Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'autoritarisme libéral et la Messe latine traditionnelle

IMPRIMER

De George Weigel sur le Catholic World Report :

L'autoritarisme libéral et la Messe latine traditionnelle

La récente lettre apostolique Traditionis Custodes est théologiquement incohérente, elle divise sur le plan pastoral, elle est inutile, cruelle - et constitue un exemple désolant de l'intimidation libérale qui est devenue trop familière à Rome récemment.

21 juillet 2021

Permettez-moi de commencer par définir ma position dans la guerre des liturgies.

Je suis un adepte du Novus Ordo.

Je ne suis pas d'accord pour dire que le Missel romain promulgué par le Pape Pie V en 1570 a fossilisé le Rite romain dans l'ambre ecclésiastique, de telle sorte qu'il reste à jamais (comme l'a dit récemment un ami traditionaliste) "l'expression la plus authentique de la lex orandi [règle du culte] de l'Église romaine". Si tel était le cas, alors le Missel de Jean XXIII de 1962, qui est utilisé dans les célébrations du 21e siècle de ce que l'on appelle généralement la "Messe latine traditionnelle", n'est pas pleinement authentique, car il incorpore des changements dans la liturgie promulguée par les papes Pie XII et Jean XXIII.

Je pense que la restauration de la Veillée pascale et le renouvellement du Triduum pascal par Pie XII ont été des développements impressionnants du Rite romain, tout comme je pense que le menu plus riche de lectures bibliques disponibles dans la Messe aujourd'hui est une autre réalisation importante du mouvement liturgique du milieu du 20e siècle.

Je ne considère pas le latin comme la seule langue liturgique "sacrée" et je crois qu'il est tout à fait possible de mener un culte digne et respectueux en anglais.

Je crois que la Constitution sur la Sainte Liturgie du Concile Vatican II a enseigné des vérités importantes, en particulier sur le caractère eschatologique du culte de l'Église en tant qu'anticipation de la vie dans le Royaume de Dieu, et je suis d'accord avec son enseignement selon lequel le culte de l'Église doit être conduit avec une "noble simplicité".

Je pense que la suggestion de certains traditionalistes liturgiques selon laquelle la survie du catholicisme exige la restauration des anciennes prières au pied de l'autel, des anciennes prières d'Offertoire et de l'ancien Dernier Évangile est ridicule : c'est de la même façon que je considère les affirmations selon lesquelles la constitution liturgique du Concile et sa mise en œuvre immédiate étaient le résultat d'une cabale de francs-maçons, de communistes et de clercs homosexuels.

Je préfère les chasubles gothiques aux chasubles à bretelles et je n'aime pas les surplis en dentelle.

Ceci étant dit, je pense également que la récente lettre apostolique Traditionis Custodes [gardiens de la tradition], qui tente d'abroger la généreuse permission du pape Benoît XVI de faciliter l'utilisation de la messe traditionnelle en latin dans la lettre apostolique Summorum Pontificum de 2007, est théologiquement incohérente, qu'elle divise sur le plan pastoral, qu'elle est inutile, cruelle - et constitue un triste exemple de l'intimidation libérale qui est devenue trop familière à Rome récemment.

Summorum Pontificum était un acte de sollicitude pastorale pour les catholiques qui trouvent plus efficace de célébrer le culte selon le Missel de 1962, dans ce que Benoît XVI a décrit comme la "forme extraordinaire" du rite romain. On espérait également que l'expérience plus large de l'Église dans cette forme extraordinaire conduirait à une resacralisation et à un ennoblissement du culte de l'Église selon la "forme ordinaire" de la liturgie, le missel post-Vatican II du Pape Paul VI tel que révisé par le Pape Jean-Paul II. D'après mon expérience, cet espoir s'est avéré justifié, car la saison des bêtises dans la liturgie touchait heureusement à sa fin.

J'ai vécu cette justification pendant trois semaines à Cracovie cet été, alors que le séminaire que j'y ai dirigé - un rassemblement multinational de catholiques de six pays et cultures - célébrait le Novus Ordo avec révérence et prière, en utilisant le chant grégorien pour les parties ordinaires de la Messe et les chants latins traditionnels et les chants contemporains de Taizé (en latin et en anglais) pour les antiennes d'entrée, d'offertoire et de communion. La participation de notre congrégation au séminaire à la liturgie était, comme l'espérait Vatican II, " pleine, active et consciente " ; elle était également digne, respectueuse et en accord avec le sacré.

Dans de nombreuses paroisses américaines où la forme extraordinaire a été proposée en plus de la forme ordinaire plus courante, l'unité de l'Église n'a pas été compromise. Que certains partisans de la forme extraordinaire se croient le seul vestige fidèle d'une Église en décomposition est certainement vrai, et leur présence en ligne est familière et déprimante. Mais c'est une calomnie empiriquement insoutenable que de suggérer, comme le fait Traditionis Custodes, que ce complexe de supériorité qui divise (associé à un rejet de Vatican II motivé par l'idéologie) est la nouvelle normalité pour ceux qui souhaitent célébrer des messes avec le Missel de 1962. Les jugements romains ne devraient pas être basés sur l'hystérie et les pitreries de la blogosphère catholique.

Le catholicisme progressiste s'est typiquement caractérisé par une tendance à l'autoritarisme - une tendance à l'intimidation qui dénote certainement de l'impatience et peut suggérer un manque de confiance dans ses propositions et ses arguments. Dans le pontificat actuel, cela a conduit à une notion extrême de l'autorité papale qui pourrait faire rougir le pape Pie IX. Cette situation n'a pas été bien accueillie par l'Église mondiale, et ce fait aura un effet marqué sur la prochaine élection papale.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel