Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le pape, Pelosi, et l'Eucharistie

IMPRIMER

De Rod Dreher(*) sur The American Conservative :

Le pape, Pelosi, et l'Eucharistie

29 JUIN 2022

C'est vraiment quelque chose. Cela s'est passé à Rome plus tôt, ce mercredi :

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a rencontré le pape François mercredi et a reçu la communion pendant une messe papale dans la basilique Saint-Pierre, selon des témoins, malgré sa position en faveur du droit à l'avortement.

Pelosi a assisté à la messe du matin marquant les fêtes de Saint-Pierre et Saint-Paul, au cours de laquelle François a remis l'étole en laine du pallium aux archevêques nouvellement consacrés. Elle était assise dans une section diplomatique VIP de la basilique et a reçu la communion avec le reste des fidèles, selon deux personnes qui ont assisté à ce moment.

L'archevêque d'origine de Mme Pelosi, Mgr Salvatore Cordileone, archevêque de San Francisco, a déclaré qu'il ne lui permettrait plus de recevoir le sacrement dans son archidiocèse en raison de son soutien au droit à l'avortement. Mgr Cordileone, un conservateur, a déclaré que Mme Pelosi devait soit renoncer à son soutien à l'avortement, soit cesser de parler publiquement de sa foi catholique.

Pelosi n'a fait ni l'un ni l'autre. Elle a qualifié le récent arrêt de la Cour suprême supprimant les protections constitutionnelles de l'avortement de décision "scandaleuse et déchirante" qui répond à "l'objectif sombre et extrême du parti républicain d'arracher aux femmes le droit de prendre leurs propres décisions en matière de santé reproductive".

Ainsi, le pape François passe outre l'évêque de Pelosi et lui donne la communion quelques jours seulement après la décision Dobbs, qu'elle a dénoncée en termes vifs, comme le rapporte l'AP.

Bien sûr, ce pape a une vision plutôt libérale de ces choses. Extrait d'une transcription de sa conférence de presse sur le vol de retour de sa visite en Hongrie et en Slovaquie l'automne dernier :

O'Connell : Vous avez souvent dit que nous sommes tous pécheurs et que l'Eucharistie n'est pas une récompense pour les parfaits mais un médicament et une nourriture pour les faibles. Comme vous le savez, aux Etats-Unis, après les dernières élections, il y a eu une discussion entre les évêques sur le fait de donner la communion aux politiciens qui ont soutenu les lois sur l'avortement, et il y a des évêques qui veulent refuser la communion au président et à d'autres officiels. Certains évêques sont favorables, d'autres disent de ne pas utiliser l'Eucharistie comme une arme. Qu'en pensez-vous et que conseillez-vous aux évêques de faire ? Et avez-vous, en tant qu'évêque, au cours de toutes ces années, refusé publiquement l'Eucharistie à quelqu'un ?

Pape François : Je n'ai jamais refusé l'Eucharistie à personne ; je ne sais pas si quelqu'un est venu dans ces conditions ! Et cela même en tant que prêtre. Je n'ai jamais été conscient d'avoir en face de moi une personne comme celle que vous décrivez, c'est vrai. [La seule fois où il m'est arrivé une chose agréable, c'est quand je suis allé servir la messe dans une maison de retraite, j'étais dans le salon, et j'ai dit : qui veut communier ? Toutes les personnes âgées ont levé la main. Une petite vieille dame a levé la main et a pris la Communion et a dit : "Merci, je suis juive" et j'ai dit : "Ce que je t'ai donné est juif aussi !"

La communion n'est pas un prix pour les parfaits - pensez au jansénisme - la communion est un don, un cadeau, c'est la présence de Jésus dans l'Église et dans la communauté. Ensuite, ceux qui ne sont pas dans la communauté ne peuvent pas communier, comme cette dame juive, mais le Seigneur a voulu la récompenser à mon insu. Hors de la communauté - ex-communiqué - parce qu'ils ne sont pas baptisés ou se sont éloignés.

Le deuxième problème, celui de l'avortement : c'est plus qu'un problème, c'est un homicide, celui qui avorte, tue. Il ne faut pas mâcher ses mots. [Prenez n'importe quel livre sur l'embryologie destiné aux étudiants en médecine. La troisième semaine après la conception, tous les organes sont déjà là, même l'ADN... c'est une vie humaine, cette vie humaine doit être respectée, ce principe est tellement clair ! A ceux qui ne peuvent pas comprendre, je pose cette question : Est-il juste de tuer une vie humaine pour résoudre un problème ? Est-ce que c'est bien d'engager un tueur à gages pour tuer une vie humaine ? Scientifiquement, il s'agit d'une vie humaine. Est-il juste de la supprimer pour résoudre un problème ? C'est pourquoi l'Église est si sévère sur cette question, car si elle accepte cela, c'est comme si elle acceptait le meurtre quotidien. Un chef d'État m'a dit que le déclin démographique a commencé parce que, dans ces années-là, il y avait une loi si forte sur l'avortement que six millions d'avortements ont été pratiqués et cela a laissé une baisse des naissances dans la société de ce pays.

Maintenant, nous allons vers cette personne qui n'est pas dans la communauté, qui ne peut pas recevoir la communion. Et ce n'est pas une punition, elle est en dehors. Mais le problème n'est pas théologique, il est pastoral, comment nous, évêques, gérons ce principe pastoralement. Et si nous regardons l'histoire de l'Église, nous verrons que chaque fois que les évêques n'ont pas géré un problème en tant que pasteurs, ils ont pris parti sur un front politique. Pensez à la nuit de la Saint-Barthélemy : "Les hérétiques, oui, égorgeons-les !"... Pensez à la chasse aux sorcières... à Campo di Fiori, à Savonarola. Quand l'Église défend un principe, quand elle le fait de manière non pastorale, elle prend parti sur le plan politique, et cela a toujours été le cas, il suffit de regarder l'histoire. Que doit faire le pasteur ? Être un pasteur, ne pas aller condamner. Être un pasteur, parce qu'il est un pasteur aussi pour les excommuniés. Des pasteurs avec le style de Dieu, qui est la proximité, la compassion, la tendresse. Toute la Bible le dit. Un pasteur qui ne sait pas comment agir en tant que pasteur... Je ne connais pas très bien les détails des États-Unis... Mais si vous êtes proche, tendre, et que vous donnez la communion ? C'est une hypothèse. Le pasteur sait ce qu'il doit faire à tout moment. Mais si vous dépassez la dimension pastorale de l'Église, vous devenez un politicien, et vous pouvez le voir dans toutes les condamnations non pastorales de l'Église... Si vous dites que vous pouvez donner ou ne pas donner, c'est de la casuistique... Rappelez-vous la tempête qui a été soulevée avec Amoris laetitia ? "Hérésie, hérésie !" Heureusement, le cardinal Schoenborn, un grand théologien, était là, il a clarifié les choses... Ce sont des enfants de Dieu et ils ont besoin de notre proximité pastorale, ensuite le pasteur résout les choses comme l'Esprit lui indique.

Je ne comprends pas du tout cette position. François croit clairement que l'avortement est un meurtre. Il dit aussi qu'il n'a jamais refusé la communion à qui que ce soit, et qu'il n'a jamais eu connaissance qu'un politicien favorable à l'avortement se présente pour la communion. Eh bien, cela s'est produit aujourd'hui au Vatican, et il est impossible qu'il puisse plausiblement prétendre avoir été dans l'ignorance de la position de Nancy Pelosi.

Il a communié avec une politicienne qui estime que la décision de la Cour suprême selon laquelle rien dans la Constitution américaine ne constitue un droit de tuer les enfants à naître est un scandale. Il semble que François considère que toute personne appartenant à l'Église catholique a le droit de recevoir la communion. Quel est l'intérêt de la confession, alors ? Si vous pouvez recevoir la communion malgré des péchés non confessés, qu'est-ce que cela fait au rite de la confession ?

Dans l'Église orthodoxe d'Amérique, ma femme et moi ne sommes pas autorisés à recevoir la communion actuellement en raison de notre procédure de divorce en cours. Je n'aime pas cela, surtout parce que je n'ai pas initié le divorce, mais ce sont les règles. Elles ne sont pas destinées à nous punir, mais à souligner la signification profonde de la sainte communion. Dans certaines juridictions orthodoxes - je crois que c'est le cas des Antiochiens - les croyants sont tenus à l'écart du calice pendant six mois après que le mariage a été dissous par l'Église. Je pense que nous pouvons discuter de la sagesse pastorale de tout cela en toute bonne foi, mais j'apprécie grandement la façon dont les disciplines des Églises orthodoxes soulignent le sérieux avec lequel elles prennent la théologie eucharistique - et ce, même lorsque ces disciplines sont utilisées contre moi.

Permettez-moi de vous demander, à vous lecteurs qui fréquentez des églises où l'Eucharistie est offerte : votre prêtre ou votre paroisse refuse-t-il parfois l'Eucharistie à quelqu'un ? Ou bien est-il entendu que tout le monde est invité à la recevoir, quelles que soient les conditions ? Quelle que soit la politique de votre église, pensez-vous que c'est une bonne politique, ou non ?

Je pense que des politiques plus strictes sont préférables. Je suis d'accord avec le pape pour dire que l'Eucharistie est un médicament pour les pécheurs, mais la capacité du médicament à opérer une guérison intérieure dépend de la disposition interne du destinataire. Une personne qui est coupable d'un péché grave, mais qui ne se repent pas ? Le "remède" est gaspillé sur ce genre de personne, je pense. C'est pourquoi les églises catholique et orthodoxe insistent sur la confession (qui implique le repentir) avant de recevoir la communion. Séparer la réception de l'Eucharistie de la confession (et du repentir), c'est faire violence à la signification de l'Eucharistie, je crois.

Ce conflit entre le pape et l'archevêque de San Francisco me rappelle le courriel que j'ai reçu d'un lecteur qui enseignait la religion dans un lycée catholique du Sud. Il m'a écrit après que François ait tenu ses propos "qui suis-je pour juger ?" sur l'homosexualité. L'enseignant a déclaré qu'il avait travaillé dur, pendant longtemps, pour expliquer l'enseignement de l'Église à ses élèves, et qu'en une seule phrase mal choisie, François avait détruit tout son travail. Il m'a dit que ses étudiants lui avaient répondu que le Pape n'y voyait pas d'inconvénient, alors pourquoi le feraient-ils ? De même, comment les prêtres et les éducateurs peuvent-ils enseigner aux jeunes catholiques la signification de l'Eucharistie si le pontife lui-même ne semble pas se soucier de ceux qui la reçoivent, au-delà du fait qu'ils soient au moins nominalement catholiques ?

Et : dans quelle mesure le fait que le Pape fasse cela, en contravention de la décision de l'archevêque de San Francisco, constitue-t-il une rupture significative entre lui et l'archevêque Cordileone ? Prêtres catholiques, canonistes et théologiens qui lisent ce blog, aidez-moi.

(*) Rod Dreher est rédacteur en chef à The American Conservative. Après trois décennies de journalisme dans des magazines et des journaux, il a également écrit trois best-sellers du New York Times - Live Not By Lies, The Benedict Option et The Little Way of Ruthie Leming - ainsi que Crunchy Cons et How Dante Can Save Your Life. M. Dreher vit à Baton Rouge, en Louisiane.

Commentaires

  • Si l'on ne peut jamais refuser la communion, pourquoi l'Eglise parle et explique le pourquoi du refus de la communion dans le catéchisme ? On ne dirige pas bien une organisation avec de bons sentiments, il faut de bons principe. Le pape est sans doute un grand pasteur, mais il ne semble pas avoir le charisme de la direction et de l'organisation.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel