Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Archie Battersbee doit mourir

IMPRIMER

De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Maintenant, il n'y a vraiment plus d'échappatoire. Archie Battersbee doit mourir

03-08-2022

Rejeté jusqu'au dernier recours devant la Cour suprême britannique, qui a donné raison aux médecins qui jugeaient la mort dans son "intérêt supérieur", pour Archie Battersbee il n'y a plus d'espoir : à 11 heures (12 heures, heure italienne), il commencera le retrait du maintien en vie, malgré l'annonce d'une dernière tentative désespérée auprès de la Cour européenne des droits de l'homme. Une sentence "brutale et honteuse", telle est la réaction de Hollie Dance, la courageuse mère du garçon de 12 ans dans le coma depuis le 7 avril, qui a déclaré qu'elle se battrait encore "jusqu'à la dernière minute pour son fils".

Ils exécutent mon fils... Je me battrai jusqu'à la dernière minute. Ce sont les premiers mots prononcés par Hollie Dance après la décision finale de la Cour suprême qui a mis fin à toute chance d'arrêter les médecins qui veulent retirer le maintien en vie de son fils Archie Battersbee. Et l'exécution a déjà été fixée à aujourd'hui, 3 août, à 11 heures. Hollie a annoncé que ses avocats feront encore une dernière tentative désespérée en faisant appel à la Cour européenne des droits de l'homme, mais l'hôpital a déjà fait savoir qu'il n'attendra pas d'autres décisions ou injonctions : à 11 heures, la procédure commencera. Les chances d'arrêter la machine de mort sont donc pratiquement nulles.

Comme on s'en souviendra, Archie est un garçon de 12 ans qui est dans le coma, admis au Royal London Hospital avec de très graves lésions cérébrales depuis le 7 avril dernier, suite à un accident à la maison probablement causé par un défi en ligne. Le recours devant la Cour suprême - avec une demande d'arrêt des médecins en attendant que la Commission des Nations unies pour les droits des personnes handicapées examine le cas - était la dernière chance légale qui restait aux parents d'Archie pour gagner du temps. Mais les trois juges de la Cour suprême se sont rangés hier après-midi à l'avis de la Cour d'appel, qui avait déjà jugé le 1er août que l'injonction de la Commission des Nations unies de suspendre les procédures ayant conduit à la mort d'Archie n'était pas contraignante. Surtout face à ce qu'on a appelé une fois de plus le "meilleur intérêt" d'Archie, à savoir la mort.

Lord Hodge, qui présidait hier le tribunal composé également de Lords Kitchin et Stephens, a réaffirmé, en annonçant la décision, que la question centrale du litige entre Barts Health NHS Trust - qui représente l'hôpital - et la famille d'Archie "ne concerne pas la guérison d'Archie mais le moment et la manière de sa mort". Et rappelant la décision du juge Hayden du 25 juillet, il a déclaré que "la poursuite du traitement médical ne sert qu'à prolonger sa mort". En effet, selon le même arrêt, "il n'y a aucune perspective d'amélioration significative". Même si le maintien en vie était maintenu, Archie mourrait en quelques semaines d'une défaillance des organes, puis d'une crise cardiaque". Donc nous pourrions aussi bien le faire sortir maintenant. Il n'échappera à personne que, selon la même logique, il serait permis d'éliminer toute personne en phase terminale, avec la possibilité - évidente - d'étendre à volonté les limites du concept de "phase terminale".

Aucun droit n'est accordé à la famille ou à la volonté de la personne condamnée à mort, en dépit de ceux qui brandissent l'euthanasie comme un droit personnel à une mort digne ou invoquent un testament de vie. En fait, Lord Hodge explique à nouveau que "bien qu'il existe des preuves qu'Archie avait des croyances religieuses, qu'il était très proche de sa mère et qu'il souhaitait ne pas la laisser seule", ce ne sont là "que quelques-uns des facteurs" que la Cour doit prendre en considération. En fait, il a été témoigné qu'Archie, bien que très jeune, avait clairement exprimé le désir d'être maintenu en vie s'il se trouvait dans une situation similaire, mais dans un jugement antérieur, il a été déclaré qu'Archie "ne pouvait pas prévoir la situation dans laquelle il se trouve maintenant".

Oui, mais quelle est sa situation actuelle ? Mort cérébrale", ont insisté les médecins, mais en fait, ils n'ont pas été en mesure de fournir des preuves scientifiques de cette affirmation, car ils n'avaient pas effectué tous les tests permettant d'établir avec certitude le niveau des lésions cérébrales d'Archie. Ils ont simplement décidé dès le troisième jour qu'Archie devait mourir et ont demandé la permission de prélever ses organes. À tel point que même le premier jugement rendu dans cette affaire a parlé d'une "forte probabilité" de mort cérébrale. Et lors des audiences suivantes, les juges, sans insister sur la mort cérébrale, ont toujours refusé de permettre aux avocats de la famille d'Archie d'apporter des preuves contraires sur l'état réel d'Archie et des avis médicaux indépendants.

La famille s'est vu refuser son dernier souhait de voir Archie transporté dans un hospice situé à vingt minutes de là, pour vivre dans un environnement calme et recueilli au moins leurs dernières heures ensemble, loin de cet hôpital où l'on travaille à sa mort depuis le tout premier instant et où la tension est palpable, même si, dans les déclarations officielles, on s'efforce de faire preuve de compréhension et de vouloir coopérer avec la famille... Le Trust a refusé hier soir le transfert, justifiant sa décision par le risque qu'Archie meure pendant le transport. S'il y avait un prix pour l'humour macabre, le Trust le remporterait haut la main.

On peut alors comprendre les mots durs de Hollie Dance, la mère d'Archie, hier soir après la décision de la Cour suprême, qualifiée de "brutale et honteuse". Hollie a dénoncé la hâte avec laquelle les médecins du Royal London Hospital ont voulu procéder dès le début : "C'était la façon de faire de l'hôpital dès le début", a-t-elle dit, "vite, vite, il faut le faire maintenant", "nous devons le faire rapidement, nous devons exécuter cet enfant". Et comme il a pu compter sur le soutien du système judiciaire, tout a été très facile pour l'hôpital, et je pense que c'est méprisable, absolument honteux".

En fait, le problème n'est pas seulement l'hôpital, mais le système qui, ces dernières années - comme nous l'avons vu - a exécuté de la même manière Charlie, Isaiah, Alfie et tant d'autres : " Est-ce la direction que notre pays veut prendre ? ". Pour permettre l'exécution d'enfants handicapés ? Quelle est la prochaine étape ?" Des questions qui ne concernent pas seulement le Royaume-Uni.

Commentaires

  • Les monstres (médecins, juges, politiciens) ne se soucient pas de cohérence : lorsqu'ils estiment disposer d'une déclaration antérieure du patient allant dans le sens recherché, ils l'utilisent pleinement ; mais lorsque la déclaration antérieure témoigne d'une volonté de continuer à vivre, ils ne veulent pas en tenir compte.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel