Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Archie Battersbee : la Cour européenne confirme l'arrêt de mort

IMPRIMER

De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Archie Battersbee, les pouces en bas de la Cour européenne. Maintenant c'est fini

04-08-2022

La Cour européenne des droits de l'homme "n'interférera pas" avec les décisions des tribunaux anglais. La dernière tentative désespérée d'empêcher l'exécution d'Archie Battersbee, l'enfant de 12 ans dans le coma depuis le 7 avril dernier, dont les médecins du Royal London Hospital veulent retirer le maintien en vie, a donc échoué. La procédure doit avoir lieu ce matin, mais Hollie Dance, la mère d'Archie, demandera d'abord qu'il soit transféré dans un hospice pour les dernières heures de sa vie.

Hollie Dance affirme toujours qu'elle se battra jusqu'à la dernière minute pour la vie de son fils Archie Battersbee, l'enfant de 12 ans qui est dans le coma depuis le 7 avril et à qui les médecins du Royal London Hospital veulent retirer le maintien en vie. Mais le verdict de la Cour européenne des droits de l'homme, qui a rejeté hier soir la dernière tentative désespérée d'empêcher l'exécution d'Archie, sonne comme l'ultime condamnation à mort.

La Cour de Strasbourg a déclaré le recours "irrecevable" et, par conséquent, "n'interviendra pas dans les décisions des tribunaux nationaux autorisant le traitement de maintien en vie" d'Archie. Dans une déclaration, le tribunal a indiqué qu'il n'accorderait pas de mesures provisoires pour poursuivre le traitement médical car il n'accepte de telles demandes "qu'à titre exceptionnel" et "lorsque les requérants risquent autrement de subir un préjudice irréversible". 

"C'est la fin - n'est-ce pas ? C'était le dernier espoir." Ainsi, Hollie Dance a commenté en larmes le dernier développement, apparaissant devant l'hôpital la nuit dernière après avoir reçu les nouvelles de Strasbourg. Pendant trois mois, Hollie s'est battue comme une lionne pour empêcher que son fils soit autorisé à mourir avant d'avoir pleinement vérifié l'état réel du cerveau d'Archie et essayé des thérapies pour améliorer sa situation. Sa conviction que le corps médical pouvait faire beaucoup plus pour Archie a été renforcée au cours des dernières heures, après que des offres d'hôpitaux en Italie et au Japon ont été reçues pour l'admission et le traitement d'Archie, en raison de la résonance internationale de cette affaire. Trop tard, évidemment, et de toute façon, si les cas précédents enseignent quelque chose - voir Alfie Evans - on peut considérer comme acquis que les autorités sanitaires auraient même fait déployer l'armée autour de l'hôpital pour empêcher le transfert.

Ils n'attendent plus que la nouvelle heure fixée, ce matin, pour commencer la procédure selon le protocole de refroidissement dont nous avons déjà parlé il y a quelques jours. En fait, une date limite a été fixée depuis lundi, puis suspendue en raison des appels des avocats. Hier matin encore, en annonçant le nouveau report de l'arrêt du maintien en vie, le Barts Health NHS Trust - le fonds qui gère le Royal London Hospital - a assuré avec complaisance qu'il ne ferait rien tant que " toutes les questions juridiques en suspens n'auront pas été résolues ". Ils savaient parfaitement comment cela se terminerait : aucun juge, aucun tribunal ne renverserait les décisions précédentes et le jugement des médecins. Il s'agissait donc simplement d'être patient pendant un certain temps et d'être capable d'avoir le dos tourné à tous les jugements possibles.

Ce n'est pas un hasard si Hollie Dance a dû dire qu'elle s'est battue, avec sa famille et l'équipe d'avocats du Christian Legal Centre, "contre tout un système". Un système qui réunit des médecins, des juges et des politiciens qui, dans l'application stricte de protocoles, de directives et de lois ad hoc, font en sorte que ce soit l'État qui ait le pouvoir de vie ou de mort sur chaque citoyen, en éliminant ou en rendant inoffensive toute communauté intermédiaire éventuelle. A commencer par la famille, qui, lorsqu'elle n'est pas d'accord avec les décisions des médecins, est privée par les juges de la possibilité de parler au nom de ses enfants, pour la protection desquels est nommé un "tuteur", qui devrait être impartial (et qui est en fait toujours du côté du "système"). Comme pour dire que l'amour d'une mère et d'un père les empêche de voir quel est le "meilleur intérêt" de leurs enfants.

"Les médecins et les juges ont donc décidé", a déclaré Andrea Williams, directrice générale du Christian Legal Centre, "que la dignité d'Archie consiste à mourir le plus tôt possible et à une heure déterminée. De toute évidence, "les parents ne sont pas d'accord sur le fait que la mort est dans l'intérêt d'Archie". Mais la demande de transférer Archie dans un hospice pour les dernières heures de sa vie a également été rejetée par les médecins comme une "indignité".

Et c'est précisément sur ce point que se jouera ce matin la dernière bataille d'Hollie Dance et de sa famille : "Nous voulons emmener Archie dans un hospice pour lui garantir une mort digne". Ce matin, à 9 heures, elle doit présenter officiellement la demande, qui avait en fait déjà été rejetée de manière informelle il y a deux jours, par crainte qu'Archie ne meure pendant le transport (sic). Je voudrais qu'il quitte cet hôpital, a déclaré Hollie la nuit dernière. Il était venu ici pour se faire opérer et au lieu de cela, il s'est passé autre chose. Maintenant, je voudrais partir d'ici le plus vite possible et l'emmener dans un hospice pour lui dire adieu et lui donner du temps avec sa famille, sans être interrompu par le bruit et la confusion. Je pourrai dire une chose : je lui ai promis de me battre jusqu'au bout et c'est exactement ce que j'ai fait".

Mais même un dernier acte de pitié n'est pas dans le style du "système".

Commentaires

  • “A nation that kills its own children is a nation without hope,”
    (JPII)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel