Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le nouvel abbé de Solesmes répond aux questions de Famille Chrétienne

IMPRIMER

Du site de Famille Chrétienne :

Dom Geoffroy, père abbé de Solesmes : « la liturgie ne peut pas être un self-service ! »

30/05/2022

Quel est votre vœu le plus cher en tant que nouveau Père abbé de Solesmes ?

Je voudrais que tous mes frères soient des passionnés de Dieu ! Qu’ils soient heureux sous le regard du Père et n’aillent pas chercher leur bonheur ailleurs. C’est ce que je demande plusieurs fois par jour dans ma prière.

N’est-ce pas impressionnant d’accepter une telle charge sur vos épaules quand on pense au rayonnement de votre congrégation ?

Pour dire la vérité, je me sens tellement soutenu par mes frères, par les différents Pères abbés de la congrégation que je ne suis pas écrasé. Je n’ai pas peur, même si je sais qu’il y aura forcément des combats.

Et quel est votre premier combat ?

La première fois que je me suis adressé aux Frères pendant le chapitre, je leur ai demandé de prier pour moi. Ce n’était pas une formule en l’air. J’ai mes fragilités. Les moines les voient ou pas [sourire]. J’ai un combat à mener, comme tous les chrétiens : celui de la cohérence entre ce que nous sommes et ce que nous faisons. Les abus dans l’Église ont montré de manière scandaleuse que des prêtres et des religieux pouvaient mener une double vie ! En tant que Père abbé, je n’imagine pas que tout soit écrit à l’avance. J’ai eu mes propres difficultés dans la vie monastique... Je suis entré à l’abbaye de Fontgombault avant de me réorienter vers Solesmes. Il y a toujours un chemin à faire dans la confiance. Pour autant, il ne faut pas se méfier de tout, sinon on n’avance pas.

Pouvez-vous revenir sur votre propre vocation monastique ?

Au départ, mon père a eu du mal à accepter ma vocation. Il a coincé parce qu’il ne voulait pas voir partir son fils aîné ! C’était un peu pour lui le sacrifice d’Abraham. A l’époque, il a même écrit au père abbé de Fontgombault… Je voulais rentrer à l’abbaye à 19 ans et il m’a fallu attendre encore une année. Sur le coup, je l’avais mauvaise !

Comment concevez-vous votre nouvelle charge à la lumière de la tradition bénédictine ?

J’ai choisi la devise « Fratres in unum ». Elle est inspirée du Psaume 132 : « Comme il est bon, comme il est heureux, d’habiter en frères tous ensemble. » On pourrait traduire cette devise par « Frères ensemble ! » Elle marque le désir de vivre dans l’unité, y compris au travers des épreuves. L’expression « in unum » signifie « vers un ». C’est le sens de notre vie contemplative. Nous ne sommes pas un groupe d’amis, mais des hommes tournés vers Dieu, polarisés par Lui. Nous voulons nous laisser illuminer comme les tournesols qui regardent le soleil.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel