Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Affaire Rupnik : un silence intolérable; une enquête immédiate s'impose

IMPRIMER

De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Affaire Rupnik, silence intolérable. Enquête immédiate

31-12-2022

Silence de la part du Saint-Siège, silence du Centre Aletti, silence du top management de la Compagnie de Jésus : il s'agit d'une stratégie claire pour laisser passer la tempête et ensuite la régler tranquillement. Mais le scandale est trop grand et il y a tellement de personnes qui ont été complices de cette situation qu'une visite apostolique immédiate est nécessaire pour mettre en évidence la responsabilité de chacun des acteurs impliqués. Les conclusions du célèbre canoniste, le Père Gerald Murray, et les nouvelles révélations d'une autre ancienne religieuse.

Toujours le silence sur l'affaire Rupnik de la part de ceux qui devraient expliquer beaucoup de choses non pas par désir de vengeance, mais par amour de cette justice qui est surpassée, non abolie, par la miséricorde. Silence du Centre Aletti, qui continue en effet à faire figurer les homélies du Père Marko Rupnik à la une de ses journaux. Silence de la part du Saint-Siège, qui semble vouloir laisser passer la tempête et la résoudre tranquillement. Silence également de la part de la direction de la Compagnie de Jésus, qui a dit quelque chose de plus, mais omet de donner des explications sur certains points fondamentaux de l'affaire, détails qui mettraient très probablement en évidence des responsabilités au plus haut niveau.

Dans sa récente interview avec Diane Montagne, le célèbre canoniste américain, le père Gerald Murray, a en effet attiré l'attention sur certains points critiques qui ressortent de la reconstruction chronologique proposée par les Jésuites, la seule officielle à ce jour. Le Père Murray note tout d'abord que la déclaration d'excommunication de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF), pour l'absolution du complice du péché contre le sixième commandement, montre que Rupnik ne s'est pas retiré de la contumace. S'il l'avait fait, "aucune déclaration de la peine d'excommunication n'aurait été nécessaire, puisqu'il était repentant, et la peine aurait été remise conformément au canon 1358". La révocation presque immédiate de l'excommunication laisse des questions ouvertes quant à la manière dont Rupnik s'est "retiré de la contumace" et "quelle réparation il a promis de faire pour le scandale et les dommages qu'il a causés" ; et qui a effectivement remis l'excommunication.

Un autre point sensible est la décision de la CDF de ne pas renoncer à la prescription des délits canoniques de Rupnik commis au début des années 1990, surtout à la lumière du fait que "la CDF était au courant de sa précédente condamnation canonique. La cause de la justice aurait été servie en poursuivant en 2021 ces graves accusations qui, compte tenu du casier judiciaire canonique du père Rupnik, bénéficiaient d'une forte présomption de véracité. Un procès canonique aurait peut-être aussi encouragé d'autres personnes qui auraient pu être l'objet des déprédations du père Rupnik à se manifester". La CDF n'avait pas seulement le pouvoir de renoncer à la prescription, mais elle a encore le pouvoir de "relancer le procès intenté par les religieuses slovènes contre le père Rupnik". Étant donné ce que nous savons maintenant de sa turpitude morale, cela devrait se faire immédiatement", insiste le père Murray.

Un aspect peu clair concerne également les mois qui se sont écoulés entre l'établissement de la vérité de l'accusation contre le complice de Rupnik et la déclaration d'excommunication latae sententiae par la CDF. "Quel intérêt possible de la justice a été servi par ce retard ? [Rupnik] a été reconnu coupable du double crime canonique d'avoir eu des relations sexuelles avec une religieuse et de lui avoir donné l'absolution ; pourtant, il a été laissé libre pendant tout ce temps de commettre les mêmes crimes.

La décision des juges a certes été communiquée aux dirigeants de la CDF en janvier, mais le père Rupnik a été invité à prêcher une réflexion spirituelle aux membres de la Curie romaine en mars. Le cardinal Ladaria était-il présent ? A-t-il négligé d'informer le pape François de la décision unanime des juges dès qu'il en a eu connaissance en janvier ? A-t-il discuté de cette regrettable invitation avec quelqu'un avant ou après que l'événement ait eu lieu ?".

Un autre délai inexplicable est celui qui s'est écoulé entre la décision des dirigeants jésuites de mettre en place une commission d'enquête indépendante en juillet 2021, conclue en janvier de cette année, et la décision de la CDF de laisser l'affaire en suspens ; un délai d'environ dix mois. "Pourquoi ce long délai ?" se demande le père Murray. "Étant donné la punition du père Rupnik par la CDF un an et demi plus tôt, comment la justice a-t-elle été servie par une procédure aussi dilatoire et une décision de ne pas poursuivre en raison d'un vice de forme juridique qui aurait pu facilement être annulé ?".

Mais alors que ceux qui devraient parler se taisent, d'autres révélations continuent d'émerger. Comme celle, très importante, de l'ancienne religieuse "Ester", qui a tenu le rôle délicat d'ex-secrétaire de la supérieure générale de la Communauté Loyola, Sœur Ivanka Hosta. Dans son interview avec Domani, les stratégies de manipulation et d'isolement du P. Rupnik et l'évidente fragilité et inadéquation de la supérieure de la Communauté émergent : " Rupnik nous a dit qu'Ivanka avait le charisme mais ne savait pas le transmettre : lui seul pouvait interpréter ce don qu'elle avait et le transmettre à nous, les sœurs. Il a ainsi construit un mur entre Ivanka et les autres sœurs de la communauté, qui ne pouvaient pas se confier à elle. Le père Rupnik les a liées à lui-même et n'a pas permis une relation sincère entre Ivanka et les autres sœurs'.

Ensuite, les premières plaintes auprès de la Mère Générale en 1993, dont celle d'"Anna" et de l'autre sœur qui avait participé au trio (voir ici) ; "à partir de ce moment, beaucoup d'autres personnes sont venues me voir pour me dire qu'elles avaient été abusées par Rupnik et je leur ai dit de s'adresser à Ivanka, parce qu'elle était la supérieure. Je les voyais pleurer depuis des années, depuis 1985, mais ce n'est qu'alors que j'ai compris la raison, auparavant inimaginable pour moi".

"Ester" révèle un élément sur le transfert de Rupnik à Rome, jusqu'ici considéré comme seulement probable : "Rupnik a été écarté de la communauté par l'archevêque de Ljubljana Alojzij Šuštar. Je me souviens que j'ai moi-même été chargé d'apporter toutes ses peintures au Centre Aletti de Rome. Il était furieux. Les sœurs du Conseil connaissaient la véritable raison du départ de Rupnik, " tout comme l'évêque Šuštar et le père Lojze Bratina, le provincial slovène des jésuites de l'époque ". J'avais moi-même tout raconté au père Bratina, mais il m'avait répondu qu'il ne le croyait pas". Des déclarations qui ont pesé comme un rocher sur les supérieurs de Rupnik, qui, connaissant les graves accusations, ont jugé préférable de laisser le prêtre slovène, dans son nouveau siège, faire la carrière qu'il a faite.

Puis l'anxiété de la supérieure à contrôler la moindre pensée des sœurs, de peur que quelque chose n'émerge, et l'inévitable désintégration de la Communauté, avec 19 sœurs quittant l'institut et les autres souffrant de graves problèmes de santé physique et mentale. En 1998, "Ester" a décidé de raconter à nouveau tout ce qu'elle savait, "cette fois au délégué des maisons internationales à Rome, le père Francisco J. Egaña, mais une fois encore, rien ne s'est passé". Encore d'autres noms de personnes au courant, "de l'évêque de Ljubljana [à l'époque, ed. r] au provincial jésuite, au fondateur du Centre Aletti, le théologien Tomáš Špidlík", à l'actuel évêque de Ljubljana, "Stanislav Zore, au provincial slovène, le père Miran Žvanut, et au père Milan Žust, supérieur de la résidence de la Sainte Trinité au Centre Aletti de Rome, qui est aussi le supérieur du père Rupnik", à qui "Ester" et "Anna" avaient envoyé des lettres par e-mail dans lesquelles elles rapportaient tout.

Conclusion de Gerald Murray : "Le scandale Rupnik révèle que, malgré les assurances de transparence et de responsabilité données par les autorités ecclésiastiques, la pratique consistant à dissimuler des cas d'inconduite sexuelle grave de la part de prêtres se poursuit. Le père Rupnik devrait être poursuivi et, s'il est reconnu coupable d'abus sexuels sur des religieuses en Slovénie, il devrait être déchu de la prêtrise". Vrai. Mais pas seulement Rupnik. Une visite apostolique est nécessaire pour mettre en évidence la responsabilité de chacun des acteurs concernés. Dès que possible.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel