Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Irak : une terre de saints

IMPRIMER

D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

Les Saints d'Irak
Depuis l'Ancien Testament, cette ancienne terre de foi a continué à fournir de nombreux prophètes et saints.

Clockwise from top left: Ezekiel, Abraham, Jonah, Jude the Apostle and Thomas the Apostle all traversed this holy land.

Dans le sens des aiguilles d'une montre, à partir du haut à gauche : Ezéchiel, Abraham, Jonas, l'apôtre Jude et l'apôtre Thomas ont tous traversé cette terre sainte.

4 mars 2021

Les chrétiens d'Irak - que le pape François visitera du 5 au 8 mars - sont l'une des plus anciennes communautés chrétiennes du monde. Ils ont non seulement donné au monde un héritage ecclésiastique culturellement riche, mais ont également accordé à l'Église d'innombrables grands saints, dont beaucoup sont des martyrs de la foi. 

Les apôtres saint Thomas et saint Jude (Thaddeus) ont apporté la foi dans le pays au premier siècle, dans ce qui était alors la région de Mésopotamie. Saint Thomas y a fondé l'Église de l'Orient et Saint Jude a rapidement suivi, devenant le chef de l'Église et parcourant la Mésopotamie, la Libye, la Turquie et la Perse où, avec l'apôtre Saint Simon le Zélote, il a prêché et amené des âmes au Christ. 

Mais même avant l'arrivée des apôtres, l'ancien Irak était une terre sacrée : C'était le lieu de naissance des grands prophètes de l'Ancien Testament vénérés comme saints dans les églises catholiques et orthodoxes orientales. 

Parmi ceux-ci, on trouve saint Ézéchiel, le prophète fils de Buzi, né en Irak au VIe siècle avant J.-C. Saint Ézéchiel a prophétisé la destruction de Jérusalem et la restauration de la terre d'Israël. Ezra, le prophète, prêtre, scribe et soi-disant "père du judaïsme" ou "second Moïse", qui a quitté Babylone en 5 avant J.-C. et a reconstitué la communauté juive sur la base de la Torah. Son travail a contribué à placer la loi au centre du judaïsme, permettant au peuple juif de survivre en tant que communauté à travers le monde. 

Jonas, le prophète appelé par Dieu à se rendre à Ninive et à avertir ses habitants de l'imminence de la colère divine, monte à bord d'un bateau à Tarsis, est pris dans une tempête et avalé par un poisson. Jonas accepte finalement de se rendre à Ninive, le poisson le vomit sur le rivage, et il réussit à convaincre Ninive de se repentir. 

Après que la Résurrection et l'Évangile ont commencé à être prêchés dans l'ancien Irak, d'autres saints bien connus ont commencé à émerger. 

Parmi eux, le martyr St. Polychronius, évêque de Babylone, qui a été arrêté pendant la persécution de l'empereur Dèce au 3ème siècle. Avec trois prêtres (Parme, Hélionas, Chrysotelus) et deux diacres (Luc et Mocius), saint Polychronius a été arrêté et on lui a ordonné d'offrir des sacrifices aux idoles - ce qu'il a fermement refusé. Polychronius resta silencieux pendant l'interrogatoire, ce qui amena Dece à le faire frapper dans la bouche avec des pierres jusqu'à ce que mort s'ensuive. Les prêtres et les diacres furent également martyrisés. 

Peu après Saint Polychronius, vécut Saint Julien Saba (Saba signifie "vieil homme" en araméen), un ermite syriaque des rives de l'Euphrate qui entra dans la vie monastique à l'âge de huit ans. Saint Julien est connu pour avoir apporté son aide aux chrétiens de l'Empire d'Orient pendant la période de nouvelles persécutions de l'empereur Julien l'Apostat. Il pratiqua l'ascèse et fonda plusieurs monastères avant de mourir de causes naturelles en 367.

Un autre saint irakien de cette époque est Saint Marolus de Milan, né près de Babylone sur les rives du Tigre. Probablement à cause des persécutions, Saint Marolus a été élevé en Syrie puis s'est installé à Rome où il s'est lié d'amitié avec le pape Innocent I. Il s'est finalement installé à Milan où il a été nommé évêque en 408 et a dirigé le diocèse pendant l'invasion wisigothe où il a aidé les victimes et les réfugiés. Il est mort en 423 de causes naturelles et a été enterré à Milan. 

Saint Matthieu l'Ermite - particulièrement aimé des chrétiens irakiens qui le connaissent sous le nom de Mar Matta - était un prêtre du 4e siècle né dans un village au nord d'Amida, en Mésopotamie du Nord. Pendant la persécution de Julien l'Apostat, Matthieu et d'autres moines se sont enfuis au mont Alfaf, dans le nord de l'Irak, où il a pratiqué l'ascèse et s'est fait connaître comme faiseur de miracles. Le prince Benham, fils du roi Sinharib d'Assur, rendit visite à Saint Matthieu et, conscient de ses dons de faiseur de miracles, lui demanda de retourner avec lui à Assur et de guérir sa sœur, Sarah. Il revint avec lui, la guérit de son affliction, et Behnam, Sarah, et quarante esclaves se convertirent par la suite au christianisme. Après que le saint les eut baptisés, il retourna au mont Alfaf, mais le roi Sinharib découvrit la conversion du groupe, et tous souffrirent le martyre alors qu'ils tentaient de s'échapper vers le mont Alfaf. Le roi fut rendu fou, ce qui amena la reine à l'amener sur le lieu de la mort des martyrs. Là, ils ont rencontré Mar Matta qui a guéri le roi Sinharib de sa folie, et le saint les a baptisés, lui et sa femme. Mar Matta demanda la construction d'un monastère sur le mont Alfaf, ce que le roi accepta, et ce monastère devint plus tard le monastère de Saint Matthieu, où le saint vécut, mourut et fut enterré. 

Un saint un peu plus tardif et également bien connu en Irak est Isaac de Ninive, connu des Irakiens sous le nom d'"Ishaq de Ninive". Né dans la région de Beth Qatraye, dans le sud-est de la Mésopotamie, près de l'actuel Qatar, vers 613, ce saint du 7e siècle est devenu évêque syriaque de Ninive et était connu pour ses écrits sur l'ascèse et la théologie chrétiennes. En tant qu'évêque, les fonctions administratives ne convenaient pas à son caractère académique et à sa retraite, et il demanda à abdiquer au bout de cinq mois seulement. Il a ensuite mené une vie ascétique dans la solitude pendant de nombreuses années, laissant un riche corpus de travail sur la vie spirituelle. 

D'autres saints très appréciés en Irak sont connus sous les noms de Mar Miskinta, Mar Eilya, Mar Pythion, Mar Ahodymmi, Mar Attqen, Mar Bena et Mar Boya (Mar étant le mot pour saint, saint ou respecté en arabe). 

"Les saints d'Irak ne sont pas tous déclarés saints par le Vatican, mais nous savons par l'histoire qu'ils sont plusieurs milliers", a déclaré l'archevêque chaldéen de Mossoul, Michaeel Najeeb OP. "Ils accomplissent des miracles, prient, sont des hommes et des femmes saints, peut-être non lettrés, vivant dans les montagnes - la simplicité étant la marque des vrais saints". 

En ce qui concerne les martyrs modernes, qui ont donné leur vie au nom du Christ face à l'islamisme, il s'agit des 48 adorateurs massacrés par les islamistes à l'église syriaque catholique de Notre-Dame du Salut à Bagdad en 2010 (leur cause de béatification est en cours), Sœur Cecilia Moshi Hanna, brutalement tuée à Bagdad en 2002, le père Ragheed Ganni, prêtre chaldéen qui a étudié à Rome dans les années 2000, et ses trois diacres, tous abattus par des terroristes islamistes à Mossoul en 2007, et l'archevêque Faraj Raho, prédécesseur de l'archevêque Najeeb à Mossoul, qui a été enlevé et tué en 2008.

Bien que le Vatican ne les ait pas encore officiellement déclarés saints, l'archevêque Najeeb, qui était un ami du père Ganni et de l'archevêque Raho, ne doute pas de leur sainteté car ils ont été "tués au nom de Jésus" - répétant, dit-il, ce qui est arrivé à l'Église en Irak il y a 2 000 ans. 

"J'ai vu beaucoup, beaucoup de chrétiens tués sans raison juste parce qu'ils sont chrétiens", a déclaré l'archevêque Najeeb au Register, rappelant les attaques des militants d'Al-Qaida puis des membres de l'État islamique. "Ce sont tous des saints ipso facto." 

Leur témoignage, a-t-il dit, est inestimable pour aujourd'hui, "un exemple pour les générations futures de ne pas avoir peur". L'ISIS nous a obligés à choisir entre trois choses : partir sans rien prendre, se convertir à l'Islam ou mourir. Ils ont tous préféré partir - j'ai vu beaucoup de gens, jeunes et vieux, partir avec juste les vêtements qu'ils portaient, et personne n'a renoncé à sa foi. C'est la vie d'un saint".

Grâce à leur témoignage, le christianisme en Irak "est plus puissant que par le passé, notre foi est plus forte qu'avant parce que Dieu nous a donné une puissance, une passion et un espoir pour l'avenir, et c'est pourquoi nous retournons à Ninive et à Mossoul", a-t-il déclaré.  

Il espère donc que le pape apportera une "bonne surprise" lorsqu'il se rendra en Irak cette semaine et déclarera officiellement certains de ceux qui ont souffert des martyrs et des saints. 

"Ce serait quelque chose de très bien et nous donnerait beaucoup de force", a-t-il dit. "Je rêve de cela". 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel