Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Crise ukrainienne, quelques repères :

IMPRIMER

De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Crise ukrainienne, quelques repères :

25-02-2022

Avec le début de l'invasion russe de l'Ukraine, l'affrontement entre "supporters" a commencé ponctuellement : pro- ou anti-Poutine, pro-russe ou pro-ukrainien. Il s'agit là d'une manière réductrice et déformée d'appréhender la réalité. Nous proposons donc un certain nombre de lignes directrices pour juger ce qui se passe, en partant de l'inquiétude pour les personnes impliquées malgré elles et qui paient cher la guerre par la mort et la souffrance.

Avec le début de l'invasion russe en Ukraine, l'affrontement entre les "supporters" a ponctuellement commencé : pour ou contre Poutine, pro-russe ou pro-ukrainien, il n'y a pas de place pour des positions plus articulées, pour des raisonnements qui vont au-delà de "Poutine est le nouvel Hitler" ou "Poutine, envahit l'Europe". Et évidemment, la Nuova Bussola Quotidiana est aussi mesurée par beaucoup à cette aune, anti-Poutine ou pro-Poutine selon les articles. Mais, comme dans le cas de la pandémie, nous ne sommes pas intéressés à nous rallier à une faction quelconque ; nous essayons plutôt d'aller au fond des événements en utilisant les critères que l'Église nous enseigne, combinés à la connaissance de ce qui se passe sur le terrain.

Essayons donc d'expliquer une fois de plus quelques points clés qui nous guident dans notre jugement et qui, dans une large mesure, dépassent également la crise ukrainienne.

1. La guerre est un mal. Il peut parfois être nécessaire de se défendre, mais le recours à la guerre pour résoudre des différends les aggrave toujours. Il suffit de regarder ce qui s'est passé dans le monde au cours des dernières décennies pour s'en faire une idée. Il y a deux jours, nous avons rappelé l'affirmation du Pape Pie XII "rien n'est perdu avec la paix, tout peut être perdu avec la guerre", ainsi que la belle lettre du Métropolite Antonij qui décrit bien la profondeur avec laquelle un chrétien est appelé à juger la guerre, ou l'injustice, et comment donc l'arme que nous sommes tous appelés à utiliser est cette "prière qui ne nous permet plus de vivre sur le néant et la futilité". C'est dire que la paix dépend avant tout de notre conversion. Il est bon de relire la lettre du métropolite Antonij dans son intégralité ; elle nous aide certainement à comprendre ce que signifie regarder la réalité avec les yeux de Dieu.

Parfois, en lisant de nombreux commentaires, on a l'impression que nous regardons la crise ukrainienne, l'affrontement entre la Russie et l'Occident, comme si nous jouions à un jeu de Risk, et que cela ne concerne pas les personnes de chair et de sang, qui meurent et souffrent dans la guerre, comme dans toute guerre. Nous devrions écouter davantage les cris de ces personnes avant de faire des déclarations irréfléchies. Et les chefs des nations portent toute la responsabilité de déclencher les guerres, de les provoquer par des choix politiques hasardeux, de ne pas déployer toutes les armes diplomatiques pour les éviter.

En outre, nous devons toujours garder à l'esprit que nous savons quand une guerre commence mais ne savons pas quand elle se termine. De nombreuses guerres longues et sanglantes ont commencé comme des "blitzkriegs". Car, malgré les calculs initiaux, la guerre met en branle des mécanismes, des forces et des réactions qui peuvent être incontrôlables. Dans ce cas, le calcul de Poutine est celui d'une intervention radicale et limitée, comptant sur la faiblesse de l'Ukraine, la division de l'Europe et l'impossibilité pour l'OTAN d'intervenir directement, mais les choses peuvent facilement changer sur le terrain.

2. Les encouragements, c'est bien pour le sport; les relations internationales sont complexes et nécessitent un effort pour comprendre, autant que possible, les nombreux facteurs qui sous-tendent les décisions des gouvernements. Non pas pour les justifier, mais pour être en mesure de les juger pleinement. Dans la crise ukrainienne, se mêlent enjeux identitaires, intérêts économiques, desseins géopolitiques, politiques de sécurité et stratégies diplomatiques. La complexité de ces facteurs doit être prise en compte afin de comprendre ce qui se passe.

3. Poutine n'est pas l'incarnation du mal, tout comme il n'est pas le sauveur de la culture chrétienne ou des intérêts européens, comme beaucoup le croient. Il est simplement le leader autoritaire d'une puissance nucléaire, qui a connu l'humiliation de la défaite dans la guerre froide et qui se relève maintenant, poursuivant la reconstruction de son empire. L'interview de Marta Dell'Asta que nous avons publiée hier permet de comprendre les objectifs et les instruments utilisés par Poutine. En cela, le dirigeant russe n'est certainement pas unique : La Turquie, avant même Erdogan, a commencé à tisser des relations pour recréer une zone d'influence qui retrace à peu près le territoire de l'Empire ottoman ; il en va de même pour l'Iran des ayatollahs, et nous pourrions continuer ainsi. Mais il en va de même, pour l'essentiel, pour les États-Unis : la doctrine de sécurité selon laquelle Poutine considère que l'Ukraine fait partie de sa zone d'influence n'est pas si différente, en termes de critère, de la doctrine américaine qui autorise l'intervention militaire au Moyen-Orient parce qu'il s'agit d'une région stratégique pour les intérêts américains.

Nous pouvons considérer ces conceptions comme plus ou moins discutables, mais elles sont un fait. De plus, nous ne devons pas oublier que chaque pays a ses propres intérêts stratégiques, qu'il a le droit de défendre. Bien sûr, ils peuvent devenir dangereux pour la stabilité mondiale lorsqu'il y a une tendance à violer le droit international, mais c'est précisément pour cela que la diplomatie existe et qu'il est possible de concilier les intérêts, d'éviter des conflits comme celui qui est en cours.

Pour en revenir à Poutine, et compte tenu de certains engouements du monde catholique, il faut aussi dire clairement que le fait qu'il s'oppose à la tyrannie LGBT (d'ailleurs fortement soutenue par l'administration américaine) et qu'il mette en avant les valeurs "traditionnelles" ne fait pas automatiquement de lui un "defensor fidei". Être de son côté lorsqu'il défend l'ordre naturel, ne peut se traduire par un soutien à la politique qu'il mène, même si elle viole les droits de l'homme ou les territoires d'autres pays...

4. L'invasion d'un pays souverain est en tout cas un acte grave et une violation grave du droit international, quels qu'en soient les motifs. En l'occurrence, l'encerclement par l'OTAN, la provocation américaine et l'attitude contradictoire de l'Union européenne sont des éléments qui ont certainement contribué à la démarche de Poutine, mais qui ne la justifient pas. Accepter qu'une puissance annexe un autre pays, ou une fraction de pays, reconnu par la communauté internationale, ouvre la porte à toutes sortes d'abus et de violations. Le fait que Kiev soit le cœur spirituel de la Russie ne légitime pas l'annexion ou l'occupation militaire, sinon il faudrait donner le feu vert à la Serbie pour reprendre le Kosovo, pour donner l'exemple d'une autre situation où la tension frontalière est forte et où le conflit a des racines historiques.

En outre, il va sans dire qu'après la défaite ignominieuse en Afghanistan, une nouvelle humiliation en Europe par les pays occidentaux entraînera de nouveaux défis territoriaux. Le plus grand danger est pour Taïwan, que la Chine populaire a déjà dans son viseur. Contrairement à l'Ukraine, Taïwan n'est même pas reconnu comme un pays souverain par la quasi-totalité des États du monde, de sorte que Pékin dispose d'un argument supplémentaire en droit pour intervenir. Il ne s'agirait pas d'une opération militaire facile, mais elle devient de plus en plus possible.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel