Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Benoît XVI et les chats : un "amoureux inconditionnel des chats" au Vatican

    IMPRIMER

    De Walter Sanchez Silva sur ACI Prensa :

    Benoît XVI et les chats : Un "amoureux inconditionnel des chats" au Vatican

    Benedicto XVI con dos gatos a sus pies. Crédito: Fundación Joseph Ratzinger - Benedicto XVI
    Benoît XVI avec deux chats à ses pieds. Crédit : Fondation Joseph Ratzinger - Benoît XVI

    Ce lundi 8 août marque la Journée internationale du chat, un animal qui a toujours accompagné le bien-aimé pape émérite Benoît XVI, qui a maintenant 95 ans.

    Benoît XVI avait deux chats comme animaux de compagnie lorsqu'il était pape de l'Église catholique. L'un d'eux était autrefois un chat errant qu'il a trouvé dans les rues de Rome.

    En 2005, dans une interview accordée au journal espagnol ABC, le journaliste a demandé au cardinal Tarcisio Bertone, devenu peu après secrétaire d'État du Vatican, si le pape Benoît XVI était un "amoureux inconditionnel des chats".

    "Bien sûr qu'il l'était. Lors de sa promenade entre Borgo Pio et le Vatican, il s'arrêtait pour parler aux chats ; ne me demandez pas dans quelle langue il leur parlait, mais les chats étaient ravis", a raconté le cardinal italien.

    "Lorsque le cardinal (Ratzinger) s'approchait, les chats levaient la tête et le saluaient", raconte le cardinal Bertone.

    Quelque temps plus tard, en 2007, est publié en italien puis dans d'autres langues le livre pour enfants "Joseph et Chico : un chat raconte la vie de Benoît", qui raconte la vie de Joseph Ratzinger jusqu'à son élection comme pape.

    Le livre a été publié par Edizioni Messaggero de Padoue, et a été écrit par la journaliste Jeanne Perego avec des illustrations de Donata Dal Molin Casagrande.

    Dans le livre, le chat est présenté comme l'un des animaux qui ont accompagné Joseph Ratzinger pendant son enfance et commente que Benoît XVI est son ami et "le guide de tous les catholiques".

    "Joseph et Chico" comporte une introduction écrite par le secrétaire personnel du pape, l'archevêque allemand George Gänswein.

    "Combien de choses sont écrites et dites chaque jour sur le Pape ? Mais ici, chers enfants, vous trouverez une biographie différente des autres car elle est racontée par un chat, et ce n'est pas tous les jours qu'un chat considère le Saint-Père comme son ami et commence à écrire son histoire", a écrit le prélat.

    En novembre 2007, l'auteur a pu remettre son livre à Benoît XVI, qui a déclaré : "Quand j'étais jeune, j'aurais aimé écrire une histoire de chats, mais maintenant, ce sont les chats qui écrivent mon histoire".

  • Etats-Unis : le moment est-il venu pour "Pro-Life 3.0" ?

    IMPRIMER

    De Mary Frances Myler sur le National Catholic Register :

    Le moment est-il venu pour "Pro-Life 3.0" ?

    Avec la disparition de l'arrêt Roe, certains pro-vie préconisent une approche qui met l'accent sur la diminution de la demande d'avortement par des politiques gouvernementales proactives.

    8 août 2022

    Avec l'annulation de Roe et l'élimination d'un droit à l'avortement au niveau fédéral, certains pro-vie disent qu'il est temps pour une nouvelle phase du mouvement : "Pro-Life 3.0". 

    C'est le nom donné à une approche du plaidoyer pro-vie qui vise à diminuer la demande d'avortement par le biais de programmes et de politiques gouvernementales, au lieu de se concentrer plus exclusivement sur la limitation de l'accès légal à l'avortement.

    Charles Camosy, un théologien moraliste qui enseigne à la faculté de médecine de l'université Creighton et au séminaire St. John de Yonkers, dans l'État de New York, est l'un des principaux partisans de l'approche "Pro-Life 3.0". Il soutient que cette forme de plaidoyer en faveur de la vie est plus cohérente avec l'étendue de l'enseignement social catholique et offre également des possibilités de collaboration bipartisane.

    Si Pro-Life 3.0 représente un changement d'approche, il s'appuie sur les phases précédentes du mouvement pro-vie, comme l'explique M. Camosy dans une récente chronique de Religion News Service. Pro-Life 1.0, écrit-il, a précédé Roe v. Wade et était un "mouvement politiquement complexe" qui ne s'inscrivait pas dans le clivage politique gauche-droite. Après Roe, Pro-Life 2.0 s'est défini en grande partie par son fusionnisme, canalisant l'activisme politique en grande partie par le biais d'une coalition de la droite religieuse, des libertaires à petit gouvernement et des faucons anticommunistes. 

    "Cela a donné lieu à d'étranges associations", a noté M. Camosy dans sa chronique.

    Pro-Life 3.0, expliqué

    Avec la décision rendue le 24 juin dans l'affaire Dobbs contre Jackson Women's Health, le paysage de la législation sur l'avortement - et le potentiel d'action politique du mouvement pro-vie - a changé. 

    "Avant l'arrêt Dobbs, les législateurs n'avaient pas la possibilité d'adopter une approche globale de l'élaboration des politiques en faveur de la vie", explique au Register Rick Garnett, professeur à la faculté de droit de Notre Dame. "Les décisions malencontreuses de la Cour dans les affaires Roe et Casey ont privé les citoyens de la capacité d'exprimer en droit et en politique un engagement envers la dignité humaine des enfants à naître et des femmes enceintes."

    Libéré des limitations imposées par Roe, et coïncidant avec le virage populiste du parti républicain, M. Camosy a déclaré que le mouvement pro-vie a maintenant la possibilité de "nouveaux arrangements politiques créatifs qui n'étaient pas possibles auparavant".

    Dans le cadre de cette possibilité de nouveaux arrangements, M. Camosy a déclaré que c'était l'occasion pour les catholiques de soutenir un programme politique plus conforme à l'enseignement social catholique. 

    Lire la suite

  • RPC - Taïwan : "des actions irresponsables"

    IMPRIMER

    De Marinellys Tremamunno sur le Daily Compass :

    "Taïwan considère les actions de la Chine comme irresponsables"

    08-08-2022

    L'ambassadeur de Taïwan auprès du Saint-Siège, Matthew Lee, s'exprime sans détour au Daily Compass pour condamner l'action militaire de la Chine communiste contre son pays. "C'est une tentative unilatérale de créer une crise". Lee réaffirme que la République de Chine (Taïwan) ne fait pas partie de la République populaire de Chine et que Pékin n'a jamais gouverné Taipei.

    À l'heure des multiples crises mondiales et de la guerre en Ukraine qui semble interminable, on assiste aujourd'hui à une escalade des tensions militaires entre la Chine et Taïwan, suite à la récente visite de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi.

    Le géant asiatique a déployé des avions de chasse, des navires de guerre et des missiles balistiques à proximité de Taïwan : pour certains, c'est le premier signe d'un éventuel blocus et d'une invasion de l'île. "En réponse à l'exercice militaire communiste, tous les niveaux de commandement de nos troupes ont intensifié leur état d'alerte", a confirmé Matthew Lee, ambassadeur de la République de Chine (Taïwan) auprès du Saint-Siège.

    Dans cette interview exclusive accordée au Daily Compass, le chef de la seule mission diplomatique officielle de Taipei en Europe, a qualifié la visite de la délégation du Congrès américain de "succès à tous égards", malgré l'escalade militaire qui s'en est suivie avec Pékin. "Lors de sa rencontre avec la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, (Nancy Pelosi) a réaffirmé le fort soutien bipartisan de l'Amérique à Taïwan et a fait l'éloge de notre réponse à la pandémie et de notre démocratie", a-t-il déclaré.

    Nancy Pelosi n'est pas le premier président de la Chambre des représentants à se rendre à Taïwan : en 1997, il y a 25 ans, l'ultra-conservateur Newt Leroy Gingritch s'y était rendu, mais le contexte mondial était alors très différent. Pouvez-vous expliquer la position de Taïwan sur la visite de Pelosi ?

    Rien que cette année, sept sénateurs et sept représentants américains, dont la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, ont effectué des visites à Taïwan. La visite d'une présidente de la Chambre des représentants des États-Unis n'est pas sans précédent et les visites de responsables gouvernementaux et de législateurs étrangers sont monnaie courante dans les pays démocratiques. Pourtant, le 4 août, la Chine a lancé de multiples missiles balistiques dans les eaux situées au nord-est et au sud-ouest de Taïwan, menaçant la sécurité nationale de Taïwan, aggravant les tensions régionales et affectant le trafic et le commerce internationaux réguliers. Le ministère des Affaires étrangères (MOFA) de la République de Chine (Taïwan) condamne fermement le gouvernement chinois pour avoir suivi l'exemple de la Corée du Nord en effectuant délibérément des tirs d'essai de missiles dans des eaux proches d'autres pays et demande à la Chine de faire preuve de retenue. En tant que pays démocratique, nous avons le droit de nous faire des amis sur la scène internationale et nous défendrons fermement notre souveraineté et notre sécurité nationale.

    Lire la suite

  • Un évêque dénonce la tragédie au Nigeria

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Un évêque dénonce la tragédie au Nigeria

    08-08-2022

    Monseigneur Gopep, évêque auxiliaire de Minna, dépeint la situation dramatique du Nigeria. Non seulement pour la propagation de la violence, mais surtout pour l'inaction des gouvernements nationaux et des États, responsables d'une situation qui échappe depuis longtemps à tout contrôle. Et dénonçant une suspicion terrible, mais réaliste....

    "Nous ne sommes plus seulement confrontés aux terroristes de Boko Haram, mais à des groupes de bandits, à des bergers fulanis armés qui font des incursions dans les communautés pour voler des troupeaux de bétail, tuer des gens et violer des femmes, ainsi qu'à des bandes de kidnappeurs qui se livrent à des enlèvements à des fins d'extorsion financière et matérielle. En un mot, la situation actuelle au Nigeria a dépassé le stade de la violence et des affrontements à caractère religieux. C'est beaucoup plus et très complexe. Par exemple, les enlèvements ne touchent pas seulement les chrétiens, car les musulmans et les traditionalistes africains sont également victimes d'enlèvements". 

    Ce tableau de l'état du pays qui, avec 218 millions d'habitants, est le plus peuplé d'Afrique, est brossé par Monseigneur Luka Sylvester Gopep, évêque auxiliaire de Minna, capitale de l'État du Niger. Son diocèse est situé dans la Middle Belt, la ceinture centrale où les Nigérians du nord, musulmans, traditionnellement pasteurs, et ceux du sud, chrétiens et animistes, traditionnellement agriculteurs, se rencontrent et coexistent, s'affrontant toujours pour le contrôle des terres fertiles, des pâturages et des points d'eau. 

    "Dans mon diocèse, explique Monseigneur Gopep dans une longue interview à l'agence de presse Fides publiée le 5 août, il y a 16 paroisses qui sont constamment soumises à de lourdes attaques par des bandes de kidnappeurs. Les bandits arrivent même en plein jour, capturent des familles entières, ne laissent que les enfants et emmènent les adultes. Ils contactent ensuite les proches des kidnappés pour demander une rançon. Dans certains cas, certains des kidnappés sont tués, tandis que d'autres sont mutilés en raison de la férocité qu'ils ont subie entre les mains des ravisseurs. Pendant la période où les bandits emmènent les gens, leurs enfants sont laissés seuls dans leurs maisons et leurs communautés. En tant qu'Église, nous assumons la tâche et la responsabilité de prendre soin de ces enfants, en leur fournissant de la nourriture et des soins médicaux et psychologiques. Si la rançon est payée, les personnes enlevées sont libérées. Mais si rien n'est payé, les kidnappeurs tuent leurs victimes. Par exemple, deux prêtres de l'archidiocèse de Kaduna ont été tués par leurs ravisseurs. Parmi les femmes et les filles enlevées, certaines ont été données en mariage aux kidnappeurs, d'autres violées et d'autres encore vendues à d'autres gangs pour l'esclavage sexuel. Parmi nos communautés, certaines ont été pillées par les attaques incessantes des bandits. La situation a créé des camps de réfugiés dans différentes parties du diocèse dont je suis l'évêque auxiliaire. L'Église du diocèse de Minna s'est donné pour mission de fournir une aide humanitaire et des secours d'urgence à ce peuple qui est le nôtre, quelle que soit son appartenance religieuse".

    Lire la suite

  • Pourquoi l'enseignement d'Humanae vitae sur la contraception est irréformable

    IMPRIMER

    De Carl Bunderson sur Catholic News Agency :

    Réagissant à l'Académie pontificale pour la vie, un théologien affirme que l'enseignement d'Humanae Vitae ne peut pas changer

    Le père Petri a rappelé que saint Jean-Paul II avait confirmé l'enseignement d'Humanae vitae comme faisant partie du magistère ordinaire et universel.

    9 août 2022

    L'enseignement d'Humanae vitae sur la contraception est un exemple du magistère ordinaire et universel, et en tant que tel, il est irréformable, a déclaré un théologien moraliste en réponse à une déclaration de l'Académie pontificale pour la vie.

    Le père dominicain Thomas Petri, président de la Dominican House of Studies à Washington, D.C., a noté que même les critiques de l'enseignement sur la contraception ont "reconnu que cela a toujours été l'enseignement de l'Église" et que nulle part dans l'enseignement de l'Église il n'y a eu de permissivité, sous quelque forme que ce soit, pour la contraception.

    "Cela suggère que cela a toujours été l'enseignement de l'Église, et que cela fait donc partie du magistère ordinaire et universel", a déclaré le père Petri. "Ainsi, même si une encyclique particulière, comme Humanae vitae, n'est pas infaillible, l'enseignement qu'elle présente est en fait irréformable, car il fait partie du magistère ordinaire et universel de l'Église."

    Dans Humanae vitae, son encyclique de 1968 sur la régulation des naissances, saint Paul VI écrivait que "toute action qui, soit avant, soit au moment, soit après l'acte sexuel, vise spécifiquement à empêcher la procréation - que ce soit comme fin ou comme moyen" est "exclue", comme moyen illicite de régulation des naissances.

    L'Académie pontificale

    L'Académie pontificale pour la vie, une institution associée au Saint-Siège mais qui n'est pas elle-même un organisme magistériel, a accueilli en 2021 un séminaire d'éthique au cours duquel un participant a discuté de "l'éventuelle légitimité de la contraception dans certains cas".

    Une synthèse du séminaire a récemment été publiée par la Maison d'édition du Vatican, ce qui a suscité des questions sur le caractère réformable de l'enseignement de l'Église sur le contrôle des naissances.

    L'Académie pontificale pour la vie a défendu la discussion qu'elle a organisée sur la licéité de la contraception, en tweetant le 5 août que "les archives historiques de l'abbé [Ferdindando] Lambruschini ont confirmé que Paul VI lui a dit directement que les HV n'étaient pas sous infaillibilité".

    Puis, dans une déclaration du 8 août, l'académie a écrit que "de nombreuses personnes sur Twitter semblent croire qu'Humanae Vitae est une déclaration infaillible et irréformable contre la contraception."

    Elle a noté que "lorsque le théologien moral de l'Université pontificale du Latran, Mgr Ferdinando Lambruschini, a présenté Humanae Vitae lors d'une conférence de presse ... il a déclaré, conformément au mandat de Paul VI, que l'encyclique Humanae Vitae ne doit pas être considérée comme faisant partie des déclarations infaillibles. Lambruschini a souligné qu'Humanae Vitae n'exprimait pas une vérité de foi définitive accordée par 'infallibilitas in docendo'".

    Lire la suite

  • Nicaragua : l'évêque de Matagalpa assiégé à son domicile par les forces de l'ordre

    IMPRIMER

    Lu sur le site du Figaro :

    Au Nicaragua, un évêque est assiégé à son domicile par les forces de l'ordre depuis jeudi

  • Le bienheureux Franz Jägerstätter décapité sous le régime nazi pour sa fidélité au Christ (9 août)

    IMPRIMER

    D'Evangile au Quotidien :

    Franz (François) Jägerstätter naît le 20 mai 1907, enfant naturel de Rosalia Huber, à Sainte-Radegonde, village de Haute-Autriche, tout proche de la frontière allemande. Il est baptisé dès le lendemain et élevé dans la pauvreté chez sa grand-mère. En 1917, sa mère épouse le fermier Heinrich Jägerstätter et Franz est légitimé; il deviendra héritier de la ferme de son beau-père. À vingt ans, il va gagner sa vie dans une exploitation minière. Le jeune homme se trouve dans un milieu matérialiste et hostile à l'Église, ce qui provoque en lui une crise religieuse. Il cesse un moment d'aller à la Messe, mais reviendra vite à une pratique chrétienne.

    Le 9 avril 1936, il épouse Franziska Schwaninger, une serveuse de restaurant, née en 1913. Les époux se joignent à un groupe de pèlerins et font leur voyage de noces à Rome. Franziska, fervente chrétienne qui communie fréquemment et sanctifie les premiers vendredis du mois, est une jeune femme pleine de charme et d'humour. Franz a trouvé la perle précieuse. Entraîné par l'exemple de Franziska, il commence lui aussi à communier souvent; c'est le tournant de sa vie spirituelle.

    En 1933, Hitler prend le pouvoir en Allemagne et les rapports avec l'Autriche sont aussitôt tendus. L'évêque de Linz, Mgr Gföllner, dans le diocèse duquel se trouve Sainte-Radegonde, constate dès cette année l'incompatibilité entre la doctrine catholique et celle du national-socialisme. Franz s'en tiendra à cette ligne de conduite: pas de compromis avec le néo-paganisme. Le 10 avril 1938, il vote « non » au plébiscite organisé en Autriche par les Nazis après l'Anschluss (annexion forcée de l'Autriche à l'Allemagne). Il est le seul de son village à oser le faire.

    Le 17 juin 1940, Jägerstätter est appelé au service militaire actif à Braunau, lieu de naissance d’Hitler. Il est cependant déclaré indisponible sur l'intervention des autorités de sa commune, ayant trois filles en bas âge dont la dernière vient de naître. Mais en octobre, il est rappelé à Enns chez les chasseurs alpins. Le 8 décembre, il est reçu dans le Tiers-Ordre franciscain dont son épouse est également membre. En avril 1941, Franz parvient, toujours grâce aux autorités de sa commune, à rentrer chez lui; il aura deux ans de relative tranquillité; mais pendant tout ce temps, son épouse et lui vivent dans l'attente redoutée d'un courrier de la Wehrmacht.

    Franz ne refuse nullement, par principe, de porter les armes. Il reçoit l'enseignement de l'Église, formulé aujourd'hui par le Catéchisme de l'Église Catholique. Cependant, dès avril 1941, il est décidé à ne pas obtempérer à un nouvel appel au service dans les armées du troisième Reich. Il est en effet convaincu, après une longue et prudente réflexion, que s'il le fait, il péchera en collaborant directement à une guerre injuste. La décision que prend Franz de se soustraire à un nouvel appel sous les drapeaux lui vaut de nombreuses critiques dans son entourage. Sa mère lui montre les conséquences tragiques qui sont à craindre pour lui et sa famille.

    Franz interroge son évêque, Mgr Joseph Fliesser, qui – selon son propre témoignage – s'efforce de le convaincre d'obéir à l'appel aux armes : la question de savoir si la guerre est juste dépasse la compétence d'un simple citoyen, et Franz se doit d'abord à sa famille. Cette réponse ne satisfait pas Jägerstätter : il soupçonne que l'évêque a dû le prendre pour un provocateur nazi. De plus, en voyant dans son entourage le grand nombre de soldats qui sont morts au front en Russie, Franz remarque qu'il n'est guère moins dangereux d'être réfractaire que de se laisser conduire comme soldat sur le front de l'Est. « Je crois que si Dieu nous demande de mourir pour notre foi, ce n'est pas une chose trop difficile, si l'on pense aux milliers de jeunes gens qui, en ces difficiles années de guerre, ont été contraints à donner leur vie pour le national-socialisme ».

    En février 1943, le ministre Goebbels proclame la « guerre totale ». Les réservistes seront désormais rappelés au service. Jägerstätter reçoit la convocation redoutée. En accusant réception, il remarque: « Je viens de signer mon arrêt de mort ». Si sa mère le supplie de ne pas s'obstiner, son épouse renonce, quant à elle, à le faire changer d'avis. Mis en demeure de se trouver à la caserne d'Enns le 25 février, Franz écrit à l'abbé Karobath, alors exilé : « Je dois vous annoncer que vous allez peut-être perdre un de vos paroissiens... Comme personne ne peut m'obtenir d'être dispensé d'accomplir une chose qui mettrait en danger mon salut éternel, je ne peux rien changer à ma résolution, que vous connaissez ». Le prêtre comprend alors la position de son ami et l'approuve.

    Dans un premier temps, Franz ne se rend pas à la caserne; son idée est de se cacher dans la forêt. Puis, réfléchissant que sa fuite provoquerait des représailles à l'encontre de sa famille, il se présente à Enns le 1er mars. Dès le 2, il annonce à l'officier-recruteur qu'il refuse de porter les armes, en raison de son opposition aux principes du national-socialisme. Le même jour, il écrit à sa femme une lettre pleine d'amour où il lui explique les motifs de sa décision ; elle se termine ainsi: « Puisse Dieu t'accorder tout ce que tu désires, à condition que cela ne compromette pas ton salut éternel... Si Dieu ne permet pas que je vous revoie ici-bas, j'espère que nous serons bientôt tous réunis au Ciel ». Il demande à Franziska de lui envoyer une brochure sur les apparitions de la Vierge Marie à Fatima.
    Le 7 mars, Franziska lui écrit : « Mon très cher époux... que la Volonté de Dieu soit faite, même si elle fait très mal !... Tes trois petites filles te réclament toujours et offrent des sacrifices de carême pour ton retour ».

    Au début de mai, Franz est transféré à la prison militaire de Berlin-Tegel. Il se rend compte qu'il n'est pas le seul à avoir refusé le service armé et que bien d'autres ont accompli des actes héroïques de résistance contre le national-socialisme. Il aide plusieurs d'entre eux à se convertir et à accepter leur mort prochaine. Il apprend avec joie que des S.S. se sont convertis avant de mourir. L'aumônier Heinrich Kreutzberg, qui a déjà assisté deux cents catholiques condamnés à mort, lui témoigne affection et respect.

    Avant le procès, l'avocat de Franz, Feldmann, qui veut tout faire pour sauver son client, a obtenu que le prévenu puisse rencontrer ses juges seul à seul. Ceux-ci l'exhortent à « ne pas les obliger à le condamner à mort », en acceptant de servir dans une unité sanitaire. Mais Franz décline l'offre, car il lui faudrait prêter le serment d'obéissance inconditionnelle, ce qu'il ne veut à aucun prix. L'arrêt du tribunal militaire de Berlin, en date du 6 juillet 1943, constate que ce refus du service armé est un crime punissable selon la loi du Reich, les motifs de conscience allégués n'étant pas recevables et l'accusé n'étant pas jugé malade mentalement. Franz est donc condamné à mort.

    Le 12 juillet, Franziska est autorisée à voir son mari ; l'entretien de vingt minutes a lieu en présence du curé-remplaçant de Sainte-Radegonde, l'abbé Fürthauer. Ce prêtre pusillanime s'efforce en vain de convaincre le condamné de se soumettre pour sauver sa vie. Le 8 août 1943, Franz est transféré à la prison de Brandenburg. On lui annonce qu'il a été condamné à mort et que la sentence sera exécutée le lendemain. Ce même jour, Franz écrit aux siens: « J'aurais tant voulu vous épargner toute cette souffrance que vous avez à supporter à cause de moi. Mais vous savez ce que le Christ a dit : Celui qui aime son père, sa mère, son épouse et ses enfants plus que moi, n'est pas digne de moi (cf. Mt 10, 37) ».
    À 16 heures, le 9 août, Franz Jägerstätter est décapité.

    Franz Jägerstätter a été béatifié le 26 octobre 2007, jour de la fête nationale autrichienne, à Linzen Autriche (la ville de naissance d’Adolf Hitler) par le Card. José Saraiva Martins, Préfet de la Congrégation pour la cause des Saints, qui représentait le pape Benoît XVI.

    Pour un approfondissement biographique :
    >>> Franz Jägerstätter

     

  • Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix - "Fille d'Israël" (KTO)

    IMPRIMER

    De KTO Télévision :

    Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix - "Fille d’Israël"

    En 1933, Edith Stein entre au Carmel sous le nom de Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix. Comment cette juive pratiquante formée à la pensée logique et rationaliste à la prestigieuse Université de Göttingen a-t-elle pu sauter le pas de la foi ? Le documentaire propose de lever le voile sur le parcours singulier de cette religieuse allemande, écrivaine prolixe, disciple d’Edmund Husserl. Fait de découvertes intellectuelles, de rencontres décisives et d’une expérience personnelle de la guerre en tant qu’infirmière de la Croix Rouge auprès des blessés du premier conflit mondial, son cheminement ne présente pas moins une profonde unité. Unité dans le Christ que cette « fille d’Israël » suivra jusqu’à la Croix en donnant sa vie par « fidélité à son peuple » au camps d’extermination d’Auschwitz, le 9 août 1942.

    UNE COPRODUCTION SUNSET PRESSE/KTO 2021 - Réalisée par Alexandre Dolgorouky

  • "La religion n'est pas quelque chose pour un petit coin tranquille"

    IMPRIMER

    "Naturellement, la religion n'est pas quelque chose pour un petit coin tranquille, ou pour quelques heures de célébration; mais elle doit, comme vous l'avez déjà ressenti, être la racine et la base de toute la vie, et cela, non pour quelques rares élus, mais pour tout vrai chrétien (à vrai dire, il n'y en a toujours qu'un petit troupeau) ...

    Dans la période qui a précédé immédiatement ma conversion, et encore longtemps après, j'ai pensé que mener une vie chrétienne signifiait renoncer à tout ce qui est de la terre et ne penser qu'aux choses de Dieu. Mais peu à peu j'ai compris qu'en ce monde autre chose nous est demandé, et que même dans la vie la plus contemplative le lien avec le monde ne peut être entièrement rompu. Je crois même que, plus quelqu'un est profondément absorbé en Dieu, plus il doit en un certain sens, 'sortir de soi' pour pénétrer le monde et y apporter la vie divine.

    Il s'agit seulement d'avoir concrètement un petit coin tranquille où l'on puisse converser avec Dieu comme si rien dl autre n'existait - et cela chaque jour. Les heures du matin me semblent les plus favorables, avant de commencer le travail de la journée; ensuite, il faut que l'on trouve là sa mission particulière, si possible pour chaque jour, et non par choix personnel; enfin, que l'on se considère entièrement comme un instrument ; et spécialement que l'on regarde les forces avec lesquelles on doit travailler - dans notre cas, l'intelligence comme quelque chose dont nous ne nous servons pas nous-mêmes, mais dont Dieu se sert en nous.

    Vous avez là ma recette. Chaque matin ma vie commence à nouveau, et chaque soir elle se termine. D'autres plans et projets, je n'en ai pas - naturellement, il y en a qui font partie du travail quotidien de la journée : la profession d'enseignante, par exemple, est impraticable autrement. Mais du souci pour le lendemain, il ne faut jamais en avoir. Vous comprendrez donc que je ne puis laisser passer ce que vous dites : que je suis "devenue quelque chose". Il me semble que le rayon de mon travail doive s'étendre, mais cela ne change rien pour moi, je le pense réellement. On m'a demandé cela, et je l'ai entrepris, sans savoir encore ce que cela comporte et quel sera pratiquement le chemin."

    [Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein) lettre du 12 Février 1928, à Soeur Callista Kopf, Dominicaine (Lettres I, p.54ss)]

    http://www.homelie.biz/article-sainte-edith-stein-la-priere-dans-la-vie-55417871.html

    Lien permanent Catégories : Eglise, Foi
  • 9 août : sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

    IMPRIMER

    Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein), vierge et martyre, copatronne de l'Europe

    Homélie du frère Dominique sur http://homelies.fr/ (archive 2010)

    « Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère ». Ce genre de versets de l’évangile nous semble spontanément difficile à vivre dans sa radicalité. L’amour d’un père et d’un fils, d’une mère et de sa fille, sont tellement fondamentaux : comment le Christ pourrait-il nous demander d’y renoncer ?

    Les vies de saints sont des réponses que l’Église nous donne à méditer. Celle de sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix, Édith Stein, est édifiante. Orpheline de père à trois ans, elle est élevée, avec ses six autres frères et sœurs, par une mère exemplaire et courageuse. Très fidèle à sa foi juive, elle est un modèle pour toute la famille. « Nous pouvions lire dans l'exemple de notre mère la vraie manière de nous comporter. » disait soeur Thérèse-Bénédicte.

    Mais le Seigneur Jésus avait choisi la jeune Édith. Après des années passées à la recherche de la vérité loin des chemins de la foi, Édith se convertit en lisant la vie de sainte Thérèse d’Avila. Aussitôt, elle va trouver le curé et demande le baptême : elle a fait le choix du Christ, désormais son Seigneur passe avant tout.

    Lire la suite

  • Un témoin de la présence de Dieu : Edith Stein (9 août)

    IMPRIMER

    edith-stein.jpgSainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

    Carmélite déc., vierge, martyre, co-patronne de l'Europe (12 octobre1891 – 9 août 1942)

    Source : http://www.vatican.va/

    « Inclinons-nous profondément devant ce témoignage de vie et de mort livré par Edith Stein, cette remarquable fille d’Israël, qui fut en même temps fille du Carmel et sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix, une personnalité qui réunit pathétiquement, au cours de sa vie si riche, les drames de notre siècle. Elle est la synthèse d’une histoire affligée de blessures profondes et encore douloureuses, pour la guérison desquelles s’engagent, aujourd’hui encore, des hommes et des femmes conscients de leurs responsabilités ; elle est en même temps la synthèse de la pleine vérité sur les hommes, par son cœur qui resta si longtemps inquiet et insatisfait, « jusqu’à ce qu’enfin il trouvât le repos dans le Seigneur » ». Ces paroles furent prononcées par le Pape Jean-Paul II à l’occasion de la béatification d’Edith Stein à Cologne, le 1er mai 1987.

    Lire la suite

  • Edith Stein : philosophie de la conversion

    IMPRIMER

    De Vincent Aucante sur aleteia.org :

    Édith Stein, philosophe de la conversion

    C’est après une longue maturation que l’intellectuelle juive Édith Stein se convertit au catholicisme. Auteur du livre « Édith Stein, la grâce devant soi », Vincent Aucante raconte la « philosophie de la conversion » de celle qui deviendra sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix.

    Notre temps a plus que jamais besoin de conversion, que ce soit la conversion de l’Église à laquelle nous appelle le pape François, ou la conversion à l’amour du cœur des hommes. La vie et l’œuvre d’Édith Stein peuvent être pour chacun, chrétien ou non, un modèle de conversion.

    La conversion marque un passage, inscrit dans l’histoire d’une personne. Elle ouvre le cœur, et l’amène à rencontrer Dieu. La personne peut se convertir en redécouvrant ses propres racines, la foi de sa famille ou de sa communauté, ou en changeant de religion. Édith Stein a vécu les deux types de conversion. D’origine juive mais devenue agnostique, elle a choisi le catholicisme, et est entrée après quelques années au carmel. Elle y a redécouvert la profondeur du judaïsme, dans lequel ont grandi Marie, Jésus et les apôtres.