Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Contraception : un magistère de la dissidence ?

IMPRIMER

De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Le "magistère" de la dissidence sur la contraception

04-08-2022

Lors de son voyage de retour du Canada, à une question sur les développements possibles sur le sujet de la contraception, le Pape fait référence au magistère, qui portera un jugement sur les recherches des théologiens. Mais le magistère s'est déjà exprimé, même si ceux qui le rappellent sont accusés d'"indiétrisme" (c'est-à-dire de faire marche arrière), tandis que les portes sont ouvertes aux théologiens dissidents.

John L. Allen avait déjà exposé la stratégie défensive dans son article du 13 juillet. Après notre attaque (ici, ici et ici) sur le contenu du texte de base d'un séminaire organisé par l'Académie pontificale pour la vie en 2021 et maintenant publié dans le volume Éthique théologique de la vie. Scripture Tradition, Practical Challenges, Allen a préféré éviter d'entrer dans le contenu, détournant l'attention sur le fait que le texte de base n'est pas un document magistériel et qu'après tout, les Académies pontificales existent pour débattre, pas pour définir.

Le pape François, lors de son voyage de retour du Canada, poussé par une question d'Eva Fernandez, correspondante de COPE pour l'Italie et le Vatican, a adopté la même ligne (voir ici). Le journaliste disait son espoir d'une " évolution de la doctrine de l'Église concernant les contraceptifs " et a demandé à François s'il était ouvert à une " réévaluation " de l'interdiction totale, s'il existe " une possibilité pour un couple d'envisager des contraceptifs ". Et il s'est bien gardé de donner la réponse minimale qu'un pontife devrait donner à une telle question, à savoir que l'enseignement de l'Église sur la contraception ne peut être modifié, pour la simple raison qu'il y a " deux significations que Dieu Créateur a inscrites dans l'être de l'homme et de la femme et dans le dynamisme de leur communion sexuelle " (Familiaris Consortio, 32) ; des significations que les hommes ne peuvent donc pas séparer, se comportant "comme des 'arbitres' du plan divin", manipulant et avilissant "la sexualité humaine, et avec elle leur propre personne et celle de leur conjoint, altérant sa valeur de don 'total'". C'est le minimum qu'un pasteur de l'Église, a fortiori s'il est Souverain Pontife, aurait dû expliquer. Au lieu de cela, François évite d'offrir un mot de vérité sur la question et s'engage dans un discours qui remet d'abord en évidence le développement dogmatique, en utilisant les mots de Saint Vincent de Lerins dans son Commonitorium, et ensuite trahit essentiellement leur sens et absout les théologiens qui sont les auteurs du texte de base mentionné ci-dessus, en les justifiant d'avoir simplement fait leur devoir de théologiens.

Venons-en aux paroles du Pape : " le devoir des théologiens est la recherche, la réflexion théologique, on ne peut pas faire de la théologie avec un 'non' devant soi ". Ensuite ce sera au Magistère de dire non, vous avez dépassé, revenez, mais le développement théologique doit être ouvert, les théologiens sont là pour cela. Et le Magistère doit aider à en comprendre les limites". Il a ajouté : "Sur la question de la contraception, je sais qu'une publication est parue sur ce sujet et sur d'autres questions relatives au mariage. Ce sont les actes d'un congrès et dans un congrès il y a des ponences, puis ils discutent entre eux et font des propositions. Il faut être clair : ceux qui ont fait ce congrès ont fait leur devoir, parce qu'ils ont essayé d'avancer dans la doctrine, mais dans un sens ecclésial, pas en dehors [...]. Alors le Magistère dira "oui, c'est bon ou ce n'est pas bon". Outre le soin déjà souligné du Pontife d'éviter toute prise de position contraire à l'enseignement de l'Eglise sur la contraception, deux difficultés au moins ne peuvent manquer de sauter aux yeux.

La première : notez les temps des verbes. " Ce sera le Magistère ", " le Magistère dira " : est-il irrespectueux de demander au Pape s'il ne s'est pas encore rendu compte que le Magistère s'est déjà prononcé de manière répétée et cohérente sur la question ? Casti Connubii, Humanae Vitae, Familiaris Consortio, pour ne citer que quelques encycliques. Les théologiens ne doivent pas faire de la théologie avec un "non" devant eux, comme le dit le pape, mais avec un "non" derrière eux, pour les guider dans l'approfondissement de la vérité révélée et les empêcher de tomber dans l'erreur. Et ceci n'est pas une limite à l'approfondissement théologique, mais une garantie qu'ils ne s'égarent pas. Maintenant, pour éviter d'être confronté à ce fait, à un Magistère qui s'est exprimé à plusieurs reprises sur la question, le Pape commence par étiqueter ceux qui pensent tout simplement que le Magistère, quand il propose définitivement des vérités concernant la foi et la morale, doit être accepté et cru par tous les fidèles, les théologiens qui enseignent dans les universités pontificales et les pasteurs in primis. Agiter à droite et à gauche l'accusation d'"indiétrisme" (de faire de la marche arrière) - un néologisme vide de contenu et, précisément pour cette raison, facilement applicable de temps à autre aux opposants - ne sert qu'à jeter de la fumée dans les yeux, à empêcher les gens de se rendre compte que le Roi est nu. Quand quelqu'un parle comme ça, c'est qu'il n'a plus rien de vraiment sérieux à dire : "Non, non, ils ne sont pas traditionnels, ce sont des "indiétristes", ils vont à reculons, sans racines : ça a toujours été fait comme ça, au siècle dernier c'était comme ça. Et l'"indietrisme" est un péché parce qu'il ne va pas de l'avant avec l'Église. Alors que quelqu'un a dit - je crois que je l'ai dit dans l'un des discours - que la tradition est la foi vivante des morts, ces "indiétristes" qui se disent traditionalistes, eux, sont la foi morte des vivants".

Le deuxième problème est étroitement lié au premier et concerne le rôle du théologien dans l'Église et ses relations avec le Magistère. Car il faut bien comprendre ce qui s'est passé à l'Académie pontificale pour la vie : il ne s'agissait pas d'un séminaire pour philosophes moralistes de divers horizons culturels, mais d'une rencontre de théologiens catholiques. Et le texte de base, celui que nous avons contesté et que nous continuons à considérer comme en rupture flagrante avec le Magistère de l'Eglise, a été écrit par des théologiens "catholiques" qui occupent des postes d'enseignement importants : Maurizio Chiodi, professeur ordinaire de bioéthique à l'Institut Jean-Paul II et membre ordinaire de la même Académie pontificale pour la vie ; Carlo Casalone, professeur invité de théologie morale et de bioéthique à la Grégorienne ; Pier Davide Guenzi, également professeur à Jean-Paul II et professeur invité à la Faculté de théologie d'Italie du Nord ; Pierangelo Sequeri, qui a été doyen de l'Institut Jean-Paul II.

Une importante instruction de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, datant de 1990, nous rappelle que le Magistère et le théologien ont la même finalité : celle de " conserver le Peuple de Dieu dans la vérité qui libère et d'en faire ainsi la "lumière des nations" " (Sur la vocation ecclésiale du théologien, § 21). La même vérité investiguée et la même fin : c'est pourquoi une réelle divergence entre le Magistère et la théologie est essentiellement impossible, surtout lorsque le théologien " reçoit la mission ou le mandat canonique d'enseigner " (§ 22). Cela ne signifie pas que le théologien doive répéter comme un perroquet les déclarations du Magistère, mais " en tout cas une attitude fondamentale de disponibilité à accepter loyalement l'enseignement du Magistère, comme il convient à tout croyant au nom de l'obéissance de la foi " (§ 29). Or, au contraire, l'attitude louée par le pape François correspond à celle des théologiens dissidents, qui au contraire "visent à changer l'Église", en faisant appel au pluralisme théologique. Le discours de séminaire de Pier Davide Guenzi (cf. Éthique théologique de la vie, 165-175) en est un exemple évident. L'Instruction défend la pluralité des expressions théologiques en raison du "mystère insondable du Christ qui transcende toute systématisation objective". Et pourtant, la revendication de ce pluralisme " ne saurait signifier que des conclusions " (§ 34) contraires au Magistère sont acceptables.

Être d'accord avec ces considérations, est-ce être "indietriste" ? Peut-être juste parce qu'ils ont été écrits il y a trente ans ?

Commentaires

  • CITATION : "Mais le magistère s'est déjà exprimé"

    CONCLUSION : Pas d'inquiétude.

    Soyons des CROYANTS : Le Christ protège-t-il infailliblement le Magistère ou non ?

    S'il le protège infailliblement, alors rien ne viendra l'abîmer. Cela fait 2000 ans qu'on le constate.

    Nous paniquons à chaque fois qu'un pape semble branlant sur l'adhésion au dogme de la foi.

    S'il veut changer la foi, soit il fait un AVC soit il part vers le Ciel ou il n'est plus pape.
    Voilà tout.

  • Les schismes issus d’errements dogmatiques sont légions dans l’histoire de l’Eglise. Les papes hérétiques, quoique rares, n’y échappèrent pas. L’arianisme nous en fournit des exemples dont les résolutions infaillibles du Magistère ont ensuite condamné, en bonne et due forme, les doctrines erronées…

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel