Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le rapide déclin du catholicisme en Amérique Latine

IMPRIMER

Lu sur le site de The Economist (16 avril 2022) :

L'Amérique latine devient plus laïque

Le catholicisme est en déclin rapide; les évangéliques sont de plus en plus nombreux.

Alejandra lemonnier est entrée au couvent des Servantes du Sacré-Cœur de Jésus à l'âge de 20 ans. Elle venait d'une famille religieuse, fréquentait une école catholique romaine et vivait dans un quartier conservateur de Buenos Aires. Ses quatre jeunes frères et sœurs étaient tous, à des degrés divers, catholiques, du moins officiellement. Aujourd'hui, Sœur Lemonnier, qui a maintenant 31 ans, est le seul membre pieux de sa famille. Son frère aîné est devenu un spirite New Age. L'une de ses sœurs est devenue lesbienne et a apostasié, renonçant formellement à sa foi catholique. Une autre sœur est "indifférente". Pour le plus jeune de ses frères, qui a 18 ans, la religion ne fait "tout simplement pas partie de son univers".

La diversité des croyances dans la famille de Sœur Lemonnier reflète une tendance croissante. L'Amérique latine compte plus d'un tiers des catholiques du monde, mais leur nombre diminue. En 1995, 80 % des habitants de la région s'identifiaient comme catholiques. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 56 %. Beaucoup sont devenus des chrétiens évangéliques. Depuis 1995, la part des évangéliques dans la population régionale est passée de 3,5 % à 19 %, selon l'institut de sondage Latinobarómetro (voir graphique).

Mais une tendance encore plus frappante est l'augmentation du nombre de personnes qui ne professent aucune religion, appelées ningunas (ou "nones"). Leur part de la population latino-américaine a quadruplé pour atteindre 16 %, et elle est particulièrement élevée chez les jeunes. Cela peut contribuer à expliquer le libéralisme croissant de la région sur des questions telles que l'avortement et le mariage homosexuel.

Les données sur la religion ne sont pas toujours cohérentes. Dans l'enquête de Latinobarómetro, seuls 5 % des Mexicains s'identifiaient comme évangéliques, alors que 11 % le faisaient dans le recensement de 2020. On observe également de grandes variations dans la région. En Uruguay, un énorme 40% sont des "nones", tandis que 10% sont agnostiques ou athées. Dans certains pays, comme le Guatemala et le Honduras, il y a désormais autant d'évangéliques que de catholiques. La Bolivie, le Mexique et le Paraguay semblent plus à l'abri de la concurrence religieuse, le catholicisme restant dominant. Pourtant, même ici, le changement est en marche. La part des "nones" mexicains recensés a presque doublé en dix ans, pour atteindre 10 millions de personnes en 2020 (soit 7 % de la population).

L'évangélisme est particulièrement répandu parmi les personnes les plus pauvres et les prisonniers. En Argentine, dans les années 1990 et au début des années 2000, les pasteurs évangéliques ont négocié avec les autorités pénitentiaires la création de quartiers séparés pour leurs fidèles, explique la chercheuse Verónica Giménez Béliveau. Ces quartiers sont généralement moins violents et plus propres, ce qui attire de nouveaux convertis. Avec le temps, cependant, les évangéliques ont rejoint le courant dominant. En 1990, le Guatemala a élu le premier président évangélique de la région, et en 2015, son deuxième.

Les personnes sans affiliation religieuse sont plus homogènes, dans la mesure où elles ont tendance à être plus éduquées. Le fait d'avoir un diplôme universitaire semble réduire la religiosité. Cela n'est nulle part plus évident qu'au Chili, qui a connu l'une des plus fortes augmentations de sa part de "nones". L'accès à l'enseignement supérieur a quintuplé depuis 1990, et le PIB par habitant a été multiplié par six. Dans le même temps, la part des "nones" a triplé, pour atteindre environ un tiers de la population.

La tendance séculaire est loin d'être absolue. De nombreux "nones" continuent d'avoir des croyances spirituelles. Au Chili, près de 70 % des personnes continuent de croire à la vie après la mort, dont plus de la moitié des personnes sans affiliation religieuse. En Colombie, 80 % des gens croient aux miracles, dont 14 % d'agnostiques et 65 % de non affiliés. Il existe également de nouvelles croyances. En Argentine, 72 % des non-affiliés, dont le nombre a presque doublé au cours de la dernière décennie, disent croire à l'"énergie" spirituelle et un tiers à l'astrologie. Et malgré l'augmentation du nombre de "nones", très peu de personnes se décrivent comme athées.

Cela reflète la force du catholicisme culturel, estime Andrés Casas, de l'Université pontificale Xavierienne de Bogota, en Colombie. Il note que même les membres des anciens groupes de guérilla communistes en Colombie disent des choses comme "Merci à Dieu". Lorsqu'un groupe suédois de heavy-metal sataniste a tenté d'organiser un concert à Bogota en 2018, les autorités ont rapidement fait fermer le lieu. Le Dr Giménez Béliveau note qu'il y a des crucifix dans les commissariats et les tribunaux en Argentine. "La religion est inscrite culturellement", dit-elle.

Mais les identités religieuses deviennent plus fluides. Un catholique brésilien peut assister de temps en temps à un service évangélique parce qu'il aime le style de culte. Il peut aussi s'adonner au candomblé, un système de croyances d'origine africaine importé dans le pays par les esclaves, explique Arlene Sánchez-Walsh de l'université Azusa Pacific en Californie. Le catholicisme charismatique, qui imite certains aspects de l'évangélisme, s'est également développé.

Les implications politiques de ces changements se font déjà sentir. Le lobby évangélique au Congrès brésilien comprend 195 des 513 députés fédéraux. Jair Bolsonaro, le président brésilien de droite, a courtisé le vote évangélique. Bien que catholique, il a été rebaptisé dans le fleuve Jourdain peu avant son élection en 2018 par un pasteur évangélique.

Les évangéliques sont une force politique ailleurs aussi. Au Costa Rica, un chanteur évangélique a atteint le second tour de la présidentielle en 2018 après que la Cour interaméricaine des droits de l'homme, qui a son siège dans le pays, a jugé que le mariage homosexuel devait être légal. Le président du Mexique a gagné son poste en partie grâce au soutien des évangéliques. "Con mis hijos no te metas" (Ne vous en prenez pas à mes enfants), un groupe de pression sur l'éducation fondé par le fils d'un pasteur pentecôtiste, a agité avec succès le renvoi d'un ministre de l'éducation au Pérou. En Colombie, une alliance de groupes religieux a provoqué la démission d'un ministre de l'éducation ouvertement gay après que son ministère eut tenté de réduire la discrimination à l'encontre des jeunes homosexuels dans les écoles.

À mesure que les choix spirituels des Latino-Américains se diversifient, leurs politiques pourraient se polariser davantage. Bien que les tendances ne soient pas uniformes dans la région, les croyants ont tendance à voter pour des partis de droite, tandis que les "nones" penchent beaucoup plus à gauche. Lors de la récente élection présidentielle au Chili, José Antonio Kast, un candidat catholique de droite dure, père de neuf enfants, a courtisé les électeurs religieux. Gabriel Boric, le gauchiste qui a gagné, était soutenu par les jeunes diplômés.

Le père Fabián Báez, prêtre catholique en Argentine, espère que l'Église pourra regagner des adhérents. Il cite librement le pape François, un Argentin et le premier pontife latino-américain, lorsqu'il insiste : "Le prêtre et l'église doivent être là où sont les gens, sur les médias sociaux, dans les villages, dans les barrios." Mais même si les prêtres se rendent dans ces endroits, il n'est pas certain que les gens les suivront à nouveau. ■

Correction (21 avril 2022) : Cet article indiquait initialement que le Guatemala avait élu le premier président évangélique de la région en 2015. Il avait en fait élu le premier président évangélique en 1990, bien qu'il n'ait pas terminé son mandat.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel