Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

74 évêques et cardinaux mettent en garde : le "Chemin synodal" allemand mène tout droit au schisme

IMPRIMER

De Jeanne Smits, sur son blog :

Le “Chemin synodal” allemand mène au “schisme” : la mise en garde de 74 évêques et cardinaux

Plus de soixante-dix prélats, parmi lesquels quatre cardinaux (Napier, Burke, Pell et Arinze) et quinze archevêques, viennent d’adresser une « lettre ouverte fraternelle » à leurs « frères évêques d’Allemagne » pour les mettre en garde contre le « Chemin synodal » actuellement parcouru. Ils pointent la « confusion » que suscite ce Chemin et y voient des possibilités de schisme.

Au nom du Chemin synodal, une majorité de participants ont récemment voté pour la « bénédiction » des couples de même sexe et pour l’ordination des femmes, tandis que les enseignements moraux de l’Eglise étaient laissés de côté, y compris par la Conférence épiscopale allemande.

Sans détailler tous les écarts enregistrés à ce jour, les cardinaux et évêques signataires accusent nettement le Chemin synodal allemand de tourner le dos à la doctrine de l’Eglise en éliminant ce qui aurait dû constituer le fondement de sa réflexion : « la Parole de Dieu, une rencontre fidèle avec le Christ, la véritable écoute du Saint-Esprit, la soumission de nos volontés à la volonté du Père ».

Un Chemin en forme d’« impasse »…

Les rédacteurs de la lettre proposent une adresse courrielle pour les évêques qui souhaiteraient se joindre aux premiers signataires : episcopimundi2022@gmail.com.

Ci-dessous, ma traduction intégrale de la lettre des 74 évêques et cardinaux. – J.S.

*

À une époque où la communication mondiale est si rapide, les événements qui se produisent dans une nation ont inévitablement des répercussions sur la vie ecclésiale ailleurs. Ainsi, le processus du "chemin synodal", tel qu'il est actuellement mis en œuvre par les catholiques en Allemagne, a des implications pour l'Église dans le monde entier. Les Églises locales dont nous sommes les pasteurs et les nombreux catholiques fidèles dont nous sommes responsables sont également concernés.

Dans ce contexte, les événements survenus en Allemagne nous imposent d'exprimer notre inquiétude croissante quant à la nature de l'ensemble du processus du " Chemin synodal " en Allemagne et au contenu de ses différents documents. Nos commentaires ici seront volontairement brefs. Ils méritent, et nous y encourageons fortement, d'être approfondis (comme l'a fait, par exemple, la lettre ouverte de l'archevêque Samuel Aquila aux évêques catholiques du monde) par les évêques individuels. Néanmoins, l'urgence de nos remarques communes est enracinée dans Romains 12, et en particulier dans la mise en garde de Paul : Ne vous conformez pas à ce monde. Leur gravité découle de la confusion que le Chemin synodal a déjà entraînée et continue d'entraîner, et du potentiel de schisme qui en résultera inévitablement dans la vie de l'Église.

Le besoin de réforme et de renouveau est aussi vieux que l'Église elle-même. À la source, cet élan est admirable et ne devrait jamais être redouté. Bon nombre des personnes impliquées dans le processus du Chemin synodal sont sans aucun doute des personnes excellentes. Pourtant, l'histoire chrétienne est parsemée d'efforts reposant sur de bonnes intentions qui ont été vidés de leur enracinement dans la Parole de Dieu, dans une rencontre fidèle avec Jésus-Christ, dans une véritable écoute du Saint Esprit et dans la soumission de nos volontés à la volonté du Père. Ces efforts manqués ont fait fi de l'unité, de l'expérience et de la sagesse accumulée de l'Évangile et de l'Église. Parce qu'ils n'ont pas tenu compte des paroles de Jésus : " En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire " (Jn 15, 5), ils n'ont pas porté de fruits et ont été dommageables à la fois pour l'unité et pour la vitalité évangélique de l'Église. Le Chemin synodal en Allemagne risque de conduire précisément à une telle impasse.

Nous adressant à vous en tant que vos frères dans l'épiscopat, nous sommes préoccupés par les points suivants, sans toutefois nous y limiter :

1. Faute d'écouter le Saint-Esprit et l'Évangile, les actions du Chemin synodal sapent la crédibilité de l'autorité de l'Église, y compris celle du pape François ; elles sapent l'anthropologie chrétienne et la morale sexuelle, ainsi que la fiabilité des Écritures.

2. Tout en affichant un vernis d'idées et de vocabulaire religieux, les documents du Chemin synodal allemand semblent largement inspirés non point par l'Écriture et la Tradition - qui, pour le Concile Vatican II, constituent "un unique dépôt sacré de la Parole de Dieu" - mais par l'analyse sociologique et les idéologies politiques contemporaines, y compris l'idéologie du genre. Ils abordent l'Église et sa mission à travers le prisme du monde plutôt qu'à travers le prisme des vérités révélées dans l'Écriture et dans la Tradition de l'Église qui fait autorité.

3. Le contenu du Chemin synodal semble également réinterpréter, et donc amoindrir, la signification de la liberté chrétienne. Pour un chrétien, la liberté est la connaissance, la volonté et la capacité non entravée de faire ce qui est juste. La liberté n'est pas "l'autonomie". La liberté authentique, comme l'enseigne l'Église, est liée à la vérité et ordonnée au bien, et ultimement, à la béatitude. La conscience ne crée pas la vérité, et la conscience n'est pas une question de préférence personnelle ou d'affirmation de soi. Une conscience chrétienne correctement formée reste soumise à la vérité sur la nature humaine et aux normes d'une vie juste révélées par Dieu et enseignées par l'Église du Christ. Jésus est la vérité, qui nous rend libres (Jn 8).

4. La joie de l'Évangile - essentielle à la vie chrétienne, comme le souligne si souvent le Pape François - semble totalement absente des discussions et des textes du Chemin synodal. C'est un défaut révélateur, s'agissant d'un effort qui vise le renouveau personnel et ecclésial.

5. Le processus du Chemin synodal, quasiment à chaque pas, est un travail d'experts et de comités : lourdement bureaucratique, obsessionnellement critique, replié sur lui-même. Il reflète donc lui-même une forme répandue de sclérose de l'Église et, ironie du sort, devient anti-évangélique dans son expression. Dans ses effets, le Chemin synodal montre davantage de soumission et d'obéissance au monde et aux idéologies qu'à Jésus-Christ, Seigneur et Sauveur.

6. L'accent mis par la Voie synodale sur le "pouvoir" dans l'Église suggère un esprit fondamentalement opposé à la nature réelle de la vie chrétienne. En dernière analyse, l'Église n'est pas simplement une "institution" mais une communauté organique, non pas égalitaire mais familiale, complémentaire et hiérarchique - un peuple soudé par l'amour de Jésus-Christ et par l'amour des uns pour les autres en son nom. La réforme des structures n'est pas du tout la même chose que la conversion des cœurs. La rencontre avec Jésus, telle qu'elle apparaît dans l'Évangile et dans la vie des saints au cours de l'histoire, change les cœurs et les esprits, apporte la guérison, détourne l'individu d'une vie de péché et de tristesse, et démontre la puissance de l'Évangile.

7. Le dernier problème, le plus angoissant et le plus immédiat, posé par le Chemin synodal allemand, est terriblement ironique. Par son exemple destructeur, celui-ci pourrait conduire certains évêques, et de nombreux laïcs par ailleurs fidèles, à se méfier de l'idée même de "synodalité", ce qui entraverait encore davantage le nécessaire colloque de l'Église sur l'accomplissement de sa mission de convertir et de sanctifier le monde.

En ces temps de confusion, la dernière chose dont notre communauté de foi ait besoin, c'est d'encore plus de confusion. Alors que vous discernez la volonté du Seigneur pour l'Eglise en Allemagne, soyez assurés de nos prières pour vous.

  • Cardinal Francis Arinze (Onitsha, Nigeria)
  • Cardinal Raymond Burke (archevêque émérite de St. Louis, Missouri, USA)
  • Cardinal Wilfred Napier (archevêque émérite de Durban, Afrique du Sud)
  • Cardinal George Pell (archevêque émérite de Sydney, Australie)
  • Mgr Samuel Aquila, archevêque (Denver, Colorado, USA)
  • Mgr Charles Chaput, archevêque émérite (Philadelphie, Pennsylvanie, USA)
  • Mgr Paul Coakley, archevêque (Oklahoma City, Oklahoma, USA)
  • Mgr Salvatore Cordileone, archevêque (San Francisco, Californie, USA)
  • Mgr Damian Dallu, archevêque (Songea, Tanzanie)
  • Mgr Joseph Kurtz, archevêque émérite (Louisville, Kentucky, USA)
  • Mgr J. Michael Miller, archevêque (Vancouver, Colombie britannique, Canada)
  • Mgr Joseph Naumann, archevêque (Kansas City, Kansas, USA)
  • Mgr Andrew Nkea, archevêque (Bamenda, Cameroun)
  • Mgr Renatus Nkwande, archevêque (Mwanza, Tanzanie)
  • Mgr Gervas Nyaisonga, archevêque (Mbeya, Tanzanie)
  • Mgr Gabriel Palmer-Buckle, archevêque (Cape Coast, Ghana)
  • Mgr Terrence Prendergast, archevêque émérite (Ottawa-Cornwall, Ontario, Canada)
  • Mgr Jude Thaddaeus Ruwaichi, archevêque (Dar-es-Salaam, Tanzanie)
  • Mgr Alexander Sample, archevêque (Portland, Oregon, USA)
  • Mgr Joseph Afrifah-Agyekum (Koforidua, Ghana)
  • Mgr Michael Barber (Oakland, Californie, USA)
  • Mgr Herbert Bevard, évêque émérite (St. Thomas, Îles Vierges américaines)
  • Mgr Earl Boyea (Lansing, Michigan, USA)
  • Mgr Neal Buckon (Auxiliaire, Services militaires, USA)
  • Mgr William Callahan (La Crosse, Wisconsin, USA)
  • Mgr Massimo Camisasca, évêque émérite (Reggio Emilia-Guastalla, Italie)
  • Mgr Liam Cary (Baker, Oregon, USA)
  • Mgr Peter Christensen (Boise, Idaho, USA)
  • Mgr Joseph Coffey (Auxiliaire, Services militaires, USA)
  • Mgr James Conley (Lincoln, Nebraska, USA)
  • Mgr Thomas Daly (Spokane, Washington, USA)
  • Mgr John Doerfler (Marquette, Michigan, USA)
  • Mgr Timothy Freyer (Auxiliaire, Orange, Californie, USA)
  • Mgr Donald Hying (Madison, Wisconsin, USA)
  • Mgr Daniel Jenky, évêque émérite (Peoria, Illinois, USA)
  • Mgr Stephen Jensen (Prince George, Colombie Britannique, Canada)
  • Mgr William Joensen (Des Moines, Iowa, USA)
  • Mgr James Johnston (Kansas City-St. Joseph, Missouri, USA)
  • Mgr David Kagan (Bismarck, Dakota du Nord, USA)
  • Mgr Flavian Kassala (Geita, Tanzanie)
  • Mgr Carl Kemme (Wichita, Kansas, USA)
  • Mgr Rogatus Kimaryo (Same, Tanzanie)
  • Mgr Anthony Lagwen (Mbulu, Tanzanie)
  • Mgr David Malloy (Rockford, Illinois, USA)
  • Mgr Gregory Mansour (Eparchie de Saint Maron de Brooklyn, New York, USA)
  • Mgr Simon Masondole (Bunda, Tanzanie)
  • Mgr Robert McManus (Worcester, Massachusetts, USA)
  • Mgr Bernadin Mfumbusa (Kondoa, Tanzanie)
  • Mgr Filbert Mhasi (Tunduru-Masasi, Tanzanie)
  • Mgr Lazarus Msimbe (Morogoro, Tanzanie)
  • Mgr Daniel Mueggenborg (Reno, Nevada, USA)
  • Mgr William Muhm (Auxiliaire, Services militaires, USA)
  • Mgr Thanh Thai Nguyen (Auxiliaire, Orange, Californie, USA)
  • Mgr Walker Nickless (Sioux City, Iowa, USA)
  • Mgr Eusebius Nzigilwa (Mpanda, Tanzanie)
  • Mgr Thomas Olmsted (Phoenix, Arizona, USA)
  • Mgr Thomas Paprocki (Springfield, Illinois, USA)
  • Mgr Kevin Rhoades (Fort Wayne-South Bend, Indiana, USA)
  • Mgr David Ricken (Green Bay, Wisconsin, USA)
  • Mgr Almachius Rweyongeza (Kayanga, Tanzanie)
  • Mgr James Scheuerman (Auxiliaire, Milwaukee, Wisconsin, USA)
  • Mgr Augustine Shao (Zanzibar, Tanzanie)
  • Mgr Joseph Siegel (Evansville, Indiana, USA)
  • Mgr Frank Spencer (Auxiliaire, Services militaires, USA)
  • Mgr Joseph Strickland (Tyler, Texas, USA)
  • Mgr Paul Terrio (St. Paul en Alberta, Canada)
  • Mgr Thomas Tobin (Providence, Rhode Island, USA)
  • Mgr Kevin Vann (Orange, Californie, USA)
  • Mgr Robert Vasa (Santa Rosa, Californie, USA)
  • Mgr David Walkowiak (Grand Rapids, Michigan, USA)
  • Mgr James Wall (Gallup, Nouveau Mexique, USA)
  • Mgr William Waltersheid (Auxiliaire, Pittsburgh, Pennsylvanie, USA)
  • Mgr Michael Warfel (Great Falls-Billings, Montana, USA)
  • Mgr Chad Zielinski (Fairbanks, Alaska, USA)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel