Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le 11 septembre a-t-il changé le monde ?

IMPRIMER

De Stefano Magni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

11 septembre : 20 ans après, la capitulation morale de l'Occident

11-09-2021

Vingt ans après le 11 septembre, nous nous souvenons du jour "qui a changé le monde", comme l'écrivent de nombreux commentateurs. Mais il faut comprendre, le cas échéant, pourquoi le 11 septembre n'a pas du tout changé le monde. Al-Qaïda est toujours là, Isis est né, le djihadisme est toujours en expansion, même les Talibans, vaincus alors, sont de retour au pouvoir. Que s'est-il passé ? Les États-Unis et leurs alliés n'ont jamais subi de défaites militaires. C'est la politique qui a décidé d'arrêter de se battre. Et elle l'a fait sous l'impulsion de trois véritables puissances de la pensée contemporaine : le matérialisme, le relativisme et le tiers-mondisme.

11 septembre

Vingt ans après le 11 septembre, nous nous souvenons du jour "qui a changé le monde", comme l'écrivent de nombreux commentateurs. Mais il faut comprendre, le cas échéant, pourquoi le 11 septembre n'a pas du tout changé le monde. Oussama ben Laden a été tué (le 2 mai 2011), le cerveau de l'attaque du 11 septembre, mais Al-Qaïda est vivant, à la fois comme idéologie et comme mouvement armé. Et il est toujours dirigé par son idéologue, l'Égyptien Ayman al Zawahiri. La galaxie djihadiste est en expansion, pas en recul. En 2001, l'État islamique, né d'une côte d'Al-Qaïda, n'existait pas encore : il a fallu quatre ans (2014-2018) pour détruire son entité territoriale entre la Syrie et l'Irak, mais en tant que mouvement terroriste, il existe toujours et fait du prosélytisme dans tout le monde musulman. En Europe, nous n'étions pas encore conscients du phénomène des agresseurs islamiques agissant de leur propre chef, les "loups solitaires", mais depuis les années 1910, ils sont malheureusement devenus un cauchemar constant pour la sécurité publique.

L'Occident semble être sur la bonne voie : les Américains viennent de quitter l'Afghanistan, mais aussi les Français se retirent du Sahel (une terre de conquête pour Al-Qaïda depuis la fin des années 1990) et l'administration Biden a promis de quitter l'Irak d'ici la fin de l'année. Mais partout, l'Occident est loin de laisser en place des gouvernements amis luttant contre le terrorisme, mais bien des gouvernements instables (au Sahel), amis de l'ennemi (Irak) ou ouvertement pro-terroristes. L'Afghanistan, où tout a commencé, en est un bon exemple. Les talibans, qui ont accueilli Ben Laden et lui ont permis de perpétrer les attentats de New York et de Washington, non seulement existent toujours, mais sont de nouveau au pouvoir. Vingt ans après le 11 septembre, ils peuvent former leur propre gouvernement, avec un premier ministre figurant sur la liste noire des terroristes de l'ONU et un ministre de l'intérieur recherché par le FBI.

Et pourtant, le 11 septembre a été le moment où "nos yeux se sont ouverts" à la menace islamique, comme l'a si bien décrit Oriana Fallaci dans son célèbre ouvrage The Rage and the Pride. Pourquoi les avons-nous refermés au cours des vingt années suivantes ? Comme nous l'avons déjà écrit dans ces colonnes, la défaite dans la guerre contre le djihadisme n'est pas militaire, mais politique. Il faudrait, à ce stade, comprendre pourquoi la politique a décidé d'arrêter le combat, tout d'abord aux États-Unis, mais aussi dans les gouvernements alliés européens. Derrière les raisons politiques, il y a toujours de fortes raisons culturelles. Examinons-en quelques-unes : le matérialisme, le relativisme, le tiers-mondisme.

Matérialisme : les classes dirigeantes américaines et occidentales en général se sont révélées tellement sécularisées qu'elles ne comprennent pas comment fonctionne un mouvement religieux et millénaire tel que les mouvements djihadistes (Al-Qaïda, État islamique et leurs alliés locaux). La démonstration de la mesure dans laquelle les dirigeants occidentaux n'ont pas compris, jusqu'au dernier moment, comment l'ennemi raisonne, se trouve également dans les phrases déconcertantes de Zalmay Khalilzad, l'envoyé de paix américain pour la crise afghane. À la veille de la chute de Kaboul, il a averti les talibans : "Tout gouvernement qui prendrait le pouvoir par la force en Afghanistan ne serait pas reconnu par la communauté internationale". Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a également dit plus ou moins la même chose. Outre le fait que les talibans ne sont nullement isolés (ils ont le Pakistan et la Chine de leur côté), l'idée même qu'ils puissent être intimidés par la perspective d'un isolement international est ridicule. Les Talibans ont une vision religieuse du monde, ils se préoccupent de l'au-delà et de la manière de conquérir le paradis, bien plus que d'être diplomatiquement reconnus par des États (laïques, donc infidèles) avec lesquels ils peuvent faire des affaires.

Le monde des experts en relations internationales a toujours privilégié une interprétation matérialiste du conflit avec les djihadistes. Après avoir ridiculisé l'un des rares dissidents, Samuel Huntington, auteur du Choc des civilisations, le monde universitaire a soutenu, par exemple, que l'objectif des Talibans était de représenter la majorité pachtoune en Afghanistan et que l'objectif de l'État islamique était de s'emparer des riches ressources du nord de l'Irak au nom et dans l'intérêt des Arabes sunnites. Comme le note amèrement l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, l'interprétation actuelle est qu'il n'existe pas de menace djihadiste mondiale et qu'il est considéré comme politiquement incorrect de nommer l'islam radical : chaque cause est locale et l'objectif est toujours rattachable à un intérêt matériel quelconque. Le politicien est donc conduit à rechercher des accords locaux, avec des critères purement politiques, sans faire face à aucun défi idéologique ou religieux. Et les djihadistes traitent volontiers, s'ils ont alors la perspective de tromper l'ennemi et de gagner la guerre.

L'incapacité d'une culture sécularisée à comprendre la cause religieuse de cette guerre est particulièrement évidente face aux "loups solitaires". Si un seul djihadiste décide de mener une action suicidaire pour se tuer et tuer ses victimes "infidèles" ou "apostats", il ne peut en effet être motivé par un quelconque intérêt politique ou matériel. Mais dans ce cas, les médias et les politiciens préfèrent recourir à l'explication psychiatrique. S'il le fait, ce n'est pas parce qu'il est musulman, mais parce qu'il est "fou", avec des diagnostics posés post mortem, immédiatement après le meurtre ou le suicide du kamikaze et sans même vérifier ses antécédents.

Le relativisme, dénoncé par le pape Benoît XVI comme la dictature (culturelle) de notre époque, est certainement à l'origine d'une grande partie de ce raisonnement matérialiste. Le relativisme empêche le philosophe de distinguer le vrai du faux, et donc aussi le juste de l'injuste, et ne lui permet donc pas d'affirmer qu'un système politique est supérieur à un autre. La seule interdiction qui subsiste concerne le jugement d'une autre culture. Si nous avions adopté le même critère dans les années 30 et 40, nous aurions dû dire que les pays libres n'avaient rien à apprendre au régime nazi, car chacun a son propre système de valeurs. Ce fut le cas dans ce long conflit. Dans un petit épisode, aujourd'hui oublié, le Premier ministre de l'époque, Silvio Berlusconi, a déclaré après le 11 septembre que la civilisation occidentale, attaquée, était "supérieure". Face aux menaces de boycott de ses partenaires commerciaux musulmans et sous une pression médiatique insupportable, Berlusconi a dû se rétracter. Dans un épisode beaucoup plus célèbre, la magistrale conférence de Ratisbonne de Benoît XVI, qui mettait en garde contre le danger de la raison détachée de la foi (en Occident) ainsi que de la foi détachée de la raison (dans le monde islamique), a été attaquée dans le monde entier, provoquant des épisodes de violence anti-chrétienne dans plusieurs pays musulmans (ce qui a indirectement démontré l'utilité de cette conférence). Lors de sa première administration, Barack Obama a supprimé toute référence au terrorisme "islamique" des directives de formation de la police afin de ne pas offenser la religion des musulmans. Obama est allé jusqu'à qualifier l'État islamique de "non-islamique". L'administration Biden va plus loin en indiquant clairement dès le départ qu'elle considère le danger du "suprémacisme blanc" d'extrême droite comme plus grave que la menace djihadiste.

Le tiers-mondisme (un terme des années 1960 pour désigner l'idéologie marxiste à l'appui des mouvements socialistes nés dans le monde post-colonial) est, enfin, dominant non seulement dans les mouvements antagonistes. La preuve, ici aussi, réside dans la réaction en choeur quasi unanime du monde des ONG immédiatement après le 11 septembre : qui sème le vent récolte la tempête. Quatre jours auparavant, trois mille représentants d'ONG, participant à la Conférence contre le racisme à Durban, avaient présenté une résolution assimilant le sionisme au racisme et demandant une compensation pour les victimes du colonialisme et de la traite des esclaves. Dans une vision du monde où tous les maux proviennent de l'Occident (les États-Unis et Israël en particulier), même l'attaque contre l'Amérique était considérée comme une "réponse" des "pauvres" au monde des "riches". Si le 11 septembre a été une "réponse", il faut en affronter la raison par le dialogue, en essayant d'écouter les raisons de ceux qui ont été exaspérés au point d'en arriver au suicide pour assassiner 3 000 civils américains. Et cette mentalité transversale a lié les mains des politiques à chaque fois qu'il y a eu une réponse militaire au terrorisme. Elle est également à l'origine de la pression exercée sur Israël pour qu'il accorde un État à la Palestine : une perte de temps et d'énergie diplomatique, non seulement parce que les dirigeants palestiniens ont toujours refusé, mais aussi parce que le mouvement djihadiste ne bouge pas uniquement à cause de la Palestine, l'un de ses nombreux fronts.

Le matérialisme, le relativisme et le tiers-mondisme sont trois puissances de la pensée qui ont finalement conduit la politique à cesser de combattre le djihadisme. Nos opinions publiques, dont l'attention est captée par le Covid, aux Etats-Unis également par les élections les plus contestées de l'histoire récente, le terroriste islamique est devenu le dernier de nos soucis. Si nous avons de la chance, il en sera toujours ainsi. Mais le djihadiste, contrairement à l'homme occidental moyen, peut raisonner en termes religieux universels, n'a pas la même notion du temps que nous, et s'est montré capable de gagner une guerre en vingt ans (une génération). Maintenant, nous semblons collectivement vaincus. Ainsi, un nouveau 11 septembre peut se reproduire.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel