Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le cardinal Müller publie un livre accablant pour le pape François

IMPRIMER

D'Open.online :

2023_01_21_08_56_14_Greenshot.png

Le cardinal Müller est impitoyable envers le pape François : "Ses amis sont privilégiés même s'ils sont accusés d'abus : un cercle restreint fait les nominations au Vatican".

20 janvier 2023

Le cardinal allemand lance une série d'accusations cinglantes à l'encontre du souverain pontife, dans son dernier livre intitulé "In buona fede", qui sera bientôt disponible en librairie.

Un cercle restreint graviterait autour du pape François. Les abus dans l'Église seraient traités de manière partiale. Le "non" à la messe en latin aurait chagriné et aliéné les franges traditionalistes. Ce ne sont là que quelques-unes des révélations faites par le cardinal Gerhard Müller dans son livre In buona fede with Franca Giansoldati (Solferino), qui sortira dans quelques jours. L'ancien préfet de la Doctrine de la Foi ne ménage pas ses critiques à l'égard de la ligne adoptée par le Pontife, qui selon lui s'entourerait de personnes "non préparées d'un point de vue théologique". En outre, selon lui, au Vatican, les informations circuleraient désormais "de manière parallèle" : "d'une part, il existe des canaux institutionnels qui sont malheureusement de moins en moins consultés par le pontife, et d'autre part, il existe des canaux personnels utilisés même pour les nominations d'évêques ou de cardinaux".

La question des abus

Des mots forts, qui ne font même pas l'économie d'un commentaire sur les scandales qui ont éclaboussé l'Église ces derniers temps. On cite notamment le cas de Monseigneur Gustavo Zanchetta, l'évêque argentin qui a été condamné en mars dernier à quatre ans et demi de prison pour avoir abusé sexuellement de deux séminaristes. Son cas, écrit Müller, "fait débat parce qu'il jouissait d'un statut privilégié en tant qu'ami du pape". En règle générale, les amitiés ne peuvent influencer le cours de la justice, tout le monde doit être traité de manière égale". Don Mauro Inzoli, un prêtre proche de Communion et Libération, est également mis en cause. "Le tribunal du Vatican, lit-on dans le livre, a ouvert un procès à son encontre à l'issue duquel il a été décidé de le réduire à l'état laïc car il a été reconnu coupable de crimes. Mais malheureusement, il y a eu un cardinal de la curie qui est allé frapper à Santa Marta, demandant la "clémence". Müller raconte que "face à cet interventionnisme", le pape s'est laissé convaincre et a choisi de modifier la sentence, en aménageant la peine d'Inzoli, stipulant qu'il devait rester prêtre. Mais avec l'interdiction de porter l'habit sacerdotal ou de clerc en public, et sans se présenter aux communautés comme consacré : "Il restait consacré mais ne pouvait pas se montrer aux étrangers comme tel. Ce n'est qu'un exemple".

Le "non" à la messe en latin et l'affaire Becciu

Le travail de Mgr Müller fait écho aux propos de Georg Gänswein, secrétaire de Benoît XVI, selon lesquels le "non" du pape François à la messe en latin a "brisé le cœur" de Joseph Ratzinger. La décision, a ajouté Mgr Müller, est "une gifle" pour les traditionalistes, "elle a creusé des fossés et causé de la douleur". Et cela a donné l'impression, selon lui, que le souverain pontife avait choisi "d'écouter un groupe de conseillers, sans tenir compte du fait que la mesure aurait pris les apparences d'une simple démonstration de pouvoir". Le cardinal est un fleuve en crue, et ne ménage même pas les critiques sur la gestion de l'affaire Becciu, le cardinal accusé de s'être enrichi, lui et sa famille, avec des fonds de la Secrétairerie d'État du Vatican. "Vous ne pouvez pas punir quelqu'un sans avoir la preuve de sa culpabilité en main. Cette façon d'agir s'est produite fréquemment au Vatican et ne concerne pas seulement le cas singulier de Becciu, mais s'est même produite au sein de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi lorsque des prêtres ont été renvoyés sans raison, du jour au lendemain", a condamné Müller. Le reproche du cardinal s'adresse en premier lieu aux médias, coupables selon lui d'avoir amplifié une "question macroscopique".

Becciu aurait été "humilié et puni devant le monde entier sans avoir eu la possibilité de se défendre". Il attend maintenant la fin du procès en cours au tribunal du Vatican. Pourtant, la présomption d'innocence, droit sacro-saint depuis l'époque romaine, devrait s'appliquer à tout le monde". Mais l'ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi souligne une part de responsabilité qui, selon lui, doit être attribuée au pape : "François a décidé de le punir sévèrement après que quelqu'un soit allé le voir, à Santa Marta, pour lui montrer un article de L'Espresso, un hebdomadaire italien qui faisait état d'une enquête sur le cardinal. Mais comment peut-on agir sur la base d'un article de presse ?" conclut-il.

La Nuova Bussola Quotidiana publie des extraits du livre à paraître :

Müller : "Renvoyé par le pape sans explication".

21-01-2023

"François m'a embrassé sur le parvis de la basilique et m'a dit qu'il avait toute confiance en moi. Le lendemain, il m'a dit : "Vous avez terminé votre mandat. Merci pour votre travail" sans me donner de raison". Dans le livre du cardinal Gerhard Ludwig Müller intitulé "In buona fede. La religione nel XXI secolo" (à paraître le 27 janvier) : le récit de la conclusion inattendue et déconcertante de son rôle de préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Mgr Müller pointe du doigt le cardinal Maradiaga et l'évêque Fernández, ami théologien de G. Bergoglio. Nous en publions quelques extraits à l'avance, grâce à l'éditeur Solferino.

Avec l'aimable autorisation de l'éditeur Solferino, nous publions en avant-première quelques extraits du livre du cardinal Gerhard Ludwig Müller, avec la vaticaniste Franca Giansoldati, intitulé "En toute bonne foi". Religion au 21e siècle" (à paraître le 27 janvier). Parmi les nombreux événements personnels et ecclésiaux abordés par le cardinal, nous rapportons un passage dans lequel il décrit la conclusion inattendue de son rôle de préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. La veille encore, le pape lui avait assuré qu'il avait toute confiance en lui, et le lendemain, au cours d'une audience de routine, il a annoncé que sa mission était terminée. Un mode opératoire déjà vu ces dernières années, qui a suscité pas mal de ressentiment.
***

Ma sortie a eu lieu en 2017. C'était un coup de foudre. La veille, c'était le 29 juin, la fête solennelle de Pierre et Paul, et je me souviens que le pape François m'a embrassé sur le parvis de la basilique devant tout le monde, à la fin de la messe, en me disant qu'il avait toute confiance en moi. C'est ce qu'il m'a dit. Le lendemain, je me suis rendu au Palais Apostolique à l'heure pour une audience afin de lui présenter une série d'affaires inachevées, c'était un rendez-vous de routine pour le Préfet de la Congrégation de la Foi. À la fin de ce bref entretien, il a déclaré succinctement : "Vous avez terminé votre mandat. Merci pour votre travail" sans me donner de raison, mais il n'en a pas donné non plus par la suite. Il a simplement ajouté qu'après l'été de cette année-là, il trouverait une autre tâche pour moi. Rien ne s'est produit depuis. J'ai encore ce moment dans ma tête parce que c'était inattendu. Bien que surpris, je lui ai répondu que lorsque j'étais venu à Rome en 2012, j'avais quitté une chaire que j'aimais tant et un grand diocèse en Allemagne et je n'aspirais pas à une carrière dans la Curie romaine ; je n'étais venu au Vatican que pour obéir à l'appel de Benoît XVI qui me voulait à ses côtés en raison de mes compétences théologiques, comme il l'a lui-même expliqué à plusieurs reprises. [...]

Le pape François était-il mal à l'aise en vous communiquant cette mesure inattendue ?

Je ne dirais pas qu'il y avait de la gêne. J'ai plutôt été frappé par son visage suffisant. Quelque temps plus tard, j'ai appris qu'immédiatement après notre conversation, pratiquement dès que j'ai quitté la pièce, le pape a décroché le téléphone pour appeler à ma place le jésuite Luis Francisco Ladaria, l'actuel cardinal qui a ensuite été nommé préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Il lui a dit qu'il était satisfait de la manière dont il avait géré l'affaire et m'avait fait démissionner, et a ajouté que la voie était donc libre pour la nomination de Ladaria. J'étais convaincu qu'il avait pensé à ce coup au moins deux semaines à l'avance alors que je n'en étais pas conscient. Personne ne m'avait jamais parlé d'une telle chose. Pourtant, tout était prêt, même le communiqué de presse diffusé tambour battant. J'ai beaucoup réfléchi à ce style hâtif et je n'ai peut-être même pas été trop surpris, puisqu'il y avait déjà eu des précédents. À la Congrégation pour la doctrine de la foi, par exemple, quelques temps auparavant, un certain nombre de prêtres avaient été renvoyés par le pape d'une manière similaire et soudaine. Licenciés sans justification et du jour au lendemain. Je me souviens que je les ai défendus et que je suis même allé plaider leur cause à Santa Marta pour que François change d'avis, mais en vain. Il est resté inflexible et n'a pas voulu entendre raison. Malheureusement, ce modus operandi a provoqué de nombreux troubles au sein du Vatican ces dernières années. Avec certains de ceux qui ont été démis de leurs fonctions dans ces mêmes termes, il m'est arrivé d'expliquer que personne ne peut remettre en cause le pontificat et je me suis également efforcé de raisonner ceux qui manifestaient une certaine colère et alimentaient les rangs de l'opposition interne. Le bien de l'Église, à mon avis, doit toujours prévaloir, il doit rester un principe absolu. Il faut toujours s'efforcer de défendre l'unité. Dans le cas de mon départ, j'ai appris qu'il y avait eu une série de plaintes concernant ma rigueur en matière de doctrine et ensuite parce que je suis théologien, et allemand de surcroît. [...]

A l'origine de votre départ soudain et même traumatisant, que pourrait-il y avoir, en dehors des perplexités mises en évidence sur Amoris Laetitia, étant donné que vous n'avez jamais reçu de justification exhaustive ?

En revenant en arrière, je me rappelle que trois ans avant ma démission, comme Massimo Franco l'a également rappelé dans son livre Le Monastère, le Pape a eu un dialogue éclairant avec son ami théologien argentin Victor Manuel Fernández, de Buenos Aires, qui lui a parlé ouvertement de la nécessité - pour le pontificat - de me renvoyer chez moi parce que (a-t-il expliqué dans l'interview) je corrigeais le Pape en me considérant évidemment supérieur. C'était un jugement clair et net. J'ai été assez étonné par cette phrase et elle se commente d'elle-même, car j'ai servi loyalement le pontificat de Bergoglio. Il est probable que certains théologiens latino-américains n'ont jamais cessé de souffrir d'un complexe d'infériorité mal dissimulé, considérant les théologiens européens comme de vieilles carcasses, quelque peu médiévales, poussiéreuses et même démodées. L'approche de nombreux théologiens latino-américains (évidemment pas tous) se concentre sur la revendication de la primauté de la pastorale dans le monde moderne sur la vision des théologiens européens qui, eux, seraient plus cristallisés sur les règles. Pourtant, au cours de ma vie, j'ai eu la chance de travailler pendant des décennies avec le théologien Gustavo Gutiérrez, l'un des fondateurs de la théologie de la libération. J'ai passé au moins deux ou trois mois par an au Pérou et au Brésil, vivant et travaillant dans des favelas sans fin, enseignant dans des séminaires et dans les paroisses les plus reculées. Mais il y a peut-être plus. Il est difficile d'oublier un autre épisode qui, je crois, peut nous éclairer : après l'élection du pape François, le cardinal hondurien Óscar Maradiaga, l'un des principaux électeurs, a critiqué durement mon approche théologique, expliquant publiquement que le préfet de la Congrégation de la foi était le classique professeur allemand incapable d'interpréter la véritable réalité des gens. Dans ce contexte également, on peut entrevoir le préjugé latino-américain habituel à l'encontre des théologiens européens. En tout cas, ma défense de la rigueur théologique n'a pas été appréciée, du moins dans ces formes.

[...] Au Vatican, il semble que l'information circule désormais de manière parallèle, d'une part les canaux institutionnels sont actifs, malheureusement de moins en moins consultés par le pontife, et d'autre part les canaux personnels utilisés même pour les nominations d'évêques ou de cardinaux. Il arrive parfois que les enquêtes régulières sur un candidat à l'épiscopat ou au cardinalat soient mises de côté par rapport au processus discrétionnaire de certaines nominations suggérées par l'habituel "cercle magique" qui exerce manifestement une grande influence sur le pape, même si cela risque, comme cela s'est produit dans certaines circonstances, de l'égarer.

Commentaires

  • L'un des titres contenu dans l'article (le non à la messe en latin) laisse planer cette erreur qui consiste à confondre l'usage du latin avec la messe célébrée selon le missel romain en usage avant la restauration liturgique issue de Vatican II. Combien de fois faudra-t-il encore répéter que ni le Concile ni le pape François n'ont interdit ou même limité l'usage du latin. L'usage du latin est de droit dans l'Eglise. Le missel romain publié après Vatican II précise même dans sa "Présentation générale" qu'il n'est aucun catholique qui puisse dire que la liturgie célébrée en latin est in fructueuse ou invalide. Ne confondons pas les choses et répétons-le : LE LATIN N'EST PAS INTERDIT; une messe peut être célébrée en latin selon l'Ordo actuel sans qu'il soit nécessaire d'obtenir une autorisation de qui que ce soit, ni du curé d'une paroisse, ni d'un évêque.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel