Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le site web du synode du Vatican célèbre l'homosexualité et l'adoption d'enfants par des couples de même sexe

IMPRIMER

D'Emily Mangiaracina sur LifeSiteNews :

Le site web du synode du Vatican célèbre l'homosexualité et l'adoption d'enfants par des couples de même sexe

Le site web du synode sur la synodalité a présenté l'un des trois récits d'adoption d'enfants par des couples homosexuels comme "une sexualité qui donne la vie".

10 mai 2022

(LifeSiteNews) - Dans un écart net et monumental de l'enseignement de l'Église catholique, le Vatican a célébré des "témoignages" d'adoption d'enfants par des couples homosexuels ainsi que l'homosexualité elle-même.

Le site Web du Synode sur la synodalité, supervisé par le Secrétariat général du Synode des évêques, a souligné vendredi comme louables trois histoires d'adoption par des homosexuels qui ont été partagées par Noelle Therese Thompson, la responsable synodale de la paroisse Immaculée Conception à Hendersonville, en Caroline du Nord.

La première, intitulée "Parker's pro-life story", raconte comment une femme qui était sur le point d'avorter a décidé de donner son enfant en adoption lorsqu'elle a vu qu'un de ses amis, qui était dans une relation homosexuelle, voulait un enfant. L'histoire attribue à la relation homosexuelle la responsabilité de sauver la vie de l'enfant, concluant : "Aujourd'hui, Parker est un garçon de huit ans avec deux parents aimants, Karl et Diego, dont la relation a sauvé cet enfant de l'avortement."

Le second, intitulé "L'histoire d'une sexualité qui donne la vie", raconte comment un couple gay "marié" a adopté des adolescents locaux souffrant de handicaps mentaux. Il est intéressant de noter, compte tenu de l'impossibilité pour une sexualité gravement perturbée de "donner la vie", que la page du site Web elle-même précise à propos de ces histoires : "Les titres sont de notre cru."

La dernière histoire raconte comment un homme qui enseigne dans une école catholique et son partenaire "marié" "décident d'accueillir, d'aimer et d'adopter de jeunes enfants à l'échelle internationale et, ce faisant, de les sortir de l'extrême pauvreté."

La plus grande tristesse de l'enseignant est qu'il doit cacher sa sexualité afin de conserver son emploi dans une institution ecclésiastique et qu'il ne se sent pas le bienvenu dans l'Église catholique, précisément à cause de sa sexualité qu'il considère comme un don de Dieu, et ce malgré sa tentative d'aimer les pauvres et les démunis à travers sa décision pro-vie d'adopter", conclut l'histoire.

La présentation des histoires d'adoption gay sous un jour positif par un porte-parole du Vatican est gravement scandaleuse, en partie parce qu'elle approuve l'un des "péchés mortels particuliers qui sont si mauvais qu'ils sont dits péchés qui crient vengeance au ciel", comme l'affirme le Catéchisme catholique - à savoir la sodomie (Gn 18:20-21, cf. CEC #867).

En approuvant l'homoparentalité, le Secrétariat général du Synode des évêques, qui est "directement soumis au Pontife romain", ajoute un scandale à un autre, un scandale qui tolère la "violence" envers les enfants, selon le propre enseignement doctrinal du Vatican.

La Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) a déclaré, selon le cardinal Joseph Ratzinger, alors préfet de la CDF, que "permettre l'adoption d'enfants par des personnes vivant dans des unions [homosexuelles] reviendrait en fait à faire violence à ces enfants" en les plaçant "dans un environnement qui n'est pas propice à leur plein développement humain".

Les chercheurs Robert Oscar Lopez et Brittany Klein, qui ont tous deux été élevés par des couples de même sexe, ont pesé sur ce qu'ils considèrent comme les effets néfastes de l'adoption par des homosexuels, qu'ils qualifient de "maltraitance systématique des enfants", note Church Militant. Ils ont publié en 2016 une étude basée sur le témoignage d'enfants adoptés par des couples de même sexe, intitulée "Les enfants de Jephthah : The Innocent Casualties of Same-Sex Parenting".

Klein, qui a été élevée par des lesbiennes, a fustigé l'homoparentalité comme une privation d'enfant. "Il ne s'agit pas de ce qui se passe entre deux adultes. Il s'agit d'un pays entier qui devient complice en faisant des femmes du bétail reproducteur pour répondre aux caprices d'un groupe d'hommes, puis en refusant aux enfants créés comme des marchandises vendables le droit fondamental à une mère et à un père", a-t-elle écrit dans l'étude.

"Un enfant mérite d'avoir une mère et un père. C'est un droit humain fondamental. La parentalité n'est pas un droit. ... Aucune homophobie au monde ne rivalise même avec cette déshumanisation des enfants acceptée par la société. "

Church Militant a également noté que le Secrétariat général du Synode des évêques semblait soutenir l'homosexualité de plusieurs autres façons via son bulletin d'information, lancé en janvier 2022.

Par exemple, un numéro du 6 mai de la lettre d'information présente la "Fondation pour l'émancipation des gays", fondée par le père Jan Veldt, et met en lumière l'une des "réactions" au synode par des "groupes de croyants - rassemblés par Veldt - qui ont exprimé l'espoir que "l'émancipation des gays dans l'Église peut peut-être être encouragée en en parlant autant que possible, dans les médias et surtout dans l'Église elle-même."

Dans une déclaration publiée sur le site Web du Synode, la Fondation a écrit qu'elle considère les "réunions de consultation préparatoires" du Synode sur la synodalité "comme une bonne occasion d'ajuster davantage la position de l'Église catholique romaine en ce qui concerne l'homosexualité."

La Fondation a en outre célébré le soutien du pape François aux unions civiles entre personnes de même sexe, notant que dans le documentaire Francesco, "le pape a déclaré qu'il croyait que les couples homosexuels devraient être autorisés à conclure un partenariat enregistré."

Le soutien de François aux unions civiles homosexuelles, qui contredit l'enseignement de l'Église catholique interdisant explicitement de telles unions, a été peu après utilisé pour justifier l'homoparentalité.

CBS Boston a rapporté qu'une femme dans un "mariage" homosexuel "considérait ce soutien comme un message à ses enfants : leur famille est la bienvenue, et la foi catholique est un cadeau qu'ils peuvent partager ensemble".

Alors que le Secrétariat général du Synode des évêques a présenté de manière positive des relations homosexuelles gravement pécheresses comme "vivifiantes" et précieuses, le site Web comprend un avertissement notable : "La publication de toute contribution ne doit pas être comprise comme une approbation de son contenu ; et personne ne doit interpréter une telle publication comme un acte de reconnaissance officielle par le Secrétariat général du Synode des évêques du groupe ou de la communauté qui soumet la contribution."

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel