Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mort cérébrale et dignité, les questions posées par l'affaire Archie Battersbee

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Mort cérébrale et dignité, les questions posées par l'affaire Archie Battersbee

    08-08-2022

    Parmi les nombreuses questions soulevées par l'affaire Archie Battersbee, cet enfant de 12 ans décédé samedi dernier dans un hôpital londonien après que son respirateur a été débranché par les médecins et ordonné par les juges, il convient de souligner l'instrumentalisation de la mort cérébrale. Et l'ambiguïté du concept de dignité humaine.

    Archie Battersbee est décédé samedi après-midi..." : c'est ainsi que commence le communiqué de presse du Barts Healt NHS Trust, le fonds qui gère le Royal London Hospital, protagoniste de la bataille juridique contre les parents d'Archie pour pouvoir retirer le respirateur artificiel à l'enfant de 12 ans qui est dans le coma depuis le 7 avril. Donc, même l'hôpital nous dit qu'Archie est mort le samedi 6 août. Et pas le 10 avril, lorsque les médecins ont demandé à ses parents l'autorisation de prélever ses organes. Ni le 31 mai, le jour de l'IRM qui, selon le juge, aurait permis d'établir le décès du garçon. Il est mort le 6 août, après que le ventilateur qui le maintenait en vie ait été retiré ; il est mort par suffocation, et c'était un spectacle glaçant, a témoigné une personne présente. Donc, si les mots ont un sens, Archie était vivant jusqu'à 14 heures le samedi 6 août, de l'aveu même des médecins.

    C'est là que réside l'une des questions que le cas d'Archie a mis en lumière. Quand une personne peut-elle être déclarée morte ? Aujourd'hui, il est généralement admis que le décès d'une personne coïncide avec la mort cérébrale, c'est-à-dire l'arrêt définitif de toute activité cérébrale. Cette définition est toutefois de plus en plus contestée, comme nous l'avons documenté dans une enquête il y a quatre ans (ici, ici et ici).

    Le cas d'Archie nous fait également prendre conscience des risques auxquels on s'expose en prenant trop pour acquis le concept de mort cérébrale. Selon la législation actuelle, si toutes les procédures étaient suivies, il faudrait d'abord effectuer tous les tests et contrôles nécessaires pour arriver à un diagnostic de mort cérébrale ; et à ce moment-là, on peut officiellement déclarer la personne morte. C'est à ce moment-là que l'on peut éventuellement discuter du prélèvement d'organes.

    Dans le cas d'Archie, on a supposé qu'il y avait mort cérébrale sans avoir effectué tous les tests requis, à tel point que Hollie Dance, la mère d'Archie, s'est toujours plainte d'avoir été pressée de faire un don d'organes dès le deuxième jour de l'admission d'Archie au Royal London Hospital (trois jours après l'accident). Et cette série d'examens n'a jamais été achevée, à tel point que, dans l'arrêt de la Haute Cour du 13 juin, le juge a approuvé l'affirmation des médecins selon laquelle la mort cérébrale d'Archie était "hautement probable".

    Une affirmation qui a fait frémir même les évêques britanniques endormis : dans une déclaration du 23 juin, l'évêque auxiliaire de Westminster, John Sherrington, en charge de la vie à la Conférence des évêques, a déclaré que "la certitude morale est nécessaire avant de reconnaître la mort", c'est-à-dire que des "critères neurologiques précis" doivent être suivis. Ce qui "n'a pas été fait" dans le cas d'Archie. "On ne peut pas juger de la vie et de la mort sur la base de critères de probabilité en affirmant qu'"il est probable ou très probable" qu'il soit mort". L'évêque Sherrington a conclu en déclarant qu'il ne serait pas légal de retirer le maintien en vie sans la certitude de la mort.

    L'absurdité de la décision - un boomerang potentiel pour les médecins - a dû également être évidente dans la suite de la procédure judiciaire, à tel point que le discours s'est ensuite concentré exclusivement sur les "intérêts supérieurs" d'Archie. Et sur cette base, il a été décidé qu'Archie devait mourir, et mourir à l'hôpital. À tel point que son décès n'a été certifié que le 6 août, après que le ventilateur ait été débranché.

    Il convient donc d'enregistrer ce passage troublant dans lequel l'État décide de laisser mourir une personne, sans même plus se justifier par des critères objectifs.

    Un deuxième aspect que l'histoire d'Archie met en évidence concerne le concept de "dignité". Curieusement, les médecins et les juges, d'une part, et la famille d'Archie, d'autre part, ont souvent invoqué la dignité d'Archie pour soutenir leurs positions. La "dignité" a été invoquée pour le garder mort et la "dignité" a été invoquée pour le garder en vie et même pour le transférer dans un hospice alors qu'il n'y avait plus rien à faire. Qu'est-ce donc que la dignité ? Ou en quoi consiste la dignité humaine ? Est-il possible de reconnaître un sens objectif à une telle dignité ?

    C'est ici que la différence entre une vision religieuse et une vision agnostique ou athée, entre la reconnaissance de l'homme comme transcendance et une conception matérialiste, devient claire. La véritable dignité de l'homme consiste à avoir été créé à l'image et à la ressemblance de Dieu et à être appelé à la vie éternelle. C'est pourquoi sa vie est indisponible, et son corps ne peut être traité comme un objet. Mais si cette créaturalité n'est pas reconnue, alors la dignité est réduite à la qualité de la vie (comme dans le cas de l'euthanasie et de l'avortement) ou en tout cas à des critères utilitaires : sous certaines conditions, on devient une charge pour la société. C'est la démonstration que sans Dieu, la dignité invoquée devient en réalité profondément inhumaine.

    C'est aussi ce que Benoît XVI a clairement mis en garde, en invitant même les athées à vivre "comme si Dieu existait" : "Ce serait bien", a-t-il dit dans un message aux participants de la "Cour des Gentils" le 16 novembre 2012, "si les non-croyants essayaient de vivre "comme si Dieu existait". Même si nous n'avons pas la force de croire, nous devons vivre sur la base de ce postulat, sinon le monde ne fonctionne pas. Il y a beaucoup de problèmes à résoudre, mais ils ne seront jamais complètement résolus si Dieu n'est pas placé au centre, si Dieu ne redevient pas visible dans le monde et décisif dans nos vies".

    Ce qui s'est passé à Archie en est une nouvelle fois la preuve.

  • 8 août : saint Dominique

    IMPRIMER

    Fra_Angelico_St._Dominic.jpgLors de l'audience générale du mercredi 3 février 2010, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à saint Dominique Guzman :

    Chers frères et sœurs,

    La semaine dernière, j'ai présenté la figure lumineuse de François d'Assise et aujourd'hui, je voudrais vous parler d'un autre saint qui, à la même époque, a apporté une contribution fondamentale au renouveau de l'Eglise de son temps. Il s'agit de saint Dominique, le fondateur de l'Ordre des prêcheurs, connus également sous le nom de Frères dominicains.

    Son successeur à la tête de l'Ordre, le bienheureux Jourdain de Saxe, offre un portrait complet de saint Dominique dans le texte d'une célèbre prière: « Enflammé par le zèle de Dieu et par l'ardeur surnaturelle, par ta charité sans fin et la ferveur de ton esprit véhément, tu t'es consacré tout entier par le vœu de la pauvreté perpétuelle à l'observance apostolique et à la prédication évangélique ». C'est précisément ce trait fondamental du témoignage de Dominique qui est souligné: il parlait toujours avec Dieu et de Dieu. Dans la vie des saints, l'amour pour le Seigneur et pour le prochain, la recherche de la gloire de Dieu et du salut des âmes vont toujours de pair.

    Dominique est né en Espagne, à Caleruega, aux alentours de 1170. Il appartenait à une noble famille de la Vieille Castille et, soutenu par un oncle prêtre, il fut formé dans une célèbre école de Palencia. Il se distingua immédiatement par son intérêt pour l'étude de l'Ecriture Sainte et par son amour envers les pauvres, au point de vendre ses livres, qui à l'époque représentaient un bien d'une grande valeur, pour venir en aide, grâce à l'argent qu'il en tira, aux victimes d'une famine.

    Lire la suite

  • Qui fut Dominique de Guzmán ?

    IMPRIMER

    Saint Dominique

    KTO (archive 07/02/2016)

    À l’occasion du huitième centenaire de l’ordre dominicain, fondé en 1216, La Foi prise au mot vous propose de découvrir ou de redécouvrir la belle figure de son fondateur, Saint Dominique. Qui fut-il ce Dominique de Guzmán, né vers 1170 en Espagne, dans un tout petit village de Castille, et mort le 6 août 1221 à Bologne ? Quelle fut sa vie ? Comment parvint-il à fonder un ordre qui compte aujourd’hui 6500 frères, 4000 moniales, 35 000 soeurs réunies en 150 congrégations et 60 000 membres laïcs regroupés en multiples fraternités ? Quelle est son image aujourd’hui ? La Foi prise au mot reçoit aujourd’hui deux dominicains, Frère Philippe Jeannin et Frère Renaud Silly, pour répondre à toutes ces questions et revenir sur le parcours florissant de St Dominique.

  • Portrait de saint Dominique

    IMPRIMER

    08_Angelico_detail_visage_pied_croixdpr26.jpgPortrait de St Dominique (source : missel.free)

    Le culte qui s'était spontanément développé, à Bologne, autour du corps de Dominique (mort le 6 août 1221), grandit encore lors de la translation (23-24 mai 1233) où l'on sentit un parfum surnaturel et où l'on vit de nombreux miracles. Les autorités de Bologne obtinrent de l'ouverture de son procès de canonisation où l'on entendit trois cents témoins (Bologne, Prouille et Pamiers). Saint Dominique fut canonisé par Grégoire IX le 3 juillet 1234. Le portrait qui suit est tiré des actes de canonisation.

    Dominique avait une telle intégrité morale, il était emporté par un tel élan de ferveur qu'on découvrait en lui de façon évidente un chef-d'œuvre de noblesse et de grâce. Il régnait en lui une parfaite égalité d'esprit, sauf quand il était bouleversé de compassion et de miséricorde. Et puisque le cœur en joie se reflète dans la gaîté du visage, il manifestait au dehors l'équilibre paisible de sa vie intérieure par l'amabilité et la sérénité de ses traits.

    En toute circonstance, par ses paroles et sa conduite, il se montrait un homme évangélique. Pendant la journée, avec ses frères ou ses compagnons, personne n'était plus simple et plus joyeux. Pendant la nuit, personne n'était plus adonné à toutes sortes de veilles et de prières. Il ne parlait guère qu'avec Dieu, dans l'oraison, ou de Dieu, et il exhortait ses frères à en faire autant.

    Il adressa fréquemment à Dieu cette demande particulière : qu'il daignât lui accorder une vraie charité, capable de rechercher et d'obtenir le salut des hommes ; il estimait qu'il serait véritablement un membre du Christ, s'il se dépensait avant tout, totalement et de toutes ses forces, à gagner des âmes, de même que le Seigneur Jésus, Sauveur de tous, s'est offert sans réserve pour notre salut. Et c'est pour cette œuvre que, selon le dessein prémédité par la Providence, il institua l'Ordre des Frère Prêcheurs.

    Il exhortait souvent les frères de cet Ordre, de vive voix et par lettres, à étudier sans cesse le Nouveau et l'Ancien Testament. Il portait toujours sur lui l'évangile de saint Matthieu et les lettres de saint Paul, et il les étudiait tellement qu'il les savait à peu près par cœur.

    Il fut désigné deux ou trois fois pour l'épiscopat et il refusa toujours, préférant vivre dans la pauvreté avec ses frères, plutôt que d'avoir un évêché. Il garda intacte jusqu'à la fin la délicatesse d'une chasteté absolue. Il désirait être flagellé, coupé en morceaux, et mourir pour la foi du Christ. Le pape Grégoire IX a dit de lui : Je l'ai connu comme un homme qui suivait parfaitement la règle des Apôtres, et je ne doute pas qu'il soit au ciel associé à leur gloire.

    Voir aussi : une très belle évocation par une soeur dominicaine de Chalais