Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Karnataka (Inde) : « La loi peut désormais poursuivre un chrétien pour de simples actes humanitaires »

IMPRIMER

Du site des Missions Etrangères de Paris :

Mgr Machado, archevêque de Bangalore, dénonce un nouveau décret anti-conversion

21/05/2022

Le 18 mai, Mgr Pierre Machado, archevêque de Bangalore et président du forum régional des évêques du Karnataka, a dénoncé un nouveau décret anti-conversion promulgué par le gouvernement de l’État. « Les chrétiens se sentent trahis quand leurs sentiments ne sont pas pris en compte et que leurs nombreux services ne sont pas considérés », a-t-il protesté dans un communiqué. « La communauté chrétienne est toujours pacifique et respectueuse de la loi, et nous allons poursuivre toutes les options possibles pour que cette loi n’entre jamais en vigueur », a-t-il ajouté.

Des chrétiens indiens manifestant en 2017. Mgr Machado, archevêque de Bangalore au Karnataka, a dénoncé un nouveau décret anti-conversion passé en force.

La communauté chrétienne de l’État du Karnataka a fait part de sa déception en accusant le gouvernement d’avoir ignoré leurs préoccupations. Le 18 mai, dans un communiqué, Mgr Pierre Machado, archevêque de Bangalore et président du forum régional des évêques du Karnataka, a souligné que « les chrétiens se sentent trahis quand leurs sentiments ne sont pas pris en compte et que leurs services dans les secteurs de l’éducation et de la santé, entre autres, ne sont pas considérés ».

La veille, le 18 mai, le gouvernement local, dirigé par le parti pro-hindou du BJP (Bharatiya Janata Party) a promulgué un nouveau décret incriminant les conversions religieuses, signé par le gouverneur de l’État. La Loi 2021 du Karnataka sur la liberté de religion a été présentée en décembre dernier devant l’assemblée législative locale, sans parvenir à rassembler suffisamment de soutiens. Les autorités locales ont alors décidé de promulguer un décret pour appliquer la législation anti-conversion.

Mgr Machado a dénoncé la mesure comme « profondément décevante » et il s’est dit « blessé et préoccupé » pour les chrétiens de la région. Il a ajouté que les chrétiens ont à maintes reprises attiré l’attention du gouvernement du Karnataka et de la population locale sur le fait que la loi en question était « inadaptée et malintentionnée » et qu’elle était « seulement destinée à diviser les chrétiens des autres minorités religieuses ». Il a précisé qu’un jour plus tôt, une délégation chrétienne sous son autorité a également appelé le gouverneur Thawarchand Gehlot à ne pas autoriser cette loi par des moyens détournés.

« Malheureusement, nos demandes n’ont pas été écoutées et considérées », a regretté Mgr Machado. « Il est bien connu que la communauté chrétienne est toujours pacifique et respectueuse de la loi, et nous allons poursuivre toutes les options possibles pour assurer démocratiquement que cette loi n’entre jamais en vigueur. » De son côté, le ministre de l’Intérieur du Karnataka, Araga Jnanendra, a tenté d’apaiser les craintes en affirmant que « le décret ne contient aucune provision pour limiter les libertés religieuses ». « La loi anti-conversion n’a pas été conçue pour cibler une religion en particulier. Elle a pour but d’interdire les conversions religieuses par ruse ou par force », a-t-il ajouté.

« La loi peut désormais poursuivre un chrétien pour de simples actes humanitaires »

La loi en question prévoit des emprisonnements de trois à cinq ans et des amendes de 25 000 à 100 000 roupies (300 à 1 200 euros) pour toute conversion « par la force, par toute influence illégitime, par pression, par ruse ou par tout moyen frauduleux », ou encore « par une promesse de mariage ». Toute personne voulant changer de religion doit déposer une déclaration auprès du gouvernement local au moins 30 jours à l’avance, en précisant les raisons de cette décision.

Le père Cedric Prakash, jésuite et basé au Gujarat, dans l’ouest du pays, estime que la loi viole « l’article 25 de la Constitution indienne [qui garantit à chaque citoyen la liberté d’adopter, pratiquer et de propager sa religion] ». « La loi peut désormais poursuivre un chrétien ou un musulman pour de simples actes humanitaires comme donner l’aumône ou toute autre aide comme une éducation offerte gratuitement aux enfants d’une famille hindoue démunie, en y voyant des tentatives de conversion », dénonce le prêtre.

La Commission sur la liberté religieuse de la Fraternité évangélique indienne (EFI), dans un rapport publié en décembre 2021, a cité le Karnataka parmi les États les plus dangereux pour les chrétiens du sud de l’Inde. Outre le Karnataka, neuf autres États indiens ont déjà des législations similaires appelées « lois sur la liberté religieuse », qui pénalisent les conversions religieuses sans accord de l’État (il s’agit de l’Uttar Pradesh, de l’Himachal Pradesh, du Gujarat, du Chhattisgarh, de l’Odisha, du Madhya Pradesh, de l’Arunachal Pradesh, de l’Uttarakhand et du Jharkhand). La population du Karnataka, sur près de 64 millions d’habitants, compte moins de 2 % de chrétiens, pour une majorité d’hindous. Les chrétiens représentent environ 2,3 % de la population indienne dans son ensemble, sur 1,3 milliard d’habitants.

(Avec Ucanews)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel