Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un changement de l’enseignement de l’Eglise sur l’homosexualité est-il à l'ordre du jour du Synode ?

IMPRIMER

De FSSPX.NEWS :

Quel est le vrai but du synode sur la synodalité ?

20 mai 2022

La question se pose avec de plus en plus d’acuité devant ce qui au début a été présenté comme un dérapage, puis confirmé, et qui au fil des éléments accumulés apparaît comme un but plus ou moins avoué : l’intégration d’un changement de l’enseignement de l’Eglise sur l’homosexualité, sans préjuger d’autres objectifs, bien évidemment.

Petit à petit les indices s’accumulent qui, réunis, semblent bien constituer une preuve.

Une organisation condamnée promue par le secrétariat du synode

Ainsi, comme cela a été rapporté par FSSPX.Actualités, en décembre 2021 le Secrétariat du Synode des évêques, en charge de la préparation du synode sur la synodalité, avait établi un lien vers le site web de New Ways Ministry (NWM), une organisation qui fournit une assistance pastorale aux homosexuels, mais qui s’écarte de la doctrine de l’Eglise et dont les fondateurs ont été condamnés.

Le lien avait d’abord été supprimé après constatation que le NWM a été désapprouvé et par le Saint-Siège et par les évêques américains. Mais, selon sa manière habituelle, le pape a loué les actions de cette organisation en écrivant personnellement à la directrice de NWM, Sœur Jeanine Gramick, qui a pourtant reçu l’interdiction permanente de tout travail impliquant les personnes homosexuelles.

Devant ce fait, le secrétariat du synode a rétabli le lien.

Le rapporteur du synode veut changer l’enseignement catholique

Le 2 février 2022, le cardinal Jean-Claude Hollerich, rapporteur général du prochain synode sur la synodalité, a déclaré à l’agence allemande Katholische Nachrichten Agentur, que l’enseignement actuel de l’Eglise sur l’homosexualité était « erroné » et que le « fondement sociologique-scientifique » de cet enseignement qui la condamnait n’était plus correct.

Cette déclaration a été fortement condamnée par le cardinal George Pell qui a d’abord saisi la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), puis a déclaré : « Je ne vois pas comment il est possible qu’un homme [le cardinal Hollerich] qui enseigne une hérésie explicite, par exemple sur la moralité sexuelle, puisse être le rapporteur, le principal moteur du Synode. »

Une sous-secrétaire du synode impliquée avec NWM

Le 3 avril 2022, Sœur Nathalie Becquart, religieuse xavière française et sous-secrétaire au secrétariat général du synode des évêques, a fait une présentation intitulée « Synodalité : un chemin de réconciliation » via Zoom. L'événement était parrainé par New Ways Ministry dans le cadre du programme de conférences commémoratives du père Robert Nugent (décédé en 2014), co-fondateur, avec Sœur Gramick, de NWM. Ils en furent écartés en 1984, puis un de leurs livres condamné. Enfin la CDF déclara dans les années 90 que les positions des deux fondateurs étaient doctrinalement inacceptables.

Dans sa conférence, Sœur Nathalie a souvent fait allusion au fait que le Synode des jeunes ouvrait la voie à une plus grande acceptation des communautés pro-homosexuelles au sein de l’Eglise, et a parlé d’un « document remarquablement positif pour les LGBT » issu d’une réunion préalable au Synode des jeunes qu’elle avait elle-même aidé à coordonner.

Le synode publie des témoignages de couples homosexuels ayant adopté un enfant

Dans le cadre de la préparation du synode sur la synodalité, le synode des évêques rassemble des témoignages du monde entier. Selon ses propres dires, la publication ne signifie pas que le synode des évêques est d’accord avec le contenu. Il n’empêche…

Sur le site du synode sur la synodalité, trois témoignages de couples homosexuels ayant adopté des enfants ont été publiés. Les témoignages viennent de la paroisse de l’Immaculée Conception à Hendersonville (Caroline du Nord). Mais il n’y a aucun avertissement ni référence à l’enseignement de l’Eglise envers les unions homosexuelles et l’adoption d’enfants par des couples de même sexe.

La première histoire raconte l’histoire d’une femme qui se rend à une clinique d’avortement et qui apprend en chemin qu’un de ses amis, qui vit dans une relation homosexuelle, aimerait avoir un enfant. Le rapport attribue le sauvetage de l’enfant au couple homosexuel.

Le deuxième témoignage explique comment deux homosexuels adoptent des jeunes handicapés. Quant au troisième, il cite l’histoire d’un homme qui enseigne dans une école catholique et qui garde son homosexualité secrète. Lui et son partenaire, avec qui il est "marié" civilement, adoptent des enfants d’autres pays pour les sortir de l’extrême pauvreté.

Le message est suffisamment clair : les couples homosexuels sont généreux et aident à sauver des vies. Sans doute, il est indéniable que certains de ces hommes et femmes ayant de tels penchants puissent se montrer généreux. Mais comme le dit le principe moral : bonum ex integra causa. C’est-à-dire : pour qu’une chose soit bonne, elle ne doit avoir aucun défaut ; il suffit d’un défaut pour qu’elle commence à être mauvaise, et celui qui défaille sur un aspect rend le bien inopérant, car il n’y a pas de mal absolu.

A ce sujet, il faut rappeler qu’en 2003, la CDF a publié un document intitulé « Considérations sur les projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles ». La Congrégation pour la doctrine de la foi s’oppose à la fois à la reconnaissance juridique des unions homosexuelles et à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels pour des raisons de droit naturel.

Une interrogation pertinente

Riccardo Cascioli, rédacteur en chef de La Nuova Bussola Quotidiana, a déclaré : « Il me semble que, depuis le début, l’un des objectifs du Synode sur la synodalité est de légitimer l’agenda LGBT au sein de l’Eglise. » Ainsi Sœur Nathalie ne s’est pas adressée à un groupe qui s’occupe des personnes ayant des tendances homosexuelles conformément à l’enseignement de l’Eglise, mais à un groupe « condamné » par la CDF.

« Le geste est donc perturbateur et indique la volonté des dirigeants de l’Eglise d’embrasser l’agenda LGBT, avec toutes les conséquences dramatiques pour le magistère », a déclaré Cascioli au National Catholic Register, ajoutant que « les revendications LGBT forceraient une révision de toute la doctrine de la création, ainsi que de l’exégèse biblique ».

Il a également vu cela comme faisant partie d’un « véritable bombardement » de déclarations d’agenda pro-LGBT au sein de l’Eglise, qui fait pression pour qu’elle approuve les actes homosexuels, ainsi que des initiatives diocésaines, comme la récente décision de l’archidiocèse de Turin de garantir la confirmation des personnes transgenres, en utilisant leur nouveau nom dans le rite.

Le cardinal Pell a demandé que le pape se prononce sur les déviations qui éclatent au grand jour, en particulier sur le Chemin synodal allemand et sur les réclamations entourant un changement de doctrine sur les actes homosexuels. Mais, pour le moment François se tait et nomme à des postes clés du synode des personnes acquises à la cause LGBT.

(Sources : InfoCatolica/Kath.net/LifeSiteNews/NCR/La nuova Bussola Quotidiana – FSSPX.Actualités)

Commentaires

  • Il y en a assez que les synodes soient détournés vers des fins autres que celles avancées !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel