Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Fonds des Nations Unies pour la population promeut un cadre de "justice reproductive" pro-avortement

IMPRIMER

De Rebecca Oas sur le Friday Fax :

Le Fonds des Nations Unies pour la population promeut un cadre de "justice reproductive" pro-avortement

17 novembre 2022

WASHINGTON, D.C., 18 novembre (C-Fam) Depuis des décennies, des questions controversées comme l'avortement ont compliqué, bloqué et fait échouer les négociations de l'ONU.  Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) mise sur une nouvelle stratégie pour surmonter l'opposition à l'avortement : un cadre issu de la politique raciale américaine appelé " justice reproductive ".

Il y a deux ans, le FNUAP a organisé le sommet de Nairobi, au cours duquel les gouvernements n'ont pas été autorisés à négocier.  Au lieu de cela, la réunion a été largement mise en scène par l'UNFPA, et a produit une déclaration contenant un langage ambigu qui n'a jamais été accepté par les gouvernements membres de l'ONU.

Pour marquer le deuxième anniversaire du sommet, l'UNFPA a publié un rapport déclarant que "la justice sexuelle et reproductive est le moyen de concrétiser les engagements du sommet de Nairobi".

Le Sommet de Nairobi a été organisé pour commémorer la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) de 1994, qui a introduit des expressions telles que "santé sexuelle et reproductive" et "droits reproductifs" dans le discours des Nations unies.  Si la conférence a fait entrer l'avortement dans la politique de l'ONU pour la première fois, elle a également établi d'importants garde-fous.  L'avortement n'était pas un droit de l'homme international et ne devait jamais être promu en tant que méthode de planification familiale.

Des décennies plus tard, et après des échecs répétés pour obtenir un résultat négocié incluant un droit humain à l'avortement, les agences de l'ONU ont de plus en plus choisi de contourner les négociations gouvernementales.

Les engagements non négociés du Sommet de Nairobi ont été présentés comme un moyen d'obtenir les résultats négociés de la CIPD.  Aujourd'hui, l'encadrement de la "justice reproductive" est présenté comme un moyen non négocié de réaliser l'agenda de Nairobi.

Qu'est-ce que la "justice reproductive" ?  Contrairement à la "santé reproductive" ou aux "droits reproductifs", elle n'a jamais été officiellement définie par l'Assemblée générale des Nations unies. Cependant, elle est apparue en 1994 lors de la CIPD, où ces termes ont été définis.  À cette époque, une coalition de féministes noires aux États-Unis a publié une pleine page de publicité dans le Washington Post et d'autres journaux, appelant à la "justice reproductive".  En lettres majuscules, elle déclare que ses signataires n'approuveront aucune réforme des soins de santé qui exclut l'avortement.  Elles demandent également que l'avortement soit entièrement couvert, quelle que soit la capacité de paiement de la femme, "sans interférence du gouvernement".

Le mouvement de "justice reproductive" aux États-Unis est né en opposition au cadre "pro-choix" défendu par des féministes principalement blanches.  Ces dernières années, il a été repris par des groupes internationaux favorables à l'avortement et par l'UNFPA, alors que les questions d'inégalité raciale faisaient la une des journaux du monde entier, à la suite des émeutes de George Floyd aux États-Unis et de la montée du mouvement "Black Lives Matter".

Au cours de cette période, plusieurs groupes internationaux de défense de l'avortement ont vu leurs dirigeants évincés sur fond d'allégations de partialité raciale.

Le système des droits de l'homme de l'ONU s'est également emparé de la question de l'avortement - non seulement légal, mais également subventionné par le gouvernement - en tant que question de justice raciale.  Le Dr Tlaleng Mofokeng, actuel rapporteur spécial sur le droit à la santé et fervent défenseur de l'avortement, a avancé cet argument dans un récent rapport thématique.

Récemment, l'organe de surveillance du respect de la convention des Nations unies contre la discrimination raciale a pris à partie les États-Unis pour la décision de la Cour suprême qui a fait de l'avortement un droit national.  Le comité a fait valoir que les restrictions à l'avortement affecteraient de manière disproportionnée les minorités raciales.  Alors que cet organe de traité particulier a largement évité cette question dans le passé, les groupes pro-avortement font de plus en plus pression sur le comité pour qu'il publie un commentaire général dénonçant les restrictions nationales à l'avortement au nom de la justice raciale.

Pour les gouvernements qui défendent des positions pro-vie à l'Assemblée générale des Nations unies, une chose est claire : la "justice reproductive" signifie que l'avortement est un droit humain, financé par le gouvernement par le biais des contribuables.

Il convient de noter qu'aux États-Unis, l'avortement emporte plus de 40 % des bébés noirs in utero.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel