Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les groupes pro-vie et pro-famille bloqués lors d'une prochaine conférence de l'ONU ?

IMPRIMER

D'Austin Ruse sur le Friday Fax (C-Fam) :

Un comité de l'ONU s'apprête à bloquer les pro-vie

1er décembre 2022

Le Comité des ONG de la Commission de la condition de la femme de l'ONU a publié des directives de participation qui auront pour effet de bloquer les groupes pro-vie et pro-famille lors d'une prochaine conférence de l'ONU. Les dirigeants des groupes pro-vie et pro-famille pensent que ces directives ont été créées précisément pour les empêcher de participer à la prochaine Commission sur le statut de la femme.

Appelées "Directives et principes de sécurité virtuelle", le Comité des ONG affirme qu'elles visent à garantir que "chacun vive une expérience enrichissante lors du Forum virtuel des ONG sur la CSW". Leur objectif est de "rendre cette plateforme aussi inclusive et productive que possible..."

Certaines directives ne prêtent pas à controverse, telles que "construire une culture d'excellence, de compassion, d'intégrité et d'honnêteté." De plus, "permettez à tout le monde de participer. Ne dominez pas la conversation et respectez les limites de temps" et "faites preuve d'empathie envers les autres participants".

Mais il y a aussi l'obligation de reconnaître "l'existence du sexisme, du racisme, du classisme, de l'hétérosexisme, de la transphobie, de la domination globale du Nord et d'autres formes institutionnelles d'oppression." Certains de ces éléments sont en grande partie les mots et les phrases idéologiquement chargés de la gauche sexuelle.

Les participants ne peuvent pas non plus utiliser "un langage offensant lié au genre, à l'identité et à l'expression de genre, à l'orientation sexuelle, au handicap, à la maladie mentale, à l'apparence physique, à l'affiliation politique, à l'âge, à la race, à l'origine nationale et/ou ethnique, au statut d'immigration, à la langue, à la religion ou à l'indigénéité".

Les participants sont tenus "d'utiliser un langage accueillant et inclusif". Vraisemblablement, cela signifie utiliser les "pronoms préférés" de quelqu'un, une exigence qui contraindrait le discours et violerait donc la liberté religieuse des croyants chrétiens orthodoxes.

Et puis il y a l'interdiction de "l'intimidation délibérée", une admonition qui semble ne fonctionner que dans un sens. L'année dernière, lors d'un événement préparatoire à la CSW parrainé par ONU Femmes, les gouvernements du Danemark et du Costa Rica et l'ONG CSW, le vice-président exécutif de C-Fam a été attaqué par un groupe mondial de défense de l'avortement. Un représentant de l'Association pour les droits de la femme dans le développement (AWID) a demandé l'expulsion de tous les "infiltrés anti-droits" des Nations unies.

Bien que les directives semblent ne concerner qu'une plate-forme virtuelle pour la prochaine Commission de la condition de la femme, l'une des plus grandes et des plus importantes réunions de commission au siège de l'ONU, lorsque C-Fam a demandé à accueillir un événement parallèle à la prochaine conférence, ces directives étaient jointes.

Le Comité des ONG de la CSW est une créature d'ONU Femmes, qui est une bureaucratie massive avec un conseil d'administration composé d'États membres de l'ONU. Il semble donc que les directives émanent des gouvernements. Le problème est que beaucoup, sinon la plupart, des États membres de l'ONU n'accepteraient jamais certaines de ces directives et ne seraient donc pas admis dans la partie ONG de la Commission.

La Commission de la condition de la femme est une réunion annuelle des États membres des Nations unies qui, dans les années pré-covid, rassemblait des milliers de participants non gouvernementaux. Les 5 000 participants sont généralement issus de groupes féministes radicaux, mais des groupes pro-vie ont également participé. Outre la négociation entre les États membres, il y a des dizaines de panels produits par des groupes non gouvernementaux. Au fil des ans, les groupes pro-vie ont été autorisés à organiser des panels, mais cela est devenu de plus en plus difficile à mesure que les féministes idéologiques répriment les opinions dissidentes.

Aujourd'hui, il semble qu'elles présentent la dissidence comme un danger pour les autres participants et qu'elles cherchent à supprimer complètement les voix pro-vie et pro-famille.

Les ONG pro-vie et pro-famille réfléchissent à leur plan d'action, qui devrait inclure au moins une plainte formelle auprès d'ONU Femmes. Les pro-vie n'ont pas l'espoir que l'ONU Femmes s'en préoccupe. Après que Lisa Correnti de C-Fam ait été harcelée l'année dernière, ONU Femmes n'a même pas reconnu la plainte.

Les pro-vie espèrent que les États membres de l'ONU interviendront.

Commentaires

  • En bref, c'est l'inclusivité pour tous sauf pour les pro-vie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel