Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le pape auprès des réfugiés du camp de Mytilène : "vos visages, vos yeux nous demandent de ne pas nous détourner"

IMPRIMER

De Kath.Net/News (traduction automatique depuis l'allemand):

Avec des réfugiés à Lesbos

5 décembre

François : vos visages, vos yeux nous demandent de ne pas nous détourner, de ne pas nier l'humanité que nous partageons tous, de faire nôtres vos histoires et de ne pas oublier vos expériences dramatiques

Rome (kath.net) Ce matin, après avoir quitté la Nonciature apostolique, le pape François a été conduit à l'aéroport international d'Athènes en voiture, d'où il est monté à bord d'un A320 Aegean à 9h33 (8h33 heure romaine) Mytilène (Lesbos) a décollé.

A son arrivée à l'aéroport de Mytilène, le Pape a été reçu par la Présidente de la République Hellénique, SE Mme Katerina Sakellaropoulou, et l'Ordinaire du Diocèse Josif Printezis. Il s'est ensuite rendu au centre d'accueil et d'identification pour visiter les réfugiés.

À 10 h 45 (9 h 45, heure romaine), le Pape est entré par la porte est du camp et s'est rendu à l'endroit où a lieu la rencontre avec les réfugiés, à laquelle assistent environ 200 personnes.

Après le chant d'ouverture et le salut de l'évêque, un réfugié et un volontaire ont témoigné. Puis François donna son adresse. A la fin de l'exposé, les enfants offrent un cadeau au Saint-Père. Le Pape s'est ensuite entretenu avec certains des réfugiés et a visité leurs maisons.

Visite de réfugiés dans un centre d'accueil à Mytilène

Chers frères et sœurs,

Merci pour vos mots. Je vous remercie, Madame la Présidente, de votre présence et de vos propos. Sœurs et frères, je suis revenu ici pour vous rencontrer. Je suis ici pour vous dire que je suis proche de vous. Je suis ici pour voir vos visages et vous regarder dans les yeux. Il y a des yeux pleins de peur et d'attente, des yeux qui ont vu la violence et la pauvreté, des yeux rougis par trop de larmes. Il y a cinq ans sur cette île, le patriarche œcuménique et cher frère Barthélemy a dit quelque chose qui m'a beaucoup impressionné : « Quiconque a peur de vous ne vous a pas regardé dans les yeux. Quiconque a peur de vous n'a pas vu vos visages. Quiconque a peur de vous ne voit pas vos enfants et oublie que la dignité et la liberté vont au-delà de la peur et de la séparation, oublie que la migration n'est pas un problème au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, en Europe et en Grèce. C'est un problème mondial » (discours du patriarche Bartholomée dans le camp de réfugiés de Moria, Lesbos, 16 avril 2016).

Oui, c'est un problème mondial, une crise humanitaire qui touche tout le monde. La pandémie nous a frappés à l'échelle mondiale; nous avons réalisé que nous étions tous dans le même bateau parce que nous vivions ce que c'est que d'avoir les mêmes peurs. Nous comprenons que nous devons faire face ensemble aux grandes questions car les solutions fragmentées sont insuffisantes dans le monde d'aujourd'hui. Cependant, alors que les vaccinations avancent, quoique laborieusement, au niveau mondial et que quelque chose semble bouger dans la lutte contre le changement climatique, quoiqu'avec de nombreux retards et incertitudes, tout dans le domaine des migrations ressemble à un terrible arrêt. Des personnes et des vies humaines sont en jeu ! L'enjeu est l'avenir de chacun, qui ne peut être harmonieux que s'il repose sur l'intégration. Seul un avenir réconcilié avec les faibles sera productif. Car quand les pauvres sont rejetés, la paix est rejetée.

L'histoire enseigne que l'isolement et le nationalisme ont des résultats catastrophiques. Le Concile Vatican II nous rappelle : « La ferme volonté de respecter les autres personnes et peuples et leur dignité, couplée à une fraternité engagée et active - ce sont des conditions indispensables pour construire la paix » (Gaudium et Spes, 78). On se livre à une illusion si l'on pense qu'il suffit de se protéger et de se défendre contre les plus faibles qui frappent à la porte. L'avenir conduira à des contacts interpersonnels encore plus étroits. Un redressement pour le mieux ne nécessite pas une action unilatérale, mais une politique de grande envergure. Je le répète : l'histoire nous l'apprend, mais nous ne l'avons pas encore appris. On ne peut pas tourner le dos à la réalité.

Sœurs, frères, vos visages, vos yeux nous demandent de ne pas nous détourner, de ne pas nier l'humanité que nous partageons tous, de faire nôtres vos histoires et de ne pas oublier vos expériences dramatiques. Elie Wiesel, témoin de la plus grande tragédie du siècle dernier, a écrit : « En me remémorant nos origines communes, je me rapproche des gens, de mes frères et sœurs. Puisque je refuse d'oublier, leur avenir est tout aussi important que le mien » (cf. From the Kingdom of Memory, Reminiscenses, New York, 1990, 10). En ce dimanche, je demande à Dieu de nous réveiller de notre oubli envers ceux qui souffrent ; nous sortir de l'individualisme qui marginalise ; éveiller les cœurs sourds aux besoins des autres. Et je demande aussi aux gens, à chaque personne : Vaincre la peur paralysante, l'indifférence mortelle, le désintérêt cynique qui condamne à mort en gants de chevreau les frileux ! Combattons à la racine l'opinion dominante, qui tourne autour de nous-mêmes et de nos propres égoïsmes personnels et nationaux, qui deviennent la mesure et le critère de toutes choses.

Cinq ans se sont écoulés depuis ma visite ici avec mes chers frères Bartholomée et Hieronymos. Après cette longue période, nous pouvons voir que peu de choses ont changé sur la question de la migration. Certes, beaucoup se sont engagés dans l'accueil et l'intégration, et je tiens donc à remercier les nombreux bénévoles et tous ceux qui se sont donné beaucoup de mal à tous les niveaux - institutionnel, social, caritatif - et ont pris soin des personnes et de la question des migrations. J'apprécie l'engagement dans le financement et la mise en place de centres d'accueil adaptés, et je remercie du fond du cœur la population locale pour le bien qu'elle a fait et les nombreux sacrifices qu'elle a consentis jusqu'à présent. Mais force est de constater avec amertume que ce pays, comme d'autres, est toujours sous pression et qu'il y a encore des gens en Europe qui prétendent ... (?)

Et combien de situations inhumaines existent encore ! Combien de hotspots où migrants et réfugiés vivent dans des conditions marginales sans solution à l'horizon ! Le respect des êtres humains et des droits humains doit toujours être préservé, en particulier sur le continent qui les promeut dans le monde entier, et la dignité de chaque être humain doit primer ! C'est triste quand la solution proposée est de construire des murs avec des ressources partagées. Les peurs et les insécurités, les difficultés et les dangers sont bien sûr compréhensibles. On constate également une fatigue et une frustration exacerbées par la crise économique et la pandémie. Mais ce n'est pas en renforçant les barrières que les problèmes peuvent être résolus et la coexistence améliorée. Cela passe plutôt par un regroupement de forces pour s'occuper des autres, selon les possibilités réelles de chacun et dans le respect de la loi ; la valeur indispensable de la vie de chacun doit toujours primer. Elie Wiesel a également déclaré : « Lorsque des vies humaines sont en danger, lorsque la dignité humaine est en danger, les frontières nationales deviennent sans importance » (Discours d'acceptation du prix Nobel de la paix, 10 décembre 1986).

Dans diverses sociétés, il existe actuellement une opposition idéologique entre sécurité et solidarité locale et universelle, entre tradition et ouverture. Au lieu de prôner telle ou telle idée, il peut être utile de partir de la réalité : faites une pause, élargissez votre regard, plongez-vous dans les problèmes de la majorité des gens. De nombreuses couches de la population sont victimes d'urgences humanitaires qui ne les ont pas provoquées mais seulement les ont subies, souvent après une exploitation longue et continue. Il est facile de se laisser emporter par l'opinion publique en la faisant craindre les autres ; pourquoi ne pas parler sur le même ton de l'exploitation des pauvres, des guerres oubliées et souvent généreusement financées, des pactes économiques conclus sur le dos d'autrui, des manœuvres secrètes du commerce des armes et de la prolifération des armes ? Il faut s'attaquer aux causes sous-jacentes, pas aux pauvres qui doivent faire face aux conséquences et même être utilisés pour la propagande politique ! Pour éliminer les raisons sous-jacentes, il ne suffit pas de remédier aux urgences. Une action concertée est nécessaire. Il est nécessaire d'aborder les changements d'époque avec une large perspective. Parce qu'il n'y a pas de réponses simples à des problèmes complexes ; il y a, d'autre part, la nécessité d'accompagner les processus internes afin de surmonter les ghettoïsations et de promouvoir une intégration lente et indispensable et d'embrasser d'autres cultures et traditions de manière fraternelle et responsable.

Si nous voulons recommencer, nous devons surtout regarder dans les visages des enfants. Trouvons le courage d'avoir honte de ceux qui sont innocents et qui représentent l'avenir. Ils interrogent notre conscience et nous demandent : " Quel monde veux-tu nous donner ? " Ne nous précipitons pas à fuir devant les images brutales de leurs petits corps allongés immobiles sur la plage. Pendant des millénaires, la Méditerranée a lié des peuples divers et des pays lointains ; maintenant, il se transforme en un cimetière froid sans pierres tombales. Cette grande mare d'eau, ce berceau de nombreuses civilisations, apparaît désormais comme un miroir de la mort. Ne laissons pas la Mare Nostrum [Notre Mer] se transformer en une Mare Mortuum désolée [Mer des Morts], que ce lieu de rencontre devienne le théâtre de disputes ! Ne laissons pas cette « mer de souvenirs » muter en « mer d'oubli » ! Je vous en supplie, arrêtons ce naufrage de civilisation !

Dieu s'est fait homme sur les bords de cette mer. Ici, sa parole fait écho et apporte la proclamation de Dieu, qui « est le père et le chef de tous les hommes » (Saint Grégoire de Nazianze, discours 7 à son frère Césaire, 24). Il nous aime comme ses enfants et veut que nous soyons frères et sœurs. Par conséquent, on offense Dieu si on méprise l'homme fait à son image, le laisse aux flots et au ballottement de l'indifférence, qui est aussi parfois justifiée par des valeurs chrétiennes ostensibles. La foi, d'autre part, exige compassion et miséricorde. Il exhorte l'hospitalité, cette philoxenia, dont la culture antique était imprégnée et qui a ensuite trouvé son expression finale en Jésus, surtout dans la parabole du Bon Samaritain (cf.Lc 10, 29-37) et dans les paroles du 25 Chapitre de l'Évangile de Matthieu (cf. vv. 31-46). Ce n'est pas une idéologie religieuse, ce sont des racines chrétiennes concrètes. Jésus déclare solennellement être là, dans l'étranger, dans le réfugié, dans le nu et l'affamé. Et le programme chrétien doit être là où est Jésus. Oui, parce que le programme des chrétiens - comme le pape Benoît XVI. a écrit - est un "cœur qui voit" (encyclique Deus caritas est, 31). (...)

Maintenant, nous prions Marie pour qu'elle nous ouvre les yeux sur les besoins de nos frères et sœurs. Elle se dépêcha de voir sa cousine Elisabeth, qui était enceinte. Combien de femmes enceintes sont mortes à la hâte et en voyage alors qu'elles portaient la vie ! Que la Mère de Dieu nous aide à avoir un regard maternel qui reconnaisse les enfants de Dieu et les frères et sœurs dans les gens. Il est important de l'accepter, de le protéger, de le promouvoir, de l'intégrer. Et d'aimer tendrement. Que la Bienheureuse Vierge Marie nous apprenne à faire passer la réalité humaine avant toutes les idées et idéologies et à approcher ceux qui souffrent d'un pas rapide.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel