Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grande absente des préoccupations : la musique liturgique

IMPRIMER

D'Aurelio Porfiri sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

La musique sacrée : la grande absente

06-07-2022

Dans la lettre apostolique Desiderio Desideravi, l'accent mis sur la musique sacrée et le chant est réduit à une parenthèse, se contentant d'indiquer qu'il s'agit d'aspects à soigner. En réalité, des remèdes drastiques sont nécessaires, mais c'est le Vatican qui doit agir en premier. Depuis des décennies, des musiques qui ne sont pas dignes de la liturgie sont proposées au peuple, tandis que le chant grégorien est mis de côté.

La musique sacrée est un sujet dont on parle beaucoup, mais on fait peu, très peu. Depuis des décennies, nous assistons au dessaisissement d'institutions musicales glorieuses, jugées inadaptées à la liturgie actuelle. Mais si la liturgie actuelle prétend se passer des patrimoines de beauté constitués au cours des siècles, il ne faut pas penser qu'il y a vraiment quelque chose qui cloche dans la mentalité de quelqu'un. Les chœurs, même célèbres, sont soit supprimés, soit "normalisés", c'est-à-dire pratiquement empêchés de chanter du grégorien ou de la polyphonie ancienne et moderne. Le chant folklorique doit être promu, sans penser qu'il y avait et qu'il doit encore y avoir une distinction claire entre le chant liturgique et le chant folklorique, mais qui s'en soucie ?

Le point 23 de la Lettre apostolique Desiderio Desideravi dit : "Soyons clairs : tous les aspects de la célébration doivent être soignés (espace, temps, gestes, paroles, objets, vêtements, chants, musique, ...) et toutes les rubriques doivent être observées : cette attention serait suffisante pour ne pas priver l'assemblée de ce qui lui est dû, c'est-à-dire le mystère pascal célébré selon le rituel établi par l'Église". L'attention portée à la musique et au chant sacrés est réduite à cette parenthèse. Ils doivent être guéris... mais comment ? Parce que des remèdes drastiques sont nécessaires maintenant qu'ils sont très malades. Puisqu'il est clair qu'ils ne sont pas guéris, il faut peut-être adopter une position plus radicale.

Après tout, cela correspond tout à fait à l'intérêt manifesté pour ces sujets au cours des dernières décennies. Et cela est évident du fait que la plupart des abus commencent précisément par l'utilisation d'une musique indigne de la célébration. Et les évêques, qui sont censés être vigilants, tournent souvent le dos et détournent le regard. N'est-ce pas la musique que les gens veulent ? Non, c'est la musique que le peuple subit parce qu'il ne connaît rien d'autre, il n'a pas été éduqué à la vraie musique liturgique, comme le demande le pape dans le dernier document et Vatican II avant lui.

Et pourtant, malgré de belles paroles sur le sujet, même de la part de ce Pontife, aucune action efficace pour une réforme de la musique sacrée qui prenne à cœur sa dignité n'a jamais suivi. Si l'on veut être inflexible, comme on le voit avec les traditionalistes, on l'est. Mais comment se fait-il que ceux qui abusent de la liturgie par une musique indigne ne puissent entendre de telles paroles de condamnation à leur égard ? Mais il y en a bien d'autres.

Peut-être est-ce parce que la situation s'est tellement détériorée qu'ils ont perdu l'espoir de faire quelque chose pour la changer. Mais s'ils n'essaient pas depuis le Vatican, les personnes de bonne volonté ailleurs ne pourront pas faire grand-chose à cet égard. S'il n'y a pas d'encouragement ferme et d'enjeux à ne pas franchir, même les quelques personnes qui n'agissent pas par peur ne pourront pas faire grand-chose pour améliorer la situation tragique.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel