Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'arrestation du cardinal Zen, un défi pour le Vatican

IMPRIMER

De Riccardo Cascioli sur le New Daily Compass :

L'arrestation du cardinal Zen, un défi pour le Vatican

13-05-2022

Alors que la question la plus récurrente dans les médias concerne les intentions de la Chine, l'arrestation du cardinal Zen, âgé de 90 ans, constitue un sérieux embarras pour le Saint-Siège, dont la première réaction est un silence prédominant. L'enjeu est le renouvellement de l'accord secret avec la Chine pour la nomination des évêques, mais ce serait un désastre si la liberté d'un cardinal et de l'Église était sacrifiée pour cela.

L'arrestation du cardinal Joseph Zen à Hong Kong le 11 mai, en vertu de la loi sur la sécurité nationale en vigueur à partir de 2020, est un événement choquant qui soulève de nombreuses questions et présage des temps très sombres à venir, et pas seulement pour Hong Kong. Le fait qu'il ait été libéré sous caution (comme les trois autres personnes arrêtées avec lui) n'enlève rien à la gravité et à la brutalité de l'action. 

Comme cela a été rapporté, le cardinal Zen est accusé d'avoir fait partie d'un comité qui collectait et distribuait des fonds pour aider les militants pro-démocratie arrêtés après la violente répression des manifestations de 2019 contre la nouvelle loi sur l'extradition en Chine. Ce comité a en fait été fermé en octobre dernier, précisément en raison de la nouvelle loi sur la sécurité nationale.

La question qui revient le plus souvent dans la presse internationale est de savoir pourquoi la Chine (il ne fait aucun doute que Pékin est derrière la décision des autorités de Hong Kong) voudrait faire un tel geste, viser un cardinal de 90 ans qui a choisi de garder le silence depuis de nombreux mois : "Les personnes en question", a déclaré le bureau de Hong Kong du ministère chinois des affaires étrangères, "sont soupçonnées de conspiration en collusion avec des pays ou des forces étrangères, mettant en danger la sécurité nationale. C'est grave". Et le fait que ce soit une figure religieuse qui soit devenue le centre d'intérêt de la police "n'est absolument pas pertinent", selon le même bureau chinois : "Personne n'est au-dessus de la loi". Mais cela ne répond pas à la question. Le fait est que, affirme Mark Simon, qui a été pendant dix ans le bras droit de l'entrepreneur d'édition catholique Jimmy Lai, qui a également fini dans les mailles de la loi pour sa participation au mouvement démocratique, "la Chine a peur du cardinal Zen". C'est ce qu'écrivait le Washington Post d'hier, soulignant que Zen reste "le dernier symbole du mouvement démocratique de Hong Kong", résistant aux pressions de l'appareil sécuritaire chinois. Et il est toujours crédité d'un pouvoir considérable "en tant que force de résistance dans l'Église catholique de Hong Kong". Selon Simon, ce qui rend le cardinal Zen dangereux pour le régime chinois, c'est "son intégrité morale, son courage et la force de son témoignage", ainsi que "son humanité, sa générosité et sa compassion". En d'autres termes, conclut Simon, "le cardinal Zen est tout ce que le régime brutal chinois n'est pas" ; il le considère donc comme un dangereux antagoniste.

Mais s'il est légitime de s'interroger sur les raisons de la Chine, il est encore plus intéressant de comprendre les réactions du Vatican. À vrai dire, le cardinal Zen est aussi une nuisance pour Rome. Ses critiques de l'accord secret sino-Vatican sur la nomination des évêques, signé il y a tout juste quatre ans, ont été sévères et répétées, et il a notamment blâmé le cardinal secrétaire d'État Pietro Parolin, jugé comme le principal architecte de cet accord. Nous ne pouvons pas non plus oublier ce qui s'est passé en septembre 2020, à la veille du renouvellement de l'accord entre la Chine et le Saint-Siège, lorsque le cardinal Zen s'est présenté à Rome pour demander en vain une rencontre personnelle avec le pape et a dû rentrer à Hong Kong humilié et les mains vides.

La déclaration superficielle publiée par le directeur du bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, dans la soirée du 11 mai, trahit l'embarras : "Le Saint-Siège a appris avec inquiétude la nouvelle de l'arrestation du cardinal Zen et suit l'évolution de la situation avec une extrême attention", pratiquement une tentative de prendre le temps de réfléchir à ce qu'il faut dire et faire. Aucune mention du Pape, de sa proximité souhaitable avec un cardinal arrêté, et de son souvenir dans la prière pour ceux qui sont victimes d'une telle injustice. Pas un mot. Le Saint-Siège pense avant tout à son accord avec la Chine, dont il devra bientôt décider de l'éventuel renouvellement, et évite de dire quoi que ce soit qui puisse contrarier son interlocuteur chinois. Récemment, le cardinal Parolin a laissé entendre que même au Vatican, des doutes commençaient à naître quant à l'efficacité de cet accord pour l'Église catholique, et dans une interview accordée à Acistampa, il a dit espérer que quelque chose pourrait être changé dans l'accord. Qu'elle soit voulue ou non, l'arrestation du cardinal Zen est une réponse claire du côté chinois : une démonstration de force, une démonstration de qui est responsable et qui dicte les conditions. Symboliquement, elle vise aussi précisément le cardinal Zen, le plus grand opposant à cet accord.

Dès les premières réactions, l'impression est que le Saint-Siège a été pris par surprise, montrant qu'il ne connaît pas du tout le régime communiste chinois ni même ce qui se passe à Hong Kong. Et qu'une fois de plus, il se pliera aux conditions imposées par Pékin, quelles qu'elles soient. Ce serait un désastre pour l'Église chinoise. On ne peut qu'espérer qu'après la perplexité initiale, le Vatican se réveillera et réalisera que le bien de l'Église ne peut pas être en contradiction avec le bien des catholiques et avec la clarté sur l'endroit où se trouve la lumière de la foi. Face à l'arrestation brutale d'un cardinal de 90 ans qui a toujours défendu le peuple catholique chinois et le peuple de Hong Kong, on ne peut même pas suggérer que le Saint-Siège est du côté de ceux qui le persécutent. S'il y a un moment pour élever la voix, c'est maintenant.

Commentaires

  • Catholiques, aurions-nous la mémoire courte ? relisez l’histoire de l’Ostpolitik du pape Paul VI à laquelle a mis fin l’élection de Jean-Paul II…

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel