Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une défense du pape Benoît XVI sur les abus et l'esprit du temps

IMPRIMER

De kath.net/news :

Une défense du pape Benoît XVI sur les abus et l'esprit du temps

26 janvier 2022

"En tant que biologiste évolutionniste, baptisé catholique mais resté incroyant toute sa vie (il a quitté l'Église en 1982), je suis horrifié, irrité par la campagne de diffamation actuelle contre le pape émérite Benoît XVI"

Commentaire du professeur Ulrich Kutschera

En tant que biologiste évolutionniste baptisé et confirmé dans la foi catholique, mais resté incroyant toute ma vie (il a quitté l'Eglise en 1982), je suis horrifié et irrité par la campagne de diffamation actuelle contre le pape émérite Benoît XVI. Bien que, en tant que "darwiniste", je ne sois pas d'accord avec l'éminent catholique sur le plan de la vision du monde, je tiens à défendre ci-après en termes clairs cet homme droit, que j'apprécie en tant que philosophe de la religion et auteur de livres.

J'ignore les présentations faites dans les médias grand public (par exemple Stern.de, 20.1.2022 : "...le pape émérite a menti... et détruit l'image de sa vie") et j'ai préféré consulter les sources originales. Celles-ci donnent une autre image.

Des représentants du cabinet d'avocats munichois WSW ont présenté leur "expertise sur les cas d'abus dans l'archevêché de Munich et Freising" lors de l'émission "Phoenix in Ort-Live - 20.1.2022". Selon ce rapport, l'ancien pape s'est exprimé le 14 décembre 2021 sur l'accusation de dissimulation d'abus sur des enfants dont il aurait eu connaissance de la part d'ecclésiastiques ayant des dispositions à cet effet dans son domaine de responsabilité.

Il ne se souviendrait plus d'une discussion qui aurait eu lieu il y a plus de 40 ans ( !). A l'époque, le 15 janvier 1980, il s'était occupé, entre autres, de l'affaire du professeur Hans Küng (1928-2021) ; le cas du prêtre pédocriminel X, également traité comme point de discussion, ne lui revient plus en mémoire, et une preuve contraire à cette déclaration sans équivoque du pape émérite n'a pas encore été apportée.

Comme l'a expliqué l'avocat Dr. U. Wastl, ce prêtre agresseur X a été condamné en 1986 à une peine légère pour abus sexuels sur des garçons, le juge ayant "reconnu sa pédophilie comme un facteur de réduction de la culpabilité". Dans l'expertise sur les abus, nous lisons à la page 62 que "l'esprit du temps est au pouvoir sur les enfants", et c'est là que commence ma défense du catholique sincère Ratzinger.

Le pape Benoît XVI a été archevêque de Munich de 1977 à 1982 en tant que cardinal Josef Ratzinger. Conformément à l'esprit de l'époque, les relations érotiques de personnes adultes, en particulier d'hommes gays avec des garçons mineurs, étaient encore largement considérées comme des "peccadilles" : c'était exactement la période où les activistes pédosexuels étaient par exemple tolérés et encouragés par les représentants des "Verts" (voir lien : "Scandale pédophile : bilan de l'horreur verte").

D'un point de vue actuel, la minimisation de la violence sexuelle envers les enfants à l'époque est condamnée à juste titre, mais pendant les années 1970-80, d'autres "mœurs" étaient encore en vigueur. On croyait à l'existence d'une "sexualité infantile", qui pouvait alors logiquement être "satisfaite" (voir "Homosexualité : faits et mythes en conflit" et "Troisième sexe"). Le pape émérite a probablement commis une erreur à l'époque ; il aurait dû prendre au sérieux et poursuivre les quatre cas d'abus dont il avait peut-être connaissance, commis pour la plupart par des auteurs homophiles masculins ("boylover").

De même, il aurait été de la responsabilité des décideurs politiques des autorités scolaires de dénoncer à temps les viols massifs de jeunes garçons commis par le directeur pédosexuel de l'école d'Odenwald en Hesse, Gerold Becker (1936-2010). Les méfaits homosexuels de Becker sont encore aujourd'hui minimisés par son ancien compagnon, le pédagogue réformateur Hartmut v. Hentig (né en 1925), mais dans ce cas, le tollé médiatique ne se fait pas entendre (voir "Strafsache Sexualbiologie", en ligne sur www.evolutionsbiologen.de/media/files/flyer-final.pdf).
 
L'actuelle "affaire de l'ex-pape" concerne autre chose : conformément à l'esprit du temps actuel, des "hommes blancs" célèbres sont régulièrement humiliés par "la faction médiatico-politique du genre", avec la tentative de détruire leurs mérites durement acquis.
 
Que le pape émérite Benoît XVI se console en apprenant que d'éminents athées, tels que les scientifiques de l'évolution Charles Darwin (1809-1882 ) ou Ernst Haeckel (1834--1919), ainsi que le fondateur de la biologie moléculaire, le prix Nobel James D. Watson (né en 1928), sont "traînés dans la boue" de la même manière par les bien-pensants modernes - dans ces cas, les trois biologistes condamnés par les médias seraient soudain des "racistes". C'est tout aussi absurde que l'affirmation selon laquelle l'"image de vie" extraordinairement positive du pape émérite aurait été détruite d'un seul coup en raison d'une faute possible, mais nullement prouvée, qui, selon l'esprit pro-pédophile de l'époque, était sans doute d'importance secondaire.

Le professeur Ulrich Kutschera est un biologiste de l'évolution et un physiologiste de renommée internationale. Il est professeur émérite de l'Institut de biologie de l'Université de Kassel et visiting scientist à Stanford/Californie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel