Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plus politique que chrétienne, la gestion du Vatican crée tensions et insécurité

IMPRIMER

D'Edward Pentin sur le National Catholic Register (NCR) :

La culture de gestion du Vatican crée des tensions et de l'insécurité

Les employés passés et présents affirment que la culture reflète davantage une entité politique que chrétienne.

16 septembre 2020

"Je n'avais aucun droit", a déclaré Eugenio Hasler, un ancien fonctionnaire laïc qui a travaillé aux plus hauts niveaux du gouvernorat de l'État de la Cité du Vatican, le principal bureau administratif du Vatican.

Un fonctionnaire respecté, licencié en 2017 sans raison formelle après une décennie de service, Hasler aurait été licencié parce qu'il aurait attiré l'attention sur la corruption présumée de son supérieur. Il a été convoqué à la résidence du Pape à Santa Marta où le Saint-Père lui a posé plusieurs questions avant de le licencier et d'attribuer au supérieur de Hasler une responsabilité accrue le lendemain.

"Dans une monarchie absolue, malheureusement, que peut-on faire ?" a déclaré Hasler au NCR.

D'autres ont reçu un traitement aussi brutal, notamment l'ancien médecin papal, Patrizio Polisca, que le pape François a renvoyé soudainement et sans raison en 2015, ainsi que trois fonctionnaires de la Congrégation pour la doctrine de la foi, renvoyés pour des raisons non précisées en 2017. Peu après, le pape a décidé de ne pas renouveler le mandat de cinq ans de l'ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le cardinal Gerhard Müller, également sans motif précis. Le cardinal Müller a qualifié ces deux cas d'"inacceptables".

Une telle tendance s'étend également aux supérieurs d'autres départements du Vatican.

En juillet, le NCR a fait état de la manière dont une culture générale de mauvaise gestion au Vatican contribue à favoriser la corruption, en particulier dans le contexte des finances, ce qui a conduit à des affaires très médiatisées telles qu'un accord immobilier mal géré à Londres, récemment rendu public.

Pour cet article et celui-ci, plus d'une douzaine de fonctionnaires du Vatican, actuels et anciens, ont été interrogés avant et pendant la pandémie COVID-19. Presque tous ont parlé de l'absence d'"État de droit" et de responsabilité de certains hauts fonctionnaires de la Curie romaine. La plupart des sources ont parlé sous couvert d'anonymat par crainte de représailles.

"Le comportement n'est ni catholique ni chrétien - ni même simplement humain", a déclaré l'une d'entre elles au NCR dans un café près du Vatican. Le fonctionnaire a déclaré qu'il connaissait des personnes qui avaient été "licenciées avec très peu de préavis ou de raisons, on leur dit juste de rentrer chez elles dans les semaines qui suivent, le meilleur scénario étant quelques mois, alors qu'elles auraient pu travailler ici pendant huit à dix ans".

Selon lui et d'autres membres du personnel, la culture de la direction ressemble à celle d'un tribunal où ceux qui ont les oreilles du pouvoir ont de l'influence. D'autres sont allés plus loin, la décrivant comme plus proche d'un environnement mafieux que de l'Eglise. Certains cadres moyens et inférieurs ont déclaré qu'ils se sentaient vulnérables aux caprices de supérieurs sans scrupules et sans comptes à rendre, et incapables de s'exprimer par crainte de représailles, y compris un probable licenciement.

Climat de dépression et d'anarchie

Beaucoup ont parlé d'un moral très bas. Un fonctionnaire qui a travaillé au Vatican pendant plus de 30 ans a déclaré n'avoir jamais connu une motivation aussi faible, des cardinaux aux évêques en passant par les fonctionnaires au niveau le plus bas.

Un cardinal de la Curie à la retraite qui a demandé à ne pas être nommé a déclaré au NCR le 4 septembre que la Curie est actuellement "caractérisée par un climat de dépression". D'autres critiques ont exprimé leur frustration sur les pratiques de travail actuelles, une source affirmant qu'il n'existe aucun mécanisme pour exprimer cette frustration car "quand vous le faites, c'est 'au revoir'".

De nombreux fonctionnaires du Vatican - tant laïcs que cléricaux - continuent de servir discrètement le Vatican et l'Église avec un haut degré de professionnalisme. "Parmi les Monsignori, il y a un grand nombre de personnes très consciencieuses, pieuses et bien formées qui travaillent dans des circonstances qui ne sont pas très simples", a déclaré le cardinal de la Curie à la retraite. Mais ces circonstances difficiles incluraient des supérieurs agissant injustement et comme disposant des lois pour eux-mêmes.

Un ancien fonctionnaire qui a quitté le Vatican il y a trois ans a expliqué que, selon son expérience, une fois qu'une personne puissante de la Curie embauche une personne, la loyauté de cette personne "va à l'individu, ou au "gang", qui l'a employée". Souvent, ces employés "prennent alors le risque de plaire aux puissants, voire de prendre une balle à leur place si nécessaire". Par exemple, la source a cité le cas célèbre de Paolo Gabriele, l'ancien majordome du pape Benoît XVI, reconnu coupable d'avoir divulgué des documents classifiés provenant des bureaux papaux qui étaient au cœur du scandale Vatileaks de 2012. Après que Benoît XVI l'ait gracié, il a obtenu un autre emploi, mais il était toujours payé par le Vatican. Il travaillait à l'hôpital Bambino Gesù, géré par le Vatican, à Rome.

Mais cette corruption et ces malversations ne sont pas présentes partout à la Curie et dépendent du dicastère. "Nous devons faire la distinction entre les congrégations qui travaillent normalement et qui produisent plus ou moins de résultats, et les congrégations qui ne sont pas bien gouvernées", a déclaré le cardinal de la Curie à la retraite. Comme exemple d'un dicastère qui fonctionne bien, il a attiré l'attention sur un récent document publié par la Congrégation pour le clergé qui encourage une plus grande coopération entre les communautés paroissiales.

Néanmoins, les preuves d'irresponsabilité et d'anarchie parmi les hauts fonctionnaires semblent être une préoccupation sérieuse, et parfois elles se répandent dans le domaine public. En juin, la Crux a signalé que l'évêque argentin Gustavo Zanchetta, suspendu en raison d'allégations d'abus sexuels avec des séminaristes, avait repris son travail à l'Administration du patrimoine du Siège apostolique, le dicastère du Vatican responsable des biens et des immeubles du Vatican. Outre les allégations d'inconduite sexuelle, l'évêque Zanchetta est accusé d'avoir fraudé l'État. Il est en attente d'un procès civil en Argentine. Les fonctionnaires qui se sont entretenus avec le NCR ont répété que de tels cas montrent à quel point les hauts fonctionnaires restent intouchables.

Un porteur sicilien dans un des dicastères avait l'habitude de dire à mon patron de faire attention à ceux que le porteur appelait "les vieux lions"", a rappelé un ancien membre du personnel. "Il était parfaitement clair pour cet homme simple que de telles personnes appartenaient au patron pour qui il n'y avait pas de règles." L'ex-fonctionnaire a ajouté : "Si vous combinez l'absence de responsabilité et, bien sûr, la mentalité mafieuse et l'absence d'État de droit, il n'est pas surprenant qu'après deux ans, il n'y ait aucun signe du rapport McCarrick" - une référence à l'enquête du Vatican annoncée en 2018 sur l'ancien archevêque disgracié de Washington, D.C., mais qui n'a pas encore été publiée.

L'ancien cardinal de la Curie a convenu qu'une mentalité mafieuse existe "absolument", et la présence de l'homosexualité parmi le clergé, dont certains ont également tendance à fonctionner comme une mafia, semble être un facteur contributif. Le pape François a reconnu en 2013 l'existence d'un "lobby homosexuel" et d'un "courant de corruption" au Vatican. Une source a décrit l'élément homosexuel comme un "aspect particulièrement tragique" et a indiqué qu'il comprenait principalement des membres du clergé mais aussi de nombreux laïcs.

L'archevêque Carlo Maria Viganò, dont les combats contre la corruption au Vatican en tant que secrétaire général du gouvernorat l'ont conduit à être transféré hors du Vatican pour devenir nonce apostolique aux États-Unis en 2011 pendant la papauté du pape Benoît XVI, a déclaré au National Catholic Register le 2 septembre que dans les "dernières décennies", la curie s'est "progressivement modifiée" et présente maintenant "tous les traits distinctifs d'une organisation criminelle". "Les responsables, à la manière typique de la mafia, se servent de la collaboration de subordonnés corrompus et donc soumis au chantage", a-t-il dit, ajoutant que ces hauts fonctionnaires "ont tout intérêt" à choisir des subordonnés qui ont "un mode de vie répréhensible" afin qu'ils puissent être "tenus en échec, obéir à des ordres douteux et être écartés sans trop de scrupules". L'archevêque Vigano a cité le cas de l'évêque Zanchetta comme un exemple parmi tant d'autres.

Guerres de la culture

À cette perception d'anarchie s'ajoute la façon dont, selon de nombreux fonctionnaires contactés par le NCR, le fait d'exprimer sa fidélité à l'enseignement de l'Église augmente automatiquement le niveau d'insécurité de l'emploi. "Si vous vous êtes exprimé ouvertement dans le passé sur des questions culturelles majeures d'une manière fidèle à l'Eglise, vous êtes immédiatement étiqueté et dans la ligne de mire des cadres supérieurs", a déclaré le fonctionnaire au café du Vatican. "Même si vous faites preuve d'intelligence dans votre fonction, vous allez quand même devoir faire attention".

D'autres personnes qui ont quitté la Curie ont fait écho à des préoccupations similaires. "Il y avait une atmosphère constante de menace à peine dissimulée", a déclaré l'un d'entre eux, ajoutant que "le moral était au plus bas quand je suis parti il y a quelques mois et vous ne croiriez pas le soulagement que j'éprouve à être sorti".

En plus de la faute professionnelle présumée, l'espionnage et les écoutes téléphoniques resteraient monnaie courante, "du plus bas au plus haut rang" selon un autre ancien membre du personnel. C'est une accusation qui a été fréquemment portée au fil des ans et que le Vatican a reconnue. La surveillance était "terrible pour la productivité, ainsi qu'en termes de moral", a observé la source. "Les gens ont choisi de ne pas parler au téléphone, du moins sur les lignes fixes, car ils étaient contrôlés". Ces allégations de surveillance ont été mises en évidence dans les deux scandales Vatileaks en 2012 et 2015, puis plus tard dans le cadre du licenciement de l'ancien vérificateur général du Vatican, Libero Milone, en 2017.

D'autres sources ont parlé d'intimidation et de misogynie.

"La culture est toxique", a déclaré un ancien fonctionnaire d'un dicastère influent. "Les gens sont intimidés, puis se détériorent et s'en vont. J'ai vu des gens arriver; ils sont gentils au début, puis leur caractère se déforme."

Diverses raisons sont invoquées pour expliquer ces problèmes, notamment la dégradation morale au sein de l'Église dans son ensemble. Le pape François a fait allusion à une telle culture dans son discours de Noël à la Curie romaine en 2014 lorsqu'il a parlé de 15 "maladies" fréquentes qui affectent la vie du Vatican et "affaiblissent notre service au Seigneur".

D'autres ont attribué les problèmes aux conflits entre "progressistes" et "traditionalistes" qui ont émergé après le Concile Vatican II, chacun luttant pour son influence, bien que la corruption, le favoritisme et le népotisme soient un problème au Vatican depuis sa fondation. D'autres encore reprochent au Saint-Père d'avoir laissé une culture de la peur et de l'intimidation dominer la Curie, menée par ses proches, bien que même pendant le pontificat de Benoît XVI, les fonctionnaires se soient plaints d'un élément de peur et du besoin de discrétion face à certains fonctionnaires italiens suspects et hostiles à l'orthodoxie. "Ce n'est absolument pas juste, c'est criminel", a déclaré le cardinal de la Curie à la retraite, qui a ajouté que l'ampleur de ces craintes était "sans précédent" au Vatican.

Les défis des efforts de réforme

Certaines sources se sont plaintes du fait que les progrès réalisés dans la réforme de la Curie sont insuffisants. Une nouvelle constitution attendue dans le courant de l'année pourrait apporter certains changements nécessaires, mais les observateurs s'attendent à ce que les réformes ne soient que structurelles.

Un autre ancien fonctionnaire a fait valoir que la vie privée de bon nombre de ceux qui y travaillaient "n'était pas conforme à leurs prétendues convictions". Ce qu'il faut, a déclaré l'ancien fonctionnaire, ce sont des personnes qui s'engagent non seulement à travailler, mais aussi à être saintes, en particulier dans les plus hauts rangs. "J'étais naïf en entrant là-bas, mais ce qui m'a le plus choqué, c'est que la plupart des gens ne montraient aucune vie de foi", a-t-il dit.

L'élargissement des horizons du personnel du Vatican et l'éloignement d'une curie à majorité italienne ont été cités par certaines des sources, l'une d'entre elles notant une "énorme différence" dans l'opinion des fonctionnaires sur "ce que signifie la corruption". La question a été soulevée au cours du processus de réforme sous Benoît XVI, en particulier l'examen de l'attitude culturelle des Italiens à l'égard de l'éthique du travail, mais elle a été abandonnée, a déclaré la source au NCR.

Diverses autres suggestions sur la manière d'améliorer le moral et les relations avec le personnel ont été formulées, notamment la création d'une direction du personnel totalement indépendante. M. Hasler a souligné qu'il existe le Bureau du Travail du Siège Apostolique (ULSA) responsable des relations des employés avec le Saint-Siège et l'Etat de la Cité du Vatican, mais il a déclaré que ce bureau n'est pas régi de manière indépendante et qu'il "ne pouvait rien faire" pour l'aider. M. Hasler a exprimé ce que beaucoup de personnes au Vatican demandent : "Une vraie réforme faite à la racine et non à la façade" suite aux pontificats de Benoît et de François.

Les spéculations ont longtemps persisté sur le fait que Benoît XVI était dépassé par l'ampleur des réformes nécessaires, surtout après avoir reçu le fameux dossier Vatileaks, qui a peut-être joué dans les raisons de sa démission. Il a essayé de réformer structurellement la Curie mais n'a pas pu s'attaquer à la corruption endémique et, au lieu d'internationaliser son personnel, il a été accusé de ré-italianiser la Curie. Mais il était bien conscient des défis et du fait que de telles pratiques de corruption existent depuis longtemps dans l'Église, rappelant en 2009 comment au XIe siècle, saint Pierre Damien enseignait que l'image idéale de la "Sainte Église" ne correspondait pas à la réalité de son époque. Le saint "n'a pas craint de dénoncer l'état de corruption", a noté Benoît, par exemple lorsque "divers évêques et abbés se comportaient comme les dirigeants de leurs sujets plutôt que comme les pasteurs des âmes" et que leur "vie morale laissait souvent à désirer".

Le pape François a été élu sur un mandat de réforme de la Curie à la suite du scandale Vatileaks et d'autres éléments de dysfonctionnement curial durant le pontificat de Benoît. Il a ouvertement reconnu l'ampleur des défis auxquels il est confronté, et, citant un ecclésiastique belge du XIXe siècle, a déclaré en 2017 que réformer la Curie était "comme nettoyer le Sphinx d'Egypte avec une brosse à dents". L'une de ses visions de la réforme, peut-être en partie pour contrer les accusations de misogynie au sein de la curie, a été d'inclure davantage de femmes dans les postes de haut niveau, mais dans l'ensemble, ses réformes ont été considérées comme décidément ternes, avec peu de choses à montrer pour le travail effectué par le groupe des neuf cardinaux chargés d'élaborer la réforme de la curie.

Et bien que les commentateurs aient déclaré que François était le premier "pape du travail" en raison de ses fréquents appels en faveur des droits des travailleurs et des chômeurs, les fonctionnaires du Vatican disent qu'ils n'ont pas encore vu beaucoup de preuves que ces droits soient appliqués plus près d'eux.

Le cardinal de la Curie à la retraite a noté qu'en ces moments de "tension mondiale, de dangers et d'insécurités, un rocher est nécessaire et qui a été traditionnellement représenté par l'Eglise, par la papauté, mais maintenant la papauté elle-même est impliquée dans ces changements, tensions et insécurités".

Le NCR a demandé au cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État, à son adjoint, l'archevêque sostituto Edgar Peña Parra, et au bureau de presse du Saint-Siège s'ils souhaitaient commenter ces critiques sur la culture de gestion de la Curie. Le cardinal Parolin a refusé de répondre et les autres n'avaient pas encore répondu au moment où cet article a été mis sous presse.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel