Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un mauvais diagnostic - ou pire ? Les solutions du chemin synodal allemand à la crise des abus sont remises en question

IMPRIMER

De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

Un mauvais diagnostic - ou pire ? Les solutions du chemin synodal allemand à la crise des abus sont remises en question

ANALYSE DES NOUVELLES : Les critiques de l'initiative ne contestent pas la nécessité d'une réforme, mais ils ne sont pas d'accord sur le fait que les solutions proposées répondent réellement à la crise, ce qui soulève des questions sur les motivations sous-jacentes.

29 avril 2022

Dans sa réponse à une "lettre ouverte fraternelle" adressée aux évêques catholiques d'Allemagne mettant en garde contre le "potentiel de schisme dans la vie de l'Église" de leur Voie synodale, l'évêque Georg Bätzing a écrit que ses détracteurs passaient à côté de l'essentiel.

"Le Chemin synodal est notre tentative, en Allemagne, d'affronter les causes systémiques des abus et de leur dissimulation qui ont causé des souffrances indicibles à tant de personnes dans et par l'Église", a écrit Mgr Bätzing, président de la conférence épiscopale allemande, dans sa réponse du 16 avril à la lettre fraternelle, qui a maintenant été signée par près de 100 évêques de six continents. "Cette occasion et ce contexte sont particulièrement importants pour nous, mais malheureusement, ils ne sont pas du tout mentionnés dans votre lettre."

L'évêque du Limbourg a déjà adopté cette approche pour détourner les critiques. Par exemple, après que le président de la conférence épiscopale polonaise et les évêques des pays nordiques aient publié des lettres de mise en garde similaires concernant la "Voie synodale", Mgr Bätzing a répondu en soulignant à nouveau que la "Voie synodale" est une réponse à la crise des abus sexuels du clergé en Allemagne, suggérant que ses critiques n'avaient pas suffisamment pris en compte cette dimension dans leurs analyses. 

Mais c'est un geste rhétorique qui - ironiquement - semble mal caractériser les positions de ceux qui expriment des inquiétudes au sujet de la "voie synodale".

La lettre des évêques internationaux du 11 avril, par exemple, fait explicitement référence au "besoin de réforme et de renouveau", qu'elle décrit comme "aussi vieux que l'Église elle-même", dont l'impulsion "est admirable et ne devrait jamais être crainte". En fait, dans une partie inédite d'une interview accordée au Register avant la publication de la lettre, l'évêque Thomas Paprocki de Springfield, Illinois, l'un des initiateurs de la lettre, a déclaré que "tout ce qui est contraire à l'Évangile doit être corrigé" et a spécifiquement cité le "terrible fléau des abus sexuels sur les enfants" comme quelque chose "qui a désespérément besoin d'être réformé".

Ce que l'évêque Paprocki et ses collègues signataires, plusieurs théologiens catholiques et défenseurs de la réforme de l'Église, semblent remettre en question, ce n'est pas la nécessité d'une réforme significative de la vie de l'Église en Allemagne, mais plutôt les solutions proposées par le Chemin synodal, qui comprennent des appels à l'ordination des femmes à la prêtrise et des changements à l'enseignement de l'Église pour permettre l'activité sexuelle entre personnes de même sexe, et même son diagnostic des causes de la crise des abus.

Un diagnostic erroné du problème

L'ampleur des abus sexuels dans l'Église en Allemagne a été révélée dans un rapport de 2018 commandé par la conférence épiscopale allemande, qui a révélé qu'au moins 3 677 mineurs, principalement des garçons de moins de 13 ans, avaient été abusés sexuellement par le clergé catholique dans le pays entre 1946 et 2014. Le rapport a également révélé une dissimulation systématique des crimes et l'incapacité de punir et de retirer les prêtres abusifs du ministère.

Deborah Savage, théologienne à l'Université franciscaine de Steubenville, qui a beaucoup parlé et écrit sur les causes de la crise des abus sexuels dans l'Église et la nécessité d'une réforme, a affirmé que "la vague d'abus sexuels va à l'encontre de tout ce qui est authentiquement humain".

"Nous voulons tous y mettre un terme, une fois pour toutes", a-t-elle déclaré.

Mais Mme Savage a déclaré que les propositions du Chemin synodal - qui s'écartent de l'enseignement clairement établi sur l'ordination sacramentelle et la sexualité humaine, fondé sur la Révélation divine et la Tradition apostolique - non seulement "ne résoudront pas la crise, mais la laisseront intacte".

C'est parce que la crise des abus, a souligné M. Savage, n'est pas le résultat d'un défaut de l'enseignement de l'Église, mais d'un manquement systématique à sa fidélité.

Par exemple, Mme Savage a fortement critiqué l'idée selon laquelle l'ordination des femmes mettra fin à une culture cléricale de dissimulation et de complaisance. En effet, le problème ne réside pas dans la nature du sacerdoce exclusivement masculin, mais dans le rejet de celui-ci par ceux qui commettent et dissimulent les abus commis par le clergé.

"Les prêtres qui se livrent à des abus sexuels sur quiconque, pour quelque raison que ce soit, ont oublié ce que signifie être un homme et, par extension, un père - dont le charisme fondamental est de protéger et de guider", a déclaré Mme Savage, qui a joué un rôle essentiel dans la formation des prêtres au séminaire de Saint-Paul dans le Minnesota pendant 15 ans. "Ceux qui en sont coupables devraient être envoyés aux travaux forcés quelque part, pour construire des maisons pour 'Habitat for Humanity', pour servir les pauvres - pas dans des prisons luxueuses. Il faut leur rappeler ce que cela signifie d'être un homme."

Mme Savage a déclaré au Register que l'Église devrait poursuivre des réformes significatives liées à la prêtrise, mais que celles-ci se situent dans le domaine de la formation, et non dans des altérations du caractère fondamental du ministère sacerdotal, qui a été institué par le Christ et a été constamment confirmé par l'Église. Au lieu de tenter d'ordonner des femmes, ce qui, selon Mme Savage, trahirait toute forme de féminisme authentique en laissant entendre que les femmes doivent fonctionner selon le "principe masculin" afin de contribuer à l'Église, elle a préconisé de garantir l'inclusion des femmes dans la vie ecclésiale d'une manière qui reconnaît et valorise leurs charismes et leurs dons distinctifs en tant que femmes.

Par exemple, elle a déclaré que les femmes fidèles sont essentielles au processus de formation des prêtres, un domaine de réforme qu'elle considère comme essentiel pour apporter une réponse à long terme et significative aux sources de la crise des abus, par opposition à de "simples solutions administratives".

"Non seulement le séminariste a besoin du témoignage de femmes qui lui sont reconnaissantes d'avoir répondu à l'appel de Dieu, mais ces femmes sont cruciales dans la formation des prêtres, car le séminariste doit être appelé à sortir de la sécurité relative du monde exclusivement masculin pour entrer en relation avec l'Autre", a-t-elle déclaré, faisant référence à un article qu'elle a déjà écrit sur le sujet.

Le père dominicain Pius Pietrzyk a convenu que la réponse des évêques allemands à la crise de l'abus sexuel "diagnostique fondamentalement mal le problème", qu'il décrit comme étant essentiellement un problème moral. 

En particulier, ce juriste canonique et professeur de théologie à la Dominican House of Studies de Washington, D.C., souligne l'effondrement de la théologie morale au cours des 60 dernières années, qui a été particulièrement prononcé en Allemagne. Coïncidant avec une période d'"expérimentation sexuelle extrême" dans la culture en général, le père Pietrzyk a déclaré que le résultat a été un climat moral dans lequel la nature objective de la sexualité humaine et la gravité des péchés sexuels ont été obscurcies.

En conséquence, la réponse judiciaire de l'Église hiérarchique à la crise des abus sexuels au sein de son clergé n'a pas été "suffisamment indignée par la teneur du crime en raison de l'affaiblissement de la sensibilité morale de la hiérarchie des évêques", a expliqué le prêtre dominicain. Une "réponse pastorale de faible volonté" a été fournie, au lieu de l'imposition nécessaire de "remèdes pénaux en réponse à l'injustice qui a été commise."

Alors que la "Voie synodale" allemande a attaqué le célibat des prêtres et le sacerdoce exclusivement masculin comme étant la racine du problème, le père Pietrzyk a suggéré qu'une forme de "cléricalisme" qui manque à la fois de respect pour "la nécessité du droit et de la justice au sein de l'Église en général" et d'un cadre moral approprié est le véritable cœur du problème, car il a donné des avantages injustes aux prêtres abuseurs. (...)

Des motivations sous-jacentes ?

Les détracteurs de la "Voie synodale" ne pensent pas nécessairement que toutes ses propositions sont à côté de la plaque. Par exemple, Stephen White, directeur exécutif de The Catholic Project, un effort de collaboration entre le clergé et les laïcs qui s'est formé en 2018 pour promouvoir la réforme de l'Église liée à des problèmes tels que la crise des abus sexuels, a récemment écrit que "réformer les modes de nomination des évêques, la façon dont les séminaristes sont formés et la façon dont les cas de prêtres accusés sont traités" pourraient tous faire partie d'une solution.

Mais M. White a déclaré que le changement d'une culture cléricale qui protège ses propres membres ne peut pas être réalisé en "déplaçant simplement le pouvoir d'un groupe (le clergé) à un autre (les laïcs)", une perspective qui repose elle-même sur une conception profondément problématique de l'Église principalement en termes de pouvoir.

En outre, White a écrit que "malgré tout le discours sur la nécessité d'une réforme sans faille à la suite de la crise des abus, les propositions les plus controversées émanant du [Chemin synodal] allemand n'ont pas de lien évident avec la crise des abus". Au lieu de cela, il les décrit comme "précisément le même ensemble de questions que les progressistes catholiques ont poussé pendant des décennies : mettre fin au célibat des prêtres, ordonner des femmes, abandonner l'enseignement de l'Église sur la nature de la sexualité humaine et des actes humains."

Sara Perla, responsable des communications pour The Catholic Project, a offert une observation similaire au Register, notant que si la "Voie synodale" a raison de décrire le fléau des abus sexuels et de leur dissimulation comme une "crise systémique", les "soi-disant solutions offertes ne sont pas réellement une réponse à ce problème, mais plutôt une tentative à peine voilée de ressusciter des idées qui étaient à la mode dans les années 1970".

Savage et le Père Pietrzyk partagent des évaluations similaires de ce que pourraient être les objectifs réels de la "Voie synodale".

Savage a déclaré que l'approche des dirigeants catholiques en Allemagne est dérivée d'une prémisse fatalement erronée selon laquelle "la seule façon de rester pertinent et de maintenir la présence de l'Église" est de s'adapter aux exigences de la culture séculière - un échec à suivre l'instruction du Christ de transformer l'ordre séculier et de ne pas adopter ses normes, en particulier celles qui contribuent manifestement à "la descente de l'humanité".

Elle a décrit la tentative allemande d'utiliser la crise de l'abus sexuel du clergé comme "un point de levier prometteur" pour faire avancer "les mêmes points usés de l'agenda" qui ont été poussés par des théologiens dissidents depuis des décennies. Savage a décrit cet effort comme "non seulement une diversion", mais un "subterfuge pur et simple, une sorte de ruse cosmique, désormais dirigée par un puissant sous-ensemble d'hommes qui sont eux-mêmes aveuglés par une culture en train de se suicider".

"C'est l'aveugle qui guide l'aveugle, et nous devons leur résister à tous les niveaux".

Le père Pietrzyk a décrit cet effort comme "un moyen détourné d'essayer d'adapter l'Église à la pensée moderne." Le dominicain a déclaré que l'enseignement de l'Eglise devait toujours être présenté de manière à ce que les gens puissent le comprendre, mais ce n'est pas la même chose que de changer l'enseignement lui-même pour que les autres l'acceptent.

Il a décrit l'approche allemande visant à rendre l'Eglise crédible comme "incroyablement bureaucratique, voire une sorte de [campagne] de marketing", oubliant à tort que c'est Jésus et son enseignement - et non des programmes et des concessions - qui rendent l'Evangile crédible.

"Si vous voulez quelque chose qui soit vraiment efficace, l'Église ne peut pas répondre aux maux du monde en se trahissant. Cela ne fait qu'exacerber le mal".

Au lieu de renouveler leur fidélité au Christ et à son Église comme source de renouveau, le père Pietrzyk a déclaré que les évêques allemands empruntent la voie d'un tout autre type de "réformateur" : Martin Luther.

Le prêtre dominicain note que Luther a soulevé des points légitimes concernant les abus au sein de l'Église à son époque, mais il a appelé à des changements qui n'étaient pas vraiment des réformes, mais des déformations de la foi. Selon le père Pietrzyk, l'ultime réalisation du cardinal Thomas Cajetan, le légat papal dominicain envoyé auprès de Luther pour résoudre la controverse, s'applique à la hiérarchie allemande aujourd'hui : "Vous ne voulez pas réformer l'Église. Vous voulez une autre Église".

Et à moins d'un mouvement du Saint-Esprit dans le cœur des dirigeants ecclésiaux allemands, ou au moins d'une intervention du Saint-Siège, l'inquiétude de beaucoup est que nous pourrions bientôt voir l'émergence d'une autre rupture schismatique, née d'une fausse réforme en Allemagne, mais avec des conséquences pour l'Église universelle.

Commentaires

  • CITATION : "Au moins 3 677 mineurs, principalement des garçons de moins de 13 ans, avaient été abusés sexuellement par le clergé catholique dans le pays entre 1946 et 2014"

    Environ 85% des garçons.

    Quand regardera-t-on cette part de la réalité que le pape Benoît XVI a tout de suite pointé du doigt ?

  • 3677 : 68 ans =54 abus par an. C'est évidemment 54 de trop, Mais je pense que c'est l'occasion pour le Synode de rappeler les principes fondamentaux de notre religion et non de les changer pour excuser ou justifier d'une certaine manière les abuseurs qui seront jugés par le Ciel

  • Allemagne : 3 677 cas d'abus entre 1948 et 2014
    France (rapport Sauvé) : 216000 cas depuis 1950

    Donc sur la même période, avec une population de fidèles environ 2 fois supérieure (et un nombre de prêtres aussi 2 fois supérieur), la France aurait 54 fois plus d'abus que l'Allemagne ?
    Qui peut croire que ces deux rapports disent la vérité ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel