notamment des universités de Karachi, Oxford et Cambridge, ainsi qu'un doctorat en théologie de Lambeth. 

Avant sa nomination à Rochester en 1999, il était secrétaire général de la Church Missionary Society. Une fois nommé évêque de Rochester, il est devenu membre de la Chambre des Lords, période pendant laquelle il s'est concentré sur les relations internationales, le dialogue entre les personnes de différentes confessions, la liberté d'expression et de parole et la défense de la dignité humaine de la conception à la mort. 

Il a également écrit de nombreux ouvrages, le plus récent étant Faith, Freedom and the Future : Challenges for the 21st Century, publié en 2016, dans lequel il analyse les défis actuels auxquels sont confrontés les chrétiens d'aujourd'hui tout en offrant une vision pleine d'espoir sur la façon dont vivre la foi chrétienne peut aider la société actuelle. 

Depuis qu'il a quitté Rochester en 2009, il est directeur de l'Oxford Centre for Training, Research, Advocacy & Dialogue (OXTRAD), dont la mission est de préparer les chrétiens au ministère dans des situations où l'Église est sous pression et en danger de persécution.

Le père de l'Ordinariat Benedict Kiely, fondateur de Nasarean.org, qui défend les intérêts des chrétiens persécutés au Moyen-Orient, a déclaré qu'en apprenant la nouvelle il y a quelques jours, il a été "comblé de joie à l'idée que cet éminent homme d'église soit ordonné prêtre catholique dans l'Ordinariat".

"J'ai appris à connaître l'ancien évêque, qui sera bientôt le père Michael Nazir Ali, pendant de nombreuses années en raison de son travail inlassable pour l'Église persécutée", a déclaré le père Kiely au Register. "Ce sera l'un des grands dons qu'il apportera à l'Église : à la fois sa connaissance approfondie de l'islam, et sa foi profonde en Jésus-Christ, seul médiateur entre Dieu et l'homme." 

"A bout de souffle

Ashenden a déclaré que le parcours de Lord Nazir-Ali dans la Communion anglicane en tant qu'évangélique plutôt qu'anglo-catholique est significatif à deux égards : "La première est que le schisme de l'église enraciné dans la Réforme s'est essoufflé et a été remplacé par un nouveau réalignement culturel et philosophique non moins important ; la lutte s'est transformée en une lutte entre les restes de la chrétienté et un nouvel assaut séculaire du marxisme (culturel) ; deux visions utopiques en conflit direct". 

La seconde, selon Ashenden, "est que, selon Nazir-Ali, l'anglicanisme a succombé aux forces du sécularisme progressiste et que l'on ne peut compter que sur l'Église catholique pour défendre la foi contre ce nouveau sécularisme aux instincts totalitaires si ambitieux. 

"Le projet visionnaire de l'Ordinariat du pape Benoît XVI sera considérablement renforcé et encouragé par sa conversion et son adhésion", a-t-il prédit. 

Réagissant à la nouvelle, Justin Welby, l'archevêque de Canterbury, s'est dit "reconnaissant" pour les "décennies de service dévoué de Nazir-Ali à l'Église d'Angleterre et à la Communion anglicane", ajoutant qu'il "continuera à être une bénédiction pour l'Église mondiale en rejoignant l'ordinariat." Son expertise dans "l'évangélisation, le dialogue interconfessionnel, l'œcuménisme et l'éducation théologique a été un grand cadeau", a-t-il déclaré. 

L'accueil de Lord Nazir-Ali dans l'Église intervient après celui d'autres anglicans éminents. Outre la réception d'Ashenden en 2019, le mois dernier, l'évêque anglican d'Ebbsfleet, Jonathan Goodall, est entré dans l'Église catholique. 

Selon les sources, Nazir-Ali sera ordonné diacre dans l'Ordinariat le 28 octobre et ordonné prêtre par le cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster, le 30 octobre à l'église principale de l'Ordinariat, Notre-Dame de l'Assomption et Saint-Grégoire, à Londres.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel