Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Allemagne : un musulman et des protestants reçoivent la communion lors du Katholikentag

IMPRIMER

De Catholic News Agency :

Des politiciens musulman et protestants reçoivent la communion lors d'un événement catholique allemand

1er juin 2022

Un homme politique musulman et au moins un homme politique protestant ont reçu la communion lors de messes célébrées par des évêques au cours d'un événement catholique de plusieurs jours en Allemagne. Le même événement, qui s'est tenu du 25 au 29 mai, aurait interdit aux organisateurs de la Marche pour la vie allemande d'avoir un stand.

Muhterem Aras, musulman d'origine turque et éminent parlementaire d'État des Verts écologistes allemands, a reçu la communion lors de la messe d'ouverture à Stuttgart, dans le sud de l'Allemagne, célébrée par l'évêque local Gebhard Fürst, a rapporté CNA Deutsch, le partenaire d'information en langue allemande de CNA. Alors qu'Aras a reçu l'Eucharistie, Sabine Foth, présidente du synode protestant de l'État, "a gardé ses distances "par respect pour l'évêque"", a déclaré le journal local Stuttgarter Nachrichten. CNA Deutsch a contacté le diocèse de Rottenburg-Stuttgart pour un commentaire, mais n'avait pas reçu de réponse au moment de la publication. Au moins un politicien protestant a reçu la communion à une date ultérieure.

Le Katholikentag ("Journée des catholiques") est un événement bisannuel organisé par le diocèse local en collaboration avec le Comité central des catholiques allemands, une organisation laïque soutenue par la conférence épiscopale allemande. Cette année, l'événement a fait les gros titres avant son ouverture, lorsqu'une organisation pro-vie a accusé les organisateurs de l'empêcher d'avoir un stand. L'Association fédérale pour la vie supervise la Marche pour la vie à Berlin. Lorsqu'elle a demandé un stand au Katholikentag, les organisateurs lui auraient répondu qu'ils n'étaient "pas en mesure de déterminer que votre organisation est clairement chrétienne", selon une déclaration de la présidente de l'association, Alexandra Maria Linder.

Un autre homme politique protestant bien connu a reçu personnellement la communion de l'évêque Georg Bätzing, président de la conférence épiscopale allemande, lors du même événement. Thomas de Maizière, ancien ministre de la défense et de l'intérieur qui a fait partie du cabinet de la chancelière allemande Angela Merkel pendant 12 ans, a été vu en train de recevoir l'Eucharistie des mains de l'évêque Bätzing, rapporte CNA Deutsch. Une image de Bätzing donnant la communion à l'éminent protestant a été publiée sur Twitter.

Un porte-parole de la conférence épiscopale allemande a confirmé que Mgr Bätzing avait été approché par M. de Maizìere avant la messe et que l'homme politique avait ensuite reçu la communion de l'évêque. Le porte-parole des évêques a ajouté qu'il n'y a "pas encore de pleine communion ecclésiale entre les églises protestantes et catholiques et donc pas de communion générale. Un chrétien protestant qui s'est examiné, qui partage la foi en la présence de Jésus-Christ dans la Sainte Eucharistie et qui vient à la Table du Seigneur peut recevoir la Sainte Communion au cas par cas."

Bätzing a exprimé à plusieurs reprises un soutien nuancé à l'intercommunion avec les protestants, déclarant aux journalistes en février 2021 qu'il était nécessaire de respecter la "décision personnelle de conscience" de ceux qui cherchent à recevoir la communion. Bätzing a également dirigé un groupe d'étude œcuménique qui a publié en 2019 le document "Ensemble à la table du Seigneur", proposant une "communion de repas eucharistique" entre catholiques et protestants.

La situation a déclenché une réaction de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) en septembre 2020. Dans une critique de quatre pages et une lettre adressée à Bätzing, la congrégation doctrinale a souligné que des différences significatives dans la compréhension de l'eucharistie et du ministère subsistaient entre protestants et catholiques. "Les différences doctrinales sont encore si importantes qu'elles excluent actuellement la participation réciproque à la Cène et à l'Eucharistie", est-il précisé. "Le document ne peut donc pas servir de guide pour une décision individuelle de conscience concernant l'approche de l'Eucharistie." La CDF a mis en garde contre toute démarche d'intercommunion entre les catholiques et les membres de l'Église évangélique d'Allemagne (EKD). Suite à l'intervention du Vatican, Bätzing a réaffirmé son opinion selon laquelle l'intercommunion avec les protestants devrait être possible.

Le cardinal Kurt Koch, président suisse du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, a également exprimé de sérieux doutes quant à la proposition de "fraternité des repas eucharistiques". 

Selon CNA Deutsch, il n'y a pas eu de signe d'orchestration délibérée d'une telle communauté à Stuttgart, citant les médias locaux qui ont déclaré qu'il y avait une certaine confusion quant à savoir qui pouvait recevoir la communion, un ministre extraordinaire de la Sainte Communion ayant déclaré à un visiteur protestant : "Je ne sais pas. Je sais seulement que c'est le Corps du Christ".

Malgré les controverses, une enquête a montré que la plupart des catholiques ne sont pas intéressés par l'événement, rapporte CNA Deutsch. Le nombre de participants diminue, tandis que les coûts sont élevés, l'événement de Stuttgart devant coûter plus de 10 millions d'euros (environ 11 millions de dollars).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel