Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le voile : si on croit être libre de le porter, on n'est jamais libre de l'enlever

IMPRIMER

De Kamel Daoud sur le site du Point :

2021_06_09_09_13_06_Greenshot.png

2021_06_09_09_13_06_2.Greenshot.png

2021_06_09_09_25_13_1.Greenshot.png

 

2021_06_09_09_32_39_Greenshot.png

 

2021_06_09_09_25_13_3.png

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Ce que nous dit l’auteur, avec intelligence et talent, fort de son expérience du réel, c’est substantiellement que le choix autonome ne se situe pas où on croit le voir.
    Une interdiction légale du voile permet aux femmes de dire : « Je ne le mets pas, car ce n’est pas autorisé. » Mettre fin à ce prescrit légal, c’est permettre aux hommes (fanatiques) de dire : « C’est autorisé, donc tu n’as aucune excuse de ne pas le mettre. »
    Lacordaire disait déjà : « Entre le fort et le faible, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit. »
    Si la civilisation ne fait pas la loi, la jungle imposera la sienne. Les femmes musulmanes, pour la plupart, nous supplient silencieusement de tenir bon. Être un vrai homme, c’est les défendre contre les brutes épaisses.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel