Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le pape demande de prier pour les catholiques chinois

IMPRIMER

De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Le pape demande de prier pour les catholiques chinois

23-05-2022

À la veille de la comparution du cardinal Zen devant le tribunal, le Pape, lors du Regina Coeli, évoque la complexité des événements qui affectent l'Église en Chine et prie pour qu'"elle puisse vivre en communion effective avec l'Église universelle".

Quarante-huit heures avant la comparution du cardinal Joseph Zen devant le tribunal de Hong Kong, le pape François a évoqué la situation des catholiques chinois après le Regina Coeli récité sur la place Saint-Pierre. Il l'a fait pour dire qu'il suit "avec attention et participation la vie et les vicissitudes des fidèles et des pasteurs, souvent complexes" en Chine et a appelé les fidèles à s'unir à sa prière "afin que l'Église en Chine, dans la liberté et la tranquillité, puisse vivre en communion effective avec l'Église universelle et exercer sa mission d'annoncer l'Évangile à tous, offrant ainsi également une contribution positive au progrès spirituel et matériel de la société". Le Souverain Pontife a rappelé que dans deux jours sera célébré le mémorial liturgique de Marie Auxiliatrice, "particulièrement ressenti par les catholiques de Chine". Et c'est précisément le 24 mai que le cardinal Zen, arrêté le 11 mai et libéré sous caution, devrait répondre aux autorités de Hong Kong des accusations de collusion avec des forces étrangères. 

Jusqu'à présent, publiquement, le Saint-Siège s'est limité à exprimer sa "préoccupation" concernant l'arrestation de l'archevêque émérite de Hong Kong et à faire savoir qu'il suit "avec une extrême attention l'évolution de la situation". Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État et souvent critiqué par Zen pour ses actions, a ensuite publié quelques déclarations sur l'affaire dans lesquelles il a nié que l'arrestation puisse représenter une défaite de l'accord provisoire avec la République populaire de Chine, tout en admettant que "des initiatives comme celles-ci peuvent compliquer le chemin déjà complexe et pas simple du dialogue".

La politique étrangère a marqué l'agenda dominical du Saint-Siège : sur la question du conflit russo-ukrainien, en effet, l'hypothèse d'un rôle direct du Pape dans une éventuelle négociation de paix a refait surface. Monseigneur Paul Richard Gallagher, qui vient de rentrer de sa mission en Ukraine, en a parlé : le secrétaire pour les relations avec les Etats de la Secrétairerie d'Etat a déclaré à Vatican News que Kiev "doit se défendre et pour ce faire, elle doit recevoir une aide, y compris militaire". Une position qui, jusqu'à présent, n'avait pas été soutenue publiquement par le Saint-Père lorsqu'il était interrogé sur le sujet. Le prélat britannique, qui a mis en cause le début d'une nouvelle course aux armements en Europe, a ensuite évoqué le "rôle stratégique" que le pape pourrait jouer dans la résolution du conflit, affirmant qu'"il y a des espaces" pour que cela se produise.

Hier, cependant, après la récitation de la prière mariale depuis la fenêtre du Palais apostolique, François a tenu à saluer et à remercier les participants à la manifestation pro-vie "Choisissons la vie" qui a défilé dans les rues du centre de Rome samedi après-midi, en partant de l'ancienne Piazza Esedra et en remplissant ensuite la Piazza San Giovanni in Laterano. "Je vous remercie pour votre engagement en faveur de la vie et pour la défense de l'objection de conscience, dont on tente souvent de limiter l'exercice", a déclaré le Saint-Père. Le Souverain Pontife a également tenu des propos sans équivoque, ajoutant que "malheureusement, ces dernières années, la mentalité commune a changé, et aujourd'hui nous sommes de plus en plus enclins à penser que la vie est un bien à notre entière disposition, que nous pouvons choisir de manipuler, de faire naître ou mourir à notre guise, comme le résultat exclusif d'un choix individuel". Bergoglio est parti de ce constat pour rappeler que "la vie est un don de Dieu ! Elle est toujours sacrée et inviolable, et nous ne pouvons pas faire taire la voix de la conscience". 

Commentaires

  • Et prions aussi pour celui qui a vendu une partie de l'Eglise catholique au régime communiste chinois.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel