Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Liturgie : nouvelles attaques du Pape François contre les « rigidités » qui selon lui menacent l’Eglise

IMPRIMER

pape (1).jpgLe dialogue avec le pape actuel n’est pas pour demain : dans son homélie de la messe de la Parole de Dieu du 23 janvier, François a blâmé une nouvelle fois les « tentations perverses de rigidité » présentes selon lui dans l’Église. Lu sur le site web de l’hebdomadaire « Famille Chrétienne » :

« Durant la messe, le pape François a, dans son homélie, dénoncé vigoureusement les rigidités qui menacent aujourd’hui l’Église. Mettant d’abord en garde contre la « tentation de nous enfermer dans une religiosité sacrale qui se réduit à un culte extérieur », il a insisté sur le fait que Jésus n’était pas venu « remettre une liste de normes ni présider une cérémonie religieuse ». Au contraire, il est « descendu dans les rues du monde pour rencontrer l’humanité blessée ».

Il a alors fustigé les « tentations de rigidité », une véritable « perversion » selon lui. Puis il a considéré que les personnes pensant trouver Dieu en étant inflexibles suivaient en réalité une idole. « Et une idole, ce n’est pas Dieu », a-t-il insisté, invitant à écouter la Parole de Dieu qui « transforme ».

En improvisant largement, il a également dénoncé une autre tentation présente dans l’Église, celle de la « spiritualité angélique », ces mouvements spirituels « gnostiques » qui proposent une « Parole de Dieu qui vous met “en orbite” et ne vous laissent pas toucher la réalité ». Or l’Évangile « nous place dans la vie, dans les situations quotidiennes, dans l’écoute des souffrances de nos frères et sœurs ». Le pape avait quelques instants auparavant déploré avec douleur le fait de voir « nos frères et sœurs mourir en mer parce qu’ils ne sont pas autorisés à débarquer ».

En conclusion, le chef de l’Église catholique a appelé les chrétiens à remettre la Parole de Dieu « au centre » de la vie de l’Église. « Ainsi, nous serons libérés de tout pélagianisme rigide, de toute rigidité, et nous serons libérés de l’illusion des spiritualités qui vous mettent ‘en orbite’ sans se soucier de nos frères et sœurs ».

Ref. Le pape fustige les « tentations de rigidité » qui menacent l'Église

Commentaires

  • L'aveuglement volontaire quant à la réalité du monde dans lequel sont plongés les catholiques est une forme de rigidité que le pape refuse de prendre en considération puisque c'est la sienne. En son temps, G.K. Chesterton remarquait que le monde est plein de vertus chrétiennes devenues folles. Il ignorait certainement qu'un jour un successeur de Pierre serait à la source d'un tel délire et la propagerait en toute bonne conscience (hypothèse "favorable").

  • CURIEUX: la seule paroisse de Vannes où l'assemblée est composée à 80% de jeunes et de couples avec des enfants est Saint Patern à la messe TRIDENTINE de 9H30 le Dimanche. Ils sont super concentrés et pieux, rayonnants et souriants à la sortie... CURIEUX aux messes des paroisses modernistes, il n'y a que des cheveux blancs et des mines tristes, pas d'enfants.... CURIEUX....

  • Il faut éviter, parce que cela n'apporte rien au débat, les généralisations et une vision réductrice des réalités ecclésiales.
    D'abord, la description de la sortie de messe "tridentine" à Vannes n'est pas transposable dans toute la francophonie et encore moins dans toute l'Eglise universelle. Il m'est arrivé d'assister (je ne pourrais dire, participer) à la messe et à la procession un Dimanche de Fête-Dieu, dans la seule paroisse "tridentine" de Bruxelles : c'était triste comme un jour sans pain ...Le plus à plaindre était le SEUL enfant présent qui faisait sa première communion...
    Par ailleurs, l'objectivité commande de reconnaître qu'il existe des sorties de messe que vous qualifiez de "moderniste" qui offrent exactement le même aspect qu'à Vannes si on s'en tient aux observations purement extérieures.
    Enfin, les excommunications réciproques n'ont jamais servi la cause de l'unité.

  • Bien, le Pape François est "empêché" de critiquer la messe vieille de 17 siècles, aussi il ne peut que lancer des attaques "ad hominem", contre les fidèles, acceptons ses injures avec humilité et pitié. C'est un aveu de faiblesse, et non d'autorité, cela nous attriste, car jusqu'à présent les Papes parlaient d'autorité, et non avec autoritarisme. Autrement dit il ne peut rien faire contre l'ancien Ordo, d'autant plus que le Novus Ordo n est une pâle copie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel