Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La guerre de la Russie contre l'Ukraine n'est pas une guerre juste, pas plus qu'une éventuelle intervention de l'OTAN

IMPRIMER

Le philosophe catholique Edward Feser écrit que risquer une guerre nucléaire viole les critères d'une guerre juste, ainsi que Poutine le fait dans son attaque contre l'Ukraine. De son blog :

La théorie de la guerre juste et la guerre russo-ukrainienne

L'une des caractéristiques frappantes de la catastrophe en Ukraine est la façon dont les principes de la doctrine de la guerre juste semblent s'appliquer sans ambiguïté.  D'une part, l'invasion de la Russie ne peut être justifiée par les critères de la théorie de la guerre juste.  D'autre part, l'action militaire de l'OTAN contre la Russie ne peut pas non plus être justifiée.  Voici les critères d'une action militaire juste tels qu'ils sont énoncés dans la section 2309 du Catéchisme de l'Église catholique :

En un seul et même temps :

- le dommage infligé par l'agresseur à la nation ou à la communauté des nations doit être durable, grave et certain ;

- tous les autres moyens d'y mettre fin doivent s'être révélés impraticables ou inefficaces ;

- il doit y avoir de sérieuses chances de succès ;

- l'usage des armes ne doit pas produire des maux et des désordres plus graves que le mal à éliminer.  La puissance des moyens modernes de destruction pèse très lourd dans l'évaluation de cette condition.

Fin de citation.  Je soutiens que l'invasion de la Russie ne répond manifestement pas aux premier, deuxième et quatrième critères, et qu'une action militaire de l'OTAN contre la Russie ne répondrait manifestement pas aux deuxième, troisième et quatrième critères.

L'injustice de l'invasion est évidente, même dans l'interprétation la plus généreuse des motifs de Poutine.  Supposons donc que nous admettions, pour les besoins de l'argumentation, que la Russie a un intérêt légitime à maintenir l'Ukraine hors de l'OTAN.  Supposons que, comme certains l'ont fait valoir, les États-Unis et leurs alliés ont longtemps donné inutilement des coups à l'ours, et que la Russie aurait été beaucoup moins susceptible d'envahir l'Ukraine s'ils ne l'avaient pas fait.  Même en partant de ces prémisses, il ne s'ensuit tout simplement pas que l'Ukraine est un "agresseur", que la Russie a subi un préjudice "durable, grave et certain" de la part de l'Ukraine ou que "tous les autres moyens" de répondre aux préoccupations de la Russie "se sont révélés irréalisables ou inefficaces".

Le préjudice extrême infligé aux Ukrainiens innocents par la guerre n'est pas non plus proportionnel aux griefs de la Russie, quels qu'ils soient.  On ne peut donc pas dire que l'invasion de l'Ukraine par la Russie réponde aux premier, deuxième et quatrième critères d'une guerre juste, et elle est donc manifestement gravement injuste.

Pour cette raison, une action militaire visant à repousser l'invasion de la Russie est clairement légitime, et la justice exige de favoriser la partie ukrainienne dans cette guerre.  Dans l'abstrait, le soutien à l'Ukraine pourrait inclure une action militaire contre la Russie par toute nation amie de l'Ukraine.  Cependant, la justice de la cause de la défense de l'Ukraine ne remplit que le premier des quatre critères énoncés par le Catéchisme.  Qu'en est-il des trois autres ?

Poutine a menacé, de manière non subtile, d'utiliser des armes nucléaires si les États-Unis ou d'autres pays de l'OTAN intervenaient militairement dans le conflit.  La perspective réaliste d'une telle escalade extrême rend impossible qu'une telle intervention réponde au quatrième critère du Catéchisme, qui souligne que "la puissance des moyens modernes de destruction pèse très lourd dans l'évaluation de cette condition."  L'utilisation d'armes nucléaires contre l'Ukraine, à laquelle la Russie pourrait recourir en cas d'intervention de l'OTAN, produirait certainement "des maux et des désordres plus graves que le mal à éliminer."  Plus grave encore serait une situation dans laquelle l'Ukraine, d'autres États voisins de l'OTAN et la Russie (à la suite des représailles nucléaires de l'OTAN) seraient tous attaqués avec des armes nucléaires.  Et le pire de tous serait un scénario dans lequel ce qui a commencé comme une guerre locale en Ukraine se transformerait en un échange nucléaire global entre la Russie et les États-Unis.

Même un échange nucléaire localisé rendrait également improbable la réalisation de la troisième condition de la guerre juste, à savoir les "chances sérieuses de succès".  Si la Russie utilise des armes nucléaires contre l'Ukraine ou l'OTAN elle-même, les pays de l'OTAN riposteraient-ils vraiment en nature ?  S'ils ne le faisaient pas, il semble que la victoire russe serait assurée.  Mais s'ils ripostaient, il est loin d'être évident que cela ne dégénérerait pas en un conflit que personne ne pourrait gagner.  On ne peut pas non plus affirmer que toutes les alternatives moins extrêmes à l'intervention de l'OTAN ont été épuisées, comme l'exige le deuxième critère de la guerre juste.

Il est donc extrêmement irresponsable de suggérer, comme certains l'ont fait, que l'OTAN impose une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine, ce qui entraînerait une confrontation militaire directe entre l'OTAN et la Russie.  Le problème n'est pas seulement que cette proposition est insensée et imprudente.  Le problème est qu'une telle escalade ne peut être justifiée par les critères de la guerre juste, et serait donc elle-même gravement injuste.  Toute autorité publique qui prendrait des mesures risquant une guerre nucléaire - et donc la mort de millions d'innocents - ne serait pas moins coupable que Poutine de violer les principes moraux régissant la guerre.

Le conseil de la doctrine de la guerre juste aux États-Unis et à leurs alliés de l'OTAN semble donc clair : encouragez l'Ukraine et apportez toute l'aide possible tout en évitant le risque d'une escalade nucléaire.  Sinon, ne vous en mêlez pas.  Damon Linker me semble avoir la bonne idée : Les actions de Poutine doivent être condamnées sans équivoque et l'Ukraine doit être soutenue, mais la politique occidentale doit mettre l'accent sur la diplomatie et s'efforcer de créer pour Poutine une "porte de sortie" possible de la voie qu'il a empruntée - plutôt que d'intensifier la rhétorique et d'envisager des scénarios militaires imprudents, ce qui ne peut que rendre une confrontation nucléaire plus probable.

Il n'est pas nécessaire d'être un catholique ou un théoricien du droit naturel pour comprendre tout cela.  En effet, je pense que la plupart des gens sont arrivés plus ou moins à la même vision de la crise que celle que j'ai défendue ici.  Pourtant, certains commentateurs ont rejeté cette vision en faveur d'une alternative extrême ou d'une autre - certains minimisant la gravité des méfaits de Poutine, d'autres réagissant au contraire avec une bellicosité et une animosité excessives contre tout ce qui est russe.  Comment expliquer cette situation ?

La réponse, je dirais, est en grande partie liée à l'extrême partisanerie qui, ces dernières années, a conduit trop de gens à glisser des griefs préexistants non pertinents dans chaque nouvelle controverse.  Lorsqu'une crise survient, les partisans succombent à la tentation de l'intégrer dans un récit général qui explique "ce qui se passe réellement" par les machinations de forces maléfiques de l'extrême politique opposé à celui qu'ils favorisent.  Les idéologies manichéennes qui ont gagné en influence des deux côtés de l'échiquier politique ces dernières années exacerbent cette "pensée narrative", tout comme la forte propension des médias sociaux à favoriser des habitudes de pensée irrationnelles. 

D'où l'étrange nouvelle belligérance que l'on trouve aujourd'hui dans certains cercles libéraux.  Lorsque j'étais adolescent, dans les années 1980, il était encore courant de lancer contre les conservateurs les accusations de longue date selon lesquelles ils avaient tendance à diaboliser la Russie, étaient paranoïaques quant à l'influence russe au sein des institutions américaines, étaient désireux d'entrer en conflit armé avec les "Ruskoffs", faisaient preuve d'une désinvolture effrayante quant à la capacité de survie d'une guerre nucléaire limitée, et étaient enclins à recourir aux tactiques maccarthystes et aux accusations de trahison contre quiconque s'opposait à tout cela.  Ces accusations ont été portées en dépit du fait que la Russie avait récemment envahi l'Afghanistan - sans parler des invasions antérieures de la Hongrie et de la Tchécoslovaquie, ou de toutes les guerres par procuration dans lesquelles la Russie était engagée tout au long de la guerre froide.  Rien de tout cela, aux yeux des libéraux, ne justifiait la bellicosité ou la paranoïa anti-russe de la droite.

Pourtant, aujourd'hui, ce sont les libéraux qui sont les plus enclins à présenter exactement ces traits qu'ils attribuaient autrefois aux conservateurs.  Comment expliquer ce revirement bizarre ?  Je dirais qu'il est lié, en partie, à la prédilection de Poutine pour la rhétorique chrétienne traditionaliste et anti-LGBT (comme l'a souligné Richard Hanania), et en partie à l'attachement persistant de la gauche aux fantasmes d'ingérence russe dans les élections américaines.  Ces facteurs avaient déjà transformé Poutine en un croquemitaine dans l'imaginaire libéral, de sorte que son invasion immorale de l'Ukraine a donné l'impression à certains qu'il était justifié de risquer même une guerre nucléaire pour le détruire.

Et c'est, à mon avis, la réaction excessive à ces excès libéraux qui a conduit certains, à l'autre extrémité de l'échiquier politique, à refuser de faire face à toute la gravité du mal commis par Poutine.  Ils ont été tentés par l'idée que si les libéraux haïssent Poutine avec une telle intensité, il ne peut pas être si mauvais, et que l'opposition à son invasion doit donc avoir quelque chose à voir essentiellement avec la Grande Réinitialisation, l'agenda du réveil, la dictature des soins de santé de Covid, etc. etc.

Tout cela est absurde.  Les faits essentiels à garder fermement en tête sont (a) que l'invasion de Poutine est injustifiable, qu'elle a causé la mort de centaines d'innocents jusqu'à présent et qu'elle en causera presque certainement des milliers d'autres, et peut-être pire encore, et (b) qu'un engagement militaire de l'OTAN avec la Russie entraînerait un risque sérieux de guerre nucléaire et ne peut donc pas être justifié.  Les obsessions politiques de longue date ne peuvent pas modifier ces faits, mais seulement nous aveugler.

Commentaires

  • L histoire nous dira que Poutine n aurait pas envahi L Ukraine si l europe avait montré sa force de défense en déployant autant de troupes et de véhicules militaires aux frontières avec l Ukraine que les russes ne l ont fait avant d envahir l Ukraine. La règle est toujours la même l envahisseur passe à l action que si son adversaire est plus faible que lui, Poutine savait très bien que l Otan n interviendrait pas, vu la faible mobilisation aux frontières de l Ukraine.

  • Si L'Otan avait déployé une telle mobilisation aux frontières de l'Ukraine, elle n'aurait fait qu'apporter de l'eau au moulin de Poutine qui se prétend menacé pour justifier son agression. Et d'autre part, l'Otan aurait violé son principe fondateur qui est d'être une alliance défensive. Celle-ci ne peut entrer en action qu'à partir du moment où un de ses Etats membre est directement attaqué.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel