Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les évêques américains réagissent à une déclaration "profondément dérangeante" de Biden sur le "droit à l'avortement"

IMPRIMER

Du National Catholic Register :

Les évêques américains demandent au président Biden de rejeter le droit à l'avortement après une déclaration "profondément dérangeante"

La réponse de la conférence des évêques du 22 janvier a mis l'accent sur l'enseignement de l'Eglise sur l'avortement et a déclaré que les catholiques ne peuvent pas soutenir l'avortement. Leur déclaration a également souligné la responsabilité des politiciens de rejeter un droit à l'avortement.

An ultrasound of a baby is shown during the third trimester. The USCCB emphasized Jan. 22 that Church teaching holds unborn life as sacred.
L'échographie d'un bébé est montrée pendant le troisième trimestre. L'USCCB a souligné le 22 janvier que l'enseignement de l'Église considère la vie à naître comme sacrée. (photo : Andy Halford / Shutterstock)

23 janvier 2021

La déclaration du président Joe Biden en faveur de l'avortement légal à l'occasion de l'anniversaire de l'affaire Roe v. Wade a suscité une réaction rapide de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis.

"Nous demandons instamment au président de rejeter l'avortement et de promouvoir une aide vitale aux femmes et aux communautés dans le besoin", a déclaré le 22 janvier l'archevêque Joseph Naumann de Kansas City (Kansas), qui dirige le Comité des évêques américains pour les activités pro-vie.

"Il est profondément troublant et tragique que tout président fasse l'éloge et s'engage à codifier un arrêt de la Cour suprême qui refuse aux enfants à naître leur droit humain et civil le plus fondamental, le droit à la vie, sous le déguisement euphémique d'un service de santé", a-t-il déclaré.

La conférence des évêques américains a répondu à la déclaration du président Biden et de la vice-présidente Kamala Harris à l'occasion de l'anniversaire de l'arrêt Roe v. Wade, rendu en 1973 par la Cour suprême, qui a rendu obligatoire l'adoption de lois sur l'avortement dans tout le pays.

Le président et le vice-président ont souligné leur engagement en faveur de l'avortement légal, en déclarant : "L'administration Biden-Harris s'est engagée à codifier Roe v. Wade et à nommer des juges qui respectent les précédents fondamentaux comme Roe".

Bien que Roe v. Wade ait été une décision critique en faveur des droits de l'avortement, la déclaration ne mentionne pas l'avortement par son nom, préférant utiliser des euphémismes tels que "santé reproductive" et "soins de santé".

"Au cours des quatre dernières années, la santé reproductive, y compris le droit de choisir, a été l'objet d'attaques extrêmes et incessantes", ont-ils déclaré. "Alors que l'administration Biden-Harris commence en ce moment critique, il est temps de se consacrer à nouveau à garantir que tous les individus aient accès aux soins de santé dont ils ont besoin".

La conférence des évêques américains a déclaré que la déclaration caractérisait à tort l'arrêt Roe v. Wade comme "une avancée des droits et de la santé des femmes". Bien que la déclaration Biden-Harris ne mentionne pas la religion, les évêques ont déclaré que les catholiques ne peuvent pas soutenir l'avortement.

Biden a souligné à plusieurs reprises son catholicisme, en assistant à la messe le matin de son investiture et en citant St Augustin d'Hippone dans son discours inaugural. Il a mis une photo du pape François dans le bureau ovale.

Dès le premier jour de son entrée en fonction, l'attaché de presse de la Maison Blanche Jen Psaki a cité le catholicisme de Biden lorsqu'on lui a posé des questions sur l'avortement. Lors d'un point de presse le 20 janvier, Owen Jensen de EWTN News a demandé à Psaki ce que Biden prévoit de faire concernant l'amendement Hyde et la politique de Mexico, auxquels Biden s'est opposé parce qu'ils limitent le financement de l'avortement. "Eh bien, je pense que nous aurons plus à dire sur la politique de Mexico dans les jours à venir", a déclaré M. Psaki. "Mais je vais profiter de l'occasion pour vous rappeler à tous qu'il [Biden] est un catholique fervent et quelqu'un qui va régulièrement à l'église", a-t-elle déclaré aux journalistes. "Il a commencé sa journée en allant à l'église ce matin.

Dans la déclaration de la conférence des évêques, l'archevêque Naumann a cependant souligné l'enseignement de l'Eglise sur l'avortement. Je profite de l'occasion pour rappeler à tous les catholiques que le Catéchisme déclare : "Depuis le premier siècle, l'Eglise affirme le mal moral de tout avortement provoqué. Cet enseignement n'a pas changé et reste immuable", a-t-il déclaré.

La déclaration a également souligné la responsabilité des politiciens de rejeter le droit à l'avortement. "Les fonctionnaires sont responsables non seulement de leurs croyances personnelles, mais aussi des effets de leurs actions publiques. L'élévation de l'avortement au statut de droit protégé par Roe et l'élimination des restrictions imposées par l'État ont ouvert la voie à la mort violente de plus de 62 millions d'enfants innocents à naître et d'innombrables femmes qui vivent le chagrin de la perte, de l'abandon et de la violence", a déclaré l'archevêque Naumann.

Le président de l'université franciscaine de Steubenville, le père Dave Pivonka, a également réagi à la déclaration de Biden-Harris, en déclarant que leur "déclaration agressive en faveur de l'avortement ... attriste les catholiques du monde entier". Les politiques qu'ils ont promis de mettre en avant sont nuisibles à la dignité de la personne humaine et sont contraires aux enseignements de l'Église".

Le pape François a souvent rejeté l'avortement comme faisant partie d'une "culture du déchet", mais certains défenseurs des droits de l'avortement et des politiciens américains, ainsi que leurs partisans, ont tenté de prétendre que le pape avait adopté une approche non conflictuelle, en désaccord avec la plupart des évêques américains.

Le jour de l'inauguration de Biden, l'archevêque José Gomez de Los Angeles, en sa qualité de président de la conférence des évêques américains, a déclaré qu'il priait pour Biden. Il a noté les points d'accord et de désaccord entre les évêques et Biden. "Les évêques catholiques ne sont pas des acteurs partisans dans la politique de notre nation", a déclaré l'archevêque Gomez dans un communiqué. "Nous sommes des pasteurs responsables des âmes de millions d'Américains et nous sommes les défenseurs des besoins de tous nos voisins".

Pour les évêques de la nation, l'injustice continue de l'avortement reste la "priorité prééminente", a-t-il dit, ajoutant que "prééminent ne signifie pas "seulement", et qu'il y a une grande variété de défis et de "menaces à la dignité humaine auxquels le pays est confronté aujourd'hui". L'archevêque Gomez a déclaré que les évêques américains s'engageront avec Biden dans le but d'entamer "un dialogue pour aborder les facteurs culturels et économiques complexes qui poussent à l'avortement et découragent les familles".

Commentaires

  • Quand je pense que de "hauts dignitaires" de l'Eglise, conscients de cette grave dérive, ont malgré tout soutenu ce nouveau gouvernement ...

  • Bravo aux Evêques américains! Il faut toujours espérer en nos Evêques...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel