Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La liberté religieuse n'est pas assurée en Occident (cardinal Sarah)

IMPRIMER

D'Hannah Brockhaus sur Catholic News Agency :

Cardinal Sarah : "La liberté religieuse est également menacée en Occident".
 
27 novembre 2022

Les chrétiens en Occident ne doivent pas considérer la liberté religieuse et la liberté de culte comme acquises, a déclaré le cardinal Robert Sarah dans une récente interview avec EWTN News. "Les menaces contre la liberté religieuse prennent de nombreuses formes. D'innombrables martyrs continuent de mourir pour la foi dans le monde entier", a déclaré le cardinal Sarah, âgé de 77 ans. "Mais la liberté religieuse est également menacée en Occident". "Il ne s'agit pas souvent d'une menace ouverte, ou d'une haine de la foi", a-t-il ajouté, mais d'un "parti pris implicite contre le christianisme".

Dans l'interview, le cardinal guinéen a fait référence au livre de l'Exode, qui raconte les 10 plaies, le départ des Hébreux et la destruction de l'Égypte. Ces événements ont eu lieu, a-t-il dit, "afin que le peuple de Dieu ait la liberté de l'adorer comme il se doit." "La liberté religieuse ne doit pas être considérée comme acquise, ni compromise, ni négligée".

Le cardinal Sarah s'est entretenu avec EWTN News au début du mois au sujet de son dernier livre, "Catechism of the Spiritual Life", publié par EWTN Publishing en anglais en octobre.

Le septième livre du cardinal est une réflexion approfondie sur les sept sacrements de l'Eglise catholique et sur la manière de progresser dans la vie spirituelle. L'un des thèmes centraux du livre est l'importance de la messe et de l'eucharistie. "Nous devons nous rassembler pour la Sainte Messe et recevoir notre Seigneur dans l'Eucharistie", a déclaré le cardinal Sarah lors de l'entretien d'une heure à Rome.

Il a critiqué ce qu'il a appelé la large acceptation de "restrictions draconiennes" sur la participation à la messe pendant la pandémie de COVID-19. " Nous ne pouvons pas oublier ceci : L'Eucharistie est la source et le sommet d'une vie chrétienne", a-t-il souligné. "L'adaptation, a-t-il poursuivi, est parfois nécessaire. Nous serons confrontés à d'autres pandémies et à d'autres situations d'urgence, et il y aura un débat sur la meilleure façon d'y faire face en relation avec la célébration de l'Eucharistie. C'est une bonne chose. La démocratie libérale exige un débat, mais l'importance de notre culte de Dieu ne doit jamais être oubliée ou négligée au cours du débat. La démocratie libérale ne doit pas oublier Dieu".

Sarah a déclaré que son livre mettait particulièrement l'accent sur les sacrements, la prière et la croix. "Une vie chrétienne, dit-il, doit être construite sur trois piliers : crux, hostia, et virgo. La croix, l'hostie et la Vierge Marie. Ce sont les trois piliers sur lesquels vous devez construire une vie chrétienne".

Le cardinal a déclaré que le fait d'être préfet du bureau du culte divin du Vatican lui a vraiment fait comprendre l'importance de la liturgie, qui est un moment grand et unique "pour rencontrer Dieu face à face et être transformé par lui en tant qu'enfant de Dieu et en tant que véritable adorateur de Dieu." "La liturgie, a-t-il ajouté, doit être belle, elle doit être sacrée, et elle doit être silencieuse." Il a mis en garde contre la transformation de la messe en un "spectacle" ou en une simple réunion d'amis, ce qui détourne l'attention de l'adoration de Dieu. "J'encouragerai que la liturgie devienne de plus en plus sacrée, de plus en plus sainte, de plus en plus silencieuse, parce que Dieu est silencieux, et nous rencontrons Dieu dans le silence, dans l'adoration", a-t-il déclaré. "Je pense que la formation du peuple de Dieu à la liturgie est très importante. Nous pouvons montrer aux gens la beauté, d'être révérencieux, et de garder le silence dans la liturgie, dans laquelle notre rencontre avec le Christ est approfondie." Sarah a également fait l'éloge de l'adoration eucharistique silencieuse comme une chance de rencontrer le Christ d'une manière qui peut "vraiment changer nos vies."

Commentant la société moderne, le cardinal a déclaré : "Dieu a été oublié." "Nous vivons tous comme si Dieu n'existait pas. La confusion règne partout. Trop nombreux sont ceux qui réduiraient notre vie, le sens même de notre vie, à un individualisme absolu et à la recherche d'un plaisir éphémère." Les chrétiens, a-t-il dit, devraient répondre en revenant aux fondements de la foi. "Nous avons besoin d'une retraite du monde, d'un retrait dans le désert, où nous pouvons réapprendre les fondements, les bases : le monothéisme, la révélation de Jésus-Christ, nous et Dieu, sa parole, notre péché, notre dépendance et notre besoin de sa miséricorde", a-t-il dit.

Sarah a ajouté que Dieu, par son Église et les sacrements, "nous guide vers une relation toujours plus profonde avec lui. Et nous avons tous besoin de renouer avec son don profond, qui est son amour". La foi en la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie, a-t-il dit, est l'une des croyances fondamentales de l'Église, sans laquelle, "elle perd le sens de son existence." "L'Église n'est pas une organisation sociale destinée à répondre aux problèmes de migration ou de pauvreté", a-t-il poursuivi. "L'Église a un but divin : sauver le monde". "Si le Christ n'habite pas l'Église, de manière tangible, visible, sacramentelle, alors quelle bonne nouvelle avons-nous à offrir au monde ? Quel est le sens de l'évangélisation ?" a-t-il déclaré. "Lorsque les chrétiens oublient pourquoi ils sont chrétiens, la communauté doit tomber dans le déclin. Ils oublient l'Évangile et perdent de vue leur objectif. "

Le cardinal Sarah a déclaré que le combat spirituel est sensiblement le même qu'il a toujours été, même si de nombreux évêques et prêtres ont cessé de rappeler aux catholiques sa réalité. Notre arme dans cette guerre, a-t-il expliqué, est la parole de Dieu. Il est nécessaire "de se tourner vers Dieu chaque jour, non seulement pour se consoler des adversités du monde, mais parce que nous dépendons entièrement de lui dans la lutte cosmique. Nous sommes tous en guerre, que nous le reconnaissions ou non. Il est bon que nous prenions tous conscience de ce fait, et que nous nous assurions chaque jour de combattre du côté de Dieu", a-t-il déclaré.

Le livre, "Catéchisme de la vie spirituelle", a déclaré le cardinal Sarah, se veut une réponse à la "confusion de notre époque, à l'extérieur et même à l'intérieur de l'Église". "J'ai vu le besoin d'une représentation de certaines réflexions sur notre progrès spirituel dans notre vie spirituelle : progrès dans notre relation personnelle et intime avec Jésus-Christ." Il a ajouté qu'il espère que son livre répond à "un besoin profond de notre temps." "Chacun de nous doit s'efforcer, continuellement, de se rapprocher de Jésus-Christ, de revenir à sa Parole, et à la simplicité de la foi dans son auto-révélation. C'est la simplicité du désert, de la reconnaissance de notre dépendance à l'égard de Dieu, et de la rencontre avec lui et le don de son amour et de sa grâce, par lesquels il nous a configurés à lui-même", a-t-il déclaré. "C'est pourquoi j'ai décidé d'écrire le 'Catéchisme de la vie spirituelle'".

Hannah Brockhaus est la correspondante principale de la Catholic News Agency à Rome. Elle a grandi à Omaha, dans le Nebraska, et est diplômée en anglais de la Truman State University, dans le Missouri.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel