Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De plus en plus de personnes demandent à être "débaptisées"; ce qui pose problème

IMPRIMER

De Jimmy Akin sur le National Catholic Register :

De plus en plus de personnes demandent à être "débaptisées" - voici ce qui pose problème

Lorsque vous êtes baptisé, une marque spirituelle indélébile est apposée sur votre âme, et rien ne peut l'effacer.

8 décembre 2022

Dans certains endroits, la demande de débaptisations a augmenté, ce qui pourrait être assez surprenant.

"Qu'est-ce qu'un débaptême ?", demanderez-vous peut-être. "Est-ce même une chose ? Comment peut-on débaptiser quelqu'un ?" La réponse courte est que Non, le débaptisme n'est pas une chose, mais cela n'a pas empêché les gens de le demander. Et oui, le "débaptisme" est le langage qu'ils utilisent. Le Pilier explique :

L'Église catholique de Belgique a fait état mercredi d'une forte augmentation du nombre de personnes demandant à ce que leur nom soit rayé des registres de baptême. Le dernier rapport annuel de l'Église, publié le 30 novembre, indique qu'il y a eu 5 237 demandes de ce type en 2021, contre 1 261 en 2020 et 1 800 en 2019. ...

Néanmoins, un mouvement croissant en Europe promouvant le 'débaptisme' a encouragé les catholiques à écrire aux autorités de l'Église pour demander à être retirés des registres de baptême des paroisses. Ce mouvement est un consortium de plusieurs factions politiques et philosophiques parmi les laïcs européens.

Un mouvement qui a un passé

Ce mouvement existe depuis un certain temps. Par exemple, en 2012, NPR a rapporté : en France, un homme âgé se bat pour rompre officiellement avec l'Église catholique. Il a attaqué l'Église en justice pour son refus de le laisser annuler son baptême, dans une affaire qui pourrait avoir des effets considérables.

Ses convictions ont commencé à changer dans les années 1970, lorsqu'il a été initié aux libres penseurs. Comme il ne croyait plus en Dieu, il a pensé qu'il serait plus honnête de quitter l'Église. Il a donc écrit à son diocèse et a demandé à être débaptisé.

Problèmes pour les débaptiseurs

La demande des débaptiseurs pose des problèmes. Il n'est pas possible de déverser de l'eau sur quelqu'un après qu'elle ait été versée sur lui. Cela rend le débaptême physiquement impossible (bien que certaines organisations athées aient utilisé des cérémonies ironiques avec des sèche-cheveux).

Mais aussi, il n'est pas non plus théologiquement possible d'inverser tous les effets du baptême. Le Catéchisme de l'Église catholique déclare :

Incorporée au Christ par le baptême, la personne baptisée est configurée au Christ. Le baptême scelle le chrétien avec la marque spirituelle indélébile (caractère) de son appartenance au Christ. Aucun péché ne peut effacer cette marque, même si le péché empêche le baptême de porter les fruits du salut. Donné une fois pour toutes, le baptême ne peut être répété. (1272)

Ainsi, lorsque vous vous faites baptiser, une marque spirituelle indélébile est apposée sur votre âme, et rien ne peut l'effacer. Vous pouvez commettre des péchés qui supprimeront la grâce sanctifiante que le baptême vous a donnée, mais la marque reste. Et - si vous changez d'avis et vous repentez - vous pouvez revenir à la grâce et reprendre votre vie de chrétien. Vous n'avez pas besoin de vous faire baptiser à nouveau. En fait, vous ne pouvez pas vous faire baptiser à nouveau, car la marque spirituelle demeure.

Que se passe-t-il dans les "débaptisations" ?

Que se passe-t-il lorsqu'une personne décide qu'elle ne veut plus être chrétienne et envoie une demande de "débaptisation" ? Le Pillar explique : un porte-parole de la conférence épiscopale belge a déclaré au Pillar le 1er décembre que lorsque l'Église reçoit une demande de " débaptisation ", " il est noté dans le registre, en marge, que la personne a demandé à être désenregistrée ". Vous n'êtes pas autorisé à rayer ou à supprimer une entrée dans un registre officiel", a-t-il expliqué.

C'est logique, car il doit y avoir une trace du fait que la personne a été baptisée. Supposons qu'elle change d'avis par la suite et décide de vivre à nouveau en tant que chrétienne. Il faut qu'il y ait une trace du fait qu'elle a été baptisée afin de montrer qu'elle ne doit pas être baptisée à nouveau.

Que s'est-il passé dans le cas de Monsieur LeBouvier ? NPR rapporte : ils m'ont envoyé une copie de mon dossier, et dans la marge à côté de mon nom, ils ont écrit que j'avais choisi de quitter l'Église", dit-il. Plus précisément, le dossier révisé disait qu'il "a renoncé à son baptême". Mais cela n'était pas suffisant pour Lebouvier, et il a poursuivi l'Église en justice pour que son nom soit retiré des registres.

Un cas parallèle

Pourquoi a-t-il fait cela ? Considérons un cas parallèle : le mariage civil. Il arrive que des personnes se présentent devant un fonctionnaire, se marient, puis changent d'avis et décident qu'elles ne veulent plus être mariées l'une à l'autre. Dans ce cas, ils divorcent et cela semble leur convenir. Ils ne demandent pas à l'État de revenir en arrière et d'effacer toutes les traces de leur mariage.

Il y a de bonnes raisons pour que l'État ne le fasse pas. Diverses questions juridiques peuvent dépendre du fait que les deux personnes ont été mariées à un moment donné (impôts, garde des enfants, héritages, procès, etc.), et l'État doit avoir une trace du mariage, même s'il le considère aujourd'hui comme dissous.

Alors pourquoi quelqu'un comme LeBouvier voudrait-il que son acte de baptême soit effacé ? Il pourrait s'agir en partie d'une confusion causée par une mauvaise catéchèse. Il pourrait penser que l'existence d'une trace physique de son baptême fait de lui un chrétien. Il s'agirait cependant d'un cas de pensée magique, car ce n'est pas le fait d'écrire sur une feuille de papier qui fait cela.

D'un autre côté, cela pourrait être de l'acariâtreté. LeBouvier aurait pu simplement en vouloir à l'Eglise et se montrer exigeant. Au lieu de se contenter du fait que sa paroisse notait dans les registres qu'il avait renoncé à son baptême, il a voulu aller au-delà et formuler une demande qu'il savait ne pas pouvoir être satisfaite, ce qui lui a donné un prétexte pour poursuivre l'Église en justice. Quelles que soient ses motivations, il a finalement perdu. En 2014, la Cour suprême française a donné tort à M. LeBouvier, ce qui est normal.

Le fait que LeBouvier ait été baptisé est un simple fait historique. C'est vrai quels que soient les effets du baptême, et en tant qu'incroyant, LeBouvier n'a probablement même pas cru à la marque indélébile qu'il a laissée sur son âme. Il est vrai que - à une certaine date - il a été baptisé dans une certaine paroisse, et il peut y avoir des enregistrements de ce fait, tout comme il peut y avoir des enregistrements de tout autre événement historique. À moins d'avoir une DeLorean équipée d'un condensateur de flux, il n'y a aucun moyen de remonter le temps et d'annuler l'événement.

De même que l'État peut conserver des traces de ce qui s'est passé - comme les mariages - même si leurs effets sont considérés comme désormais neutralisés (ou non, d'un point de vue religieux), l'Église le peut aussi.

L'effet d'un document

Il y a une raison pour laquelle des gens comme LeBouvier ne seraient pas satisfaits que l'Eglise note simplement dans les registres de baptême qu'ils ne se considèrent plus comme chrétiens. Lorsque les gens divorcent, ils obtiennent un jugement du tribunal - un morceau de papier qui dit qu'ils ne sont plus légalement mariés - et même si l'État n'a pas effacé toutes les traces de leur mariage, le jugement semble les satisfaire. Mais l'Église n'a pas d'équivalent de ce genre lorsque quelqu'un abandonne la foi. Le Code de droit canonique de 1983 envisageait la possibilité qu'une personne quitte l'Église "par un acte formel". Cela avait certains effets canoniques, comme le fait de ne plus être tenu d'avoir un mariage catholique.

Les défections et le Kirchensteuer allemand

Mais le système allemand d'impôt ecclésiastique (Kirchensteuer) complique les choses. En vertu de ce système, le gouvernement allemand prélève automatiquement une partie du revenu d'un individu et la reverse à l'Eglise dont il est membre. Dès lors, certains Allemands ont commencé à quitter l'Église et à prétendre qu'ils n'avaient plus besoin de payer cet impôt.

En réponse à la situation allemande, le Conseil pontifical pour les textes législatifs a institué en 2006 un processus lourd qui rendait plus difficile la défection formelle. Ce processus impliquait notamment de rencontrer personnellement son évêque et de le convaincre que l'on ne se considérait vraiment, très sincèrement, plus comme catholique.

Insatisfait des résultats de ce processus, le pape Benoît XVI a décidé en 2009 d'éliminer complètement du droit canonique le concept de défection formelle. Cela a eu de graves conséquences inattendues, car cela signifiait que les personnes qui avaient été baptisées mais n'avaient pas été élevées dans la religion catholique - dont beaucoup ne savaient peut-être même pas qu'elles avaient été baptisées - étaient désormais légalement incapables de contracter des mariages valides (en raison de l'obligation de respecter la "forme canonique") et étaient condamnées à l'état de fornication perpétuelle et objective.

À mon avis, le remède était pire que le mal causé par la situation fiscale allemande, mais cela signifiait que l'on ne recevait même plus une lettre de son évêque disant qu'il croyait que vous ne vous considériez plus comme catholique.

Regarder vers l'avenir

Alors que la sécularisation de l'Europe progresse, il reste à voir si les futurs dirigeants de l'Église jugeront opportun de créer un document certifiant que "Nous reconnaissons que vous ne vous considérez plus ou ne souhaitez plus vivre en tant que catholique." Espérons qu'un tel document ne sera pas nécessaire - et que Dieu nous préserve d'en avoir besoin. Mais si les tribunaux français se sont prononcés contre LeBouvier, nous ne pouvons pas compter sur le fait que cela restera le cas à l'avenir.

L'animosité anti-catholique et anti-chrétienne continue de se répandre dans le système juridique, et tout comme il y a des plaideurs acariâtres qui veulent simplement en découdre avec l'Eglise, il peut y avoir des juges acariâtres qui souhaitent faire la même chose.

Pour éviter la collision juridique qui pourrait résulter de juges activistes exigeant que l'Église mutile ses registres de baptême, il pourrait être prudent un jour de créer un moyen de reconnaître officiellement la triste réalité des personnes qui ne se considèrent plus comme chrétiennes.

Jimmy Akin Jimmy est né au Texas et a grandi en tant que protestant, mais à l'âge de 20 ans, il s'est profondément converti au Christ. Prévoyant de devenir un pasteur protestant ou un professeur de séminaire, il a commencé une étude intensive de la Bible. Mais plus il se plongeait dans les Écritures, plus il trouvait des arguments en faveur de la foi catholique. Finalement, il est entré dans l'Église catholique. Le récit de sa conversion, "A Triumph and a Tragedy", est publié dans Surprised by Truth. En plus d'être auteur, Jimmy est l'apologiste principal de Catholic Answers, il contribue à la rédaction du magazine Catholic Answers et il est invité chaque semaine à l'émission "Catholic Answers Live".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel