Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rejet du document des évêques allemands sur l'intercommunion

IMPRIMER

De Claire Lesegretain sur le site du journal La Croix :

Le Vatican rejette le document des évêques allemands sur l’intercommunion

Les faits 

Après examen du texte « Ensemble à la table du Seigneur » envoyé au Vatican par les évêques allemands le 20 mai, la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) explique que l’intercommunion pratiquée avec les protestants « ouvrirait de nouvelles divisions dans le dialogue œcuménique avec les Églises orthodoxes » et que « le lien étroit entre l’Eucharistie et l’Église » est trop ignoré.

Le Vatican rejette le document des évêques allemands sur l’intercommunion

Le 20 mai, la Conférence épiscopale allemande (DBK) avait envoyé au Vatican le texte « Ensemble à la table du Seigneur », publié par le Groupe d’étude œcuménique des théologiens protestants et catholiques (ÖAK) en septembre 2019.CHRISTIAN DITSCH/DPA/MAXPPP

C’est un nouveau refus que les évêques allemands viennent de recevoir de la part du Vatican, à la suite de leur demande de pouvoir pratiquer l’intercommunion entre catholiques et protestants.

Le 20 mai, la Conférence épiscopale allemande (DBK) avait envoyé au Vatican le texte « Ensemble à la table du Seigneur », publié par le Groupe d’étude œcuménique des théologiens protestants et catholiques (ÖAK) en septembre 2019. Ce texte de 57 pages prône « l’hospitalité eucharistique réciproque » entre catholiques et protestants, sur la base d’accords œcuméniques antérieurs sur l’Eucharistie et le ministère.

Quatre mois plus tard, la réponse de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) est arrivée, sous forme d’un courrier daté du 18 septembre adressé à Mgr Georg Bätzing, évêque de Limbourg sur-la-Lahn et président de la DBK. Mgr Bätzing, qui a participé à la rédaction du texte de l’ÖAK, a récemment annoncé que l’hospitalité sacramentelle mutuelle serait appliquée au 3e Kirchentag œcuménique prévu à Francfort en 2021.

Quatre pages de note doctrinale

Cette lettre signée par le cardinal Luis Ladaria, préfet de la CDF, et Mgr Giacomo Morandi, secrétaire de cette même Congrégation, est accompagnée d’une note doctrinale de quatre pages. « La question de l’unité de l’Eucharistie et de l’Église, dans laquelle l’Eucharistie présuppose et réalise l’unité avec la communion de l’Église et sa foi avec le pape et les évêques, est sous-estimée dans ce document », peut-on lire dans la lettre de la CDF.

Autre critique formulée par la CDF : « Les aperçus théologiques essentiels et indispensables de la théologie eucharistique du Concile Vatican II, qui sont largement partagés avec la tradition orthodoxe, n’ont malheureusement pas été correctement reflétés dans le texte. » Ainsi, la CDF considère qu’une ouverture de l’Église catholique à la communion à la Sainte Cène avec les Églises protestantes, « dans l’état actuel de la discussion théologique, ouvrirait forcément de nouvelles fractures dans le dialogue œcuménique avec les Églises orthodoxes, et pas seulement en Allemagne ».

La Congrégation doctrinale du Vatican souligne, par ailleurs, que des différences significatives dans la compréhension de l’Eucharistie et du ministère « subsistent » entre les protestants et les catholiques. Ces différences doctrinales « sont encore si importantes qu’elles excluent actuellement la participation réciproque à la Sainte Cène et à l’Eucharistie ».

→ EN 2018. Intercommunion, les évêques allemands doivent revoir leur copie

Selon le cardinal Ladaria, ce document de l’ÖAK « ne peut donc pas servir de guide pour une décision individuelle en conscience à propos de la participation à l’Eucharistie ». Tout en mettant en garde contre toute démarche vers l’intercommunion, il ajoute cependant que le texte de l’ÖAK doit inspirer de nouvelles discussions théologiques.

À Fulda, la semaine prochaine

Le porte-parole de la Conférence épiscopale allemande, Matthias Kopp, a annoncé que cette lettre de Rome serait discutée la semaine prochaine lors de la réunion plénière d’automne de la DBK à Fulda.

Mais dès lundi 20 septembre, Mgr Bertram Meier, évêque d’Augsbourg et membre de la commission sur les relations œcuméniques de la DBK et également membre adjoint du conseil d’administration du Groupe de travail des Églises chrétiennes d’Allemagne (ACK), s’est exprimé à propos du rejet par le Vatican du texte « Ensemble à la table du Seigneur ».

« Une clarification théologique plus approfondie est nécessaire, en particulier sur la compréhension de l’Eucharistie et de la Sainte Cène et du sacerdoce ordonné sacramentellement », a-t-il déclaré à l’Agence catholique de presse allemande (KNA). Selon lui, « les conditions de l’hospitalité eucharistique doivent rester telles qu’elles sont », et la règle - « que je reçoive la sainte communion dans l’Église à laquelle j’appartiens » - doit continuer à s’appliquer, contrairement à ce que le texte de l’ÖAK proposait.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel