Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La "voie synodale" allemande vote pour la bénédiction des unions homosexuelles et se positionne en faveur des relations homosexuelles, de la "sexualité autostimulante", de la contraception, du divorce civil et du remariage

IMPRIMER

De Matthew Cullinan Hoffman sur The Catholic World Report :

La "voie synodale" allemande vote pour la bénédiction des unions homosexuelles ; défend la contraception et la masturbation

Le document a été approuvé par la Voie synodale par 168 voix contre 28, avec cinq abstentions ; soixante-neuf des membres de l'Assemblée synodale sont des évêques allemands.

4 octobre 2021

La "Voie synodale", une conférence composée d'évêques, de prêtres, de religieux et de laïcs allemands, a approuvé vendredi un projet de document qui semble saper la doctrine catholique sur des points fondamentaux de la moralité sexuelle, offrant une défense des relations homosexuelles, de la "sexualité autostimulante", de la contraception et du divorce civil et du remariage.

Le document, intitulé "Vivre des relations réussies - Vivre l'amour dans la sexualité et le partenariat", est décrit par Vatican News comme donnant "un rejet clair des soi-disant thérapies de conversion pour les homosexuels" et comme plaidant en faveur des "partenariats homosexuels ainsi que des divorcés remariés "pour être en mesure de se voir sous la bénédiction de Dieu expressément accordée par l'église". Toutefois, le document réaffirme la doctrine selon laquelle le mariage sacramentel n'existe qu'entre un homme et une femme.

Le document "s'éloigne également d'une condamnation radicale de la masturbation", note Vatican News.

Le document a été approuvé par la voie synodale par 168 voix contre 28 et cinq abstentions. Soixante-neuf des membres de l'Assemblée synodale sont des évêques allemands. Soixante-neuf autres sont membres du Comité central des catholiques allemands (ZdK), une organisation importante de laïcs catholiques qui a une histoire de dissidence de la doctrine et de la pratique catholiques. Les 37 membres restants sont des représentants élus des prêtres et des religieux allemands.

Aucun décompte identifiant les votes des membres individuels n'a été publié par le Chemin synodal.

L'histoire de la dissidence du ZdK comprend une déclaration de 2015 qui approuvait la bénédiction des unions homosexuelles, et une étude commandée qui concluait que la condamnation de l'homosexualité par l'Église avait contribué à la crise des abus sexuels.

La puissante influence du ZdK apparaît dans l'affirmation inexpliquée du document, faite dans le préambule, selon laquelle "l'éthique sexuelle de l'Église a également favorisé les crimes d'abus sexuels dans l'Église. Nous demandons sincèrement le pardon de toutes les personnes qui ont souffert des effets de l'enseignement de l'Eglise sur la sexualité."

Le préambule du document affirme également que "la connaissance des sciences humaines" devrait être la base pour assurer "un changement dans l'enseignement et la pratique de l'Eglise en matière de sexualité humaine." Ailleurs dans le document, de tels changements sont caractérisés comme différentes formes d'"accentuation" ou de mise en valeur, plutôt que comme un changement du contenu doctrinal.

Le texte de base critique la condamnation de la contraception par l'Église catholique et son insistance à affirmer la fonction procréatrice de l'acte sexuel, affirmant que la plupart des gens voient l'enseignement de l'Église catholique sur l'immoralité de la contraception comme "une incompréhension de la signification humaine de la sexualité humaine pour chaque personne et comme une imposition invraisemblable". 

Il défend également la masturbation comme ouvrant "la possibilité de se découvrir et de se vivre physiquement" et d'éprouver "plaisir, identité et transcendance", et affirme que les relations homosexuelles "devraient toujours être reconnues sans réserve" si elles sont caractérisées par "l'amour et la compassion." 

L'orientation homosexuelle ne devrait pas être une "base d'exclusion" de l'ordination au clergé, affirme le texte, affirmant que l'homosexualité "n'est pas un facteur de risque d'abus sexuel", ni une maladie.

Le document reste à l'état de projet et doit être approuvé une seconde fois lorsque la voie synodale se réunira à nouveau début 2022 avant d'être officialisé. Il sera alors présenté au Vatican pour approbation, selon les organisateurs du Chemin synodal.

D'autres projets de documents approuvés pour une révision future auraient remis en question le célibat des prêtres et applaudi l'idée d'ordonner des femmes à la prêtrise, ce que le pape Jean-Paul II a déclaré que l'Église n'avait "aucune autorité" pour le faire, décrétant en 1994 que "ce jugement doit être tenu définitivement par tous les fidèles de l'Église."

L'approbation de la bénédiction des unions homosexuelles par la "Voie synodale" a été faite au mépris des admonestations répétées du pape François et de ses alliés parmi les cardinaux, qui ont mis en garde la Voie synodale contre les déviations radicales de la doctrine catholique non approuvées par le pape.

En particulier, le document semble être en contradiction directe avec une récente déclaration de la Congrégation de la doctrine de la foi du Vatican, qui répudie la bénédiction des unions homosexuelles et autres "partenariats" impliquant une activité sexuelle extraconjugale. Le pape François a approuvé la déclaration, qui est apparue comme un "dubium" ou une réponse à une question soumise à la congrégation, en février de cette année.

À la question "L'Église a-t-elle le pouvoir de donner la bénédiction à des unions de personnes du même sexe ?", la Congrégation a répondu par la négative, expliquant qu'"il n'est pas licite de donner une bénédiction à des relations ou des partenariats, même stables, qui impliquent une activité sexuelle en dehors du mariage (c'est-à-dire en dehors de l'union indissoluble d'un homme et d'une femme ouverte en soi à la transmission de la vie), comme c'est le cas des unions entre personnes du même sexe".

"La présence dans ces relations d'éléments positifs, qui sont en eux-mêmes à valoriser et à apprécier, ne peut pas justifier ces relations et les rendre objets légitimes d'une bénédiction ecclésiale, puisque les éléments positifs existent dans le contexte d'une union non ordonnée au plan du Créateur", ajoute la Congrégation, notant que de telles bénédictions "constitueraient une certaine imitation ou analogie de la bénédiction nuptiale invoquée sur l'homme et la femme unis dans le sacrement du mariage", et citant la déclaration du pape François selon laquelle "il n'y a absolument aucune raison de considérer les unions homosexuelles comme étant de quelque manière que ce soit similaires ou même vaguement analogues au plan de Dieu sur le mariage et la famille. "

Les dirigeants des évêques allemands semblaient peu préoccupés par un conflit potentiel avec le Vatican. Le président de la Conférence des évêques allemands et président de la voie synodale, l'évêque Dr. Georg Bätzing, a été cité comme ayant déclaré : "Il y a eu des textes débattus qui ne sont pas seulement des textes, mais des rêves mis en mots sur la façon dont nous voulons changer l'église en Allemagne : une église participative, équitable en termes de genre, et qui chemine avec les gens."

Selon Francis X. Rocca du Wall Street Journal, Bätzing se serait emporté contre le Vatican lundi dernier, décriant "les mots d'avertissement ou les clarifications de la Curie romaine sur des questions auxquelles on a répondu depuis longtemps dans notre société éclairée et éprise de liberté", et ajoutant que l'interdiction de bénir les unions homosexuelles avait provoqué "l'indignation et les secousses de la tête chez beaucoup de gens."

Le vice-président de la Voie synodale, M. Franz-Josef Bode, évêque d'Osnabrück, a salué l'achèvement de la session de la Voie synodale de cette année comme "un pas décisif pour une synodalité croissante" et a exprimé l'espoir que la décision du synode soit intégrée dans la "Voie synodale mondiale" et qu'il y ait "bientôt un véritable dialogue" avec le Vatican et le pape François.

Commentaires

  • Un tel document est totalement contraire aux commandements de Dieu et au message évangélique, il s agit de l œuvre du diable,un loup dans la bergerie couvert d une peau de mouton. Les signataires de ce document s excluent de l’Eglise catholique comme les protestante l ont fait dans le passé

  • La balance penchait vers des principes strictes . Elle tend vers l'autre extrême. Est-ce dû aux tendances sociétales qui permettent tout? Il faut garder en vue un idéal que le Vatican propose et qui rejoint en partie les valeurs propres à l'Occident . il est étonnant qu'un synode discute sur tout cela à l'heure que l'on traite un crime majeur de la pédophilie dans l' Eglise . On va vers une crise ....

  • Pauvres "catholiques" allemands : ils sont pleins de fric et leur centre d'intérêt principal se concentre donc sur la jouissance par tous les moyens imaginables.

    Ils devenus des sybarites, tant pis pour eux.
    Ils seront bientôt remis au pas par les migrants qu'ils ont invités, tant pis pour eux.

  • Et cette remarque sur les immigrants, qu’est-ce qu’elle vient faire ici ?
    Le catholicisme et l’amour du prochain...ne me faites pas rire!

  • "Quos vult perdere,, Jupiter prius dementat" ( Jupiter rend préalablement fous,ceux qu'il veut perdre) disaient les Romains antiques. Ici pas besoin de Jupiter pour déclarer fous les évêques allemands et leurs apparatchiks de la dite "voie synodale". Leurs positions éthiques sont une capitulation devant le monde post-chrétien en décadence. L'islam dont le nombre d'adeptes croît de manière exponentielle en Europe occidentale, sera-t-il le fléau que cette décadence appelle par le vide éthique qu'elle promeut ? Faudra-t-il en arriver là ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel