Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une scientifique de Harvard : les merveilles de l'univers pointent vers un Créateur

IMPRIMER

De Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

Une scientifique de Harvard : les merveilles de l'univers pointent vers un Créateur

21 janvier 2023

Les merveilles que nous voyons dans l'univers "devraient nous faire sortir de nous-mêmes", a déclaré la semaine dernière une scientifique de l'Ivy League, "en regardant non seulement vers les merveilles elles-mêmes et vers les vérités qu'elles révèlent, mais aussi vers la source de toutes les vérités et le Créateur ultime de toutes choses."

Karin Öberg, professeur d'astronomie et directrice des études de premier cycle à l'université de Harvard, a déclaré que son travail de scientifique l'a aidée à apprécier le fait que nous vivons dans un univers qui "a un début, un milieu et une fin qui se déroule dans le temps."

Elle a également déclaré que la croyance en Dieu, loin d'être un obstacle à la recherche scientifique, peut en fait être utile aux scientifiques en raison de la "base sûre" que fournit la croyance en un Créateur. Mme Öberg s'est elle-même convertie de l'athéisme.

"Je pense que nous devrions être convaincus que le fait d'avoir une vraie philosophie et une vraie religion devrait faciliter les découvertes scientifiques, et non l'inverse", a déclaré Mme Öberg dans un discours prononcé le 13 janvier.

Karin Öberg delivers a keynote address at the Wonder Conference on Jan. 13, 2023. Credit: Word on Fire/Screenshot
Karin Öberg prononce un discours lors de la Wonder Conference, le 13 janvier 2023. Crédit : Word on Fire/Screenshot

Karin Öberg a prononcé le deuxième discours principal le 13 janvier à la Wonder Conference, organisée par l'apostolat catholique des médias Word on Fire, qui s'est tenue à Grapevine, au Texas, et a attiré environ 1 000 participants.

Mme Öberg, un scientifique d'origine suédoise qui siège au conseil d'administration de la Société internationale des scientifiques catholiques, étudie principalement la formation des étoiles et des planètes. L'espace "vide" entre les étoiles, appelé "milieu interstellaire", n'est en réalité pas vide du tout, mais contient de grandes quantités de gaz et de poussière. Au fil des millions d'années, les nuages interstellaires peuvent commencer à s'effondrer sur eux-mêmes, et c'est ainsi que se forment les étoiles, a expliqué Mme Öberg.

De nombreux scientifiques, aujourd'hui et dans le passé, ont été guidés dans leur recherche scientifique par leur foi, a déclaré Öberg. L'abbé Georges Lemaître, qui a été le premier à proposer la théorie connue aujourd'hui sous le nom de Big Bang, a contribué à répandre l'idée que l'univers avait un commencement et qu'il avait donc besoin d'un Créateur.

"Je ne peux m'empêcher de me demander si la raison pour laquelle il a eu cette idée, contrairement à certains autres brillants scientifiques dont il était entouré, n'avait pas quelque chose à voir avec sa foi catholique. Je veux dire qu'il savait déjà, par la foi, que l'univers avait un commencement dans le temps", a déclaré Mme Öberg, faisant référence à la croyance catholique en la création telle qu'elle est décrite dans le livre de la Genèse.

"Et je ne peux m'empêcher de me demander si cela lui a facilité l'acceptation de cette idée... [et] c'est une raison, je pense, pour laquelle de nombreux athées étaient très préoccupés par la théorie du Big Bang telle qu'elle était présentée."

Mme Öberg a déclaré que, malgré le respect de la science et de la méthode scientifique chez nombre de ses collègues, il est important de noter que la méthode scientifique a des limites.

"Il y a beaucoup de questions sur l'univers que nous pouvons poser qui ne sont pas scientifiques... des choses comme : Qu'apprend-on d'un art magnifique ? Qu'est-ce qui rend l'art beau ?" a-t-elle poursuivi.

Il existe une idée commune, dit-elle, selon laquelle "on ne peut savoir si quelque chose est vrai que si on peut le démontrer scientifiquement." En réalité, il existe de nombreux moyens de parvenir à la vérité, "la science étant l'un d'entre eux", mais pas la seule méthode. Il y a des questions - comme celles de la moralité - qui sont réservées aux domaines religieux et philosophiques. Et la plupart des scientifiques peuvent en avoir l'intuition, a-t-elle dit.

"Si vous parlez à un scientifique [et lui demandez] pourquoi il a une idée ou une hypothèse particulière, il répond souvent des choses comme : 'C'était une inspiration'. Alors qu'au fond, [la méthode scientifique] est censée être un processus hyper-rationnel", a déclaré Mme Öberg. Au lieu de cela, "vous faites essentiellement appel au Saint-Esprit", a-t-elle ajouté en riant.

La rationalité et l'ordre que les scientifiques observent dans l'univers - et qui rendent possibles toutes sortes de recherches scientifiques - indiquent un Créateur qui est la source de toute pensée rationnelle, a-t-elle poursuivi.

"Le projet scientifique repose sur l'existence d'un ordre et d'une intelligibilité dans l'univers, ce que la science ne peut pas prouver. C'est quelque chose qu'elle suppose exister", a déclaré Mme Öberg.

De plus, a-t-elle ajouté, "si nous ne sommes que des animaux qui ont évolué pour survivre et procréer, il n'y a aucune raison pour que cela s'accompagne d'une raison finement accordée à la recherche de la vérité". Le fait que les humains soient rationnels et recherchent une puissance élevée montre que nos âmes sont "calquées sur Dieu lui-même".

L'intelligibilité de l'univers, que les scientifiques continuent de découvrir, "montre l'incroyable générosité du Créateur qui partage à nouveau ses pouvoirs causaux avec la création d'une manière qui, je pense, aurait été impossible à imaginer dans le monde pré-scientifique".

La première Wonder Conference, qui s'est déroulée au Gaylord Texan Resort & Convention Center dans la région de Dallas-Fort Worth, a été présentée comme une "occasion de dialoguer avec des théologiens et d'autres experts sur des questions importantes à l'intersection de la foi catholique et de la culture séculière". La conférence, qui a été financée en partie par une subvention de la Fondation Templeton, a donné lieu à des interventions d'érudits religieux et de scientifiques, ainsi que de l'évêque Robert Barron de Winona-Rochester, Minnesota, fondateur et visage de Word on Fire.

"La perception d'une incompatibilité entre la foi et la science a conduit à une augmentation du nombre de personnes qui se déclarent non affiliées sur le plan religieux. Cette perception va à l'encontre de l'expérience de la tradition catholique, qui transmet la belle harmonie entre la foi et la science", peut-on lire sur le site Web de la conférence.

Jonah McKeown est rédacteur et producteur de podcasts pour la Catholic News Agency. Il est titulaire d'une maîtrise de l'école de journalisme de l'université du Missouri et a travaillé comme rédacteur, comme producteur pour la radio publique et comme vidéaste. Il est basé à St. Louis.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel