Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rome : quand le concept de "famille Amoris Laetitia" est utilisé en opposition à la famille naturelle

IMPRIMER

De Riccardo Cascioli sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

Le Vatican s'ouvre aux "familles LGBT".

2-6-2022

Lors de la conférence de presse de présentation de la Rencontre mondiale des familles (Rome 22-26 juin), le concept de "famille Amoris Laetitia" a été utilisé en opposition à la famille naturelle, pour ouvrir la porte à l'accueil de toute forme d'union, homosexuels en tête. C'est une rupture décisive avec ce qui a toujours été l'enseignement de l'Église.

Quelle est la différence entre la famille et la "famille Amoris Laetitia" ? Jusqu'à présent, on pensait naïvement que l'année familiale Amoris Laetitia, voulue par le pape François, n'était qu'une façon d'aborder les questions familiales à la lumière de l'exhortation post-synodale qui insiste sur la nécessité d'une préséance pastorale. Mais la conférence de presse du 31 mai, organisée par le Saint-Siège pour présenter la dixième rencontre mondiale des familles qui se tiendra à Rome du 22 au 26 juin prochain et qui clôturera également l'année de la famille Amoris Laetitia, a au contraire clairement montré que nous sommes face à une tentative de réécriture du concept même de famille.

La question est apparue clairement dans la réponse que la professeure Gabriella Gambino, sous-secrétaire du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, a donnée au journaliste Giuseppe Rusconi (rossoporpora. org), qui a demandé si cette réunion serait placée sous la bannière de "Love is Love", si l'expression "familles arc-en-ciel" serait "acceptée", si des drapeaux Lgbt seraient visibles et si "ces "arc-en-ciel" sont des familles, selon vous, ou sont-elles des agrégations d'un autre type" (vous pouvez voir la vidéo ici, minute 56:50). La question n'était pas farfelue, compte tenu de ce qui se passe dans l'Église (voir les revendications du Synode allemand, les ambiguïtés du Synode sur la synodalité et la nouvelle nomination comme cardinal de l'évêque de San Diego, en Californie, Robert W. McElroy, un partisan ouvert de la cause Lgbt dans l'Église) et de ce qui s'est passé lors de la précédente Rencontre mondiale des familles à Dublin (2018), lorsque parmi les intervenants est apparu le père jésuite américain James Martin pour expliquer ce que l'Église doit faire pour accueillir les Lgbt.

La professeure Gambino n'a pas voulu répondre directement aux questions, mais ses propos sont néanmoins très significatifs. Elle commence ainsi : "La rencontre, comme nous le savons, est consacrée à la famille Amoris Laetitia", ce qui suggère déjà qu'il s'agit d'une famille différente de celle que nous connaissons : fondée sur le mariage entre un homme et une femme et ouverte à la génération de la vie. Et en effet, immédiatement après, elle parle de "promouvoir (...) une véritable pastorale d'accompagnement envers tous". Et de poursuivre en soulignant l'importance d'une "approche pastorale qui sait accompagner tout le monde", évidemment avec "une attitude de miséricorde" qui est "une attitude d'accueil et d'accompagnement vers l'amour du Père". Et "au-delà des thèmes qui seront abordés, l'idée est de promouvoir des processus d'accueil et de discernement spirituels". Et encore, " il n'y a pas de recettes pour toutes les situations (...), la tâche de l'Église est d'accompagner pour que chacun apprenne à mettre le Christ au centre de sa vie, quelle que soit la situation dans laquelle il se trouve ".

Traduction sur un mode clérical : "Oui, la rencontre sera placée sous le signe de "L'amour est l'amour", il existe de nombreuses formes de famille et l'Église apporte un certain réconfort spirituel à tous, confirmant chacun sur le chemin qu'il a choisi. Ensuite, pour l'instant, afin de ne pas créer de fortes réactions, nous ne pouvons pas tout dire explicitement, nous commençons un processus ; mais il est clair qu'à la fin du processus, nous attendons la reconnaissance de toutes les formes possibles de "famille"."

Il est donc clair que le néologisme "famille Amoris Laetitia" est un concept en opposition ouverte avec le concept connu de "famille". Et la confirmation vient aussi de la deuxième réponse de Gambino à celle de Rusconi qui, intervenant à nouveau, demandait une réponse plus précise à sa question : " Je répète ", fut la réponse, " le thème de la famille est abordé à la lumière d'Amoris Laetitia ". C'est-à-dire que nous renonçons à définir ce qui est et ce qui n'est pas de la famille, ce qui est vrai et ce qui est faux, ce qui est juste et bon et ce qui est injuste et mauvais : tout chemin a quelque chose de bon en lui."

Nous sommes ici confrontés à l'annonce d'une révolution anthropologique dans l'Église. On ne peut imaginer quelque chose de plus contradictoire avec le Magistère des pontificats précédents.

Rappelons, par exemple, les grandes catéchèses sur la famille données par saint Jean-Paul II en 1994, également à l'Angélus du dimanche, pour contrer culturellement la guerre contre la famille qui avait été déclenchée à l'ONU lors de la Conférence internationale du Caire sur la population et le développement. L'un des points les plus discutés à l'époque était précisément la tentative d'introduire le concept de "familles" au lieu de "famille", dans le but évident de faire reconnaître les unions homosexuelles comme une famille. Une formule ambiguë est alors apparue, mais nous étions déjà au début d'un processus qui a conduit à ce que le concept de "famille" soit considéré comme acquis dans nos sociétés actuelles.

L'impression claire donnée par la professeure Gambino est que la "famille Amoris Laetitia" est l'équivalent ecclésial des "familles", d'autant plus que cette intervention a lieu dans un contexte où les unions homosexuelles ont déjà été largement acceptées dans l'Église, même si elles ne sont pas égales au mariage entre un homme et une femme. C'est le pape François lui-même, dans une interview diffusée sur Tv2000 le 15 septembre, qui a plaidé la cause des unions civiles, tout en affirmant que "cela n'a rien à voir avec le mariage en tant que sacrement, qui est entre un homme et une femme". Et en Italie, rappelons qu'à l'occasion de l'approbation de la loi Cirinnà, il y a exactement six ans, le journal des évêques italiens, Avvenire, s'était déjà exprimé à plusieurs reprises en faveur de la reconnaissance des unions civiles, sans toutefois les assimiler à la famille telle que définie par notre Constitution.

Mais lorsque l'union entre personnes du même sexe est considérée comme une bonne chose à promouvoir, on ne voit pas pourquoi elle ne serait pas pleinement reconnue comme une famille ; c'est pourquoi, tôt ou tard, nous arriverons nécessairement à la pleine acceptation dans l'Église de toutes les formes d'union. L'Allemagne est simplement le point le plus avancé de ce processus, un peu impatient de la lenteur de Rome, mais le chemin est néanmoins le même.

Le processus est donc en cours depuis un certain temps et la "famille Amoris Laetitia" représente le point de rupture avec l'enseignement traditionnel de l'Église, qui - il est bon de le rappeler, à l'encontre d'un certain récit actuel - ne vise pas à exclure les personnes de l'Église, mais à clarifier le but du chemin d'accompagnement.

Commentaires

  • Ce pontificat condamne l'Eglise à l'insignifiance. Il renonce à guider les âmes et même les induit en erreur.
    Je ne peux pas croire que les cardinaux aient suivi l'inspiration du St Esprit lors de l'élection de François. Ils ont suivi les lois du monde.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel