Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le cardinal Pell demande au Vatican de corriger deux évêques européens de haut rang pour avoir rejeté l'éthique sexuelle de l'Église

IMPRIMER

D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

Le cardinal Pell demande au Vatican de corriger 2 évêques européens de haut rang pour avoir rejeté l'éthique sexuelle de l'Église

Le cardinal jésuite Hollerich, du Luxembourg, et l'évêque Bätzing, du Limbourg, ont tous deux appelé à modifier l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité dans des interviews récentes.

15 mars 2022

Cité du Vatican - Le cardinal George Pell a demandé à la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) de réprimander publiquement deux des plus hauts évêques d'Europe pour ce qu'il a appelé leur "rejet global et explicite" de l'enseignement de l'Église sur l'éthique sexuelle.

Dans une déclaration publiée le 15 mars, le cardinal Pell a demandé à la congrégation doctrinale du Vatican "d'intervenir et de prononcer un jugement" sur les commentaires du cardinal Jean-Claude Hollerich, rapporteur général du Synode du Vatican sur la synodalité, et de l'évêque Georg Bätzing, président de la Conférence épiscopale allemande. 

Le cardinal Pell avait lancé cet appel quelques jours auparavant, dans une interview accordée à l'agence de télévision catholique allemande K-TV le 11 mars.

Le cardinal jésuite Hollerich, du Luxembourg, et Mgr Bätzing, de Limburg, ont tous deux appelé à des changements dans l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité dans des interviews récentes. 

Le cardinal Hollerich, qui préside une grande partie du synode sur la synodalité qui se déroule jusqu'en octobre prochain, a affirmé le mois dernier que l'enseignement actuel était "erroné" et que "le fondement sociologique-scientifique" de cet enseignement, sur ce que "l'on condamnait autrefois comme la sodomie", n'était "plus correct". 

L'évêque Bätzing a soutenu dans une interview du 4 mars que les relations entre personnes de même sexe étaient permises et ne constituaient pas un péché, et que le catéchisme devait être partiellement modifié pour refléter ce fait. 

Les deux prélats ont également juré de ne renvoyer aucun prêtre ou employé laïc homosexuel de leur diocèse. "Personne ne doit avoir peur de perdre son emploi" pour des raisons d'homosexualité, a déclaré Mgr Bätzing. "La façon dont quelqu'un vit son intimité personnelle ne me regarde pas".

Le cardinal Pell a déclaré qu'un tel enseignement était "erroné", car il "non seulement rejette les anciennes doctrines judéo-chrétiennes contre l'activité homosexuelle, mais sape et rejette l'enseignement sur le mariage monogame, l'union exclusive d'un homme et d'une femme."

Le cardinal australien a déclaré qu'il reconnaissait les défis auxquels est confronté le nombre décroissant de fidèles dans les pays germanophones et ailleurs, mais a ajouté que la seule réponse possible devrait être de "redécouvrir les promesses de Jésus" et d'embrasser plus étroitement le "dépôt intact de la foi."

Il a souligné que la solution n'est "pas de suivre les diktats changeants de la culture séculière contemporaine", ajoutant que, "comme le pape Paul VI l'a souligné il y a de nombreuses années, c'est un chemin d'autodestruction pour l'Église." 

Rupture synodale

Le cardinal, qui a été le premier préfet du Secrétariat à l'économie de 2014 à 2017, a également critiqué la "voie synodale" de l'Église en Allemagne, où de tels changements controversés sont votés par des participants sélectionnés. 

Une récente lettre ouverte de la conférence épiscopale nordique à Mgr Bätzing exprimant de profondes inquiétudes au sujet de ce processus était "excellente", a déclaré le cardinal Pell, ajoutant qu'il s'agissait "d'un exemple du rejet presque unanime de ces innovations par les évêques du monde entier." 

L'Église catholique, a-t-il dit, "n'est pas une fédération lâche où différents synodes ou rassemblements nationaux et des dirigeants éminents peuvent rejeter des éléments essentiels de la tradition apostolique et rester imperturbables." 

"Cela ne doit pas devenir une situation normale et tolérée", a-t-il poursuivi. "L'unité catholique autour du Christ et de son enseignement exige l'unité sur les éléments majeurs de la hiérarchie des vérités". 

"Ce rejet est une rupture, non compatible avec l'enseignement ancien de l'Écriture et du Magistère, non compatible avec tout développement doctrinal légitime", a-t-il dit. 

L'année dernière, le cardinal Hollerich, qui est également président de la Commission des épiscopats de l'UE (COMECE), s'est dit ouvert à une certaine forme de bénédiction des unions homosexuelles tout en excluant la bénédiction nuptiale, bien que la CDF ait définitivement exclu de telles cérémonies il y a un an. 

Lors du sommet du Vatican sur les abus sexuels en 2019, le cardinal a également défendu les prêtres homosexuels, rejetant toute affirmation selon laquelle l'homosexualité pourrait être une cause d'abus alors que la grande majorité des cas sont exclusivement masculins.

L'appel du cardinal Pell fait également suite à une messe célébrée par le cardinal Reinhard Marx de Munich "marquant 20 ans de culte et de pastorale queer." Dans son homélie, l'ancien président de la conférence épiscopale allemande a déclaré vouloir "une Église inclusive", une Église qui "inclut tous ceux qui veulent suivre le chemin de Jésus."

Le cardinal Marx est "choqué".

Une Église synodale, a-t-il dit, consiste à remettre en question "ce que nous avons à dire sur la sexualité et ce que nous avons à dire sur les relations entre les personnes." Il s'est également dit "choqué" que les chrétiens continuent de discriminer la communauté homosexuelle.

Le cardinal Pell a déclaré dans son communiqué qu'"aucun des dix commandements n'est facultatif", que tous "doivent être suivis, et par les pécheurs", et "nous ne pouvons pas avoir une version spéciale australienne ou allemande des dix commandements." 

"Nous ne pouvons pas non plus suivre Bertrand Russell, le philosophe athée anglais, qui a suggéré que les Dix Commandements pourraient être comme un examen - où il faut répondre à seulement six questions sur dix."

"Le Christ a accueilli et s'est mêlé aux pécheurs, mais il nous a appelés à la repentance", a déclaré le cardinal Pell. "Ainsi, une messe pour des groupes spéciaux peut être une bonne chose, à condition que l'enseignement du Christ soit présenté régulièrement, que la nécessité du repentir soit prêchée et que le sacrement de pénitence, la réconciliation soit régulièrement disponible." 

Le cardinal a conclu en réitérant sa demande d'intervention du Vatican. 

Le Register a contacté le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le Cardinal Luis Ladaria, pour voir s'il répondrait à l'appel du Cardinal Pell, mais il n'a pas encore répondu. Le Register a également contacté un autre haut responsable de la CDF, mais il a refusé de commenter.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel