Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tout homme politique catholique ou religieux qui promeut activement l'avortement et l'euthanasie n'est "pas éligible"

IMPRIMER

Le cardinal Müller est interviewé par Edward Pentin sur le National Catholic Register

Le cardinal Müller se penche sur la politique américaine, les élections de 2020 et la conscience catholique

Le préfet émérite de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi déclare au NCR que l'Église catholique ne doit pas seulement exiger la liberté de religion, mais qu'elle doit aussi exiger et promouvoir une politique avec une assise morale.

23 septembre 2020

Le cardinal Gerhard Müller exhorte les électeurs catholiques américains à "tester les esprits pour voir s'ils viennent de Dieu" alors qu'ils se préparent à aller aux urnes le 3 novembre.

Dans une interview exclusive accordée au Register le 22 septembre, le préfet émérite de la Congrégation pour la doctrine de la foi ne soutient explicitement aucun candidat, mais il est clair pour lui que tout homme politique catholique ou religieux qui promeut activement l'avortement et l'euthanasie n'est "pas éligible".

Le cardinal se demande également s'il donnerait la Sainte Communion à l'ancien vice-président Joe Biden, qui soutient la légalisation de l'avortement et le "mariage" homosexuel, et si un catholique peut voter en bonne conscience pour le président Donald Trump. Il critique également certains médias de l'Eglise qui ont un préjugé "idéologique" contre la "droite religieuse américaine".

Les commentaires du cardinal Müller font suite à une interview qu'il a donnée au début du mois à Raymond Arroyo de l'émission The World Over de EWTN, dans laquelle il a exhorté les électeurs à "rechercher des candidats qui sont en faveur de la vie" - un principe, a-t-il dit, qui est une "base" et ajoutant que "l'on ne peut pas dire que la justice sociale est plus importante que la vie". Le cardinal a également déclaré qu'il était "impossible" d'assimiler le soutien à la peine de mort et à l'environnement au soutien à l'avortement.

Parlant de la responsabilité de tout citoyen dans un État pluraliste, le cardinal allemand a déclaré : "Je ne soutiens pas un candidat en Allemagne parce qu'il est catholique, mais parce qu'il a une bonne compréhension de la vie et des droits de l'homme. Il est préférable de voter pour un bon protestant que pour un mauvais catholique". "Nous devons juger en fonction de ce qu'ils font, pas seulement en fonction de leurs paroles... en fonction des fruits", a-t-il déclaré.

Votre Éminence, quelles sont vos vues générales en tant qu'observateur des prochaines élections présidentielles américaines ?

Les États-Unis sont le premier pays de l'Occident. Ils défendent la démocratie et l'État de droit, contrairement à tous ces États où les droits de l'homme sont foulés aux pieds par un régime dictatorial ou une oligarchie idéologique. Si tous les Américains respectent leur Constitution et si les millions de chrétiens et de religieux qui y vivent donnent l'exemple du respect de leurs concitoyens et de la charité, l'Amérique peut remplir sa mission politique dans la politique internationale et orienter sa vie intérieure vers le bien commun (bonum commune). Le pays a besoin d'une réconciliation intérieure.

Compte tenu de ses opinions sur l'avortement, le "mariage" homosexuel et les tendances socialistes générales, un catholique peut-il voter en bonne conscience pour quelqu'un comme l'ancien vice-président Joe Biden ?

Dieu seul a le droit de juger une personne. Mais une élection démocratique, c'est aussi mesurer les propositions des candidats à l'aune de leurs conséquences. Car c'est à leurs fruits que vous reconnaîtrez les faux prophètes (Matthieu 7:16), dit Jésus dans le Sermon sur la montagne. En aucun cas, les conditions de guerre civile, le meurtre d'innocents, la dévastation des églises et des symboles religieux et nationaux ne sont justifiés par une protestation contre la défaillance des représentants individuels de l'autorité de l'État. Les politiciens catholiques sont également tenus de faire tout leur possible pour que la vie de l'enfant à naître soit protégée par la loi.

Toute personne qui promouvrait même activement la légalisation de l'avortement et de l'euthanasie n'est pas éligible au suffrage en tant que catholique, religieux ou fidèle à Dieu, même si elle peut faire le bien par ailleurs.

Mais de Washington au Vatican, nous devons aussi faire notre autocritique en tant que catholiques. Nous ne devons pas accepter de l'argent acquis à tort comme des dons - même si, par ce biais, nous pourrions aider les pauvres. Il est juste que le Pape condamne l'abus de la dévotion mariale par la mafia. Mais il faut aussi "craindre les Grecs, même lorsqu'ils sont porteurs de dons (Timeo Danaos et dona ferentes)". C'est ce que dit Virgile à propos du cheval de Troie (Énéide II, 49). À quoi sert un accord avec le parti communiste chinois si les droits de l'homme ne sont pas respectés et si les catholiques, les musulmans et les autres se voient refuser la liberté de religion, et si les athées vont même jusqu'à paraphraser la Bible pour se conformer à leurs normes, c'est-à-dire falsifier la Parole de Dieu ?

Un catholique peut-il voter en bonne conscience pour le président Donald Trump, compte tenu de ses opinions controversées sur l'immigration, la peine de mort, sa vie personnelle immorale passée ?

Tout être humain doit maintenant, en son âme et conscience, et plus tard devant le tribunal de Dieu, répondre de toutes ses pensées, paroles, actes et omissions devant son Créateur et Rédempteur. Malheureusement, le langage utilisé en politique et dans les médias est devenu très dur et brutal.

Les dissidents ne sont plus appréciés avec des arguments, mais personnellement diffamés. Il est évident que les adversaires idéologiques de Trump l'accusent précisément de ces choses dont ils sont eux-mêmes coupables. Ils ont la presse mondiale entre les mains et font un usage incontrôlé de la faculté d'intégrer l'esprit de leur politiquement correct.

Les causes des migrations de masse doivent être traitées dans les pays d'origine en les aidant à vivre dans la dignité dans leur propre pays et leur propre culture. Aux États-Unis, la peine de mort relève des États, mais c'est un châtiment barbare. Elle ne devrait plus être appliquée pour des raisons morales - notamment en raison des nombreuses exécutions d'innocents dues à des erreurs judiciaires et même des assassinats judiciaires. Mais quiconque s'éloigne de la plupart des Américains sur cette question [c'est-à-dire qu'il s'oppose à la peine de mort] doit d'abord lutter contre l'injustice brutale qui règne dans les pays islamistes et communistes.

Donneriez-vous la Sainte Communion à un homme politique comme Joe Biden ?

Il ne devrait pas y avoir de débat public sur l'accès à la Communion. Mais son curé et son évêque, qui sont responsables de son salut éternel, doivent lui dire clairement, ainsi qu'aux autres catholiques pro-avortement, que le meurtre d'un être humain dans l'utérus est un péché grave et que légaliser l'avortement signifie participer à un "crime ignoble" (Gaudium et spes 51 ; cf. 27). C'est ce que dit le magistère de l'Église au Concile Vatican II et, à ce jour, le pape François.

Que dites-vous à certains évêques et prêtres des États-Unis qui ont soutenu, ou du moins parlé de manière relativement favorable, l'un ou l'autre des candidats à la présidence ?

Les évêques et les prêtres ne doivent pas placer leurs préférences politiques au-dessus de leur service au salut éternel. Ils doivent user de leur influence pour former la conscience des fidèles, afin que les chrétiens, même en matière de bien commun, prennent leurs décisions selon la loi morale naturelle et les instructions du Christ. Dans un État démocratique, les pasteurs de l'Église ne peuvent pas dire aux fidèles qui ils doivent élire, mais seulement si un candidat ou un parti est contraire aux exigences essentielles de la loi morale naturelle. La question morale fondamentale est que personne n'a le droit de tuer une autre personne pour son propre intérêt ou avantage, en particulier la mère (avec le père) qui a le devoir de préserver, de conserver et de favoriser la vie et le bien-être de son propre bébé. Tout ce qui suit est contraire à la dignité de la personne humaine : "tout type de meurtre, de génocide, d'avortement, d'euthanasie ou d'autodestruction volontaire ... la traite des êtres humains ... l'esclavage ... des conditions de travail indignes ..." (Gaudium et spes 27).

Je ne suis pas un électeur ou une personne influente dans les élections américaines. Mais en tant que frère de la communauté chrétienne mondiale et avec toutes les personnes de bonne volonté, je veux dire avec saint Jean : "Testez les esprits pour voir s'ils viennent de Dieu" (1 Jean 4:1). Le pape Jean-Paul II a parlé de la lutte entre la culture de la vie et la culture de la mort. Êtes-vous pro-vie ou pro-mort ? C'est la question qui se pose maintenant. Dieu a dit une fois à son peuple élu : "J'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisissez donc la vie, afin que vous et vos descendants puissiez vivre, en aimant le Seigneur, votre Dieu". (Deutéronome 30:19).

Le Vatican et les évêques américains devraient-ils, selon vous, être plus clairs quant à la question de savoir pour qui les fidèles doivent voter compte tenu des positions d'un candidat sur des questions morales essentielles qui sont en conflit avec celles de l'Église ?

Le pape et les évêques ne sont pas les agents d'un bras de fer politique, mais ils doivent témoigner de la primauté (priorité) du bien commun sur la lutte pour le pouvoir. La morale est au-dessus de la politique et c'est à l'aune de celle-ci qu'elle est jugée. Il serait absurde de laisser les gouvernements socialistes et obsédés par le genre, les institutions internationales ou certaines "fondations philanthropiques" s'en tirer à bon compte en violant les droits de l'homme (décimation de la population mondiale par l'avortement, l'euthanasie, la destruction du mariage et de la famille naturels).

Il est impossible d'apaiser sa conscience en espérant que ces représentants seront plus sociaux et plus amicaux envers l'étranger. Il y a des éléments dans le journalisme ecclésiastique qui ont un préjugé contre la droite religieuse américaine (les évangéliques et les bons catholiques qu'ils calomnient comme trop rigides), et c'est un filtre idéologique. C'est une position idéologique, pas une position morale. Ils ne regardent pas le contenu, les droits de l'homme et les droits fondamentaux.

L'Église catholique ne doit pas seulement exiger la liberté de religion, elle doit aussi se charger d'exiger et de promouvoir que la politique ait une base morale.

Commentaires

  • En réponse à ceux qui s'obstinent à voir en D. Trump un président "Pro-vie" parce qu'il est opposé à l'avortement, j'avais établi une liste, non-exhaustive, des décisions prises au cours de son mandat qui sont incohérentes avec cette image.
    On peut y ajouter celle d'avoir mis fin en 2020 au moratoire sur l'exécution des condamnés à mort en vigueur depuis 17 ans.
    La Conférence des Evêques américains vient de réagir fermement en demandant à Trump de revenir sur cette décision qui a déjà provoqué 5 exécutions.
    A noter que cette réaction émane précisément de la commission "Pro-vie" de l'épiscopat américain.

  • Vous nous avancez l'’exécution de 5 détenus (Assassins, meurtriers et violeurs d'enfants ou ayant commis d'autres joyeusetés de ce genre dont je vous passe les détails) contre des centaines de milliers de vies innocentes sauvées d'une mort atroce pour nous démontrer que Mr Trump n'est pas un président pro-vie... Vous êtes sérieux ?
    Son engagement pro-vie est probablement une des raisons majeures de la haine féroce que lui vouent les médias (ou plutôt les pouvoirs qu’ils représentent).

  • Justement. Je ne savais pas quoi penser sur ce sujet. Puis un prêtre m'a éclairé;
    https://www.tvlibertes.com/terres-de-mission-n176-la-peine-de-mort-est-elle-catholique

  • Est-ce que vous avez une autre option ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel