Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un jeune catholique découvre la puissance de la musique sacrée traditionnelle

IMPRIMER

De Justin Lang  sur le National Catholic Register :

Un jeune catholique découvre la puissance de la musique sacrée traditionnelle

"La tradition musicale de l'Église universelle est un trésor d'une valeur inestimable, plus grande encore que celle de tout autre art." -Sacrosanctum Concilium

19 mai 2022

Je suis un catholique depuis le berceau. Je suis né après que la messe de saint Paul VI était déjà bien établie. J'ai grandi en connaissant des hymnes comme 'On Eagle's Wings' et 'The King of Glory', et j'ai chanté avec enthousiasme depuis mon banc avec tous les hymnes de la messe, parce que je voulais participer activement, comme on me l'avait dit.

Les choses ont commencé à changer lorsque j'ai lu, au milieu de la vingtaine, un excellent article qui suggérait les caractéristiques des chants que nous ne devrions pas chanter à la messe (c'était il y a environ 15 ans, et, malheureusement, je n'ai pas pu retrouver l'article).  Certaines de ces caractéristiques étaient les suivantes : ne pas chanter de chants qui contiennent une hérésie ou qui parlent plus de moi que de Dieu ; éviter les chants qui semblent appartenir à un piano-bar ou à une pièce de théâtre. J'ai commencé à être un peu plus réservé quant aux chansons que je chantais à la messe. Et les gens autour de moi ont commencé à faire attention.

J'ai appris le piano quand j'étais enfant et j'ai adoré mes cours de chorale au lycée. Ainsi, lorsque j'ai commencé à chanter avec ma femme et mes enfants à la messe, les gens m'entendaient chanter fortement, et ils aimaient ma voix. Lorsque j'ai commencé à m'abstenir de chanter certains chants, nos voisins dans les bancs autour de moi l'ont remarqué. Ils ont commencé à poser des questions, et mes réponses sur le fait de chanter des hymnes adaptés à la messe les ont intrigués. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'ils commencent à me regarder lorsqu'un hymne était annoncé. Est-ce que je prenais le recueil de cantiques ? Ils ont suivi le mouvement.

Nous étions déjà dans une paroisse qui suivait les rubriques de la liturgie plus étroitement que n'importe quelle autre du diocèse, et j'apprenais que ce n'était pas tout ce que cela pouvait être. J'ai commencé à lire les documents de l'Église sur la musique dans la liturgie, et j'ai été choqué. L'encyclique la plus récente sur la musique sacrée, Musicae Sacrae, a été écrite en 1955 par le pape Pie XII. Elle indique certains instruments qui conviennent aux rites sacrés, déclarant que "l'orgue occupe à juste titre la position principale" et que "le violon et les autres instruments de musique qui utilisent l'archet sont remarquables."

Notre paroisse avait également une Messe latine traditionnelle (MLT), également connue sous le nom de TLM, à laquelle nous assistions rarement. Depuis que j'ai commencé à lire les directives de l'Église sur la musique sacrée, il est devenu plus difficile de tolérer les hymnes sucrées des années 1970 qui ont probablement été écrites dans "l'esprit de Vatican II." (En parlant de Vatican II, Sacrosanctum Concilium, la constitution du concile sur la liturgie sacrée, précise que le chant grégorien doit occuper une place de choix dans les services liturgiques et que l'orgue doit être tenu en haute estime. J'entends souvent citer ces points mais je les vois rarement appliqués). Je n'avais aucune sorte d'attachement à la TLM ; je n'y avais assisté qu'occasionnellement, mais elle me semblait tout simplement étrangère.

Maintenant, nous avons commencé à y assister plus fréquemment, parce que la musique utilisée semblait être plus conforme aux documents que j'avais lus sur la musique sacrée, et cette musique avait une beauté intrinsèque plus profonde et une complémentarité avec le Saint Sacrifice de la Messe. Qu'il s'agisse des hymnes sacrés à l'Eucharistie, qui renvoient directement à la victime sacrée sacrifiée au cours de la Messe, ou des chants grégoriens employés pour produire une réponse tempérée qui incline l'âme à contempler le mystère de la Messe avec ses mélodies mystérieuses, tout semblait juste et approprié. Dignum et justum est. Ma famille avait commencé à trouver un foyer liturgique.

Lorsque nous avons commencé à assister plus régulièrement à la M.L.M., je me suis mis à rechercher davantage de musique sacrée adaptée au Saint Sacrifice de la Messe et j'ai rejoint le chœur pour participer au culte sacré grâce à mes capacités musicales. Les documents de l'Église que j'ai lus sur la musique sacrée indiquaient que si la musique appropriée ne pouvait pas être bien exécutée, il valait mieux qu'elle ne le soit pas. Ma frustration grandissait et je ne savais pas comment procéder, espérant seulement qu'un jour je pourrais avoir un rôle plus important dans l'animation de la musique.

Au bout d'un an environ, on m'a demandé si j'accepterais de diriger la chorale. J'ai accepté et j'ai commencé à inviter de bons chanteurs à se joindre à la chorale. J'ai commencé à intégrer de la musique plus difficile, comme des hymnes chantés à plusieurs voix et des polyphonies sacrées de compositeurs tels que Palestrina et Victoria. (De nombreux musiciens connaissent Palestrina, mais je parie que beaucoup ne savent pas qu'il a été l'élève direct de saint Philippe Néri à Rome). Nous avons commencé à transformer la musique de notre TLM. Je me suis délecté de cette musique et j'ai commencé à ressentir un lien avec mes ancêtres musiciens dans la foi. C'était la première fois que je me sentais lié d'une manière qui traversait le temps. Je commençais à me sentir chez moi d'une manière que je n'aurais jamais pu décrire auparavant. C'était un confort et une assurance que je ne savais pas que je recherchais.

Le chant grégorien, par contre, m'a posé un défi. Tout d'abord, probablement comme beaucoup de catholiques, je considérais intuitivement le chant comme le genre de musique chantée par les frères et sœurs religieux dans les monastères et les couvents. Je ne pensais pas que les laïcs ordinaires dans le chœur de la messe devaient chanter du chant. Certains documents papaux montrent clairement que beaucoup de gens ont pensé cela pendant longtemps. Dans Mediator Dei, Pie XII a dit de "laisser le chant grégorien être restauré à l'usage populaire dans les parties propres au peuple". Cela indiquait qu'il n'était pas d'usage populaire, mais que l'Église souhaitait toujours que le peuple connaisse et chante certains chants. Par conséquent, les musiciens d'église devraient chercher à apprendre et à incorporer ces chants dans la messe.

Deuxièmement, même en tant que musicien, je trouve le chant grégorien difficile, en particulier les prières propres à chaque jour. Elles sont réglées sur des mélodies beaucoup plus dures qui peuvent sembler étrangères aux oreilles modernes. Pourtant, j'ai décidé de continuer à les apprendre et à les chanter à la messe, puisque c'est ce que l'Église a déclaré être la plus haute forme de musique pour la liturgie sacrée. Je ne devrais pas affirmer ma volonté de chanter mon style de musique préféré à la messe, car la liturgie ne m'appartient pas. Elle appartient à l'Église, pour être reçue et transmise à chaque génération - une tradition qui transmet la sagesse, la vertu et la culture. J'ai commencé la tâche difficile d'apprendre à chanter les chants de nos prières, même si je les trouvais souvent encombrants et peu satisfaisants sur le plan émotionnel. En tant que catholique de rite latin, c'est la musique de ma culture religieuse.

En progressant avec les chants, je commençais à m'immerger dans une tradition qui remonte aux premiers siècles de l'Église.  Cela a renforcé mon identité de catholique, en me reliant à d'innombrables fidèles qui, au fil des millénaires, ont pratiqué leur culte avec la même musique.  Ma connaissance accrue des traditions musicales qui sont uniquement catholiques et leur mise en œuvre dans la liturgie m'ont montré que, quelles que soient nos conditions, nous pouvons retrouver la plénitude de notre belle musique liturgique. Cherchons-la, apprenons-la et jouons-la, et transmettons-la à la prochaine génération pour son édification et pour la gloire de Dieu.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel