Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A qui profite le refus du péché public par les évêques américains ?

IMPRIMER

De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

A qui profite le refus du péché public par les évêques américains ?

(traduction avec https://www.deepl.com/fr/translator)

21-06-2021

Le péché public du souverain n'est jamais une affaire " personnelle " et les pasteurs de l'Église ont le devoir de protéger le peuple des fidèles du scandale : nous ne savons pas ce que l'éventuelle position claire des évêques américains peut provoquer au niveau politique ; mais une chose est certaine : la réitération de l'enseignement de l'Église sur la nécessité de refuser l'Eucharistie " à ceux qui persistent obstinément dans un péché grave et manifeste ", provoquera une réflexion salutaire sur Qui est substantiellement présent dans ce sacrement.

"Promouvoir l'enseignement de l'Église et protéger l'intégrité du Saint-Sacrement" ; dans ces déclarations de l'archevêque Salvatore J. Cordileone de San Francisco, qui s'exprimait jeudi dernier dans le cadre de l'émission The World Over sur EWTN, se trouve la raison profonde qui a conduit les évêques américains à demander, à une majorité écrasante (environ 75%), que le sujet de la cohérence eucharistique soit produit dans le cadre d'un document sur l'Eucharistie (voir ici). Il faudra certainement attendre le contenu réel du document annoncé, mais il est certain que le signal provenant des États-Unis est un appel fort et sain pour ces temps où l'Eucharistie est devenue un simple moyen pour des revendications de toutes sortes.

Les 168 évêques qui ont voté pour ont intelligemment et courageusement résisté au piège tendu par les médias de vouloir utiliser la cohérence eucharistique comme une arme politique anti-Biden (voir ici) ; et ils ont bien gardé à l'esprit, comme l'a rappelé Cordileone lui-même, que se prononcer sur des problèmes moraux qui ont nécessairement aussi des implications politiques, ne signifie pas tout jeter dans la politique.

Au cours du débat, les objections ne manquaient pas, qui étaient déjà dans l'air. L'évêque Robert McElroy de San Diego, qui a été appelé il y a seulement deux mois au Dicastère du Vatican pour la promotion du développement humain intégral, a prévenu que l'exclusion de la Communion de ceux qui soutiennent publiquement l'avortement et l'euthanasie porterait atteinte à l'intégrité de la doctrine sociale de l'Église et diminuerait l'importance d'autres questions telles que le racisme, la pauvreté ou les atteintes à l'environnement.

D'autres intervenants ont souligné le risque de provoquer des divisions. Le cardinal Blase Cupich avait l'air d'un martien lorsqu'il a mis en avant la perplexité de nombreux prêtres "d'entendre que maintenant les évêques veulent parler de l'exclusion des personnes à un moment où le vrai défi qui se présente à eux est d'accueillir les personnes à nouveau dans la pratique régulière de la foi". Il est évident que quelques lignes de droit canonique et quelques points essentiels de la théologie sacramentelle et morale leur ont échappé.

Il est clair que ce qui a provoqué le débat au sein de la réunion des évêques américains sont les conséquences possibles qu'une prise de position sur cette question soulèvera, puisque, pour la première fois dans l'histoire des USA, réside à la Maison Blanche un catholique pro-choix. Toutefois, il serait plus correct de dire pro-droit, comme l'a souligné l'archevêque de Kansas City, Monseigneur Joseph F. Naumann, qui a fait remarquer que Biden et les démocrates ne parlent pas de choix, mais plutôt du droit à l'avortement. D'un côté, donc, il y a ceux qui s'inquiètent des répercussions politiques, avec le risque de ne pas pouvoir exploiter pleinement - dans quel but, cela reste à voir - la présence d'un président catholique ; mais d'un autre côté, il y en a d'autres qui ont au contraire compris que des conséquences tout à fait autres, décidément plus importantes dans une logique authentiquement pastorale, pourraient découler de la non-prise de position sur la communion à ceux qui soutiennent publiquement et obstinément des positions radicalement contraires à la foi catholique sur des questions particulièrement graves.

On en parle peu, mais le problème du scandale ne peut être écarté comme concernant le pédantisme d'une poignée de pieux dévots. Dans la plupart des situations, ce sont précisément les mauvais exemples qui entraînent les voisins dans le mal ; et plus la personne qui commet le mal jouit de visibilité, d'approbation et d'autorité, plus la malice de ses actions peut générer un fléau moral pour une nation entière et même pour le monde entier.

Les Écritures montrent avec une extrême clarté comment un roi qui commet et protège le péché entraîne toute la nation dans l'abîme : "Le Seigneur abandonnera Israël à cause des péchés de Jéroboam, qu'il a commis et fait commettre à Israël" (1 Rois 14, 16). Et encore : " Je rendrai ta maison semblable à la maison de Jéroboam, fils de Nebat, et à la maison de Baas, fils d'Achia, parce que tu m'as irrité et que tu as fait pécher Israël " (1 Rois 21, 22). La situation était encore pire à l'époque de l'hellénisation d'Israël, ce qui a suscité la réaction des frères Maccabées.

Le péché public du souverain n'est jamais une affaire purement "personnelle", et les pasteurs de l'Église ont le devoir de protéger le peuple des fidèles du scandale, et, de cette façon, de préserver la nation des calamités que l'acceptation systématique et généralisée du péché - et dans notre cas, du plus abominable des péchés - attire sur elle.

La prédication de l'Évangile de la vie par toute l'Église, mais en particulier par les pasteurs, est tout simplement incompatible avec l'idée que ceux qui se séparent consciemment, obstinément et publiquement de la foi de ce même Corps mystique puissent être reçus au sacrement de la communion la plus intime entre les fidèles et le Corps mystique du Christ, dans le Corps sacramentel du Seigneur.

Il ne faut pas non plus oublier le véritable blasphème que constitue le fait de s'approcher du pain de la vie éternelle de la part de ceux qui soutiennent, encouragent et réalisent des actions mortifères contre leur prochain, surtout ce prochain qui est plus sans défense que tout autre, puisque sa vie dépend totalement des autres. L'Eucharistie est la vie du Christ, l'Innocent, donnée à nous, pour nous arracher aux liens de la mort - futurae gloriae nobis pignus datur ! L'avortement programmé, en revanche, traduit la prétention d'arracher la vie à autrui, à des enfants innocents : y a-t-il quelque chose de plus dramatiquement opposé ?

Nous ne savons pas ce qu'une position claire des évêques américains provoquera au niveau politique ; mais une chose est certaine : réitérer l'enseignement de l'Église sur la nécessité de refuser l'Eucharistie " à ceux qui persévèrent obstinément dans un péché grave et manifeste " (Can. 915), provoquera une saine réflexion sur Qui est substantiellement présent dans ce sacrement.

Commentaires

  • A partir du moment où l'on comprend que l'âme des bébés est créée par Dieu au moment de la conception (voir Donum Vitae 6 et Evangelium Vitae 80), on prend conscience de ce qui est en jeu : Au moment du jugement individuel, nous verrons que l'IVG, comme disait sainte Mère Teresa, est "le crime fondateur qui conduit l'Occident chrétien vers sa fin".

    Et ceci n'est pas seulement une réalité spirituelle. C'est une réalité physique et politique. Nous voyons naître partout en Europe une peur non imaginaire : les millions d'enfants non nés sont remplacés par des enfants venant de l'islam et qui méprisent notre civilisation entrée en folie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel